Exercice inédit d’écriture créative 286

dique-durUn disque dur, sentant sa mort venir, dicta ses dernières volontés avant que survienne un dernier coup de mou.
Voici, ce qui en ressort :

Rédigez ce testament 

19 Responses

  1. Michel ROBERT dit :

    Un disque dur, sentant sa mort venir, dicta ses dernières volontés avant que survienne un dernier coup de mou.

    – Alors ! Qu’est-ce qu’il s’est passé ?
    – Ben ! l’autre jour je suis allé au concert des Pirates avec ma souris, tu sais ! C’est Azerty, celle que j’ai rencontrée au cybercafé, à la soirée des pop up, tu la connais ?
    – Non non ! Je ne la connais pas mais vas-y continue.
    – Si tu la connais ! Enfin, bref ! On était sur le périphérique, j’avais mis le kit mains libres et en revenant, j’étais complètement défragmenté. Tout à coup, elle regarde par la fenêtre, elle me montre son interface, j’ai eu la fibre optique, j’te raconte pas. Mais je suis resté copie conforme, mon pote pas de lézard !
    – Et alors !
    – Elle se remet bien sur le siège, elle me dit comme ça : « T’as un pare-feu ? Je crois qu’il y a un cheval de Troie qui nous suit. ». Du coup, je mets le haut débit. Comme c’est un hybride, je fais ce que m’a dit le moniteur, je mets le moteur de recherche en route. Mais mon routeur était en panne, curseur bloqué. Alors je demande à Azerty si elle a pas son smartphone pour appeler mon fournisseur d’accès. Elle me répond : « Prend un raccourci ! Moi quand je pilote je passe par les multimédias et après par le réseau social ! Comme ça je tombe pile en-dessous de la passerelle et après, je peux activer vers ton adresse mail.
    – Quel avatar !
    – J’te raconte pas. Enfin ! Si j’te raconte : C’est à ce moment-là que je vois plein d’arborescences ! Y avait des pixels partout dans la barre de défilement. Elle fouille dans ma barre de tâches, rien ! Dans ma barre d’outils, juste quand on passait devant la FAQ, et je ne sais plus trop ce qu’elle fait après. Je ne voyais plus rien ! Heureusement, on était en bas débit. Elle me dit : « Octet ? ». Je lui dis : « Je suis dans la pièce jointe. On était presque arrivés, elle essaye d’ouvrir le portail. Mais il fallait le mot de passe. J’entendais presque plus rien. Je lui dis : « Regarde dans la corbeille, il doit rester un fichier avec un numéro. Appelle-le ! Mais elle ne m’entendait pas bien, je mets le micro. Ca allait mieux ! Elle l’appelle, le type qui lui répond, pas sympa du tout, avec un accent : « Emoticône ! » qu’il lui dit. Pas contente ! je la comprends ! Elle me dit :  » Ca rame ! Il est pas extranet ce mec ! Faut que je change de connexion. » Je lui dis non ! Surtout pas ! Du coup elle a appelé avec son smartphone pour se renseigner sur la Loi Informatique et Liberté…
    – Et alors !
    – Attends, je crois qu’on doit me faire une prise de son, voilà la recycleuse.
    Ils entendirent cliquer. Une belle icône entra dans la box avec un lecteur antivirus à mémoire vive. Quand elle se pencha pour faire son examen, les deux écrans tactiles purent admirer sa carte graphique et ses écrans plasma. Elle enregistra les copyrights sur sa clé USB puis s’adressant à notre ami, elle lui dit :
    – Après le listing, on vous passera les cookies et on fermera le bouton.

  2. PEHENNE dit :

    Un disque dur, sentant sa mort venir, dicta ses dernières volontés avant que survienne un dernier coup de mou. Voici, ce qui en ressort :
    J’ai avalé des heures et des heures de frappes et de retours.
    J’ai entassé, amassé un nombre invraisemblable de caractères, de chiffres et d’espaces.
    J’ai encaissé des tonnes de Entrée, de Alt, de Gr, de Ctrl et de suppr,
    J’ai ingurgité des amas de points, de virgules, d’accents …
    Toute cette science qui m’a été confiée, toutes ces bêtises ingurgitées qui me sont tombées dessus … Qu’en faire ?
    Je ne suis chargé que de les stocker. Bêtement. On me demande de retrouver un mot, une phrase, un titre ? Il me faut faire vite, courir dans les rayonnages, l’extraire, le porter à l’écran.
    Ouf ! il est content, il a retrouvé son fichier Word qu’il croyait perdu, son dossier Excel égaré dont il avait oublié le nom …
    On ne se rend pas compte. Il est dur le métier de disque dur.
    Par bonheur, j’ai aussi enregistré des photos. Toutes sont en couleurs, pas toutes réussies, mais souvent de vacances.
    J’ai mis de côté des vidéos -drôles en général, hilarantes parfois- et elles m’ont détendu. Et … Chut… Je les regarde parfois … quand il dort.
    Puis avec le temps, j’ai frôlé la saturation, On m’a heureusement libéré des espaces. Mais pas assez.
    Alors j’ai commencé à délirer : J’ai gigoté pour avoir des giga, j’ai hoqueté pour avoir des octets, je n’ai pas mégoté pour avoir des méga et j’ai fait des régimes pour avoir des kilos …
    Et puis tout s’est dégradé : j’ai pedu mes R un jou de dépime, puis mes E un soi d tmpt t ms Ô un hibl si d’ag …
    C’tait affux !
    Als, c’st fini. J sns la fin qui vint. J m sns tut mu …Mais j suis huux du tavail accmpl.
    Mais …(tns j’a auss pdu ms I zut als ! J pds ms ltts ls uns aps ls auts !) …Allz, Adu !
    Ma dn volont, c’st pas d … C’st de mu n pax.

    (J’ai perdu mes R un jour de déprime, puis mes E un soir de tempête et mes Ô un horrible soir d’orage …
    C’était affreux !
    Alors, c’est fini. Je sens la fin qui vient. Je me sens tout mou …Mais je suis heureux du travail accompli.
    Mais …(tiens j’ai aussi perdu mes I, zut alors ! Je perds mes lettres les unes après les autres !) …Allez, Adieu !
    Ma dernière volonté, c’est pas dur … C’est de mourir en paix).

  3. Clémence dit :

    Un disque dur, sentant sa mort venir, dicta ses dernières volontés avant que survienne un dernier coup de mou.
    Voici, ce qui en ressort …..

    – Récupéré de la Corbeille du Bureau :

    Premier brouillon. Police Verdana 12.

    « Un glaiseux plein aux as et su’l point d’calancher
    fit venir ses lardons,leur jacqta en lousdée:
    « gardez vous leir dit-il de fourguer l’héritage
    qu’les dabuches vous ont laissé … »

    Deuxième brouillon. Police Arial 12.

    «  Je lègue « Mes Images » coup de poing, coquines et croustillantes à souhait, volées par moult coups fourrés aux revues… »

    Troisième brouillon. Police Lucida 10.

    « Je lègue « Mes documents » coup de canif, secrets, mensonges et trahisons recueillis dans les couloirs sombres et les méandres…. »

    Quatrième brouillon. Police Gabriola 16.

    «  Je lègue « Mes Vidéos » coup de canon, l’envers du décor, les parts d’ombres et les infâmes collusions… »

    – Récupéré dans la poubelle, à côté du bureau :

    Cinquième brouillon. Manuscrit, encre violette.

    « Après ce coup de mou, reçu comme un coup de vieux dans le plexus, je n’ai plus envie de jouer au dur, balançant des coups de dents, des coups de bec ou des coups de marteau…
    Je veux jouir de mes dernières heures comme si elles étaient un dernier coup de chance, un dernier coup de soleil ou un premier coup de grâce… »

    – Sur le bureau, une enveloppe cachetée de cire grenat : Ceci est mon testament.

    « Moi, disque dur, je veux être transféré à Rome, palais Massimo alle Terme et prendre place dans la main du Discobole »

  4. luxury bio dit :

    Un disque dur, sentant sa mort venir, dicta ses dernières volontés avant que survienne un dernier coup de mou.
    Voici, ce qui en ressort :

     » Je souhaiterai autant que possible qu’on ne me renvoie pas à la casse, je veux qu’on me remette à l’atelier de recyclage. De cette manière, des petites mains me rendront la vie, me redonneront une âme. Et quand on m’aura donné une seconde chance de servir? je souhaiterai sacrifié toutes mes capacités, offrir toute ma mémoire à une famille. Il faut qu’on me ranime sur un ordinateur domestique, pas un ordinateur d’entreprise ou autre. C’est tellement plus vivant de partager, de se voir confier par exemple tous les clichés d’une famille. En règle général, on vous donne tout, le bon comme le moins bon, les photos qui ne semblent pas assez belles, on en remplit votre corbeille. Les fêtes, les anniversaires, les vacances, les grandes occasions comme les petits moments du quotidien, dans une famille on vous confie tout cela. Dans une société ou entreprise, au mieux on peut espérer un catalogue produit, c’est beaucoup moins vivifiant.
    Et si jamais je suis irrécupérable, je n’en suis pas moins réutilisable, il faudra alors me confier, me présenter à un bricoleur, quelqu’un qui saura me reconvertir, me valoriser. Vous savez bien ? Comme ce type qui détourne les objets ! Ce type qui a mis à profit deux disques durs hors service pour en faire deux superbes roues d’un modèle réduit de Harley Davidson qu’il a ensuite exposé dans une grande galerie. Qui sais ? Peut-être finirai-je en oeuvre d’art ? « .

    • Pascal Perrat dit :

      Bonjour « Luxury »

      Je voulu commenter votre texte mais votre adresse mail est erronée, message refusé 2 fois.

  5. Emmi A dit :

    Un disque dur, sentant sa mort venir, dicta ses dernière volontés avant que survienne un dernier coup de mou.
    Voici ce qui en ressort :

    Ma mémoire est pleine et je souhaite la léguer aux futurs générations informatiques.

    Tout d’abord promettez moi de ne pas oublier vos débuts hasardeux sur un clavier, Wind 95 ouvert sur d’immenses possibilités celle des mots, des tableurs de calculs et autres dessins irréalisables avec une souris… Lorsque vous m’avez installé pour la première fois j’ai du enregistrer toutes vos petites bêtises écrites, dessinées ou calculées que par sentimentalisme j’ai toujours gardé en mémoire cachée… ne m’en voulez pas je suis nostalgique.

    Je souhaiterai léguer à mon successeur cette version de Wind 98 au cas où… on ne sait pas où l’avenir nous mènera, mais une chose est sûre parfois certaines choses qui ont fonctionnées fonctionneront encore en cas d’urgence (en cas d’extrême urgence il vous restera la machine à écrire). Et le navigateur internet aussi long soit il à charger des pages pourront vous rappeler à quel point la patience peut être utile quand on a pas un débit fibre optique.
    Son interface vintage reviendra à la mode dans dix ou quinze ans peut être…

    Je souhaite garder en mémoire tampon mon bon Wind millénium par lequel je n’ai eu aucun virus… pas comme la fois où en installant Wind 8, un soit dit cheval de Troie est venu fiche le bazar dans mes affaires et qu’il a fallu tout réinitialiser ! Merci ! Des jours de sauvegarde, de test de partition de mon disque et de formatage… Rien de bien agréable…

    Par conséquent, je lègue donc à mon prédécesseur un panel de trois anti-virus et pare-feu de haute qualité pour se protéger au mieux contre les attaques.

    Ma dernière requête est bien plus spécifique.
    Ne me jetez pas dans une triste poubelle banale où je finir brûlé ou entassé.
    Ne me jetez pas dans ces soit dites bennes qui vous recycle alors qu’en réalité vous finissez sur un autre continent, en décomposition et polluant la splendide nature qui elle n’a rien demandé à personne.
    Remettez moi simplement à un bon bricoleur qui sera quoi faire de mes composites encore utiles et fonctionnels… je pourrais ainsi continuer avec « un nouveau look pour une nouvelle vie » informatique.

  6. Catherine M.S dit :

    Inventaire

    Un disque dur sentant la fatigue l’envahir
    Et la mort venir
    Dicta ses dernières volontés
    A son utilisatrice préférée
    L’auteure des textes poétiques
    Soumis à la bienveillante critique
    De Pascal, l’Éveilleur d’idées,
    Voici ce que cela a donné :

    Catherine, avant que je ne rende mon dernier soupir
    Permets moi d’émettre un ultime désir
    Si moi je meurs
    Il faut impérativement sauvegarder
    La vie de quelques personnages que tu as créés
    Et auxquels je me suis tant attaché
    Je pense au petit tas de sable et sa soif d’être aimé
    Au premier cheveu blanc vite expulsé
    A cet adjectif qui ne savait plus où loger
    Au dresseur de ruisseaux
    Au manuscrit avaleur de mots
    Au bourdon qui n’avait plus le moral
    A cet arbre amoureux d’une silhouette orientale
    Sans oublier
    La mouche qui passait ses vacances dans un steak haché
    Le pèse émotions
    Le livre vendu sur ebay
    L’escargot et son pote le colimaçon

    Et bien sûr il faut que survivent
    Auguste, Louis
    Lily que tu as sauvée de l’anorexie
    Petite Tong, Anne
    MireIlle, sortie de l »ennui.
    Je les aime tous
    Mort d’un disque dur
    Que vive l’écriture !

  7. françoise dit :

    Les services techniques d’Apple l’ont dit à ma propriétaire « votre disque dur est à changer »d’une voix dénuée de tout sentiment. J’ai bien senti qu’elle était ennuyée, non pas qu’elle soit sentimentalement attachée à moi mais parce que çà va lui coûter bonbon comme elle a dit. Pourtant je lui en ai rendu des services pour faire ses comptes, ses petits textes « d’écriture créative »,aller sur google, etc etc.
    et bien voici mes dernières volontés qui j’espère seront respectées :
    je souhaite être enterré , enveloppé dans un étui étanche , et qu’on plante au-dessus un jeune pommier. Je ne demande pas d’oraison funèbre ni de larmes, mais quelques secondes de recueillement empreintes de regrets, même feints.
    je sais que sur cette terre,nous sommes tous mortels et que nous les choses nous ne pouvons pas espérer en un au-delà comme les utilisateurs d’ordinateurs,en premier lieu bien sûr ceux d’Apple. Pourtant,dans ces derniers moments, je me mets à rêver qu’un ange m’emmène au paradis et que là-haut il se serve de moi pour envoyer des mails, des photos, que sais-je encore, à ses coreligionnaires connectés. ! Pourquoi les anges n’auraient-ils pas droit à l’informatique, je ne parle pas de l’informatique décisionnelle, quoique certains anges ont peut-être des décisions à prendre, qu’est-ce-que j’en sais !
    J’émets un autre rêve (j’ai toujours été un peu farfelu) ma propriétaire ne pourrait-elle pas m’emmener dans un de ses prochains déplacements en avion, dont elle est coutumière, et me lancer dans les airs et advienne que pourra…
    je rêve, je rêve ,envers et contre tout,d’un avenir meilleur, moi petit disque dur usagé.
    Pour l’instant ma propriétaire m’a remis dans son ordinateur et n’est-ce pas ce qui pouvait m’arriver de mieux. Comme dit le dicton « tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir »…. Le moment venu, je referai un testament mieux élaboré, plus réfléchi, où mes dernières volontés seront dénuées de tout sentimentalisme, de fantaisie, d’espoir d’un voyage dans l’au-dela. Ne suis-pas le cerveau d’un ordinateur tout de même et non pas celui d’un de nos utilisateurs crénom de Dieu.

  8. Nadine de Bernardy dit :

    Surfez,copiez-collez ,prenez de la peine
    C’est la mémoire qui manque le moins.
    Un disque dur sentant sa mort prochaine
    Fit venir ses clés USB,leur parla sans témoins
    Gardez-vous leur dit-il, de vendre les infos
    Que nous ont laissé nos parents
    Un secret est caché dedans
    Je ne sais sur quel site, mais un peu de courage
    Vous le fera trouver,vous en viendrez à bout
    Allez sur internet avec vos mots de passe
    Cliquez, double cliquez et ne négligez rien
    Que votre effort ne vous fasse découvrir.
    Le disque mort, les clés vont sur tous les sites
    Celui là, cet autre, partout les infos vont chercher
    Il leur en revient bien davantage
    Rien que déjà elles ne sachent
    Mais le disque dur fut sage
    De leur montrer, avant son coup de mou
    Que le moteur de recherche est en soi en trésor.

  9. Isabelle Pierret dit :

    Un disque dur, sentant sa mort venir, dicta ses dernières volontés avant que survienne un dernier coup de mou. Voici ce qui en ressort :
    Victime du système d’exploitation, je rends l’âme, exténué par tant de rotations. Fragmenté, puis défragmenté, j’ai beaucoup ramé. Mon formatage n’était pas standard, car, non conformiste par nature, je me suis toujours refusé à mobiliser de la mémoire non volatile et je suis parvenu à jongler avec des entiers naturels comme des relatifs.
    Tous mes octets ont été soignés, bichonnés, entretenus.
    Hélas, la Loi de Moore prenant fin par intérêt économique, je dois renoncer à la toute puissance, à l’infinie capacité et à la vitesse de la lumière, mes horizons tant espérés, limités par « the Wall ».
    Etourdis par le vol effréné des têtes de lecture, mes disques s’avèrent inopérants dans la détection des signaux électriques et ma zone servo devient illogique.
    Aussi mes opportunités se résument-elles en disque virtuel, ou mémoire flash voire en hybride. Chacune de ces ouvertures me laissent perplexe.
    C’est pourquoi je vous fais part de mes dernières volontés : je souhaite réintégrer le cerveau humain, par une optimisation des performances neuronales. De récents travaux sur la myéline me font espérer d’intéressantes mutation du neurogénome auxquelles je veux contribuer. C’est en respectant mon potentiel de repos que vous me permettrez une seconde vie dans le développement de l’espèce humaine, grâce à mon potentiel d’action.
    A l’avance, je vous en remercie

  10. Sylvie dit :

    Chère Estelle,

    Mes jours auprès de vous sont comptés.
    Pardonnez ma lenteur.
    Je me fragmente, je meurs.
    Par un virus infecté, un ver de la pire espèce
    Qui me ronge, me saigne.
    Avant que je ne quitte définitivement cette vie,
    Sachez, chère Estelle, que de tous mes circuits
    Pour les pages et les images que vous avez gravés en moi
    Je vous remercie.
    Vous m’avez toujours choyé des plus élégants logiciels
    Vêtu de savants didacticiels
    Offert des programmes universels.
    Très chère Estelle,
    A l’heure de mon trépas
    Quand ma mémoire s’envolera
    A la fosse commune ne me jetez pas.
    Permettez-moi de retrouver
    Dans votre tiroir
    Sous les lettres de Grégoire
    Ce lit de bulles qui jusqu’à vous m’avait porté.
    Mais avant ce doux enterrement
    Acceptez ce modeste testament.
    Sauvez mon âme auprès du grand mage
    Faites don de mon contenu à l’infonuage
    Et si vous prêtez attention
    Très chère Estelle,
    Les soirées de pleine inspiration
    Je vous adresserai
    Une pluie de pixels
    Perles de poèmes
    Ou arcs-en-ciel.

    ©Sylvie Wojcik

  11. christophe dit :

    DERNIER TOUR DE PISTE

    Je lègue mon moteur à l’hélice d’un jouet,
    Que ma surface reflète un visage bien-aimé,
    Que mes données inspirent un air de hasard.
    Mélodie triste ou gaie aux vibratos bizarres
    Je rêve d’être dernier disque dur sur la terre
    Qu’après moi les cœurs seuls enregistrent la vie
    Pour que cesse l’illusion de la technologie
    Que ma tête de lecture, qui depuis tant de tours
    M’effleure pour avoir ses données en retour
    Atterrisse et me touche en un baiser mortel.
    Que mes circuits inspirent un jardin merveilleux
    Où ne courent que les rires des enfants malicieux
    Que s’effacent de mes pistes tous ces tristes tableurs
    Toutes ces intelligences gaspillées en labeur
    De mes segments usés perdus et fragmentés
    Que jaillisse l’évidence que rien n’est programmé
    Que le grand processeur au creux d’une carte mère
    Scarabée immobile aux cadences infernales
    S’ouvre à l’humilité d’une vérité banale
    On est toujours vaincu par un grain de poussière

    • laurence noyer dit :

      Sublime ! Aussi bien par la forme olympique de ses alexandrins que par le contenu fort et poétique
      Bravo

    • MTR88 dit :

      MTR 88
      Que ce texte est bien dit et agréable à faire résonner…Merci et à bientôt de vous lire.

    • PEGGY dit :

      Réussir à faire un texte en alexandrins et aussi poétique avec comme proposition le testament d’un disque dur, Félicitations! Je ne verrai plus mon DD de la même façon.

      Excellent dimanche
      Peggy

  12. Endurand dit :

    Personne avant moi n’avait pu imaginer ce qu’est tourner en rond. Maintenant que je vais crever tel le mauvais d’un film noir, tout le monde va m’oublier.
    Pourtant, j’ai vraiment fait tout mon possible pour durer.

    Un disque dur se doit d’être très dur avec lui. Pas de pitié, pas de sentiment. Il a tant à endurer, tant à stocker jusqu’au vertige, du haut de la falaise, toute cette craie humaine à ingurgiter.

    Au début, on pivote tranquillement, on fait la roue face à tout cet espace vierge de toute trace. On rigole même à croiser tous les ans les petits pas déposés l’année précédente.

    On croit faire son trou, on le creuse. Trop peu de trouvailles, de trésors. On se découvre plus qu’on ne découvre. D’invisibles sillons soulignent mon usure, le trop plein d’utilisation d’une fourmi humaine découpant et charriant les brindilles de la communauté.

    Mes dernières volontés sont utopiques.

    Qu’à continuer à tournicoter encore, qu’on emploie les sans boulot à m’expédier dans l’espace, moi et mes frangins.

    Toute une armée nue de discoboles balançant aux étoiles, aux fantômes de leurs habitants les multiples messages, notes, réflexions des petits d’hommes.

    Que ça ouvre peut-être, une nouvelle galaxie, ailleurs, autrement ??

    Sinon, les disques durs comme les montres deviendront mous.

  13. laurence noyer dit :

    Je soussigné, DéDé, lègue à tous mes internôtres ;
    Mes 5 millions de caractères
    Mes 2 têtes de lectures
    Ma vitesse au démarrage
    Mon autonomie
    Ma capacité à trouver
    Le bon mot
    A planifier et organiser
    A gérer les comptes
    A me souvenir de personnes
    A décompter 7,6 , 5 , 4, 2, 1
    A oublier ce que j’ai lu
    A effaer les énèvenemts récents
    Où sont mes chaussures ?
    Mes 2 milios de lctres
    es 5 caractèes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Répondez à ce calcul pour prouver que vous n'êtes pas un robot * Temps limite dépassé