Mort annoncée de l’écriture manuscrite

clavier-amourAujourd’hui, j’aborde un sujet rebattu par les médias.
Une rumeur selon laquelle, la Finlande, après 45 états américains, aurait décidé que les enfants apprendraient uniquement l’écriture dactylographiée.
Crayons et stylos iraient donc au rebut.
Cette nouvelle façon de rédiger deviendrait universelle et il faudrait bien que toute la planète s’y prête.

Le Figaro ou Le Monde, comme bien d’autres journaux affirment, dans différents articles, que l’écriture manuscrite est en voie de disparition dans de nombreux pays.
Que leurs enfants n’apprennent plus à écrire que sur un clavier.

Moi qui soutiens les parents d’enfants dyslexiques, je suis évidemment favorable au clavier, il facilite l’apprentissage de l’écriture.
Mais, hors ce cas particulier, je reste convaincu qu’il est indispensable, pour la plupart des enfants,
d’apprendre les gestes de l’écriture manuscrite, ne serait-ce que si un jour, une apocalypse de l’énergie électrique survenait.
Imaginez. Ne sachant plus écrire autrement qu’avec un clavier, personne ne saurait comme faire pour écrire une lettre de réclamation et l’expédier à EDF.

Très de plaisanterie. Je suis opposé à l’abandon de l’écriture manuscrite car le geste exécuté pour écrire est très important.
Le cerveau retient mieux lorsqu’il est constamment sollicité pour écrire une lettre ou un mot.
Quand un enfant commence à tracer des lettres, puis écrire des mots, il les grave, à son insu, dans la caverne de sa mémoire.
Ils y restent inscrits jusqu’à sa mort.

La preuve, lorsqu’on ne sait plus comment orthographier un mot, on cherche à le voir dans notre mémoire.
À le retrouver dans notre Lascaux cérébral.
Et, si on hésite encore, si on ne le distingue pas clairement, on le griffonne rapidement sur une feuille pour « voir ce que ça donne ».
Neuf fois sur dix, ce geste rapide révèle la forme et la structure du mot sur lequel on bute.

Comme vous l’avez remarqué, quand nous parlons nos gestes viennent étayer nos paroles.
Pareillement, les gestes d’écrire, appris dans notre enfance, collaborent avec notre mémoire des mots.

Autre sens stimulé par l’écriture manuscrite, l’odorat. Qui n’a pas en mémoire l’odeur des crayons, de l’encre, du papier ?
Je ne crois pas que l’odeur des claviers puisse stimuler le cerveau des petits Finlandais, celui de leur animal de compagnie, peut-être….

Je suis un dyslexique faisant de nos nombreuses fautes d’orthographe, vous me les signalez d’ailleurs gentiment.
Je devrais donc être à 100 % pour cette idée d’abandonner totalement l’écriture manuscrite.
D’autant plus que j’utilise souvent des applications de correction automatique et de dictées vocales. Mais non.

Non, parce que la sensualité du geste pour écrire ses sentiments ne peut passer par un clavier. Taper sur des touches pour écrire une lettre d’amour ne transmet pas la force des émois.
Taper indifféremment sur des touches, n’a, que je sache,  jamais fait frissonner quiconque.

Dans le même ordre d’idée, croyez-vous que l’on puisse écrire une lettre de condoléances
autrement que sur une feuille de papier, avec un stylo et son cœur  ?

Article rédigé à l’aide d’un clavier sans fil, bluetooth, très pratique. 😉 

22 Responses

  1. Perrat Pascal dit :

    Merci Aurélie et bonne année également.

    Moins de papier mais plus de circuits imprimés et ce composants électroniques,
    est-ce mieux ? Je doute.
    Oui à l’apprentissage moteur comme vous le dites si bien.

    • Aurélie L. dit :

      Merci Pascal !
      Malheureusement, un matériau en remplace un autre… les circuits imprimés sont déjà là, et vont continuer à se développer. Toutefois, des recherches sont en court afin d’optimiser au mieux le matériel. Ayons foi en l’humanité…

  2. Aurélie L. dit :

    Bonjour Pascal,
    Bonjour à tous,

    Et mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année !

    Pour ma part, je ne pense pas que les raisons données dans l’article soient les plus essentielles. Il ne FAUT pas abandonner l’écriture manuscrite car elle fait partie de l’apprentissage moteur de l’enfant. Enfin, à mon sens. Elle apprend la concentration, la minutie et tout simplement à se servir de ses doigts ! Certes le dessin y contribue aussi mais je pense que c’est un tout à ne pas dissocier.

    Pourtant, maintenant, le clavier a remplacé une bonne partie des stylos. Mon argument sera uniquement écologique : moins de papier devrait être utilisé à l’avenir et la planète n’en sera que plus reconnaissante (mais encore faudrait-il que les gens perdent la sale manie de tout imprimer)…
    Par contre, avec un défaut d’imprimante, il peut s’avérer utile, dans des cas bien particuliers, d’avoir encore une bille ou une plume (c’est mon cas) à portée de main.

    Du pour et du contre, en plus de tout ce qui a été dit…
    Espérons tout de même qu’une horreur de ce genre n’arrivera pas jusqu’ici. La double compétence est toujours nécessaire !

  3. Perrat Pascal dit :

    Bonjour et merci pour votre commentaire avec lequel « je suis raccord »
    J’aime beaucoup votre dernière phrase : Aujourd’hui un mot écrit à la main prend toute sa valeur car il se fait rare.

    Amicalement

  4. gontier dit :

    L’écriture manuscrite ne disparaitra pas je pense, par contre beaucoup de gens la mettront de coté, c’est sûr, mais c’est déjà fait en réalité. Tout comme la lecture.
    Tout ne s’apprend pas à l’école, ma fille écrivait spontanément à 2 ans. Sans que je ne lui ai jamais « montré » directement.
    Elle peint sans avoir appris à l’école aussi.
    Donc comme je le dis souvent, l’homme se dirige naturellement vers le beau, laissons lui simplement la possibilité de le faire. Laissons lui les outils. Mais là encore il se les réinventera j’en suis sûre même si on les lui retire.
    L’écriture au clavier est très utile et confortable dès l’instant où on a un trouble en DYS. J’écris très mal.
    De plus, je peux écrire très vite, j’aime ça. Il y a bien des avantages au clavier…
    Et OUI, les mots intimes, secrets, amoureux, teintés d’émotions, auront toujours de l’effet qu’en écriture manuscrite 🙂
    Aujourd’hui un mot écrit à la main prend toute sa valeur car il se fait rare…

  5. ACHILLE dit :

    Je partage intégralement votre propos. J’ajouterai, pour aller dans le même sens, que l’écriture (à la main, bien sûr), est une acte noble. Je ne vois guère de noblesse à taper sur un clavier d’ordinateur.
    En revanche, sur un clavier de piano…. Je suis également pianiste…
    Dominique ACHILLE

  6. Perrat Pascal dit :

    Cette idée de « bilingue de l’écriture » me plaît beaucoup lointaine Huguette.

  7. Huguette dit :

    Bonjour Pascal,
    J’apprécie grandement votre commentaire.
    Je serais désolée que l’écriture manuscrite disparaisse, ce qui n’enlève rien au pratique clavier. Mais des robots peuvent aussi taper des touches.
    Je viens de passer 4 jours en ermitage sans l’ordi et c’est un plaisir de renouer totalement avec la sensualité du papier de l’un plus rude, de l’autre plus lisse, du crayon à la mine de plomb, de l’odeur de la gomme à effacer, de la plume dont le réservoir demande à être rempli avec douceur.
    Je suis graphoanalyste et le geste d’écrire n’a rien d’anodin, il s’avère très utile dans la reconnaissance de soi et des autres. L’écriture m’aura plus d’un fois été un guide précieux tant dans mes recherches d’emploi que dans mes associations professionnelles ou affectives.
    Je suis d’accord entre la mémoire et le geste d’orthographier. En alphabétisation, ce n’est pas avec un clavier que l’écriture s’apprend mais avec un papier et un crayon.
    Je garde pour idéal de pouvoir être ‘bilingue’ de l’Écriture en se servant de la plume et du clavier qui est parfait ici pour communiquer en tre nous.
    Bon décembre tout le monde!

  8. Durand Jean Marc dit :

    Faute de moyens, vous pouvez vous dégoter « La folie des stylos à plume » de Juan

    Manuel Clark édité en 2002 chez Flammarion! Ca fait rêver toutes ces belles

    plumes,ces réservoirs et ces pistons (qui pour ces derniers ne vous mettront pas

    forcément en relation avec un éditeur)

  9. Perrat Pascal dit :

    Idée de cadeau pour Noël :
    Clavier en bois précieux avec magnifique écrin. réalisé dans des variétés d’essences toutes sélectionnées parmi des bois nobles et régionaux ou exotiques et précieux. Chaque pièce est unique et signée Pomme store.
    Lors de la finition du clavier aucune teinture chimique n’est utilisée, préservant ainsi la couleur naturelle du plastoc recyclé.. Une couche de protection est appliquée après la finition. Aucun enfant de moins de 5 ans n’est exploité à cette occasion.

  10. MALLERET PEGGY dit :

    Quant à moi je trouve que je fais beaucoup plus de fautes lorsque j’écris sur un clavier. J’ai besoin de me relire avec attention. Idem pour des amies dont l’orthographe est une référence.
    Avec l’habitude de pouvoir effacer facilement sur l’ordinateur, je suis devenue incapable de rédiger une lettre manuelle (c’est vrai, anniversaire félicitations ou condoléances) sans la recommencer je ne sais combien de fois alors que j’ai écrit des dizaines de carnets de voyage sans une rature.
    Et puis mon stylo chéri à encre que je garde si précieusement et dont je ne trouve plus tellement d’utilité.

    La graphologie va mourir aussi.

    Enfin bref on verra bien !!

  11. Antonio dit :

    Je ne suis pas convaincu par ta démonstration, même si je suis pour transmettre ce plaisir d’écrire manuellement que j’ai moi même.
    Je pense que tes arguments sont valables pour des personnes comme nous qui avons baigné dans cette écriture manuscrite dès l’enfance.
    Je peux tout à fait imaginer qu’un autre mode d’apprentissage au clavier puisse avoir le même effet sur la mémoire d’une personne. C’est qu’une intuition de ma part, en rien une vérité !
    Mais peut-être, faudrait-il un avis de scientifiques ou psychologues pour préciser tout cela.

    Et oui, je pense que l’on peut écrire une lettre de condoléance autrement que manuscrite, tout est question d’intention.
    Pourquoi penser qu’une lettre tapée à la machine ne le serait pas avec le coeur ?
    Si on n’est pas dans le cliché, là.. Pascal, on n’en est pas loin ! 😉

    (Pour avis divergent, histoire de changer d’angle de vue)

  12. Tissier mireille dit :

    Tout à fait d’accord avec vous. Je suis comme Marie-Ange, j’écris avant au stylo( crayon de papier pour être exact) avant de tout retranscrire sur l’ordi. Je trouve très dommage que l’on éduque maintenant nos enfants à écrire sur un ordinateur. Je ne veux pas passer non plus pour une ringarde, mais il m’arrive encore d’écrire mes lettres administratives à la main (je trouve cela plus respectueux par rapport à la personne à qui j’écris).

  13. Stephanie dit :

    Pour moi, qui suis gauchère le clavier franchement c’est mieux !
    Mais à ce qu’en disent les orthophonistes et psycho-linguistes c’est justement du coté de la latéralisation de notre cerveau que semble se situer l’enjeu de cette affaire.
    Quand aux sentiments et émotions dégagés par l’écriture cursive ? Je ne sais pas … L’encre et le papier sont aussi éloquents qu’une belle typographie à empattements et une mise en page réussie non ? Ok c’est moins spontané, mais bon.

  14. Durand Jean Marc dit :

    Pour Noël, pensez à offrir un coffret bien particulier!

    Un flacon d’essence de poudre d’os et de sang de mammouth. LASCAUX

    Un flacon d’essence de plume d’ibis et de papyrus. KEOPS

    Un flacon d’essence de mine plomb. SUPER HB

    Un flacon d’essence de craie ardoise. CANCRE.

    Vous pouvez également offrir notre compilation de musiques d’ambiance.

    Gratte moi le caillou. L’envol des papyrus. Danse sur le tableau noir. La griffe du

    sergent major. L’atterrissage des Papys russes. Le twist du Bic. Symphonie pour

    clavier et ordinateur…etc…

    Joyeuses fêtes à écrire….

    Commandes chez DURAND avant les soldes de printemps!

  15. Françoise -Gare du Nord dit :

    Je suis désolée d’apporter un son discordant mais j’écris avec plus de facilité sur un clavier.Il est vrai que manque la sensualité. J’ai encore en mémoire l’odeur de la trousse neuve, de la gomme, des crayons et de l’encre. Mais Azerty n’a jamais effacé mes émotions

  16. Sylvie H. dit :

    « Trêve de plaisanteries » mon cher. Et même plutôt au pluriel. On estime qu’il vaut mieux arrêter les plaisanteries. Et puis, je regrette d’avoir à t’écrire cela sur un clavier. Mais mon oreille y trouve son compte si mon nez reste en rade. Le doux clapotis des touches, je l’aime aussi. Pour le reste, oh! combien je suis d’accord avec toi. Je suis en train de corriger des copies. Je t’enverrais bien les jolies perles que j’y trouve, inventions d’écriture qui auraient peut-être été évitées si leurs auteurs avaient usé un peu plus de stylos durant leur scolarité.

  17. DOAN Marie-Ange dit :

    Je suis tout-à-fait d’accord avec vous Pascal ; personnellement, lorsque j’écris un texte, je le fais d’abord sur papier avant de le transcrire à l’ordinateur, je trouve que l’on peut mieux transmettre ses émotions en touchant les matières, crayon et papier…. avoir un contact direct c’est primordial pour moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Répondez à ce calcul pour prouver que vous n'êtes pas un robot * Temps limite dépassé

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.