« Le goût de la lecture », une contribution de G Cénec

Le goût de la lecture

Qui vous a donné le goût de la lecture ? Le Mercure de France vient d’éditer un petit bouquin savoureux sur le sujet. Mais avant de vous livrer le texte de la quatrième de couverture (je sais, c’est un truc de journaliste un peu fainéant sur les bords, mais le texte est très bon), j’aimerais aussi vous faire partager l’émotion que j’ai ressentie lors de la projection du film « La Tête en friche ». Nous sommes tant habitués aux livres que nous ne pensons jamais à ces personnes qui n’osent pas entrer dans une librairie, de peur d’avoir l’air bête devant le libraire. La directrice de la Bibliothèque départementale de prêt du Haut-Rhin me disait que lors du passage des bibliobus (qu’elle gère), les gens entrent plus facilement dans cette bibliothèque sur roues. Le bus est sur la place du village, on entre « pour voir »  après avoir fait son marché…

Si vous avez vu le film, vous souvenez-vous de la façon dont Gérard Depardieu s’éveille à la lecture ? Vous souvenez-vous de l’extrême délicatesse de Gisèle Casadesus, en face d’un quasi-analphabète ? J’ai vu le film avant de lire le livre de Marie-Sabine Roger, adapté au cinéma par Jean Becker. D’habitude on fait le contraire… Mais l’émotion était intacte. Voici enfin la quatrième de couverture :

« Le goût de la lecture  est une histoire intime que les lecteurs aiment partager, un plaisir solitaire qui très vite devient un festin de papier. C’est une vieille histoire  entre soi et les livres. Le goût de la lecture est souvent un bonheur d’enfance  qui vous éclaire toute une vie. Il est parfois le fruit d’une éducation ou de voisinage familier d’une bibliothèque. Mais il en est de la passion des livres comme de toutes les passions : les coups de foudre et les coups du hasard très souvent s’en mêlent… Parmi tous ces lecteurs fous de livres, il y a bien sûr les écrivains. Consommateurs boulimiques de papier imprimé, ils évoquent volontiers la naissance de cette passion de lire qui est la source de leur écriture. Promenade en compagnie de Jean-Jacques Rousseau, Elias Canetti, Montaigne, J.M. Le Clézio, Henri Miller, John Ruskin, Alberto Manguel, Jorge Semprun, Daniel Pennac, Marcel Proust, Michèle Lesbre, Nathalie Sarraute, Pascal Quignard, Georges Perec et bien d’autres ». Textes choisis et présentés par Michèle Gazier. 106 pages, format 10 x 16, comme la taille d’un carte d’invitation… à la lecture !

P.-S. : Je ne serai jamais assez reconnaissant envers Jean Pastureau, mon prof de français de classe de première qui a déclenché en moi une soif inextinguible de lecture .   Gérard Cénec

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Répondez à ce calcul pour prouver que vous n'êtes pas un robot * Temps limite dépassé

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.