1 avis sur écrit est souhaité par F Denaules

1-avis-sur-ecritLe « politiquement correct » nuit gravement à l’environnement et à l’avenir de la planète : il consomme du papier, de l’encre, de la salive et nous fait perdre notre temps.
Ce constat m’a inspiré ce texte :

– Madame Groseille ! Vous souvenez-vous de moi ? Votre petit Kevin était avec mon Pierre-Antoine en cours d’introduction à la vie scolaire.
Je me rappelle que leurs connexions cérébrales étaient pauvrement investies et, de fait, leurs possibilités étaient voisines du degré zéro de l’entendement.
– Bonjour Mme le Quesnoy ! Moi, je me souviens qu’ils étaient ensemble en maternelle. Et qu’ils captaient que dalle !
– C’était pas aisé d’être géniteur d’apprenant, n’est-ce pas ?
– Sais pas ! Ce que je sais c’est qu’être parent d’élève, c’était dur !
– Surtout que mon fils était en déficit de motivation et que dans l’espace interstitiel de liberté il manifestait déjà une tendance à la violence
– Le mien voulait pas bosser ! Et en cours de récré c’était déjà un petit dur. Et votre rejeton, que devient-il ?
– Il est incarcéré dans un lieu de privation de liberté pour actes d’incivilité commis envers des biens à usage collectif, délit d’ordre sexuel commis sur une personne incapable de discernement, conduite en état d’ivresse manifeste, outrage à agent de la force publique dans l’exercice de ses fonctions et agressivité verbale à personne investie de l’autorité publique
– Ne vous plaignez pas. le mien est en prison pour avoir uriné dans un ascenseur, une tentative de viol, conduit en étant bourré et insulté un flic et un juge d’instruction. Vous avez également une fille. Que fait-elle ?
– Soumise à un vil proxénète, issu de la diversité et invalide de l’affectivité, elle est devenue une travailleuse du sexe dans un espace réglementé. C’est désormais une personne touchée par la peste du sang.
– La mienne c’est pire ! Elle se fait tabasser par un pourri de souteneur arabe et violent, qui l’oblige à être pute dans un bordel. Elle a chopé le SIDA. Comment allez-vous avec tout cela ?
– Je suis dans un tel état de fragilité psychologique que je suis contrainte de consommer des psychotropes. Mon époux, miné par les épreuves, est suivi dans un service oncologique. Et vous ?
– Moi, c’est autre chose. Je déprime grave et mon mari a attrapé le cancer. Mais parlons d’autre chose. Pour les vacances, vous partez où ?
– Cette année, mon époux a pâti de la régression du marché de l’emploi et nous avons dû opter pour l’hôtellerie de plein air. Et vous ?
– Nous, on n’a pas les moyens. Mon mari, lui, est au chômage, alors on se contentera du camping
Les deux femmes se séparent, chacune ayant sur l’autre un avis moins divisé que l’on pourrait le croire
– Décidément, nous n’avons rien en commun entre cette technicienne de surface et son mari agent de traitement des déchets urbains et industriels
– Je comprends rien à ce qu’elle raconte. Elle peut me prendre de haut. Faudrait pas qu’elle oublie que sa mère était femme de ménage et son père éboueur

15 Responses

  1. Clémence dit :

    Personnellement, je me suis régalée de la lecture de ce texte!

    Les tirades, décriées par certains, m’ont provoqué une cascade de rires. Cascade où déferle un De Funès empêtré dans sa pâte chewing-gum verte (version Le Quesnoy), un Bérurier issu d’un San Antonio déchaîné ou même, en synthèse, un Eddy Mitchel à l’assaut d’une Azéma coincée… (version Groseille) !

    Changer les noms? A quoi bon?
    Des millions de paires d’oreilles et d’yeux se sont éclatés à la vue de ce « long fleuve tranquille ». Il en est devenu un film culte.
    Alors, face à une situation ayant une ressemblance de près ou de loin…, n’est-il jamais arrivé, à vous ou à votre voisin(e) de vous exclamer:
     » Tiens, v’là les Groseille… »

  2. Françoise - Gare du Nord dit :

    Merci à tous pour vos commentaires. Je reçois les critiques négatives : texte trop binaire (c’était voulu), effectivement certaines phrases sont trop longues et donc le trait trop forcé, la référence à « La vie est un long fleuve… » de la pure paresse de ma part,

  3. Sylvie dit :

    Ce texte est un bel exercice de style et de traduction entre deux niveaux de langage. Néanmoins, je suis complètement d’accord avec Fanny. Reprendre les noms du film n’est pas original. Vous pourriez en imaginer d’autres, bien à vous (c’est tellement drôle d’inventer des noms !), cela apporterait un souffle nouveau et pas une impression de « déjà vu ». A mon avis, toutes ces références au film desservent votre texte. Les répliques sont aussi trop longues, exagérées et trop forcées, à mon goût.
    Bonne continuation
    Sylvie W.

  4. Sylvie W dit :

    Ce texte est un bel exercice de style et de traduction entre deux niveaux de langage. Néanmoins, je suis complètement d’accord avec Fanny. Reprendre les noms du film n’est pas original. Vous pourriez en imaginer d’autres, bien à vous (c’est tellement drôle d’inventer des noms !), cela apporterait un souffle nouveau et pas une impression de « déjà vu ». A mon avis, toutes ces références au film desservent votre texte. Les répliques sont aussi trop longues, exagérées et trop forcées, à mon goût.
    Bonne continuation

  5. Fanny dit :

    Je rejoins Christine dans son analyse. Avez-vous relu votre texte à voix haute ? A mon avis, je trouve que chaque répartie est trop longue ce qui enlève tout naturel. Et puis, pourquoi ces patronymes de « la vie est un long fleuve tranquille » ? Appropriez vous votre texte. Néanmoins, l’idée est excellente. Cordialement. Fanny

  6. Levasseuri dit :

    L’écriture n’est pas un long fleuve tranquille…
    Groseille et Le Quesnoy, vous pouviez vous en passer

  7. Christine Macé dit :

    Dialogue très amusant : contrairement à un des avis, je le verrai bien inclus dans un texte plus élaboré avec des éléments de texte « accessoires » pour casser un peu la régularité du rythme, donner corps aux personnages, planter un décor. Une très bonne base en tout cas, nous en reparlerons très bientôt Françoise, Christine

  8. J’ai bien aimé, mais Mme Groseille parle encore de façon trop normée, comme dirait l’autre ! Il faudrait peut-être y aller plus fort : « souteneur » est d’un niveau de langue trop élevé, c’est un « proxo », un « mac », quant à « arabe », je crains que Mme Groseille ne soit plus violente ! Mais bon, là, on se heurte au « politiquement correct »…

  9. Elisa dit :

    Très drôle. Je me suis bien amusée à lire cette chronique, un vrai sketch à jouer. Dommage que la fin soit sur le même schéma que le reste du texte. Du coup il manque un petit effet de surprise pour enlever le tout.

  10. Sylvie dit :

    pardon « d’autres termes » au pluriel aurait sans doute été plus approprié.

  11. Sylvie dit :

    j’aime beaucoup. Conclusion de la fable : le politiquement correct nuit gravement à la compréhension. En d’autre terme, les uns et les autres entravent que dalle.

  12. Stephanie dit :

    Bonjour,
    belle caricature ! J’ai toujours votre texte drôle, et vivant. Surtout mme Groseille !
    J’y aurais mis plus de nuances dans les réparties de Mme Le Quesnoy, pour la faire plus vraie, plus sincère, car je crois que les gens qui s’écoutent parler, utilisent aussi les ressorts de l’empathie pour capter l’attention.

    • Clémence dit :

      « car je crois que les gens qui s’écoutent parler, utilisent aussi les ressorts de l’empathie pour capter l’attention. »

      … je ne pense pas; ils utilisent des formes stylistiques et oratoires, mais certes pas l’empathie….

  13. Dominique ACHILLE dit :

    Ce dialogue est drôle, ce qui est déjà une qualité.
    Ensuite, tout dépend de la destination que l’auteur lui donne.
    Je trouve ce texte bien adapté à une chronique humoristique de quelques minutes sur une chaîne radio ou de télévision.
    Je le trouve trop systématiquement « binaire » pour figurer dans un texte long, de type roman ou même nouvelle.

  14. Clémence dit :

    Effectivement, avancé en corne d’abondance, le « politiquement correct » nuit gravement au « bien vivre ensemble »…et conduit parfois à l’indigestion !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Répondez à ce calcul pour prouver que vous n'êtes pas un robot * Temps limite dépassé

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.