La pilule est amère

Le hasard fait très bien les choses.
Voyez plutôt :
Comme chaque année, je rédige des vœux à la Perrat et j’ai besoin de les illustrer.

Nous nous mettons en quête d’un illustrateur, en Gironde si possible.

Un sympathique commerçant bordelais nous dirige vers une personne qui fabrique des sapins écolos en carton prédécoupé.
Nous lui téléphonons. On aimerait placer mon texte dans le corps du sapin, cela ne semble pas lui poser de problème.

Un rendez-vous est pris et nous nous rendons à son domicile. Charles Badi, le créateur de Sapins écolos, demeure à Bordeaux, dans le centre-ville, c’est un jeune homme très sympathique, très souriant, un prof-artiste, comme nous les aimons, le courant passe immédiatement.

Marion LaratJe lui demande quelques explications. En l’écoutant j’ai l’impression d’entendre un dyslexique, ses explications sont assez confuses. Je découvrirai plus tard qu’il l’est vraiment.
Nul doute, nous sommes faits pour nous comprendre.

Charles, nous présente Marion Larat avec laquelle il vit. Cette charmante jeune femme a été terrassée, à 26 ans, par un AVC provoqué, elle le saura plus tard, par une pilule anticonceptionnelle.
Elle est handicapée pour la vie, son corps restera meurtri pour toujours, mais elle se bat pour que cette pilule du malheur ne brise pas l’existence d’autres jeunes femmes.

Aidée par sa soeur, elle a écrit un livre sur ce sujet : La pilule est amère

Marion signe son livre lors d’un débat dans les salons de la librairie Mollat à Bordeaux, le 8 janvier à 18 heures.
Nous serons nombreux à la soutenir, vous êtes cordialement invités à nous rejoindre.
Ou à acheter son livre.

[youtube]http://youtu.be/0KBM28P_YMM[/youtube]

5 Responses

  1. Pascal Perrat dit :

    Heureuse nouvelle : Marion Larat est maman depuis quelques jours

  2. Françoise - Gare du nord dit :

    C’est un combat, beau je ne sais pas, mais digne, indispensable et courageux. Bonne chance à Marion

  3. Maryline Lecoq dit :

    Bravo à Marion. Auxerre – Bordeaux c’est bien trop loin pour répondre à l’envie de la rencontrer. Mais comme le dit Colette Fournier ci-dessus, c’est un beau combat.

  4. Je partage votre article qui soutient un beau combat.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Répondez à ce calcul pour prouver que vous n'êtes pas un robot * Temps limite dépassé

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.