Exercice d’écriture créative 91 « Le zeugme à la plage ou au bureau »

Exercice d'écriture très créative

Dernièrement, mon épouse m’a offert un petit livre divertissant : Les zeugmes au plat. De Sébastien Bailly, Editions Mille et Une Nuits.* 3 €

Le zeugme, c’est le sel de la langue, l’irruption du cocasse, parfois la maladresse, mais l’effet est garanti. C’est la manière de lier ensemble des termes que rien ne devrait rapprocher.
Le procédé a bercé votre enfance, souvenez-vous de l’injonction parentale : “Arrête de mettre le bazar et tes doigts dans le nez “.

Anecdote :  Page 39, j’ai relevé le passage suivant : « Mais que l’on se rassure : le zeugme est bien au programme des formations à l’écriture créative du Centre de Perfectionnement des journalistes. Le journaliste qui y améliore ses techniques d’écriture, alors même qu’il a quelques années de pratique derrière lui, se voit donc proposé le zeugme comme ressort à sa créativité. »

Nul doute, l’auteur a participé à l’un des stages que j’ai créés pour les journalistes : Libérer son écriture, Enrichir son style, Savoir titrer, etc.
Stages dans lesquels j’ai « ressuscité » le zeugme » et bien d’autres figures de styles qui n’étaient presque plus en usage dans la presse.
Ce fut d’ailleurs une petite révolution dans le monde de la formation journalistique. Notamment au CFPJ à Paris. Incomprise et contestée d’abord, comme tout ce qui empêche de « routiner » en rond, puis bien vite imitée par toutes les écoles de journalisme.

Qu’est-ce qu’un zeugme ?
C’est une figure de style consistant à économiser un mot en ne le répétant pas. Dans un zeugme, deux mots dépendent d’un même mot, généralement du même verbe.

Exemples :

«  Il aspire à la paix et les poussières »

«  Elle croisa les doigts et son chemin »

«  Il noya sa femme et son chagrin »

« Elle versa un acompte et des larmes »

« Il l’a porte dans ses bras et aux nues »

« Elle rongeait son frein et ses ongles »

« Il reprit un verre et la route »

« Elle rate l’avion et son mariage »

Dans mes stages d’écriture créatives destinés au perfectionnement des journalistes, j’utilise cette figure de style pour les titres et les accroches.

Air Lib perd son repreneur et sa licence de vol  (Le Monde 18/2/2003)

Hondelatte prend la mouche et la porte Libé 29/1/05

Ils ne se sont jamais mariés, ont élevé deux enfants et le concours de Mis France au rang d’institution.
Nouvel Observateur  12 /6/ 2010

À vous de jouer, d’inventer quelques zeugmes sur la plage ou au bureau…

Pour débuter facilement, employez le starter de Marcel Bénabou :  » Mieux vaut « 

– Mieux vaut courir les rues qu’à sa perte
– Mieux vaut sortir sa fiancée que de prison
etc.

Chaque exercice créé par Pascal Perrat est un clin d’oeil à notre imagination, l’occasion d’une irrésistible relation avec sa créativité innée.

11 Responses

  1. Françoise - Gare du Nord dit :

    A la plage
    – Mieux vaut bâtir des châteaux de sable que des châteaux en Espagne
    – Mieux vaut nager comme un poisson qu’entre deux eaux
    – Mieux vaut étaler sa serviette que ses richesses
    – Mieux vaut s’abriter sous un parasol que sous un abri anti-atomique
    – Mieux vaut pédaler sur un pédalo que dans la choucroute
    – Mieux vaut baigner dans l’océan que dans son sang
    – Mieux vaut sauter dans les vagues que sur une bombe
    – Mieux vaut pêcher en eaux troubles que la morue ou le maquereau

    Au bureau
    – Mieux vaut gravir les échelons que l’Everest
    – Mieux vaut s’abriter sous un parasol que sous un abri anti-atomique
    – Mieux vaut écrire un compte rendu que ses dernières volontés
    – Mieux vaut avoir un contrat à durée déterminée que sur sa tête
    – Mieux vaut rédiger une lettre de motivation que de démission

    Au cinéma/ au théâtre
    – Mieux vaut déborder d’enthousiasme que du cadre
    – Mieux vaut jouer à quitte ou double que son va-tout
    – Mieux vaut régler les détails que son compte à quelqu’un
    – Mieux vaut saluer de la main que bien bas
    – Mieux vaut monter sur scène qu’une mayonnaise

    Au restaurant
    – Mieux vaut implanter du silicone qu’une centrale nucléaire
    – Mieux vaut nourrir son estomac que sa rancune
    – Mieux vaut réserver sa table qu’un chien de sa chienne
    – Mieux vaut servir une entrecôte à point que la soupe
    – Mieux vaut suivre le chef de rang que le courant
    – Mieux vaut consommer à l’œil que sans modération
    – Mieux vaut manger comme un cochon que de la vache enragée

    A l’hôpital
    – Mieux vaut dépasser le forfait hospitalier que le 130 km/h
    – Mieux vaut implanter du silicone qu’une centrale nucléaire
    – Mieux vaut intervenir au bloc opératoire qu’en Ukraine
    – Mieux vaut ligaturer du fil résorbable qu’avec du fil de fer
    – Mieux vaut opérer à cœur ouvert que frauduleusement
    – Mieux vaut pratiquer une incision que l’usure

    Dans le sport
    – Mieux vaut monter au filet qu’à l’échelle
    – Mieux vaut perdre son temps que ses illusions
    – Mieux vaut tirer au but qu’au flanc

    Divers
    – Mieux vaut gagner son bifteck que son pain
    – Mieux vaut aimer le défi que son confort

  2. Clémence dit :

    A vous de jouer, d’inventer quelques zeugmes sur la plage ou au bureau ou …

    Quelle affaire, mais quelle affaire !

    Un soir d’octobre, il s’était présenté à l’office de Julius Renard, détective privé. Un bonhomme quelconque dont la seule caractéristique était son état de nervosité impressionnant.
    Le détective, souriant l’invita à prendre place et parole.

    L’homme s’assit. Il croisa les jambes et ouvrit son imper et son coeur.
    – Je crois que ma femme a un amant….
    – Avez-vous une photo d’elle ?
    Il sortit une photo de sa poche et la posa sur le bureau.
    – Qu’est-ce qui vous a mis la puce à l’oreille ?
    – J’étais au bistrot . Elle est entrée, je l’ai vue, elle ne m’a pas vu. Elle était nerveuse. Elle a regardé le barman puis elle s’en est allée…
    – Est-ce suffisant ?
    – A ce moment, j’ai enfilé mon pardessus et toute la rue, mais personne… elle a filé à l’anglaise…Pourtant, j’entendais des pas différents… toc, toc… clac, clac…..
    – Voulez-vous que je prenne l’affaire ?
    – Votre tarif ?
    – Nous verrons cela en temps voulu, je vous demande juste un chèque que je n’encaisse pas (tout comme votre tête, pensa-t-il…)

    Six mois plus tard, Julius Renard rédigeait son ultime rapport. Il coupa le son de la télé et un tranche de cake ainsi que son whisky.

    « Après les heures sans nombre de cette filature (détail en annexe), mes conclusions  sont les suivantes:

    – Madame H. se rend au marché chaque jour où elle prend des légumes et des coups de coude dans les reins.
    – Après chaque marché, elles se rend au bistrot où elle ouvre son journal et sa bouche pour commander un café.
    – Ensuite, les jours de pluie, elle rentre à son domicile en empruntant le même itinéraire et le parapluie d’un passant qui passe (cleptomanie).
    Par beau temps, elle fait un détour par le parc , où elle enlève ses chaussures et quelques papiers gras…
    – Une fois chez elle (chez vous), elle s’installe à la fenêtre. Elle prend ses aises et son tricot. Plus rien ne la dérange, ni le bruit du camion des immondices ni le bruit du marteau-piqueur. De temps à autre, elle disparaît et revient, le sourire et une cigarette aux lèvres.
    – En fin d’après-midi, elle se lève, se penche à la rambarde, regarde à gauche puis à droite. Elle étend ses bras et le linge.
    Vers les 17 heures, Monsieur rentre. Madame aussi.

    Je cesse ma filature.Comme moi, vous savez.

    Monsieur dîne avec un plat de moules et son épouse. Ensemble, ils se régalent d’un bon film en V.O. et d’un carré de chocolat. »

    Une histoire banale, en somme…Pas de quoi fouetter un chat ou des pieds…

    Monsieur Julius Renard ferma le dossier et les yeux. Il déposa son stylo et son triste bilan professionnel. Il était temps qu’il pense à prendre sa retraite et la poudre d’escampette ! Pardi…deux mille euros pour cette affaire… mais quelle affaire !

  3. Sabine dit :

    Il vaut mieux secouer un panier à salade que d’être dedans.
    Il vaut mieux maintenir dans l’état que laisser en état de maintenance.
    Il vaut mieux ouvrir sa boîte que celle de Pandore.
    Vaut-il mieux coiffer un chauve que Sainte Catherine ?
    En tout cas, il vaut mieux posséder une corne d’abondance qu’une abondance de cornes.
    ©Margine

  4. Antonio dit :

    J’ai pris son appel et la mouche.
    Elle m’a cassé une vitre et les… pieds !
    J’ai haussé le ton et son loyer.
    Elle m’a coupé le sifflet et les cheveux.

    Elle m’a rasé et… elle m’a rasé, ma locataire !

  5. gepy dit :

    Il part à l’aventure et à cheval.
    Il perd son chemin et sa montre à gousset.
    Il attaque son sandwich et une banque.
    Il finit affamé et en prison.
    Il boit ces paroles et son verre de whisky.
    Il gagne en confiance et au loto.
    Il apprécie le temps qui passe et sa concubine.
    Il oublie son passé et sa chemise.
    Il passe un pont et son dernier film.

  6. bruno dit :

    Il leva son verre et la gonzesse

  7. patricia sanders dit :

    mieux vaut monter en grade que les blancs en neige
    mieux vaut courir à pieds qu’après la fortune
    mieux vaut sortir de l’ENA que sa belle mère
    mieux vaut tuer le ver que son voisin

  8. Durand Jean Marc dit :

    J’ai épousé la forme et la femme.
    J’ai tué le temps et le chat dans ma gorge.
    Mieux vaut porter un regard sur l’âne que porter ce qu’il charrie sur son dos.
    Mieux vaut aller au ciné qu’halluciner!
    Mieux vaut avoir les bras chargés en pommes que les bras en compote!
    Mieux vaut montrer son cul que patte blanche.
    Mieux vaut faire la pluie et le beau temps que faire le ménage et la lessive.
    Mieux vaut brûler des photos que de se brûler la cervelle.
    Mieux vaut tourner cosaque que casaque.

  9. patricia sanders dit :

    mieux vaut caresser un rêve qu’un crocodile

  10. Smoreau dit :

    Les zeugmes de Sylv’
    Mieux vaut brûler un cierge que sa vie.
    Mieux vaut courir le 100 m qu’à sa perte
    Elle éteint sa lampe et sa flamme
    Elle allume le corridor et Hector
    Mieux vaut manger des radis que des pissenlits par la racine
    Elle lui a coupé les cheveux et l’herbe sous le pied
    Elle a pendu le jambon et le charcutier
    Il tue le temps et son chien

  11. Mickaël dit :

    les zeugmes de mik..
    « Il baille de sommeil et au corneille..
    Il perd son temps et ses clefs..
    Elle étend son linge et ses jambes..
    Elle le mange des yeux et tout cru..
    Il enflamme le stade et la mèche..
    Il gagne sa confiance et son argent..
    Elle inspire le respect et à plein poumon..
    Elle crie au scandale et sur moi..

    Mi K l

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Répondez à ce calcul pour prouver que vous n'êtes pas un robot * Temps limite dépassé

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.