Les malheurs d’un enfant dyslexique

« Les échecs répétés, les sanctions qu’ils entraînent, les conflits qui en résultent mettent l’enfant en situation d’accusé. Tout cela le décourage et l’amène progressivement à se désintéresser de la vie scolaire, à rester en marge, à se replier sur lui-même, à se réfugier dans le bricolage ; ou encore à devenir turbulent, fugueur, et en opposition avec son milieu scolaire ou familial »

Extrait de Les malheurs d’un enfant dyslexique, Giséle Plantier, Éditions Albin Michel

Je viens de le lire, la gorge serrée, parce que j’ai vécu cela et bien plus. Mes parents étant persuadés que j’étais paresseux et bon à rien. Un livre à lire par tous les parents d’enfants dyslexiques.

Est-ce parce qu’il concerne les dyslexiques ? Ce livre est imprimé « comme un cochon » indigne d’une grande maison d’édition

1 Response

  1. Sans vouloir tourner en dérision ce sujet fort sérieux, voici un lien pour un texte de Pierre Repp sur « la soeurette des crêpes », pardon « la recette des crêpes » :
    http://moncarnetamalices.over-blog.com/article-10540827.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Répondez à ce calcul pour prouver que vous n'êtes pas un robot *