1 avis sur écrit est souhaité par Henriette Delascazes

1-avis-sur-ecritCe texte fait parti d’un chapitre d’un livre en cours d’écriture.
Vos avis me seront utiles.

Il s’esquiva en douce

Blanc, bleu, bleu, blanc, presque gris, le ciel est couvert de cumulus poussés par le vent.
Rose est le sable maquillé par la ligne bleue de la mer. Au loin, très loin se devine la vie des immeubles grouillants et des bruits de rires et de vie. Kevin et Marjorie ont amené Léonce, leur grand-père à Banyuls.
Léonce n’est pas habitué à voir cette mer mouvante. Il est si peu sorti de son village.
Seul sur la plage, il suit à petits pas le long serpent dessiné par un enfant sur la grève. Il longe chaque méandre et chacun le ramène à sa vie d’avant.
Au temps, quels temps ? Celui où il était jeune, celui où Marthe était encore là pour l’aider à parcourir ce chemin difficile. Celui où les enfants étaient encore des enfants, celui où il était jeune amoureux, jeune père !
Il est bien loin ce temps, désormais ses jours sont peuplés de solitude et de désarroi.
Encore un virage, il est à l’école. Il préfère parcourir le chemin à l’envers de sa mémoire : chaque pâté de sable le ramène à un souvenir, une tartine de miel, un jeu dans la cour de récré, puis un coquillage mauve lui évoque un pâté sur la page du cahier d’écolier. Encre violette, patins à roulettes, boules de noël pliées dans du papier de soie. La camionnette du laitier, les parties de pêche avec son père, la cueillette de champignons ou de châtaignes à l’automne.
Léonce murmure seul chacun des moments de sa vie. Il remonte le temps, puis revient à son grand souci.
« Ils veulent se débarrasser de moi ! Les petits ils sont bien gentils, mais je ne resterai pas avec les vieux de leur maison de retraite… d’ailleurs des vieux il n’y en a pas beaucoup, il n’y a que des vieilles et elles sont très vieilles ces vieilles. Je veux retourner chez moi… après tout je suis libre. Oui ! c’est ça, je vais partir sans le leur dire. Je vais prendre le car de Toulouse, et puis celui de Limoux, et puis celui de… C’est loin tout ça. Moi la mer je ne l’aime pas. La mer c’est toujours pareil. il n’y a pas de jolis arbres ici. Je veux revoir ma rivière, mon saule, et aussi le vieil ormeau au fond du jardin. »
Léonce à la nuit tombée, une petite valise à la main s’esquiva en douce, se cachant dans la file d’attente du car pour Toulouse.

© Henriette Delascazes

6 Responses

  1. sylvie charmillon dit :

    J’aurais commencé aussi par « Léonce n’était pas habitué », pour laisser toute sa force dramatique à votre texte, très beau au demeurant, dont le thème est sensible. Je trouve votre écriture très intéressante, soignée et sans répétition. Il est vrai que la description du paysage du début est un peu de trop, à mon humble avis. Selon moi vous avez beaucoup de potentiel. Si vous faisiez de ce début d’histoire un roman, je voudrais bien le lire !

  2. Beautreillis dit :

    Histoire sans surprise mais bien écrit. Le thème est fort remuant.

  3. Fanny dit :

    – J’aurais mis un point après temps : Il est bien loin ce temps. Désormais….
    – Encore un virage ! Difficile à comprendre. On pourrait croire qu’ils sont en voiture.
    – Léonce murmure…. Redondance (nous le savons déjà qu’il remonte le temps). Peut-être le faire mettre les pieds dans la mer ce qui le ramènerait à la réalité.
    Tout à fait d’accord avec Gwenaëlle. Je trouve que trop d’écrivants pensent être obligés de commencer leur prose par une description de paysage. Nous lisons cela dans la plupart des romans et à mon humble avis c’est suranné. Trop de descriptions me lasse. Pour mes « petites écritures » je rentre de suite dans le vif du sujet. Il m’est souvent arrivé de lire un roman en diagonale tant les descriptions sont pénibles à lire. Un bon roman ne se mesure pas à son nombre de pages ! Bien sûr mon petit commentaire n’engage que moi « l’écrivaine en herbe » boulimique de lecture depuis ma tendre enfance. Bonne continuation. Bien cordialement. Fanny Dumond

  4. Gwenaëlle dit :

    L’histoire pourrait commencer directement à ´Léonce n’est pas habitué..´, avant cela n’apporte pas grand chose. J’aime bien le cheminement intérieur de ce vieux monsieur., l’écriture léporte bien. C’est très d’actualité et me fait penser au film ´les souvenirs’.

  5. Jean Mérot dit :

    C’est touchant mais inégal dans l’écriture. Le début est faible, le milieux est très fort, la fin aussi, même si c’est un peu déjà vu au cinéma. Mais j’aime bien

  6. waryam dit :

    Je trouve que les deux premiers paragraphes décrivant le ciel, la mer et la ville manquent de punch et ne sont pas aussi pourvoyeurs d’émotions que le reste du texte qui est très touchant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Répondez à ce calcul pour prouver que vous n'êtes pas un robot *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.