Des yeux visiteurs

Comme vous le savez peut-être, je n’ai pas dépassé l’école primaire, mais pour une raison que j’ignore, les musées m’ont attiré. Peintures et sculptures me poussaient à y entrer.
Comme beaucoup de visiteurs, je ne m’attardais pas devant une œuvre. Surtout si elle ne me plaisait pas sur le champ. J’avais un regard primitif, des yeux visiteurs, superficiels et distraits, je n’approfondissais pas les détails.

Ce livre m’a ouvert les yeux

Écrit par Thomas Schlesser, un historien de l’art, ce roman m’a ouvert les yeux sur cinquante-deux chefs-d’œuvre exposés dans les musées parisiens. Après l’avoir lu, je ne passerai plus en coup de vent devant un tableau, même si, dès l’abord, il ne me séduit pas du tout.

L’auteur réussi brillamment à raconter différemment l’histoire de l’art par le biais d’une sélection érudite, mais jamais chiante, entre œuvres connues ou plus confidentielles.

En 470 pages, grand-père, un homme érudit et fantasque, initie Mona, chaque mercredi, à une œuvre d’art, avant qu’elle ne perde la vue. Ils se rendent au Louvre, à Orsay ou Beaubourg et s’émerveillent, s’émeuvent et s’interrogent. Ils sont happés par les tableaux, nous par ce livre. Un succès mondial.

Les Yeux de Mona, Thomas Schlesser, Éditions Albin Michel

Je suis hors-n’homme. Un neuroatypique à dominance dyslexique atteint d’aphantasie : incapable de fabriquer des images mentales et de se représenter un lieu ou un visage. Mes facétieux neurones font des croche-pieds aux mots dans mon cerveau et mon orthographe trébuche souvent quand j’écris. Si vous remarquez une faute, merci de me la signaler : blog.entre2lettres(at)gmail.com

6 réponses

  1. Marie Remande dit :

    Merci, cela donne très envie

  2. Coriandre dit :

    Un grand merci Pascal pour ce partage. Cela donne envie de se plonger dans ce livre.

  3. Françoise - Gare du Nord dit :

    Je te remercie Pascal
    Je cherchais une idée de cadeau, un livre sur la peinture à offrir à une personne qui en est férue
    Tu m’as donné une très bonne idée de cadeau

    Pour revenir aux yeux visiteurs, il y a un regard qui m’a longtemps hantée. Ce n’est pas un portrait peint mais la photographie d’un SDF sur la page de couverture du Nouvel Observateur des années 1980, période où ce phénomène s’est accru.

    J’habitais alors une sous-préfecture de Charente-Maritime (Saintes) et on les a vus apparaître dans nos rues

    Il y a avait dans ce regard toute la détresse du monde

  4. Durand jean marc dit :

    Je note!

  5. Laurence Noyer dit :

    Écrire, n’est-ce pas peindre des mots ?

  6. camomille dit :

    Merci Pascal, vous m’avez convaincue…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Répondez à ce calcul pour prouver que vous n'êtes pas un robot *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.