Employez des relances d’intérêt dans vos textes

Quand un auteur se rend compte que son histoire a un petit coup de mou,
il s’arrange pour placer une relance d’intérêt dans son texte,
généralement en fin de chapitre.

3 exemples :

« Et puis les républicains investirent Lingberg, et tout changea. »

Le complot contre l’Amérique, Philip Roth,  Ed Gallimard

C’est un samedi après-midi semblable à celui-ci que nous apparaîtpour la première fois André Périgne, qui va tellement compter dans notre vie.

Lionel Duroy, Le chagrin Ed Julliard

Un jour il nous reparla de son spectacle avec Andre, si nous voulions le voir. Nous dîmes oui, nous y allâmes, et cela changea nos vies. 

Allessando Baricco, Emmaüs, Ed  Gallimard

J’ai commencé à lister quelques relances d’intérêt :

– un peu plus tard,

– quelques jours après,

– un jour, cependant

– elle avait enfin deviné ce qui n’allait pas

– par bonheur

– c’est sans doute ce qui me décida

– c’est à partir de là que tout changea

Je vous propose d’en trouver d’autres pour compléter cette liste,
que ce soit au cours de vos lectures ou grâce à votre créativité.

Bonnes trouvailles et merci d’avance

2 Responses

  1. PaulTarrep dit :

    « Ce soir-là devait m’apporter un début de réponse »
    « Métaphysique du chien » de Philippe Ségur

  2. Françoise - Gare du Nord dit :

    De mon cru :
    « J’ouvris la porte et … »
    « Le découragement commençait à me gagner lorsque … »
    « Je m’étais trompé sur la toute la ligne car… »
    « J’allais appuyer sur la détente quand soudain… »
    « J’étais sur le point d’éclater de rire lorsque … »
    « Elle eut alors cette parole malheureuse qui fit tout capoter»
    « L’affaire semblait bien engagée. Hélas… »
    « je n’attendais plus rien (de la vie, de la soirée, de ce livre, de cette blanquette …). Soudainement…

    Trouvé dans « La vérité sur l’affaire Harry Quevert » de Joël Dicker
    « Je ne me doutais pas qu’un évènement dramatique allait changer la donne »

    « J’étais loin de me douter que la leçon d’Harry Quebert ne faisait que débuter»

    « En route l’écrivain. Nous avons du pain sur la planche »

    « Puis un jour de 1966, quelqu’un sonna à la porte »

    « Il n’avait plus du tout envie de mourir »

    « Le chef était étendu sur la moquette. Il baignait dans son sang »

    « Que s’est-il passé en, Alabama ? »

    «- Vous êtes assis ?
    – Mieux je suis couché
    – Tant mieux parce que ça va vous faire un choc »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Répondez à ce calcul pour prouver que vous n'êtes pas un robot *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.