Exercice inédit d’écriture créative 14

La Neigeronette, petit oiseau migrateur de la taille d’un flocon,
pond des œufs à la neige et se nourrit de marrons glacés.
Elle quitte généralement son nid à Noël pour se mettre au sec aux Seychelles.

Imaginez la suite

8 Responses

  1. Clémence dit :

    La Neigeronette, petit oiseau migrateur de la taille d’un flocon, pond des œufs à la neige et se nourrit de marrons glacés. Elle quitte généralement son nid à Noël pour se mettre au sec aux Seychelles.

    Neigeronette est une fée ! Je l’ai rencontrée la première fois en Ariège. Après un repas frugal, elle m’a offert un minuscule dessert servi dans un nid de papier cristal.

    Je fondis de plaisir. La chaleur du cacao explosait sous la neige légère d’un craquant de sucre à la saveur de noisette….Je haussai des sourcils, Neigeronnette cligna de ses petits yeux noirs. Effrontément audacieuse : je piochai une seconde bouchée en m’exclamant :
    – Neigeronette, ce flocon est une pure merveille !
    Nous pépiâmes encore quelques heures puis je la quittai. Je devais rejoindre mon nid avant la tombée de la nuit. Au moment de nous séparer, elle me glissa quelques marrons glacés.
    – Ainsi, vous penserez à moi, zozota Neigeronette ! Noël approche, je vais bientôt quitter mon nid pour les Seychelles.
    – Elle en a, de la chance !
    – Mais qui donc ?
    – Elle, celle chez qui vous allez vous envoler…
    – Ah…. Non, je pars effectivement aux Seychelles ! J’ai un projet qui me trotte sous la houppette depuis quelques temps… Mais, soyez rassurée, je penserai à vous !

    Un matin immaculé de janvier, je reçus un colis des Seychelles. Je l’ouvris avec avidité. Blottis dans du papier de soie rose tendre, trois jolies boules de neige enrobées de copeaux de coco… J’envoyais un zeste de remerciement accompagné d’effluves de félicitations pour cette création.

    Février était glacial. Dans la boîte aux lettres gelée, un colis. Blotti dans du papier doré, un large bâton blanc mousseux dans lequel s’épanouissaient des éclats de noisettes, d’amandes et des pistaches…Neigeronette avait fait fort !

    Mars arriva avec ses frimas et un nouveau colis. Posés sur du papier de soie vert, des espèces de vermisseaux orange. Je croquai du bout des dents. Cette saveur., ce brin d’amertume malgré le sucre…des orangettes. Sublime !

    Avril fut poudré avec ses amandiers en fleurs. J’attendais ma surprise. Elle arriva dans une bouteille : du sirop d’orgeat. Un nectar.

    Les mois glissaient doucement vers l’été et me déposaient leurs cadeaux aux saveurs de cerises, de melon et d’abricot, puis ces mêmes fruits, confits !

    Septembre m’apporta, dans un panier d’osier, des palets de chocolat recelant des fruits secs.

    Octobre et novembre offrirent leurs largesses : raisins et pâtes de coings. Dans les maisons, les flambées rougissaient les joues et les murs.

    Début décembre, je reçus une carte postale de Neigeronette.
    – Je reviendrai des Seychelles. Pour Noël.
    – Je reviens chez elle, me dis-je. C’était donc chez moi, pour un Noël provençal. Je respectai les traditions : la crèche et les santons, les trois nappes, les trois bûches, le gros souper, la pompe à huile. Je concoctai aussi un dessert qui honorerait sa générosité….

    Ainsi naquit la tradition des treize desserts.

    © Clémence

  2. dumouchel dit :

    La Neigeronette, petit oiseau migrateur de la taille d’un flocon,
    pond des œufs à la neige et se nourrit de marrons glacés.
    Elle quitte généralement son nid à Noël pour se mettre au sec aux Seychelles. Mais avant, elle a déposée une dizaine d’oeufs (qui n’écloront qu’à Pâques). Elle a bien évidemment pris soin de les couvrir avec la peau des marrons engloutis ! Son mari,le Neigeron la suivra plus tard, vers l’Epiphanie, car il doit faire les courses pour la Chandeleur ! A son arrivée, Neigeronnette sautera sur la crêpière et ne cessera sa corvée que le Mardi Gras. Neigeron la quitte pour les Cendres car il ne fait pas le Carême (il bosse trop dur pour se priver !). Au moment des Rameaux, leur copine Gellette part les rejoindre avec un bouquet de buis mais elle n’arrivera pas avant le jeudi saint ! Et comme les cloches, elle partira le vendredi saint pour fêter Pâques avec les petits de Neigeronnette, elle leur apprendra tout ce qu’il faut savoir sur l’Ascension, la Pentecôte mais aussi sur l’Assomption et annoncera la mort de ses parents aux petits. Ils fêteront ainsi les Saints et les morts,(celle de Gellette aussi) puis à leurs tours bien assez grands, ils partiront à leur tour faire leur voyages aux Seychelles et laisseront là leur nouvelle amie Gillette pour veiller sur leurs petits….

  3. Sabine dit :

    La Neigeronette, petit oiseau migrateur de la taille d’un flocon,
    pond des œufs à la neige et se nourrit de marrons glacés.
    Elle quitte généralement son nid à Noël pour se mettre au sec aux Seychelles.
    Mais une neigeronette n’est pas une hirondelle. Au printemps on ne la revoit pas. Parce qu’aux Seychelles, elle fond. Comme un vieux camembert puant, elle se liquéfie, elle coule. Elle et ses copines finissent en bouillasse au pied d’un arbre, desséchées, évaporées le soir même. Non, décidément, pas la peine d’en faire un roman, c’est vraiment trop con une neigeronette.
    De toute façon, moi j’ai sorti mon fusil et j’en ai une bonne douzaine au congélateur pour Noël. C’est peut-être bête comme ses pieds, cette bestiole, mais il faut avouer que ce n’est pas mauvais.
    Allez, bon appétit.

    ©Margine

  4. Antonio dit :

    La Neigeronette ne vole pas, elle tombe. Ultra-légère, au mieux elle s’envole au gré du vent qui la porte.
    Les Neigeronettes se déplacent en boule après s’être roulé et monté en neige les unes sur les autres.
    La Neigeronette est souvent confondue avec la Pleuveronette, un petit cousin migrateur de la taille d’une goutte d’eau. Moins éclatante par son plumage, la Pleuveronette éclabousse néanmoins de splendeur par son ramage sur les toits.
    Mais bon, la Neigeronette se mange surtout en gelée ou encore en fondue, l’hiver. A Noël il est très courant de se la farcir, un truc de dinde ! … c’est du tout cui, bien entendu, même plutôt deux fois qu’une !
    Au fait, bonnes fêtes !!!

  5. Pascal Perrat dit :

    Deux textes ravissants. Deux jolis petits contes de Noel. Merci, Geneviève, merci Marie-Ange.

  6. Marie-Ange dit :

    Lorsqu’elle arriva, elle se senti toute dépaysée… cette chaleur après ces flocons ! Mais, bien vite, elle retrouva ses amis arrivés avant elle et aussi son Neigeronet qu’elle croyait avoir perdu. Les retrouvailles furent torrides !! Ce qui fait que peu de temps après, sur l’île flottante, trois petites crottes de chocolat virent le jour… suivies quelque temps après de petites guimauves de toutes couleurs… C’était le bonheur.
    Puis Noël arriva de nouveau ; ils durent prendre le chemin du retour… plus nombreux qu’à l’arrivée !
    Ils ornent désormais, tous, les vitrines des plus beaux magasins de confiserie !

  7. Geneviève T. dit :

    Pendant sa migration elle profite toujours d’un courant d’air pour ce vol au vent.
    Elle rencontre sabloneret, qui erre depuis qu’il a quitté son nid installé au Niger.
    Sabloneret est lui aussi un oiseau migrateur, né dans le désert et de la taille d’un grain de sable, il se nourrit de graines de soleil, et les femelles pondent des œufs durs.
    Neigeronette et sabloneret tombèrent amoureux…c’est à tir d’ailes qu’ils échappèrent au tir d’un vilain chasseur.
    Ils décidèrent de s’installer à l’ile de Sein avant la Saint glinglin. Neigeronette pondit 3 œufs mimosa, ce qui les laissa mi-figue mi-raisin.

  8. Geneviève T. dit :

    Pendant sa migration elle profite toujours d’un courant d’air pour ce vol au vent.
    Elle rencontre sabloneret, qui erre depuis qu’il a quitté son nid installé au Niger.
    Sabloneret est lui aussi un oiseau migrateur, né dans le désert et de la taille d’un grain de sable, il se nourrit de graines de soleil, et les femelles pondent des œufs durs.
    Neigeronette et sabloneret tombèrent amoureux…c’est à tir d’ailes qu’ils échappèrent au tir d’un vilain chasseur.
    Ils déciderent de s’installer à l’ile de Sein avant la Saint glinglin. Neigeronette pondit 3 œufs mimosa, ce qui les laissa mi-figue mi-raisin.
    Geneviève T.
    http://ledoubsjardindanabel.blogspot.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Répondez à ce calcul pour prouver que vous n'êtes pas un robot * Temps limite dépassé

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.