Et vous, quels sont vos rituels d’écriture ?

ecrire-dans-son-litProust, c’est bien connu, écrivait dans son lit.
Edmond Rostand aimait rédiger dans sa baignoire, Hemingway, écrivait debout, devant un pupitre. Certains écrivent dans un lieu public ou même en marchant.
Moi, j’écris assis dans mon bureau.

Amélie Nothomb, paraît-il, commence à écrire très tôt le matin, vers quatre, cinq heures, je suis comme comme elle.
D’autres n’écrivent que le matin ou l’après-midi ou bien le soir, très tard.
D’autres, que le dimanche. Moi, tous les jours.

Beaucoup planifient leur temps d’écriture, moi pas. J’écris dès que j’ai un moment. De même, certains ne quittent pas un texte pour répondre à un courriel, un SMS ou un appel téléphonique. Je n’ai pas besoin cette rigueur.

Je n’ouvre jamais un livre quand je travaille un texte, affirment nombre d’auteurs. Moi je picore : livres, magazines et journaux entre deux.

De plus en plus d’écrivains écrivent sur ordinateur ou tablette, mais quelques irréductibles s’en tiennent au stylo, voire au crayon et bien sûr au papier.
Personnellement, je passe de l’un à l’autre avec un avantage à l’ordinateur, environ 99 %…
« J’écris parfois verbalement » quand ça coince, en dictant mon texte devant mon ordinateur grâce à une application, telle Dictate dragon.

Certains écrivent en pyjama ou jogging, même déguenillés. Inversement, d’autres ne peuvent se mettre en route sans être douchées et maquillées ou rasé de près.
Moi, c’est en fonction de l’heure, j’écris en survêtement.
Puis, je me douche et me rase dès que la maisonnée est réveillée.

PS : Auriez-vous envie de vous jeter à l’eau ?
Une romancière abonnée à Entre2lettres m’écrit :  « Dans mon roman, je dois décrire une violente tempête, un bateau à la mer que les vagues projettent sur les rochers.
Pourquoi ne lanceriez-vous pas ce sujet ? 
J’aimerais voir ce que mes « collègues » en disent. Je n’ai pas l’intention de copier, seulement d’apporter de l’eau à mon moulin (c’est le cas de le dire).

Si vous souhaitez répondre à cette proposition d’écriture, contactez-moi, nous verrons comment nous organiser. latelier.du.roman@gmail.com

13 Responses

  1. Bénédicte dit :

    J’écris l’après-midi dans un café en bord de mer (ici on peut, il fait chaud). J’ai besoin d’être à l’air et de voir du monde passer. Là, j’écris à la main dans un grand cahier à spirales très raturé ! L’inspiration (premier jet) sort mieux avec le stylo. Le matin (à la première heure) j’agence mes écrits et je recommence le soir ; cela me fait deux relectures : sur PC, dans mon bureau. Avec l’écran d’ordinateur, on prend du recul et on est moins dans « l’affect ». J’ai aussi besoin de musique ; au bout de quelques secondes, je ne l’entends plus vraiment mais elle est quand même un moteur. J’écris tous les jours (peu le dimanche). Je peux très bien répondre à un mail ou un appel, cela ne me dérange pas. Et je lis beaucoup (je lis toujours beaucoup, je ne peux pas m’en passer) et l’écriture des autres ne se ressent pas dans mon écriture. Chacun son style ! J’écris dans toutes les tenues (enfin, presque ; je n’ai pas encore essayé la version « nudité intégrale ». A l’extérieur, je suis douchée, pas rasée mais maquillée ou pas ; chez moi, tenue cool en fonction de l’heure. Et il m’arrive d’écrire « verbalement » : pas comme Pascal, mais en enregistrant les idées qui me passent par la tête ou pour affiner un dialogue.
    Voilà ! Ça vous va ?

  2. Stéphanie dit :

    Avant, j’écrivais surtout le week end le dimanche et pendant les vacances.
    Depuis un mois, tous les matins, deux heures minimum chaque jour, plutot en debut de matinée. Vu que je suis plongée dans l’écriture d’un roman, je ne fais que cela pendant deux heures avec des playlists tous styles de musique. et pour le moment je ne corrige presque rien, j’écris.
    pour moi, la condition préalable c’est une maison vide, quand les enfants sont a l’école 🙂 quoique…
    Sur l’ordinateur, le téléphone, la tablette à 80 % (mon texte me suit partout grace à Evernote ! ) le carnet pour les idées qui surgissent dans le tram ou au café.
    Sur le sujet, j’ai lu Le journal d’un écrivain en pyjama de D. Lafferière, c’est un petit bijou !
    A bientot

    • Bénédicte dit :

      Comme vous, je me suis régalée avec Laferrière. Le matin, je corrige mes écrits de la veille au saut du lit, donc en pyjama. Je ne sais pas si c’est la tenue qui aide, mais ça marche !
      Autant écrire dans un café entourée de monde et de bruit ne me gêne pas, autant écrire quand à la maison mari et enfants claquent les portes et parlent à tout bout de champ… je ne peux pas !

  3. Clémence dit :

    Bonjour à vous… que je ne connais pas….

    Je peux vous concocter un texte sur une expérience vécue…

    Sur le Méditerranée, en barque (pointu)

    Dans l’attente de vous lire… au cas où….

    Danielle (Pseudo: Clémence chez Pascal Perrat)

    clemence.demai(at)gmail.com

  4. Françoise - Gare du Nord dit :

    PC exclusivement sauf quand j’ai une idée qui me passe par la tête lorsque je ne suis pas chez moi et que je note sur un petit carnet que j’ai en permanence dans mon sac

    Concernant, par exemple, les exercices de Pascal, j’y pense pendant quelques jours. Contrairement à certains qui écrivent très rapidement, l’histoire prend son temps.

  5. . Janine dit :

    Moi c’est le soir que j’aime écrire, quand règne le silence dans la maison. En fait, j’écris dans ma tête tout au long de la journée, et le soir je ramasse les miettes que j’ai collectées peu à peu.
    J’écris en compagnie de Vivaldi (les quatre saisons ou le concerto pour mandoline). Romantique mais pas trop doux, pas trop sirupeux, car il me faut quand même une certaine dynamique !
    Le problème est que ce travail d’écriture doit exciter mes neurones car cela m’empêche de dormir. Alors je continue à brasser des idées dans un demi-sommeil, qu’il faudrait noter au réveil car elles s’envolent avec le jour.
    Je dois être un oiseau de nuit…

    • Bénédicte dit :

      Quand on écrit, c’est tout le temps : même au repos, même la nuit, même à un dîner chez des amis. On ne sait faire que ça et les idées affluent dans notre tête même quand on voudrait les oublier.
      Je suis comme vous, j’ai mes nuits hantées par des idées pour mon roman ; il m’arrive de me lever pour les noter, mais la plupart du temps elles s’envolent ! Celles qui restent sont les bonnes.

  6. Antonio dit :

    Moi j’écris dans ma cellule, certains appellent cela un studio ou T1, mais c’est bien une cellule pour un gars réformé P4, titre acquis au service militaire et qui ne m’a plus quitté. C’est une pièce étroite dans laquelle je me suis laissé interner pour écrire.

    Car il paraît qu’il faut être fou pour écrire des romans. Alors j’ai fait style que…

    Chaque jour, je me plis aux horaires, à la discipline stricte de mon cerveau, qui me réveille à 8h30 et se couche à 0h30. Puis j’attends. Sur mon fauteuil, mon ordi portable sur les genoux, regardant au loin dehors par la fenêtre. Elle vient 2 à 3 fois par jour m’administrer sa piqûre. Jamais à heure fixe. C’est ça qui est excitant.

    Mon inspiration, en blouse toute blanche, rien en dessous. J’ai vérifié.
    Et je peux vous dire qu’à chaque prise je me sens comme dans un état second, j’écris ce qui me passe par la tête, elle m’écoute, les mots croisés et les idées aux lèvres, elle attend que ça fasse effet, se couche à côté de moi puis s’écrie à mon oreille : « oui, vas-y ! »

    Et des fois, c’est vraiment bien… Mais je ne vous cache pas qu’à trop simuler la folie, parfois j’ai l’impression d’être atteint 😉

    • Sylvie LaFleur dit :

      Pour moi non plus il n’y a pas de rituel. Maman solo encore au boulot, je dois prendre tout le temps qui m’est donné, selon l’inspiration. Ce qui fait qu’il m’arrive parfois de devoir me lever la nuit, carnet d’écriture ramassé à la va-vite sur la table de chevet afin d’y coucher le maximum de mots qui trottent encore dans mon esprit et qui m’ont gardée réveillée.

      C’est une pulsion pour moi, donc pas de moment précis mais je rêve de pouvoir avoir ce luxe… le temps…

      J’adore écrire dans un petit café, ou autre endroit public, la faune humaine m’inspire beaucoup.

      Je suis aux deux… papier et ordinateur. Souvent avec une petite musique de fond, du classique ou de la musique de méditation.

      Voilà! 🙂

  7. Beryl Dey Hemm dit :

    Pas de rite!: Mon bureau + mon ordinateur, un peu n’importe quand (les bonnes idées ne préviennent pas) et un peu chaque
    jour (même 10 minutes sur n’importe quoi juste pour se décrasser les neurones) et puis si, quand même : assise!

  8. Sylvie dit :

    Exerçant une activité professionnelle libérale assez prenante, j’écris essentiellement le dimanche, le matin ou l’après-midi, après une randonnée ou une balade à vélo. Et aussi surtout en vacances et en voyage. Le dépaysement est, pour moi, très propice à l’écriture. A la maison j’écris sur un PC, en voyage sur un cahier.

  9. Clémence dit :

    Rituels, pas vraiment ….

    PC sur la grande table en bois exotique au séjour…avec vue sur le jardin…
    Ecriture, un peu le matin, un peu l’après-midi…
    De préférence en compagnie de Mozart…
    Et … coquetterie oblige…

    Voilà, vous savez tout….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Répondez à ce calcul pour prouver que vous n'êtes pas un robot *