Exercice inédit d’écriture créative 26

Faits divers.

Un point aurait martyrisé la virgule avec laquelle il vivait depuis plusieurs années.
Selon plusieurs témoins habitant les phrases avoisinantes, le couple…

Imaginez une suite en employant, si possible, des rapprochements avec les signes de ponctuation

7 Responses

  1. Clémence dit :

    Faits divers. Un point aurait martyrisé la virgule avec laquelle il vivait depuis plusieurs années. Selon plusieurs témoins habitant les phrases avoisinantes, le couple…

    Le journaliste tomba sur cet entrefilet relatant un triste fait divers qui correspondait à son enquête. Il décida de se rendre sur place. De retour, il rédigea-deux points- ouvrez les guillemets.

    « Un point, aussi serré, aussi dense qu’un poing, s’est écrasé sur le haut de la joue de Virginie, laissant une horrible virgule bleuâtre. Elle ne dit mot. Monta dans sa chambre et s’enferma.

    Le lendemain, elle partit au travail, comme d’habitude. Ou presque. Un maquillage léger, mais de l’anti-cerne soigneusement appliqué, les yeux cachés par de grosses lunettes noires.
    Elle évoqua une allergie et se consacra à la partie administrative de son audit. Ni vu, ni connu, pas d’interrogations embarrassantes.

    Vers 11 heures, elle téléphona à son médecin traitant qui – entre parenthèses – était un de ses amis. Elle lui demanda un rendez-vous en fin de journée.

    Elle arriva au cabinet de consultation. Il la reçut immédiatement. Elle lui fit part de l’agression dont elle avait été victime.
    Après quelques instants de suspension, il lui demanda ce qu’elle comptait faire.
    – Je te demande d’abord un certificat. Un constat pour coup et blessure.
    – Je peux rédiger un constat, mais pas un certificat.
    – Bon, rédige toujours.
    – Iras-tu à la gendarmerie ?
    – Je dois encore réfléchir.
    – Je vais te prescrire un gel & des granules à l’arnica, c’est efficace. Tu sais…
    – Je sais.

    Virginie sortit, perplexe. Un constat mais pas de certificat. Cela ne vaut pas la peine que je passe à la gendarmerie.
    Elle passa à la pharmacie.

    De retour à la maison, un bouquet de roses, une petite boîte et un carton d’invitation à dîner.

    Elle soupira, mais la rage bouillait en elle.
    – Quel goujat ! Quelle or***. Cela ne peut plus durer. Un véritable cercle infernal. Les coups, les cadeaux. A croire que sa logique s’inverse : les cadeaux donnent droit aux coups….

    La vie conjugale reprit pour quelques temps encore. Interrompues par des interrogations : « On ne vous voit plus , que se passe-t-il ?» ou des exclamations : « Vous devez avoir une vie active très dense !».
    Il répondait seul aux invitations et rentrait éméché.
    Elle préférait mettre une sourdine à sa vie sociale, quitte à l’enfermer entre crochets. Elle redoutait les sous-entendus « entre guillemets » qui alimentaient les phrases et les paragraphes de la rumeur.

    Un soir, elle entendit la voiture devant la porte. Plusieurs claquement de portière, une bordée de jurons. Il entra seul. Ivre.

    Elle le regarda en silence. Cela ne lui plut pas du tout. Elle reçut une volée de coups qui la firent lourdement chuter.
    Elle se releva.
    Il recommença.
    Elle s’écroula mollement.

    Un trait venait d’être tiré sur la vie de Virginie. »

    En 2014, en France, 118 femmes sont mortes de violences conjugales.

    © Clémence

  2. Halima BELGHITI dit :

    Un point aurait martyrisé la virgule avec laquelle il vivait depuis plusieurs années. Selon plusieurs témoins habitant les phrases avoisinantes, le couple battait de l’aile. Les commentaires allaient bon train. Certains disaient que la parenthèse échantée était close. D’autres qu’il fallait tirer un trait sur cette histoire et passer à autre chose. Et puis enfin, on disait qu’il fallait mettre un point final à cette union, point à la ligne. Ceux qui avaient assisté à une scène du couple, ne mettaient pas de guillemets à leurs propos. Il prennaient carrément parti pour l’un ou pour l’autre sans chercher de traits-d’union. Bizarrement, les phrases défendaient le point qu’elles disaient être un point d’honneur. Les paragraphes, eux, soutenaient la virgule qu’ils trouvaient bien mignone. Leurs interrogations se succédaient laissant place aux exclamations. Ils se proprosaient de mettre les points sur les i, et les barres sur le t, mais, au bout du compte, leur projet restait en susupension… Seul le code typographique savait raison garder. Sur des pages et des pages, il se répandait en explications, en astérisques et en tirets… Mais rien n’y faisait… L’avenir du point de la virgule était en jeu et livré en pâture…Tout ce petit monde, en vérité, était bien inquiet pour le devenir de ce couple, comme s’ils n’avaient que cette ponctuation en tête …

  3. Gwenaëlle dit :

    Un point aurait martyrisé la virgule avec laquelle il vivait depuis plusieurs années. Selon plusieurs témoins habitant les phrases avoisinantes, le couple…
    …voyait sa liaison partir en point final. La virgule s’était mise à flirter avec les mots, encore et encore. Le point ne pouvait plus conclure, leur fils, le point virgule, ne trouvait plus sa place, les grandes parenthèses ne suffisaient plus aux explications. Le point en a perdu son sens. Il utilisait ses deux points et interpellait les puces contre la virgule. Les mots s’entrechoquaient sans rythme, la musique de la ponctuation s’était éteinte, le chaos s’installait. Le point d’interrogation se posait des questions, le point d’exclamation s’exclama ‘quel genre de point es tu pour être jaloux de ta virgule qui fait si bien les césures ? Qui minaude avec les mots pour mettre en valeur leur profondeur et embellir notre phrasé. Point de beau parler sans notre contribution !’ La virgule le savait mal en point, et décida de mettre les points sur les i ‘notre idylle est terminée, mais nous ne pouvons nous passer l’un de l’autre, sans moi la phrase perd son souffle, sans toi elle s’étire, se perd, s’essouffle. Faisons la paix, laissons de nouveau les mots danser avec la ponctuation’. Le point s’interrogea, fléchit, céda. Et les mots retrouvèrent leur flot, cadencé par une ponctuation au diapason… trois points de suspension !

  4. Marie-Ange dit :

    « Circule, virgule, ou je t’apostrophe ! »… Ces mots, elle les avait entendus vingt, cent fois… Elle voulait mettre les choses au point, mais avec les interrogations d’usage… Ils s’étaient aimés, pourtant, elle le savait, mais point assez, sûrement, car elle craignait ses crochets du droit… Ses exclamations, ses mots en suspension, rien n’y faisait… Il ne l’aimait plus. Point barre.

  5. SylviePB dit :

    Il ne supportait plus de la sentir prendre de la distance. Cet espace qu’elle mettait entre eux … la situation devenait grave. il avait d’abord souhaité mettre les points sur les i. Mais, comme elle s’y refusait, il accepta de marquer une parenthèse. C’est alors qu’elle l’apostropha et déclara qu’elle le trouvait trop pointilleux, qu’elle ne pouvait plus garder la même ligne de conduite auprès de lui et qu’elle préférait prendre le large. Fou furieux, il lui décocha un crochet. Le point de non retour était atteint.

  6. Antonio dit :

    Selon plusieurs témoins habitant les phrases avoisinantes, le couple était arrivé au point de rupture.

    La Majuscule : « Je suis bien placée pour en parler, le point ne supportait plus que la virgule appose son point de vue, à tour de bras, dans chaque phrase. On ne pouvait pas lui donner tort.

    Par exemple, un jour, alors que ma phrase se levait paisiblement dans le quartier, le sujet, le premier debout, comme toujours, la baguette sous le bras, conjuguant un verbe ou deux au troquet du Passé Simple, avec une palanquée d’adjectifs qualificatifs, plus ou moins du coin, sans parler des adverbes ou locutions pronominales qui s’invitaient aux brèves du comptoir sans qu’on les ait sonnés, la virgule, elle, avec son autorité coutumière, ou plutôt couturière, devrais-je dire, avait décidé de gérer la circulation au rond-point de la place de La Ponctuation, jusqu’à la tombée de l’ennui, sans interruption, sans que le point ait son mot à dire, lui, sans qu’il puisse mettre un terme à la cacophonie de ma phrase qui n’en finissait pas de se trainer en apposition, au point d’agacer tout le monde dans le quartier qui manifestait, les poings levés, tantôt en interrogations, tantôt en exclamation, scandant le point à la ligne et l’ouverture des guillemets pour exprimer leur mécontentement et surtout leur envie d’en finir, d’aller se coucher, chacun chez soi, et non plus assister, impuissants, à l’agonie de ma pauvre phrase, promise à coucher dehors. »

    Et ?

    La Majuscule : « Le point s’est levé et l’a foutue dehors tiens ! Certes sans ménagement ! … Seulement depuis il a repris les commandes dans le quartier … jouant son rôle le temps de sa suspension. Et je vais vous dire … personnellement … moi … elle ne me manque pas … la pimbêche !
    Alors je vous le demande. Qui a martyrisé l’autre dans l’histoire ? Demandez à nos lecteurs ! … C’est certainement pas lui … un point c’est tout ! »

  7. Pascal Perrat dit :

    « Un jour, dit mademoiselle virgule à monsieur tréma, j’ai su que vous étiez promis à mademoiselle cédille. Veuillez dons renoncer à ma main, un point c’est tout!
    Monsieur tréma, piquer au vif par ces paroles prononcées d’un accent aigu, lui dit d’un accent grave: « Mademoiselle, je vous trouve le verbe haut!
    – assez monsieur, point d’exclamation, car je ne subirai pas d’interrogation sur cet article.
    – accepteriez-vous la vie d’un neutre?
    – c’est inutile, j’ai mon futur…
    -ah! Mademoiselle, cette révélation me tuerais, s’il ne me restait la consolation de penser que je serai toujours votre futur antérieur »

    « Ce n’est pas de moi, c’est une histoire que ma maman racontait lorsque j’étais petite » Précise Christine Delbove, Journaliste, Rédactrice et animatrice d’un atelier d’écriture à Perranges 58110 Rouy
    tel: 03.86.60.27.57

    htt://vivrepratiquealacampagne.blogspot.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Répondez à ce calcul pour prouver que vous n'êtes pas un robot * Temps limite dépassé

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.