Alexandre Vialatte trempait sa plume dans l’or des mots

Alexandre Viallate trempait sa plume dans l’or des mots, il y a très souvent du génie dans ses écrits.
Les éditions Arléa ont eu la bonne idée de publier une sélection de ses meilleures chroniques littéraires.
Un régal, à mille lieues de la soupe promotionnelle qui nous est servie aujourd’hui par la plupart des médias

Deux extraits :

 » Le mot le grise, la phrase l’emporte. il l’attrape n’importe où et la monte au passage; après, c’est du rodéo. il se balance sur elle, comme aux « Vagues de la mer », il s’y fait secouer comme sur « l’Auto magnétique », il s’y promène comme sur le « Grand Huit ». Tantôt il est en haut, tantôt il est en bas; on le cherche dans les étoiles, il est au fond de la cave, on a le vertige; c’est le labyrinthe et le toboggan. »

« Ses livres qui ont l’air de tout dire ne laissent rien transparaître de lui. Ils font penser à la surface d’un étang; la pluie ricoche dessus, le soleil s’y reflète, un nuage y promène son ombre : tant de vie, tant de drames ne trahissent rien du fond. »

Alexandre Vialatte, CRITIQUE LITTERAIRE, Editions arléa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Répondez à ce calcul pour prouver que vous n'êtes pas un robot *