On est tenté de viser trop haut

dans-le-milePour la plupart, quand on débute en écriture, on commence par écrire l’histoire qu’on estime la plus forte.
C’est une erreur, mais on y échappe rarement

Il vaudrait mieux faire ses gammes avec une histoire plus facile puis voir quelles sont les réactions des éditeurs.
S’ils accrochent un tant soit peu, c’est déjà de bonne augure

J’ai, parmi mes connaissances des personnes qui après avoir pris mon avis, écouté les conseils de leurs amis et tutti quanti, s’échinent sur leur manuscrit pendant des années.
Ils écrivent le nez sur le clavier en espérant enfin franchir la ligne d’arrivée menant à l’éditeur. C’est aussi une erreur.

Si l’histoire que vous portez est votre premier projet d’écriture, elle doit être bouclée en une année. Les mois suivant seront employés à la relecture et à la réécriture, si nécessaire.

Votre premier ouvrage ne doit pas viser trop haut, être coupé de la réalité. Acceptez qu’un échec soit possible, faute de quoi, vous ne réaliserez peut-être jamais votre rêve : être publié.

2 Responses

  1. Duplessis dit :

    Vous avez raison, il ne faut pas écrire plus haut qu’on a le …
    C’est comme pour le ski quand on débute, mieux vaut s’aventurer d’abord sur les pistes vertes avant d’attaquer les noires

  2. Delphine dit :

    Merci Pascal. Il faut faire ça avec plaisir et pour le plaisir des lecteurs alors… Bonne journée !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Répondez à ce calcul pour prouver que vous n'êtes pas un robot *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.