La colère gronde parmi les auteurs

Les auteurs connaissent souvent des situations très difficiles.
Leur statut social est précaire. Les droits d’auteur  sont payés selon le bon vouloir des éditeurs,  les contrats sont parfois léonins, les charges sociales abusives, leurs oeuvres sont vite mises au rebut, etc. 

Mais comme si cela ne suffisait pas, des réformes sociales réalisées sans concertation vont certainement aggraver leur précarité.
Les auteurs cherchent vainement à dialoguer avec le gouvernement, mais le ministère des Affaires sociales ne répond pas. Alors la colère monte.
Les organisations représentant les auteurs (le CPE) ont donc décidé d’organiser des « Etats généraux du livre ».
Ils se dérouleront en deux sessions.
La première, sur le statut social des auteurs, aura lieu le 22 mai prochain à la Maison de la Poésie à Paris
La deuxième abordera la répartition de la richesse entre les différents acteurs de la chaîne du livre et insistera sur la trop faible rémunération des auteurs de livre jeunesse.

Le site auteursencolere.fr rendra compte de la situation des auteurs et des Etats généraux.

Vous pouvez soutenir les artistes-auteurs en signant cette pétition
Pas d’auteurs, pas de livres.

Je suis hors-n’homme. Un neuroatypique à dominance dyslexique. 
De facétieux neurones font des croche-pieds aux mots dans mon cerveau.
Mon orthographe trébuche souvent quand j’écris.
Peut-être avez-vous remarqué une faute. Merci de me la signaler : blog.entre2lettres(at)gmail.com

2 Responses

  1. Françoise - Gare du Nord dit :

    On vient de me conseiller un livre « Le vol du gerfaut » de Jean Contruci, roman divertissant sur le monde de la littérature et de l’édition et sur les rapports entre écrivains et éditeurs

  2. Sylvie Hamel dit :

    Fait, partagé, commenté :=((

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Répondez à ce calcul pour prouver que vous n'êtes pas un robot * Temps limite dépassé

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.