L’écriture bienfaitrice

Tout le monde s’accorde à dire que l’écriture est thérapeutique, a fortiori l’écriture de soi.
Mais est-ce qu’écrire en atelier d’écriture libère autant d’émotions que solitaire devant son journal intime ?
Je ne pense pas. La disposition d’esprit est différente.

Hormis cet aspect, quels sont les effets de l’écriture sur notre personne ?
C’est une question que je me suis souvent posé pendant les 15 années où j’ai animé un atelier d’écriture créative ouvert à tous. D’après ce que j’ai pu observer, l’écriture en groupe favorise l’extériorisation. Si lire le texte que l’on vient d’écrire devant un groupe est toujours stressant les premières fois, cet exercice donne, peu à peu, confiance en soi.

D’autre part, la détente engendrée par l’écriture créative est évidente. Au fil du temps, les personnes qui écrivent à partir de mes propositions inédites sont plus détendues, confiantes et joyeuses. Avant, leur imagination devait jouer des coudes pour trouver une place dans leur façon d’écrire, après, leur rationalité ne se haussait du col que pour corriger les fautes et la syntaxe.

L’atelier se tenait à Paris, le lundi soir de 20 h à 22 h, avec souvent des prolongations… Les participants écrivaient après avoir accompli une journée de travail, pourtant, il n’y paressait pas, personne ne somnolait ou baillait.
Leur ardeur m’a toujours impressionné. Indéniablement, l’écriture inventive, pratiquée en groupe, donne un regain d’énergie. Voire, un bénéfice sur la santé physique et mentale.

Certains chercheurs supposent d’ailleurs que l’écriture améliore la santé à long terme. On ne sait pas trop comment, mais il est vrai que la longévité de nombreux écrivains est incontestable.

Dernièrement, Madame Qian Lu, professeur à l’Université de Houston (Texas) a découvert que l’état physique et mental des malades subissant un traitement contre le cancer s’améliore quand elles expriment leurs peurs par écrit. Des séances d’écriture d’une demi-heure pendant 4 à 5 jours renforceraient le système immunitaire.

Moralité : Pas un jour sans une page bien remplie.

 

Je suis dyslexique. De facétieux neurones font des croche-pieds aux mots dans mon cerveau. Mon orthographe trébuche souvent quand j’écris. Peut-être avez-vous remarqué une faute. Merci de me la signaler : blog.entre2lettres(at)gmail.com

4 Responses

  1. Léonie dit :

    Bonjour, c’est clair que participer à un tel atelier est galvanisant. Au début j’étais par contre un peu terrifier de devoir lire ainsi devant tout un auditoire quelque chose d’intime. Aujourd’hui je ne peux plus m’en passer ! Vive les ateliers d’écriture !!!

  2. Catherine M. S dit :

    Vive l’écriture et ses multiples bienfaits !!

  3. bru dit :

    La première lecture du texte, en public, c’est comme le démarrage d’une émission à la radio : on a l’impression de soulever une paire d’haltères…

  4. Elisa dit :

    Entièrement d’accord. Au début, chaque séance d’écriture me laissait épuisée. Aujourd’hui, écrire est devenu un acte naturel, quasi quotidien. Et j’en ressors gonflée à l’énergie. Reste à trouver comment débrancher parfois…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Répondez à ce calcul pour prouver que vous n'êtes pas un robot * Temps limite dépassé