L’envie de vous adresser à coach vous titille ?

euro-coach.jpgSi l’envie de vous adresser à un professionnel de l’écriture vous titille,
cet article vous concerne.

Comme vous pouvez le constater, les conseilleurs et les « coachs » prolifèrent sur Internet, notamment les aigrefins.

Avant de vous engager avec quiconque, veillez à bien vérifier ces 3 critères.

1 – Le coach ou le mentor
Ce coach est-il crédible ? Digne de confiance ? Combien trouvez-vous de résultats si vous proposez son nom à un moteur de recherche ? Plus de 15 000, c’est plutôt bon signe.
Quel est son parcours en écriture ? Quelles sont ses publications ? Est-il édité chez des des éditeurs avec pignon sur rue ou juste sur Internet ? Chez un seul ou plusieurs éditeurs traditionnels ? Quels sont ses échecs et ses réussites ?
Coach depuis combien de temps ? 10 ans, c’est déjà un bon point, 2 ou 3 ans ça l’est beaucoup moins. 15 ans de pratique pour un mentor est un minimum.

2 – L’écriture
Lisez attentivement les propositions, comme le ferait un correcteur.

Si vous trouvez ce genre de pléonasme :  » En trois semaines d’immersion dans l’écriture, il est possible d’écrire un premier jet de roman. Un bon premier jet si vous vous êtes préparé à l’avance. »

Ce type de promesse :  » Vous aurez une formation solide pour écrire votre roman, tranquillement chez vous, tout en étant accompagné par un enseignant chevronné et reconnu… et le tout pour le prix d’un café. »

Ce genre de syntaxe :  » (…) ces territoires qui sont les vôtres et que vous voulez explorer à travers vos histoires sans trop être à l’aise avec ce à quoi cette exploration stylistique vous confronte. (sic) »

passez votre chemin.

2 – Des preuves tangibles
Se trouvent-t-ils des novices témoignant des résultats obtenus après avoir appliqué la méthode présentée ? Ces personnes témoignent-elles à visage découvert ? Pouvez-vous les contacter directement ? Combien de temps et quelle quantité de travail ces résultats ont-ils nécessité ?

3 – Un coaching clair et irréprochable
La méthode présentée doit être exposée clairement et simplement.
Méfiez-vous des longs textes alambiqués qui, adroitement, ne brassent que du vent.
Ne vous laissez pas séduire par des méthodes douteuses, parfois à la limite
de la légalité. Celles, notamment qui vous assurent qu’Untel gagne des milliers d’euros allongé sur une serviette de plage.
Les méthodes fiables sont simples : elles s’appuient sur les règles universelles de l’écriture narrative et ne garantissent pas que vous serez édité.

En vérifiant ces critères, vous êtes sûr de vous trouver face à une proposition sérieuse, qui vous permettra de progresser efficacement; à condition d’être motivé, assidu, tenace et patient…

4 Responses

  1. H.Lemel dit :

    Je viens de lire cette prose venant d’un coach proposant de nous apprendre à écrire :
    « Ce n’est pas que les différences soient spectaculaires. Ce qui fait leur intérêt, ce qui les rend difficiles à gérer pour l’auteur, c’est justement qu’elles sont discrètes, plutôt des nuances que de franches différences »
    QUE 2 fois
    QUI 2 fois
    et QUE DE
    Un must…

  2. . Janine dit :

    Dans le prolongement du coach….
    C’est à dire APRES la publication….
    Je cherche un attaché de presse, ou un agent littéraire, je ne sais pas trop le nom…
    Quelqu’un qui m’aiderait à faire la promotion de mon livre, quelqu’un qui contacterait les journalistes, quelqu’un qui aurait des réseaux, des relations, dans les différents médias.
    Est-ce que ça existe ? Quel est le budget à prévoir ? Là encore, je pense qu’il y a de tout.
    Dans la mesure où mon éditeur ne fait rien, je suis un peu démunie.
    Avez-vous des infos aussi pertinentes que celles de votre message du jour.
    Merci et amitiés

    • Perrat Pascal dit :

      Ce qu’il vous faut c’est un (e) attaché de presse spécialisée. Je pense que ce n’est pas donné… Généralement, ce sont les entreprises qui financent de telles personnes, rarement des particuliers Je n’ai malheureusement pas de piste à vous proposer.

  3. Odile Zeller dit :

    Bonjour Pascal

    Écrire un roman en 30 jours par exemple !!!
    Merci. Je suis totalement d’accord avec toi
    Odile

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Répondez à ce calcul pour prouver que vous n'êtes pas un robot * Temps limite dépassé

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.