1785 maladresses à éviter dans un livre

la brûlure du soleil
la campagne alentour exhalait un parfum
la caresse du vent
la chair de sa chair
la chandelle par les deux bouts
la cloche de l’église égrena
la cloche de l’église égrenait les heures
la conjoncture actuelle
la coqueluche
la croix et la bannière
la dent dure
la douleur lui vrillait le cerveau
la faim le tenaillait
la faim tenaillait mes entrailles
la fée électricité
la femme qui partageait désormais son lit
la fin justifie les moyens
la gloire sur un plateau d’argent
la gorge nouée
la grande bâtisse apparue au détour du chemin
la laissant hébétée
la langue bien pendue
la lavande et les cigales
la loi de la jungle
la lune nimbait
la lune nimbait les objets d’une douce lumière
la magie du lieu
la main à la pâte
la main sur le cœur
là où la
là où la nature retrouve tous ses droits
là où le
là où le temps semblait s’être arrêté
là où le temps semble s’être arrêté
la page était définitivement tournée
la paix qui régnait
la peur au ventre
la poule aux œufs d’or
la précision d’une horloge
la puce à l’oreille
la règle d’or
la roue tourne en permanence
la science infuse
la tension était oppressive
la tête dans les étoiles
la tête dans les nuages
la tête lourde et la bouche pâteuse
la tête sur les épaules
la topographie des lieux
la toute première
la toute première fois
la trouille au ventre
la vie était devenue un enfer
la vie réserve parfois de vilains tours
la vie semblait avoir repris ses droits
la vie semble avoir repris ses droits
la ville se réveillait lentement
la voix de la raison
lâche attentat
lâcher du lest
lâcher la proie pour l’ombre
laissé les coudées franches
laisser en plan
laisser les coudées franches
large échange de vue
lavé de tous soupçons
lavé de tout soupçon
le bon Dieu sans confession
le bon vieux temps
le bonheur des chasseurs
le bonheur des pêcheurs
le bonheur des surfeurs
le bonheur des touristes
le bouton de sa fleur
le bras long
le but final
le calice jusqu’à la lie
le chant de la mer
le choc de sa vie
le cœur sur la main
le cœur sur les lèvres
le coup de grâce
le couteau dans la plaie
le démon de la jalousie
le démon de midi
le dernier des géants
le destin en avait décidé autrement
le dessus du panier
le diagnostic était réservé
le doigt dans l’engrenage
le doute s’installa dans son esprit
le doux parfum des fleurs
le feu de la révolte
le feu sacré
le fidèle secrétaire
le film de sa vie
le froid mordant de
le fruit de son imagination
le fruit du hasard
le gage d’une amitié
le grand frisson de l’aventure
le grand frisson de leur aventure
le grand mystère de la vie
le mâle dominateur
le meilleur comme le pire


le meurtre perpétué
le moindre petit
le moindre petit détail
le moment tant attendu
le moral au beau fixe
le noir complet
le pas énergique
le pied à l’étrier
le premier en tête
le regard franc
le regard gourmand
le repos du guerrier
le risque zéro n’existe pas
le rouge de la honte
le ruban luisant de la route
le sang retourné
le silence le plus complet
le sol se déroba sous ses pieds
le soleil couchant dardait ses dernières flèches
le spectre de la mort
le thermomètre avoisinait
le temps accomplissant son œuvre
le timbre harmonieux de sa voix
le toise droit dans les yeux
le tour du propriétaire
le tout premier
le vin coulait à flots
les affres de la jalousie
les affres du temps
les battements précipités de son cœur
les caresses du vent
les chemins mènent à Rome
les cheveux en bataille
les cheveux en quatre
les coutumes de naguère
les dents longues
les dés étaient pipés
les deux pieds dans le même sabot
les fruits d’une imagination débordante
les fruits de son travail
les jambes en coton
les larmes perlaient ses cils
les mains dans le cambouis
les méandres de la pensée
les meilleurs amis du monde
les nerfs à vif
les pieds ancrés dans la terre
les pieds dans le plat
les pieds sur terre
les quatre cents coups
les sentiments les plus troubles
les souvenirs affluaient
les souvenirs affluent
les témoignages coïncidaient
les vacances se rapprochaient à grands pas
les vacances se rapprochent à grands pas
les yeux rivés sur
leurs corps ne faisaient plus qu’un
leurs corps ne font plus qu’un
libre comme l’air
libre et heureux
liens très étroits
lieu emblématique
lignes harmonieuses
limité dans le temps
long chemin de croix
lourd silence
lourd tribu
lueur d’étonnement
lueur de colère
lueur de désir
lui conférait un pouvoir de séduction naturel
lui paraît une éternité
lui pendait au nez
lumière qui inonde les pièces
luxe discret
luxe raffiné
luxe tapageur
maigre butin
mais cependant
mais pourtant
mais toutefois
maison décrépite
malade comme une bête
maladie enfantine
maman poule
mangée des yeux
manger de la vache enragée
manger des yeux
manipuler une arme
manquait cruellement
manque cruellement
manteau blanc
marche du temps inexorable
marche à pied
marcher à pied
marqué de façon indélébile
marqué du sceau
marqué par
marquée du sceau
marquée par
marre de sang
mauvais cauchemar
me lâcher les baskets
mécanique bien huilée
mèche rebelle
ménager la chèvre et le chou
mené à bon port
mené plusieurs choses de front


mène plusieurs choses de front
mené tambour battant
menée tambour battant
mener à bon port
mener plusieurs choses de front
mer déchaînée
mer démontée
merci de me prévenir d’avance
mère courage
mes compagnons d’infortune
mes parties les plus intimes
met un point d’honneur
mettre la clef sous la porte
mettre les bouchées doubles
mettre les mains dans le cambouis
mettre un point d’honneur
mettre un point final
mi-figue, mi-raisin
midi à quatorze heures
mine de papier mâché
mis les bouchées doubles
misère noire
mission impossible
mit les bouchées doubles
moment d’anthologie
moment historique
mon cœur s’est serré
mon cœur se serre
mon être tout entier
monstre sacré
monter en haut
monter tout en haut
monts et merveilles
moral au beau fixe
morceau d’anthologie
mordre la vie à belles dents
mosquée musulmane
mort inéluctable
motus et bouche cousue
moyennant espèces sonnantes et trébuchantes
mu par une force inconnue
muet comme une carpe
muette comme une carpe
muré dans ses pensées
mystère et boule de gomme
n’a pas fait long feu
n’a pas ménagé sa peine
n’a que peu
n’en pouvoir mais
n’est pas d’humeur joyeuse
n’a de cesse que de
n’en perd pas une miette
n’est plus que l’ombre de lui-même
n’était plus que l’ombre d’elle-même
nageait dans le bonheur
nager dans l’eau
nager dans le bonheur
nature s’est faite généreuse
aucun muscle de son visage ne le trahit
aucun muscle de son visage ne le trahissait
aucun muscle de son visage ne trahissait
aucun son ne sort de sa gorge
aucun son ne sortait de sa gorge
nature si généreuse
nature tellement généreuse
ne pas baisser la garde
ne pouvait détacher son regard
ne rien comprendre à la vie
ne tarit pas d’éloges
ne va pas lui rendre la tâche facile
ne valait pas un clou
neige immaculée
ni d’Ève, ni d’Adam
ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre
ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre
nimbée de lumière
noir de monde
nombre incalculable
non sans une certaine fierté
nous attendaient de pied ferme
nous on est
nous pourrions peut-être
nouveauté inventée
nouveautés inventées
nouvelle corde à son arc
nouvelle jeunesse
nouvelles perspectives
nuit sans fin
numéro de séduction
objet de tous les désirs
océan aux reflets argentés
on venait de loin
on venait de très loin
opposa son veto
opposer son veto
opportunité à saisir
où la nature impose son rythme
où le temps ne compte pas
où le temps paraît suspendu
où le temps semble s’être arrêté
ou, outre
oubli involontaire
outrages du temps
pâle comme un spectre
panique générale
panoplie complète
par acquit de conscience
par le plus grand des hasards
par tous les pores de sa peau
par pure coïncidence
par-dessus la jambe
paralysé d’effroi
parcheminée par la vieillesse
parfait inconnu
parfaitement exact
parfum de l’être aimé
parfum très fugitif
parlait dans son dos
parler d’une seule voix
parler sans ambages
paroles réconfortantes
paroles verbales
pas dit son dernier mot
pas froid aux yeux
pas l’ombre d’un doute
pas sa tasse de thé

14 réponses

  1. Avoires dit :

    Beaucoup de ces expressions sont des pléonasmes : « 3au jour d’aujourd’hui »
    Beaucoup d’autres sont des métaphores : « peau de chagrin » . Cette expression ne me gêne pas puisqu’elle dit joliment que tout s’use…
    En quoi l’expression « charmante et exquise » : est-elle une maladresse ?
    « Barrière infranchissable » : n’ y a-t-il pas des barrières qui peuvent être franchies ?
    Si on « baisse le pavillon » c’est qu’on peut le hausser.
    Pourquoi est-ce une maladresse de dire « belle dentition » ? Une mauvaise , est-ce mieux ?
    Bon, les expressions imagent le discours. Il faut les choisir ou en inventer.
    Pourquoi ne pas revenir à des expressions tombées en désuétude comme
    Parfin, déparer, renarder, ad hoc ab hac ?…

    • Pascal Perrat dit :

      Que ce soit un pléonasme, une comparaison, une métaphore, une analogie, etc., à partir du moment où elle est reprise des milliers de fois par un peu tout le monde C’EST UN CLICHÉ, preuve d’une piètre imagination.
      En bon français, on dit d’une personne qu’elle a une belle denture comme pour l’engrenage d’une roue. Revenir à des expressions tombées en désuétude est une bonne idée si on est en manque.
      Amicalement. Pascal

  2. Françoise - Gare du Nord dit :

    Hou la la, je m’aperçois que j’en utilise
    Merci Pascal d’attirer notre attention

  3. Caroline BASCIANI dit :

    Bonjour, bonjour,
    Oui, oui, très utile et intéressant ! Un grand merci.

  4. Alain Granger dit :

    Merci Pascal, le stakhanoviste de l’écriture
    Très intéressant.

  5. oholibama. dit :

    Hello Pascal
    Eh bien, cela va devenir plus difficile…un creuse méninge en perspective.
    belle soirée.

  6. FANNY DUMOND dit :

    Merci Pascal de votre travail de bénédictin. Il s’avère vrai que j’en use et abuse et que je suis rouge de honte. Néanmoins, certaines sont des pléonasmes que l’on peut plus facilement traquer que ces expressions que l’on entend et lit même dans des romans édités.

  7. Tarrep dit :

    Je ne vais plus oser écrire😉

  8. Anne-Marie dit :

    Merci Pascal pour cet incroyable lexique. Un « vrai défi » pour nous, sous votre regard malicieux…

  9. Laurence Noyer dit :

    vue à couper le souffle

  10. Souris verte🐁 dit :

    🐀 Ces expressions en disent long : geler à pierre fendre ..
    Feu de tout bois… Flèche de tout bois.. et du bois dont on fait les flûtes !!!😀

    Parfois elles sont rassurantes notamment si
    elles étaient utilisées dans le langage courant ! Dans l’écriture c’est  » kif kif la bourrique  » ça vaut mieux que le  »du coup  » asséné et en boucle chez les chroniqueurs ! Ainsi que le  » bien évidemment » et une  »large majorité  » !!😏 Donc, continuons de nous promener dans les lieux communs… Je clichette … Tu clichettes …nous clichetons …
    Ta souris verte

  11. camomille dit :

    Très intéressant en effet, merci !
    Soyons vigilants et créatifs. L’efficacité devrait suivre…

  12. Sylvie dit :

    Quelle merveilleuse collection, cher Pascal ! J’en avais commencée une aussi, il y a quelques années, mais je suis très largement battue. Et j’ai failli écrire : beau tableau de chiasse ! 😁

  13. PM dit :

    Un grand merci Pascal, encore une fois un conseil formidable ! J’avoue que je ne savais pas qu’il y avait autant de maladresses! Pendant les ateliers on nous l’a répété tant de fois, mais 1785 ! Tu es incroyable !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Répondez à ce calcul pour prouver que vous n'êtes pas un robot * Temps limite dépassé

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

RSS L'écriture créative

Catégories

Mon but : vous conduire vers le créateur inné qui est en vous

 


Sur ce blog on n’apprend pas à écrire un roman, des nouvelles ou des poèmes, on rétablit des liens rompus avec son imagination. On renoue avec sa créativité innée.
Les exercices inédits que j’invente, aiguillonnent l’esprit. Mon but est de conduire toutes les personnes vers le créateur plus ou moins claquemuré en elle.
L’enfant imaginatif avec lequel elles se réconcilient définitivement dès qu’elles se prêtent au jeu.

Après quoi, elles décident de mener le projet d’écriture qui leur convient.

 

Soutenir nos actions bénévoles

Quelques € peuvent faire des heureux

Devenir membre bienfaiteur

LA CRÉATIVITÉ EST ANCRÉE DANS

illustration de Bernard Leblanc

devenir Éveilleur d’idées®

NOS GÈNES 

Nous sommes tous capables d’actions créatrices. Cette créativité innée est pour une grande part le propre de l’homme.

L’objectif de l’exercice d’écriture créative que j’imagine chaque semaine consiste à prouver que tout le monde est capable d’écrire avec originalité et plaisir.
À révéler que chaque personne détient le pouvoir de créer, avec simplement du papier et un crayon. 

Grâce à vos dons

Grâce à vos dons nous menons régulièrement des actions bénévoles : 
–  actions pour la langue française
–  aide aux dyslexiques
– ateliers d’écriture à La Maison Rose à Bordeaux en soutien aux personnes frappées par le cancer.
– conseils aux auteurs débutants
– conférences.

On ne prétend pas former de nouveaux auteurs

Entre2lettres n’est pas une école d’écriture

Le concept Éveilleur d’idées ® ne prétend pas former de nouveaux auteurs. Ce n’est pas une école d’écriture de ceci ou de cela. Ou, comme aux États-Unis, un cours de « creative writing » institutionnalisé.

Les propositions d’écriture créative imaginées par Pascal Perrat n’apprennent pas à écrire un roman ou des nouvelles, ils enflamment l’imagination et marquent les esprits. C’est une grande cour de récréation hors les murs de toute école.

Les exercices d’écriture créative qu’il imagine et propose, frappent l’imagination des personnes qui écrivent.
Son but est de les conduire vers le créateur qui est en elles. L’enfant imaginatif avec lequel elles se réconcilient définitivement dès qu’elles se prêtent au jeu »

Après quoi, elles décident de mener le projet d’écriture qui leur convient.