Exercice inédit d’écriture créative 67

Poursuivez cette conversation téléphonique :
– Madame, l’anti-poux que vous m’avez conseillé
d’acheter en pharmacie, 
provoque des chutes d’oreilles !
– Des chutes d’oreilles ?
– Oui madame, des chutes d’oreilles ! Ce matin,
alors que je refaisais les lits, 
j’ai…

8 Responses

  1. Clémence dit :

    Poursuivez cette conversation téléphonique :
    – Madame, l’anti-poux que vous m’avez conseillé d’acheter en pharmacie, provoque des chutes d’oreilles !
    – Des chutes d’oreilles ?
    – Oui madame, des chutes d’oreilles ! Ce matin, alors que je refaisais les lits, j’ai…

    Mireille, la soubrette, freina son élan devant la réception du petit hôtel. Essoufflée et épouvantée, elle s’adressa, à la tenancière:
    – Madame, madame, l’anti-poux que vous m’avez donné pour déposer dans la chambre 7… il a…. il a …c’est horrible, tout ce sang…
    – Calmez-vous, ma petite, c’est encore Monsieur qui s’est endormi sur un tube de peinture non refermé…
    – Non, nooooon, madame, je suis sûre… d’ailleurs…. d’ailleurs…. Il y a ….oh… oh….
    – Allons voir cela ensemble…

    La tenancière et la soubrette gravirent l’escalier raide, pénétrèrent dans la chambre et ….
    – Bonne mère, c’est pire que ce je pouvais imaginer…
    Sur le lit défait, au milieu des draps ensanglantés… une oreille….
    – Est-ce possible qu’un anti-poux soit puissant au point de faire tomber simultanément les cocos et les ooureillos, pensa la tenancière…
    – Venez, ma petite, je m’en vais de ce pas téléphoner à l’apothicaire !

    La soubrette se blottit dans un recoin de la réception. Elle, qui ne parlait que la langue de Mistral ,dut faire des efforts pour comprendre.

    Elle écouta, bouche bée, ce dialogue (devenu monologue par contraintes spatiale et temporelle)

    * Allô, Monsieur l’apothicaire. Je suis la tenancière de l’hôtel du Cours…. Oui….Vous m’avez fourni un anti-poux…. Oui, c’est bien cela….

    * C’est horrible, ma petite Mireille a découvert une oreille dans le lit de Monsieur… Oui, c’est cela, Monsieur, vous savez… le … oui, c’est bien de lui qu’il s’agit…

    * Mais vous vous rendez compte, une épidémie est si vite arrivée…

    * Vous ne vous inquiétez pas ? Moi oui! Je vois déjà, par contamination, mes tasses perdre leurs oreilles, brûlant mes clients…

    * Comment cela, ça ne risque pas d’a….

    * Si, si, je crains ! D’ailleurs, pas plus tard qu’hier, des chanteurs Corses étaient venus animer la soirée avec leurs polyphonies, ils se tenaient tous l’oreille… les bruits courent si vite ici…

    * Je dramatise ? Mais non, vous-dis-je ! Moi, je crains pour la réputation de mon établissement !

    * Comment cela ? Avez toutes les mauvaises langues du coin, on va me faire endosser…endosser toutes les affaires et vous, vous ne craignez rien, avec vos diplômes….vous en sortirez la tête haute…

    * Quelles affaires ? Ne me dites pas que vous n’êtes pas informé ? Vous qui êtes si instruit…

    * Ah, il faut donc tout vous dire…Asseyez-vous, Môôôsieur…et ouvrez vos ooureillos…

    Mireille, aussi discrète qu’une souris, ouvrit aussi ses ooureillos, la danse des rubans allait, en tarentelle, enrouler et dérouler les affaires…

    * L’oreille cassée, Tintin, elle ne sera cassée que dans quelques années, mais quand elle tombera, ce sera sur moi que ça tombera…

    * Déjà que la Victoire, non pas la Sainte, celle de Salaissedestraces, elle en a perdu les deux oreilles et même la testa…

    * Et regardez, la Vénus d’Emilo,… les bras lui en sont tombés, la pôôôvrette ….

    * Comment ça, que je me calme … Non, môôôôsieur l’apothicaire, vous m’écouterez jusqu’au bout….Vous, vous ne craignez rien, mais moi, moi….

    * On m’accusera d’avoir fait tomber le nez du Félix et d’avoir aidé le Père Sée à trancher la tête de la Mère Duze…

    * Il ne faudra pas attendre longtemps avant que les bigotes ne m’accusent d’avoir donné de votre potion anti-poux à Salomé, la …. la …. au point de faire porter la tête du Baptiste par un plateau d’argent….

    L’apothicaire, épuisé par cette longue harangue, déposa délicatement cornet. Sur la pointe des pieds, il s’en alla à son officine. Avec tout le sérieux du monde, il concocta une potion anti-bruits..

  2. Sabine dit :

    – Madame, l’anti-poux que vous m’avez conseillé d’acheter en pharmacie, provoque des chutes d’oreilles !
    – Des chutes d’oreilles ?

    – Oui madame, des chutes d’oreilles ! Ce matin, quand la femme de ménage eut fini les lits, elle arriva toute paniquée dans mon bureau : « Venez voir, madame, venez vite ! » Elle était si pâle et bouleversée que je la suivis sans poser de questions dans le local qui lui est réservé. Et là, que vois-je ?
    – Les oreilles de vos enfants, si j’ai bien compris.
    – De mes enfants ? Non, madame. Les oreilles de 189 enfants, toutes mélangées dans un grand panier à linge !!!
    – Vous avez 189 enfants ?
    – Etes-vous sotte ? Je suis directrice de colonie de vacances. Voulez-vous m’expliquer maintenant comment faire pour reconstituer les bonnes paires d’oreilles et savoir à quel enfant elles appartiennent ?
    – …
    La pharmacienne avait déjà raccroché.

    ©Margine

  3. Mickaël dit :

    – Madame, l’anti-poux que vous m’avez conseillé d’acheter en pharmacie, provoque des chutes d’oreilles !
    – Des chutes d’oreilles ?
    – Oui madame, des chutes d’oreilles ! Ce matin, alors que je refaisais les lits, j’ai remarqué la présence de deux oreilles mais en m’approchant de plus près je me suis rendu compte que c’était une oreille et une lèvre en plastique qui provenait du Mr Patate du petit frère de Capucine.
    – Ah vous me voyez soulagée car en 20 ans de carrière, c’était bien la première fois qu’on me relatait une telle situation et j’en étais pantoise.
    – mais Docteur ce ne sont que les prémices d’une histoire facétieuse et vous n’êtes pas au bout de vos surprises.
    – comment cela expliquez vous je suis tout ouïe ?
    – suite à l’effroi causé par cette trouvaille, inquiétante à première vue, je me suis remise de mes émotions et à bout de souffle je me suis dit comment une jeune fille de quatorze ans pouvait se distraire avec les jouets de Louis qui n’en à que quatre..
    – c’est pas faux mais qu’y a-t-il de saugrenu dans votre constat Madame.. ??
    – attendez Docteur, c’est à cet instant que le lit se mit à me parler..
    – pardon.. ??
    – oui, parfaitement, c’est insensé mais le lit me raconta que ma fille se confiait tous les soirs à lui mais aussi à la table de chevet, à l’armoire et pour finir à son bureau.
    – mais vous divaguer avec tout mon respect, cela dépasse votre soucis de poux.. ?
    – laissez moi finir avant de me traiter de folle..
    – je suis navrée allez-y..
    – je me suis levée et me suis disposée devant l’armoire et trépidant je lui ordonnais de me raconter la suite de l’histoire sans quoi je la disposerai au grenier manu militari. Mais elle n’était pas très loquace pour le coup..
    – voyez-vous dont.. ??
    – après quelques réflexions, je me suis retournée vers le lit et j’ai pris dans mes mains l’oreille et la lèvre en plastique pour les poser dans l’armoire. Et là, l’armoire pris un ton sec et volubile. Une kyrielle de détails sur les blocages de ma fille, son nez trop petit, sa bouche pas assez pulpeuse, ses hanches trop larges etc.. En fait les états d’âmes d’une jeune adolescente en plein doute.
    – vous êtes sur que tout va bien Mme Petitjean..
    – mais attendez, en suivant j’ai repris les deux objets et les déposé sur la table de chevet. Cette fois-ci les invectives étaient adressées à ma personne. La table me sermona en dressant un portrait peu laudatif sur mon statut de mère. Ma fille relatait mes absences d’empathie pour sa période difficile et que je passais mon temps à m’infatuait au lieu de l’aider dans son émancipation.
    – mais je crois que vous avez besoin d’un autre médecin Mme Petitjean.. ??
    – Je vous comprends Docteur, mais je suis bouleversée par les évènements et surtout après le récit de son bureau..
    – pardon.. ??
    – oui Docteur le bureau, lui aussi est un confident..
    – je suis circonspecte mais je vous laisse finir mais faites court je suis épuisée par votre récit farfelu..
    – très bien, je mis l’oreille et la lèvre sur le bureau de ma fille et là je suis restée sans voix..
    – à qui le dites-vous.. ??
    – je vous en prie.. bref ..la tournure intime des maux de Capucine me demande un soupçon de pudeur et je vous épargne les détails de ses vicissitudes. Mais le bureau était furieux contre ce « Nicolas » qui brimait ma fille avec des vétilles de jeune prétentieux qui ne sait comment draguer une jeune fille de son âge. Il passe son temps à faire le fier devant ses camarades en la toisant sur son manque de formes et de caractère. Mais ce goujat a le culot de lui glisser des mots doux quand la meute a tourné le dos.. Surtout que Capucine est sensible et que cela la blesse étant donné les sentiments qu’elle a pour lui.
    – et.. ??
    – et bien j’ai remis les deux bidules de Mr Patate à leur place et quand Capucine est rentrée du collège je me suis isolée avec elle. Je lui ai exposé mes interrogations sur l’absence d’échanges entre nous, sur les premiers émois, sur son corps et les sentiments pour le petit Nicolas qui la sollicite souvent au téléphone avec la voix d’un jeune maladroit pour sa walkyrie.
    – et.. ??
    – elle s’est effondrée en larmes et m’a demandé comment j’avais pu être aussi perspicace malgré les carences affectives entre elle et moi.
    – vous lui avait sorti le tour de magie de Mr Patate ??
    – Non pas du tout, je lui ai simplement dit que je l’aimais plus que tout et surtout que les murs avait des oreilles et que parfois il parlent du bout des lèvres..

    Mickaël Dubord ©

  4. Peggy dit :

    – Madame, l’anti-poux que vous m’avez conseillé d’acheter en pharmacie, provoque des chutes d’oreilles !
    – Des chutes d’oreilles ?
    – Oui madame, des chutes d’oreilles ! Ce matin, alors que je refaisais les lits, j’ai eu la désagréable surprise d’y trouver une demi-douzaine d’oreilles.
    Avant de se coucher, j’avais traité mes trois enfants avec l’anti-poux TUPOUX.

    Et ce n’est pas tout. Lorsque j’ai accompagné les enfants à l’école, l’instituteur se trouvait dans un état de stress épouvantable. Il se demandait comment il serait capable d’enseigner à des élèves devenus sourds en une nuit. Lui-même se trouvait dépourvu d’oreilles mais je ne crois pas qu’il s’en était encore aperçu parce que ses lunettes n’ayant plus de point d’appui avaient glissé. Elles avaient été miraculeusement arrêtées dans leur chute par son épaisse moustache.

    Certes aucun enfant ne se grattait la tête

    – Ah, alors vous voyez, TUPOUX est bien l’anti-poux idéal. Que voulez-vous de plus ? Pour les oreilles c’est à l’otorhino qu’il faut vous adresser

  5. Christophe dit :

    – Madame, l’anti-poux que vous m’avez conseillé d’acheter en pharmacie, provoque des chutes d’oreilles !
    – Des chutes d’oreilles ?
    – Oui madame, des chutes d’oreilles ! Ce matin, alors que je refaisais les lits, j’ai trouvé une oreille toute desséchée dans celui de mon fils. Il est parti à l’école avec une seule oreille, le pauvre petit !
    – Et alors, quel rapport avec cet anti-poux. Si je vous l’ai conseillé, c’est parce qu’il est très efficace contre les poux. J’en ai frictionné la tête de mon fils dès qu’a commencé l’épidémie de poux et il ne se gratte plus.
    – Et ses oreilles tombent-elles ?
    A cette question, elle se mit à chantonner
    – … sauras-tu les ramasser, les entortiller ou bien les nouer, les passer par d’sus l’épaule, en visière de pompier, tes oreilles tombent-elles ? Bon, soyons sérieuses Madame, c’est quoi cette histoire d’oreilles, vous délirez complètement là.
    – Mais pas du tout, je l’ai dans ma poche cette oreille, on dirait un gros bout de peau morte..
    La dame sortit un mouchoir de sa poche duquel elle sortit ce qui ressemblait à un petit morceau de parchemin jauni et racorni. Tenu dans un certain sens, ses circonvolutions pouvaient en effet évoquer la forme d’une oreille.
    – Mais ce bout de peau morte n’a rien à voir avec une oreille enfin !
    – Ah bon ?
    – Quel âge a votre fils ?
    – 12 ans pourquoi ?
    – C’est votre premier fils ?
    – Oui.
    – C’est bien ce que je pensais, il a fait se puberté ! Il a desquamé son pénis. Essayez de le déplier un peu. Elle se mit à tordre et déployer le bout de peau morte. Il prit une forme plus allongée révélant une structure tubulaire.
    – Regardez le bien, n’a-t- il pas plutôt la forme d’un pénis ?
    – Maintenant que vous le dites …
    – Pas d’inquiétude, votre gamin est parti à l’école avec un petit robinet tout neuf et tout rose, prêt à encaisser de belles érections d’adolescent. Comment une mère peut-elle ignorer qu’aux premières masturbations, la peau du pénis de lait finit toujours par rester dans la main pour laisser place à celle, plus épaisse, du vit définitif. Bon, je ne vous en veux pas. Juste un petit conseil, pour respecter la tradition, mettez un petit préservatif sous son oreiller et dites lui que la petite chatte est passée.

  6. Soize dit :

    Madame, l’anti-poux que vous m’avez conseillé d’acheter en pharmacie, provoque des chutes d’oreilles !
    – Des chutes d’oreilles ?
    – Oui madame, des chutes d’oreilles ! Ce matin, alors que je refaisais les lits, j’ai découvert deux magnifiques portugaises, ensablées sur les draps moelleux, qui dormaient sur leurs deux lobes dans le lit de mon fils, Louis !
    – Et qu’avez-vous fait ?
    – D’après vous ?… Je me suis placée à l’entrée du pavillon, j’ai frappé doucement à la porte, me suis essuyé les pieds avant d’entrer dans le vestibule et j’ai murmuré à l’oreille des cheveux pour les réveiller un peu !
    – … ce qu’elles ont fait ?
    – Tout à fait ! Elle se sont étirées et ont commencé à crier comme des sourdes en portugais, me disant que j’étais complétement marteau de les réveiller en sursaut !
    – Et elles étaient jolies, ces… oreilles ?
    – Mais oui… Délicatement ourlées, la peau douce, mate et finement duvetée, légèrement parfumées… Mais je ne vois pas le rapport…
    – Deux portugaises dans le lit de votre fils… Vous ne trouvez pas ça un peu louche ?! Je crois que ces lusitaniennes sont loin d’être deux ex-gourdes ! Elles vous ont bernée, madame, et mon shampoing anti-parasitaire n’a rien à voir dans tout cela !
    – Je ne comprends pas…
    – Demandez-donc à votre fils ou bien faites-vous expliquer tout cela par votre é-poux ! C’est l’auberge espagnole, chez vous, madame !
    – C’est é…pou…vantable !
    – Non, c’est l’Europe ! A bon entendeur, salut !

    © SoizeD

  7. – Madame, l’anti-poux que vous m’avez conseillé d’acheter en pharmacie,
    provoque des chutes d’oreilles !
    – Des chutes d’oreilles ?
    – Oui Madame, des chutes d’oreilles ! Ce matin, alors que je faisais mon lit, j’ai perdu 4 oreilles une jaune, une bleue, une…
    – c’est la première fois?
    – Oh non ça fait plusieurs jours que j’en perds il faut dire que j’en ai de toutes les couleurs autour de la tête!
    – et vous ne les retrouvez pas!?
    – Je les cherche partout mais je n’arrive pas à les retrouver.
    – ahhh
    – Vous savez elles me manquent vraiment, avec la bleue j’écoute les oiseaux chanter dans les arbres, avec la verte j’entands le vent qui agite les branches , avec…
    – Dites vous n’avez pas vu Françoise tout à l’heure?
    – Quand Françoise est passée j’étais sous mon lit en train de chercher mes oreilles…
    – Bon je comprends mieux maintenant
    – ….
    – Alors ne bougez-pas Françoise arrive avec un nouveau vaccin, qui fait repousser les oreilles!…c’est tout nouveau!
    – Vous êtes sûre?
    – Ah oui , c’est garanti toutes les oreilles que vous avez perdues vont repousser… ne quittez surtout pas, j’ai un autre appel…Clinique psychiatrique, bonjour!…..
    Geneviève Tavernier

  8. Jp Carabin dit :

    – Madame, l’anti-poux que vous m’avez conseillé d’acheter en pharmacie, provoque des chutes d’oreilles !
    – Des chutes d’oreilles ?
    – Oui madame, des chutes d’oreilles ! Ce matin, alors que je refaisais les lits, j’ai trouvé deux oreilles sous l’oreiller !
    – Et des poux morts j’espère ?
    – Oui.
    – Alors c’est normal.
    – Vous plaisantez ?
    – Pas du tout ! C’est le prix à payer pour ne pas laisser la vie aux poux belle !
    – Mais Madame…
    – Il n’y a pas de mais ! Il n’y a que des poux laids ! Il n’y a pas de poux sains ! Alors agissons ! … car pendant que nous papotons impuissants, le pou pond, le pou pousse et le pou rit. De nombreuses recherches ont été effectuées dans la lutte que se livre l’homme et l’animal. Aucune n’a pu aboutir à un produit plus efficace que celui que vous avez utilisé ! Et je vous en donne quelques exemples
    – Je vous écoute…
    – Il y a d’abord l’échec de la cryothérapie. Cette méthode a été déduite du fait que les poux ne supportent pas le froid. Il suffit d’enfermer quelques heures la chère tête blonde dans un congélateur et le tour est joué. La méthode a néanmoins été abandonnée en raison de problèmes de réanimation des enfants après décongélation.
    Ensuite il y a la thermothérapie. Là aussi un échec cuisant dans l’utilisation d’un moyen pourtant efficace : le chalumeau. Les effets sur le pou sont immédiats. Mais des effets secondaires ont été constatés sur le cuir chevelu.
    – Vous me faites peur…
    – Attendez, ce n’est pas fini. Il y a encore la boulazzero. D’origine mexicaine, cette technique consiste en un rasage du crane suivi d’une crémation des cheveux. Le rasage fut ainsi pratiqué en France au début du siècle révélant notre esprit paradoxal : l’enfant rasé qui ne portait donc plus de pou était montré du doigt par ses petits camarades chevelus qui s’écorchaient la tête avec l’autre main.
    – Et, heu… le shampooing ?
    – Ah oui, ça marche. Mais on n’en trouve plus.
    – Et je fais quoi alors ?
    – Parlez-en à votre enfant.
    – C’est que…il ne veut rien entendre !
    – Ah oui, c’est vrai…heu…parlez-en à votre mari.
    – Il fait la sourde oreille.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Répondez à ce calcul pour prouver que vous n'êtes pas un robot * Temps limite dépassé