Qui vous épaule en écriture ?

  • ecrire

    Ce mercredi, je vous propose de vous prêter à ce petit test :

    Il s’agit de répondre à ces affirmations en entourant le chiffre qui convient.
    Après avoir répondu, vous saurez si vous avez « fait la bonne pioche conjugale » pour vous accompagner dans votre vie d’écriture.


Votre conjoint (e) se rend facilement disponible

1 – Jamais

2 – Rarement

3 – Parfois

4 – Assez souvent

5 – Souvent

est ponctuel

1 – Jamais

2 – Rarement

3 – Parfois

4 – Assez souvent

5 – Souvent

est serein

1 – Jamais

2 – Rarement

3 – Parfois

4 – Assez souvent

5 – Souvent

se charge des tâches domestiques

1 – Jamais

2 – Rarement

3 – Parfois

4 – Assez souvent

5 – Souvent

est minutieux

1 – Jamais

2 – Rarement

3 – Parfois

4 – Assez souvent

5 – Souvent

Totaliser les points obtenus après avoir répondu à ces 5 affirmations.

Si le total est d’au moins 18, vous avez une chance inouïe. 🙂

Pourquoi ?
Parce que la personne avec laquelle vous formez un couple fait partie des personnes qualifiées « d’esprit consciencieux » selon des psychologues américains du Missouri.

Ces personnes, hommes ou femmes, prennent en charge, sans rechigner, la plupart de tâches administratives et domestiques. Ce qui permet à leur partenaire de se consacrer entièrement au but qu’il s’est fixé : l’écriture.

Selon les études de ces psychologues, la réussite d’une personne dépendrait, en partie, à certains traits de personnalités de son conjoint ou de sa conjointe.

Si vous avez cette chance, préservez-la, car il y a souvent divorce entre l’écriture et la vie de famille. Faites preuve d’autant d’inventivité pour préserver cette harmonie que pour votre écriture. Ne manquez jamais l’occasion de prouver votre reconnaissance et oubliez quelques fois votre plaisir d’écrire pour faire plaisir à cette main-forte.

22 Responses

  1. Fred Nache dit :

    La bonne pioche nous permet de vivre
    Avec bonheur les jours qui passent
    En donnant le loisir de poursuivre
    Notre voyage en jouissant d’espace

  2. Smoreau dit :

    Réfléchissez, quand vous avez fait une bonne pioche, est-ce que votre conjoint a lui aussi fait une bonne pioche ? Ah ah !

  3. Eliane dit :

    22 ! quelle chance!!!!! mais j’en suis consciente depuis 3 ans que nous vivons ensemble!!! et de plus nous n’avons jamais eu une seule dispute!! c’est pas beau ça ???
    Comme moi il écrit et à déjà été édité (en italie) comme moi il adore la photo, les balades en montagne etc… je crois que j’ai trouvé la perle rare et ……JE ME LE GARDE !!! lol!

  4. Françoise - Gare du Nord dit :

    Je ne sais pas si pour Antonio c’est la même chose mais sa question le laisse supposer. Moi c’est un zéro pointé malgré la présence de Lily pourtant affalée sur la box chaque fois que je suis sur l’ordinateur

  5. waryam dit :

    Ah encore un petit détail. Moi, je continue à écrire. Mon mari continue à regarder ses matchs. On est ensemble, et heureux depuis 32 ans. Quelle note les psychologues donneraient à tout ça?

  6. waryam dit :

    Quand on arrive au score de 15, on est très perplexe. Je n’arrive pas au fameux 18 mais je n’en suis pas très loin. J’ai triché sans le savoir? J’ai sur-noté ou sous-noté mon conjoint? C’est moi qui suis exigeante? C’est lui qui ne donne pas de l’importance à ce que je fais? Entre nous, écrire est une distraction que mon mari ne partage pas avec moi. Sachant que sa distraction à lui, c’est le foot et que je ne la partage pas avec lui, à quel score arriverait-il s’il voulait savoir s’il avait « fait la bonne pioche conjugale » pour l’accompagner dans sa vie d’obsédé du football !?

  7. Sylvianne dit :

    J’ai compté : Pascal a fait une bonne pioche !3

  8. Tissier mireille dit :

    Je rejoint le commentaire de Mr Durand et je me demandais si on ne pourrai pas débattre aussi sur nos amis à quatre pattes qui avec leur sérénité (( surtout les chats),
    leur nez juste à côté du clavier et leur ronronnement apaisant ou agaçant suivant notre humeur, nous aide juste PAR leur présence à nous faire avancer dans nos écrits.
    Pour ma part , j’ai besoin de ma Tina à mes côtés quand j’écris.
    Je pense que cela ferai un bon sujet .

    Quand pensez-vous Monsieur Perrat?

    • Perrat Pascal dit :

      Bonne idée Mireille.
      Les écrivains ont souvent un animal, je crois que le chat est le plus fréquent.
      Moi, j’ai toujours Sym’pa dans mon bureau, un petit fox qui rêve pendant que j’écris. Depuis peu, il rouspète après l’imprimante quand elle se met en route, ça trouble sa quiétude.
      Il n’est pas connecté en WIFI mais possède une horloge interne permettant de me rappeler qu’il est temps d’aller courir ou manger.

  9. Durand Jean Marc dit :

    Mon chat est disponible pour trier mes feuilles, ponctuel pour réclamer ses

    croquettes, serein 38h sur 24, se décharge de toutes les tâches domestiques sur

    moi, se montre très minutieux quand il dépiaute une musaraigne sur mes écrits!

  10. Laurence Marino dit :

    17….je suis d’accord que pour celui qui partage la vie d’une personne « en écriture » il faut avoir les reins solides….prise en charge du quotidien, acceptation des phases créatives égoistes, acceptation des multiples vies de sa moitié….j’ai de la chance même si j’ai dû me battre pour faire accepter cette part de moi. Ensuite les amies sont des épaules et des soutiens très très forts….

  11. sylvie charmillon dit :

    Diantre ! Je n’aurai pas l’indécence de divulguer le maigre score de l’épaule, pourtant large, solide et carrée, de ma moitié… La moindre phrase de mes écrits le plonge aussitôt dans une paranoïa sans nom, cet être abject dont je trace le portrait, méchant, malfaisant et égoïste, c’est sûr, cela ne peut être que lui ! Alors d’ici à ce qu’il me lise et qu’il m’apporte son soutien…

  12. tioiseaudeviendragrand dit :

    merci Miel de m’avoir fait beaucoup rire !
    Certaines épaules arrivent péniblement à 10 mais quand elles disparaissent… on voit bien la différence.

  13. Miel dit :

    18 ! J’ai appelé les pompiers. Au secours ! je croyais avoir fait la bonne pioche conjugale, venez éteindre le feu de ma déception !
    Oui, mon mari est l’épaule sur laquelle j’aime me reposer en tout… sauf en écriture !
    Car il ne me lit jamais. Ne m’encourage jamais. Ne me pose aucune question sur ce qui est devenu ma double vie.
    Si très exceptionnellement, je lui donne un texte à lire, ses remarques acerbes me le font aussitôt regretter « je ne comprend rien à ce que tu écris, c’est français ? et puis, tu as fait une faute, là, et là il manque une virgule. »
    Au secours, il faut que je fasse le 15 ! le Burn out me gagne !

    • Fanny dit :

      Quel soulagement vous me procurez ! Je pensais être la seule dans ce cas. Le total désintérêt de mon chéri pour mon dada me perturbait. Je n’aurais pas besoin de consulter !

  14. Sylvie dit :

    Vous avez tout à fait raison, Pascal, c’est une chance inouïe, un soutien précieux.

  15. Tissier mireille dit :

    22 et bien!!!!!!!!!!!! je suis bien épaulée c’est sûr. J’écrit en toute quiétude, il est vrai. Mais vraiment Est-ce vital ?

  16. Antonio dit :

    Et quand on n’a pas d’épaule en écriture, doit-on considérer que le total fait 5 ?
    La question reste ouverte et intéressante.

    S’il vaut mieux écrire seul que mal accompagné, je me doute, la solitude d’un écrivain est-elle pour autant meilleure qu’une épaule chaussant du 18 et plus ?
    Pascal ? 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Répondez à ce calcul pour prouver que vous n'êtes pas un robot * Temps limite dépassé