Quel orphelin êtes-vous ?

L'écriture créative
Pascal Perrat

Examinez bien cette question.
De quels écrivains ou écrivaines vous sentez-vous orphelin ?
Ne répondez pas trop vite, réfléchissez bien.

Pour y répondre, prenez le temps de bien vous remémorer les auteurs disparus qui vous ont marqué à jamais.
En procédant de la sorte, des écrits vont resurgir à votre esprit, le phrasé de leur auteur va de nouveau se faire entendre, renaître dans votre mémoire.
Vous allez ainsi trouver votre arbre généalogique d’auteur, celui qui vous relie inconsciemment à vos prédécesseurs en littérature.
Il ne vous restera plus qu’à considérer la branche la plus directe avec votre manière naturelle d’écrire.
Puis à marcher dans les pas de vos prédécesseurs préférés.
Faites-vous confiance, vous êtes instinctivement de la même veine.


C’est ainsi que j’ai trouvé ma branche

Quand j’ai publié mon premier recueil de poésies des lecteurs m’ont dit que j’étais dans le lignée de Prévert. Je ne connaissais même pas Prévert ! Je me suis précipité sur ses livres et j’ai découvert des similitudes. C’est comme cela que j’ai trouvé peu à peu mon arbre généalogique en littérature, une filiation.


Recevez la compilation des exercices d’écriture créative publiés sur ce blogue depuis 2009.
Pour l’obtenir au format PDF faites un don de quelques € à l’association Entre2lettres.
Pensez à préciser votre demande d’exercices, vous recevrez un lien pour la télécharger.


Je suis hors-n’homme. Un neuroatypique à dominance dyslexique. 
De facétieux neurones font des croche-pieds aux mots dans mon cerveau.
Mon orthographe trébuche souvent quand j’écris.
Peut-être avez-vous remarqué une faute. Merci de me la signaler : blog.entre2lettres(at)gmail.com

13 Responses

  1. Avoires dit :

    Quels sont les écrivains, écrivaines dont je me sens orpheline ?
    Tout d’abord Jean Giono . Adolescente, j’ai lu Regain, ce livre m’avait bouleversée par l’âpre histoire, la beauté du style , les description de la nature. C’est Jean Giono qui m’a fait « entrer »en littérature.
    Ensuite Françoise Sagan ma romancière préférée qui exprime tant en si peu de mots. Belle écriture contemporaine.
    Enfin Maurice Genevoix, extraordinaire conteur, au vocabulaire jamais égalé par aucun autre, un véritable enchantement de lecture. Chaque mot est le bon. Une révélation pour moi. 

  2. Françoise - Gare du Nord dit :

    J’aurais bien aimé adopter Frédéric Dard comme papa, moins pour son argot et ses intrigues policières que pour ses traits d’esprit emplis de misanthropie et de cynisme qui en faisaient tout le sel

    Je dirais aussi François Mauriac parce que lycéenne et jeune adulte, je le lisais beaucoup

    Et puis enfant, je dirais Georges Chaulet, écrivain dont j’ignorais le nom jusqu’à ce soir, créateur du personnage de Fantômette que je dévorais chez ma grand-mère. Je m’identifiais beaucoup à cette enfant qui portait le même prénom que moi, aventureuse et dégourdie, qui se sortait d’histoires inimaginables pour moi

  3. Candyosh dit :

    (palimpsests). In the XIII-XV centuries in

  4. françoise dit :

    523/Examinez bien cette question.
    De quels écrivains ou écrivaines vous sentez-vous orphelin-e- ?
    Ne répondez pas trop vite, réfléchissez bien.
    Pour y répondre, prenez….Prendre quoi ? Du temps ?
    Pourquoi faire ?
    Je ne me suis jamais sentie orpheline, peinée sans doute ? Je me souviens ,entre autres, du décès de Umberto Eco, de Philip Roth, de Simenon, etc mais aussi talentueux étaient-ils, on savait et ils savaient qu’ils « étaient mortels » comme tout un chacun ; même ceux devenus « immortels » à l’Académie Française n’échappent à la règle, même «  à reculons comme une écrevisse » (titre d’un livre de Umberto Eco).
    Ils vivent en nous par les émotions que nous ressentons en lisant leurs livres (je me souviens encore de la mienne lorsque j’avais lu « la tache  de Ph ROTH» (c’était il y a 20 ans), nous racontent les époques qui nous ont précédés, mieux, à mon sens, que les livres d’histoire. Dany Laferrière écrit « j’ai toujours pensé que c’était le livre qui franchissait les siècles pour parvenir jusquà nous jusqu’à ce que je comprenne que c’est le lecteur qui fait le déplacement ». On ou plutôt je ne peux dire mieux..
    Le dernier livre qui m’a beaucoup émue « mon frère » de Daniel Pennec.
    ——-

  5. Fanny Dumond dit :

    Mon premier livre fut « les petites filles modèles », offert pour mes 7 ans. Puis, comme je lisais trop eh ben, je lisais en cachette des livres empruntés dans les bibliothèques. A 9 ans je lisais « les misérables » (un condensé) et depuis je ne saurais calculer le nombre de bouquins qui me sont passés dans les mains. Je suis très éclectique dans mes lectures, mais je ne me force jamais à lire un style qui ne me plaît pas. Mes livres de chevet sont « les raisins de la colère » et « à l’est d’Eden de John Steinbeck et je pense que ce sont les 4èmes de couverture de « tout Simenon » (pressenti pour le prix Nobel de littérature) sur lesquelles il explique son travail, le pourquoi de ses romans courts, le non emploi des adverbes, ses doutes, etc. qui m’ont donné l’envie et m’ont permis d’oser me lancer dans l’écriture. En ce moment, je suis dans la lecture des « rois maudits » de M. Druon. Je me régale ! J’apprécie les romans simples, sans fioriture, sans longueur et qui vont droit au but pour m’emmener dans leur univers. Je pense aussi que c’est pour cette raison que j’apprécie vos exercices Pascal, car j’aime beaucoup écrire des histoires courtes et des nouvelles. A samedi, donc !

  6. Nouchka dit :

    Je dois à Enid Blyton de m’avoir fait aimer la lecture.
    Ayant horreur que me soit imposé quoi que ce soit, les auteurs classiques étudiés en classe ne me furent qu’exceptionnellement des coups de cœur.
    Les auteurs suivants m’ont accompagné. Lorsque l’un d’entre eux me séduisait, j’avais bien du mal à refermer la dernière page. Parmi eux, quelques mentions particulières pour :
    Alain Fournier : Le Grand Meaulnes
    Marcel Pagnol : Souvenirs d’enfance
    Guy de Maupassant : les nouvelles
    Daphne du Maurier : Rebecca
    Jacques Chessex : l’Ogre
    A. J. Cronin
    Pearl Buck
    Henri Troyat
    Henry de Montherlant
    Romain Gary
    Michel Déon
    René Fallet
    Toni Morrison
    James Ellroy
    Michael Connelly
    Jim Harrison
    Henning Mankell
    Douglas Kennedy

  7. Grumpy dit :

    Eh bien, moi, c’est Albert CAMUS, pour l’Etranger et la Peste, mais en particulier pour LE PREMIER HOMME, manuscrit retrouvé dans sa serviette dans sa voiture accidentée avec toutes ses annotations de corrections avant impression. Sans oublier la beauté de cet homme au physique comme au spirituel. Et puis Lourmarin ….

  8. Laurence Noyer dit :

    A vous écouter Pascal je me demande si nous n’avons pas les mêmes parents littéraires
    J’ajouterai à votre liste Chevillard dans l’esprit de Vialatte
    Je me considère toutefois et toujours très proche de J.Renard

  9. Maïté P dit :

    Mon tout premier père adoptif fut Edmond Rostand avec Cyrano de Bergerac. Je me vois encore adolescente répéter les répliques du balcon ou encore celles de la tirade du nez pour amuser mes copines. Puis, quand je me suis lassée. Cela arrive souvent à l’adolescence. C’était au tour de Raymond Devos de jouer au papa adoptif. Je m’y suis accrochée. Et j’ai ainsi continué à faire rire mes amies. Si vous avez envie de passer un petit moment agréable avec lui : « À Caen les vacances” https://www.youtube.com/watch?v=fpdNO2gferk

    Plus tard, Albert Camus est passé par là et fut sans conteste celui qui m’a fait aimer la lecture. « L’étranger » est ma vraie première lecture. Il m’a fait comprendre pourquoi, désormais, je voudrai lire pour le reste de ma vie. Depuis, je dévore chaque livre qui me passe sous la main. Je ne le remercierai jamais assez.

    Ensuite, j’ai eu d’autres auteurs qui ont inspiré ma vie comme Herman Heesse, Jean Giono, Balzac, Molière ou encore Gustave Flaubert, …

    Alexandre Dumas m’a pris sous sa coupe un temps. Quelle élégance ! Je suis soufflée par chacun de ses récits.

    Puis est venu le jour où j’ai croisé le chemin de René Barjavel. Il me semble que tout le monde devrait lire « Ravage » afin de comprendre la fragilité de notre monde moderne. Chacune de ses histoires a été pour moi un voyage initiatique. Il est vif, vrai et cru.

    D’autres auteurs aussi bien vivants que morts méritent leurs places dans mon arbre généalogique. Je ne crois pas avoir été un jour déçue d’une lecture. Il y a toujours eu quelque chose à apprendre.

  10. ND dit :

    Le premier nom qui me vient en tête est celui de François Cavanna. Grâce à lui j’ai découvert, lors de mon adolescence difficile que tout était possible. L’immigration n’était plus un handicap mais une valeur partagée. De telles similitudes entre sa jeunesse et la mienne m’ont fortement aidé à passer le cap. Je pense à lui quelques fois et mon cœur s’apaise et s’emplit de joie lorsque je me remémore certaines situations qu’il évoque dans son livre « les ritals ».
    André Brink, m’a invité à visiter l’Afrique et au-delà de l’apartheid je sens encore l’odeur de la terre du sud.
    Jack London m’a nourri par le goût de l’aventure et de la nature sauvage.
    Je n’oublie pas Jules Verne avec lequel j’ai vécu la plus belle des épopées.
    Et enfin la nuit des temps de René Barjavel m’a émue et fait naître un nouvel espoir sur l’amour…

  11. Antonio dit :

    J’avais fait l’exercice, il y a quelques semaines, de retrouver mes influences littéraires, mes sources d’inspiration, pour répondre à quelqu’un qui me l’avait demandé et j’avais noté ces 7 noms :

    JACQUES PREVERT
    pour la poésie, la justesse des vers, l’art de sublimer les mots

    EDMOND ROSTAND
    pour les répliques et le personnage de Cyrano de Bergerac

    JACQUES HIGELIN et ANTOINE DE ST EXUPERY
    Pour l’univers du Petit Prince, l’imaginaire, l’idée de rêver sa vie, de faire résonner les mots dans son coeur

    CLAUDE NOUGARO
    pour la musicalité, l’art de faire sonner les mots sur un rythme, une musique

    RAYMOND DEVOS et MICHEL AUDIARD
    pour l’humour, le jeu, l’absurde, l’art de jongler avec les mots et les expressions

    Voilà, je ne suis pas un grand lecteur, j’ai lu très tard, et d’autres noms pourraient s’ajouter.
    Mais je crois que j’ai d’abord aimé écrire grâce à eux, de grands enfants qui aimaient jouer, je suis sûr.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Répondez à ce calcul pour prouver que vous n'êtes pas un robot * Temps limite dépassé

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.