Exercice inédit d’écriture créative 284

voyellesUn alphabet reçoit le résultat de son IRM : Ô ! s’exclame-t-il en découvrant le compte rendu, j’ai une voyelle qui bat de L et…

Inventez la suite 

 

26 Responses

  1. Michel-Denis ROBERT dit :

    Un alphabet reçoit le résultat de son IRM : Ô s’exclame-t-il en découvrant le compte rendu, j’ai une voyelle qui bat de L et mon pli de l’N gauche qui me fait mal. C’est sûrement une R ni étranglée ni bénigne. Je dois faire attention à ne pas trop m’emporter dans les R, quand je répète à haute voix. De plus, je dois consulter mon ORL, je verrai ça après ma prise de sang pour les lymphocytes T. Non, ce sont les A, cette fois-ci, le taux A B C est intermédiaire.

    Avant la cérémonie, je me ferai une séance d’UV, et sur la photo, je paraîtrai en sans T. Pour le jour J, il est préférable de présenter une image positive. Sur mon agenda, j’ai noté que je dois me marier avec une alphabète Anglaise. Mais elle n’est pas bête du tout, j’ai fini par C D. Je veux dire : je l’ai enregistrée. Nous irons sûrement à l’heure du T rendre visite à Monsieur l’A B. Mais j’y pense, ce sera le Q réformé de la paroisse. Je dois changer notre R V. Avec L N, nous préférons l’A B. Il est plus sympathique.

    Au mariage, nous serons cinquante-deux, nous recevrons donc une lettre par semaine. Pour lier connaissance, nous ferons l’inventaire des mots passés dans la langue de l’autre. Pas besoin de méthode à six mille E. L’improvisation permet plus de découvertes. Avec toutes ces lettres, nous explorerons toutes les possibilités. Comme L N aime le rugby, nous écrirons un abécédaire. Nous commencerons par le A K. Avant que nous soyons A G, nous ferons des B B. Pas besoin de films X non plus, nous ne sommes pas intéressés par l’illettrisme.

    Au BHV, avec le scanner L N A H T, était vendue une machine à dicter. Les lettres s’écrivent d’elles-mêmes. Si vous dîtes toilettes, par exemple, elle traduit W C et inversement. Ainsi, nous n’aurons aucune difficulté de compréhension. Nos envies seront respectées sans ambiguïté. Lorsque l’appareil sera H S, ce que je ne souhaite pas, nous pourrons nous reporter sur le scrabble. J’y pense aussi ! J’ai ma petite idée pour placer le W, le X, le Y et le Z.

  2. francoise dit :

    Un alphabet reçoit le résultat de son IRM : Ô ! s’exclame-t-il en découvrant le compte rendu, j’ai une voyelle qui bat de L et c’est le A, D(é) propose aux autres lettres de l’alphabet de le réparer ; comment répondirent-ils à l’unanimité ? Avec une aiguille et un bon fil. Y proposa des séances de rééducation : Par exemple, on pourrait le mettre à l’envers et le I lui servirait de jambe. Vous n’allez quand même pas le faire ressembler à un unijambiste. De toute façon, Z refuse qu’on plagie le Y, son compagnon de toujours depuis la naissance de l’alphabet. Il faut faire quelque chose, nous ne pouvons pas envisager de se retrouver à 25.Tous discutent sans se rendre compte que A, très affecté, fait grise mine et sa structure semble sur le point de se disloquer. M et N avec leurs cinq pattes courent à son secours et A ému
    se redresse seul. B trouve que tout cela fait désordre, il élève la voix en demandant à chaque lettre de reprendre sa place. Toutes obéissent et tout à coup les 26 lettres de l’alphabet partent dans une farandole échevelée. De mémoire de grammairien on n’avait jamais vu çà. Le lendemain, chaque lettre avait repris sa place.
    ­

  3. Emmi A dit :

    Un alphabet, traducteur de profession, s’était rendu en radiolettrologie afin de passer une IRM. Depuis quelques temps il avait des problèmes de coordinations de mots et de lettres. Il lui semblait qu’un L sournois se soustrayait à des voyelles de manière impromptue.
    En effet, lorsqu’il disait « hello » c’était un « helll » qui sortait, ou encore lorsqu’il parlait de balade on entendait « bllladl ». Bref, pas génial pour un alphabet !
    Sur les conseils de son dictionnaire traitant, il alla donc passer son examen.

    On le fit entrer dans une espèce de gros tunnel rond. Heureusement qu’il n’était pas trop claustrophobe (« clalstrophlbl » avait-il dit à l’installatrice, qui grâce à son expérience avait su le comprendre quand même)…
    Il s’attendait à faire une bonne sieste mais au lieu de ça on lui demandait de prononcer plein de mots à voyelles : bonjour, haloa, plénitude, bilboquet, alabama… Naturellement, il prononçait tout de travers et ça l’agaçait !
    Après une bonne vingtaine de minutes, plein d’impatience, on le fit enfin sortir et le radiolettrologue lui expliqua qu’il fallait un petit temps d’analyse, qu’il recevrait les résultats chez lui. Mais a priori rien de très inquiétant. Pas de tumeur logorrhéique a priori ni de lésion phonétique majeure d’après lui.

    Deux jours plus tard, l’alphabet reçoit le résultat de son IRM :
    « – ô ! s’exclame-t-il, en découvrant le compte-rendu, j’ai une voyelle qui bat de L et le L du coup prend leur place de manière aléatoire. »
    Le compte-rendu est formel il avait une élétréïde aiguë. Il s’était pourtant fait vacciner et avait pris toutes ses précautions tout l’hiver !
    Il retourna donc chez son dico traitant avec les résultats :
    « – Je nl comprends pas dlctelr. J’al flis mon vaccln !
    – Oui mais voyez-vous, le vaccin limite l’attaque du virus, mais malheureusement avec votre surmenage vous avez du être un peu fragilisé et contaminé par un autre alphabet collègue sans doute… cela arrive, rien de grave, il n’y a pas eu de grosse épidémie cette année…
    – Mlis jl plux travliller qulnd mêml ?
    – Je ne crois pas que ce soit judicieux… écoutez vous, vos traductions ne serons pas très bonnes ! Non, non, je vous prescrit une semaine de repos, ne lisez pas trop de textes polyglottes, et avec du paralettramol tout devrait rentrer dans l’ordre ! »

    L’alphabet fut soulagé de n’écoper que d’une semaine de repos et ponctua son rendez-vous médical par un « luf » de soulagement !

  4. oholibama dit :

    Un alphabet reçoit le résultat de son IRM. ô s’exclame -t-il en découvrant le compte rendu, j’ai une voyelle qui bat de L
    Et mon médecin va encore me dire: » Vous avez encore Bbu de troPp ? »
    Mais non, mais non…
    Rien que du C pure vitaminé rien de Nnocif…
    Puis il me dira : » Vous allez Vvous Mmettre à la Ddiète pour me complaire. Après cela, Uun peu de S sport pour vous Rrequinquer c’est bon pour le moral vous verrez. » Moi sans plus de Ffaçon, je lui tire ma révérence et lui paie sa pitance. En clair Jje me rend compte que je bégaie peut-être esT ce cela qui rend mon IRM de mauvaiS poil.
    Je m’essaie à l’alphabet et cela en chantant et voyez-vous…ça fonctionne du tonnerre…comme quoi! l’IRM m’a juste eu de travers.
    Wwater je veux bien, mais juste avec un Zzeste alors !

  5. PEHENNE dit :

    Un alphabet reçoit le résultat de son IRM
    « Ô ! S’exclame t il en découvrant le compte rendu j’ai une voyelle qui bat de L et …
    Hue ! Fouette cocher sur cet équipage tout NRV qui me semble endiablé ! Puis …
    Youpi ! j’ai un joker pour le prochain jeu de l’oie
    Ah ! j’ai une consonne qui est DCD, et …
    Hi ! En voilà une nouvelle qu’elle est pas bonne, puis …
    Eh ! je n’ai pas que cela à faire, c’est AC pour moi … »

    Le professeur Defrancé était effondré !
    Il regardait l’alphabet qui délirait sur son lit d’hôpital. Ses propos décousus ne laissaient place à aucune ambiguïté : il avait perdu la tête !

    Quand on l’avait amené, dans un état comateux, la panique s’était propagée dans tous les services ! Imaginez : l’alphabet aux urgences !
    La confusion la plus complète régnait jusqu’à ce que le professeur Defrancé intervienne. Lui avait tout de suite compris : si on n’intervenait pas immédiatement, le désordre allait s’installer. On était au bord d’une grave crise de vocabulaire. Rendez vous compte ! Les écritures devenues illisibles, pleines de fautes d’orthographe, les mots devenus incompréhensibles, la chienlit dans l’administration et l’anarchie dans les écoles …

    Alors on avait procédé aux examens. Et les résultats n’étaient pas bons.
    Quand l’alphabet avait demandé à en prendre connaissance, on n’avait pas su lui refuser. A la lecture, ça l’avait rendu fou !

    Le professeur Defrancé ne savait pas comment annoncer une telle nouvelle à la famille.
    Il avait déjà connu cela avec un sujet frappé par un imparfait du subjonctif. Un temps si peu utilisé qu’il avait peu de chance de s’en sortir indemne …
    Et voilà que cela recommençait avec cet alphabet ! Mais en beaucoup plus grave.

    Nous aurons fait tout ce que nous pouvions pour le sauver, dit -il en serrant avec chaleur et désolation la main du grand père, un vieil alphabet usé mais encore valide.
    C’était le Patriarche d’une très ancienne dynastie à qui les mots, la littérature et même des dictionnaires devaient beaucoup. Sans eux, il faut le reconnaître, on n’aurait pas grand chose …
    Ils étaient tous là dans le couloir blanc de l’hôpital, se tenant serrés les uns contre les autres comme on regroupe les livres dans le rayonnage de bibliothèque.
    Tous étaient anxieux. L’un des leurs était devenu fou. Il fallait le sortir du circuit. Le risque de contamination était trop grand.

    Le professeur Defrancé l’avait bien dit : seuls les sujets ayant de solides bases grammaticales résistaient à une Inspection pour la Réforme des Mots.
    Et cet alphabet révélait certaines lacunes.
    La décision fut prise de s’en séparer.

    Pierre NEUVIALE

  6. Laurence Noyer dit :

    UN ALPHABET RECOIT LES RESULTATS DE SON IRM
    Sur un pin
    une mouette muette
    mange du pain
    Une étoile tire à soi
    une étole en soie
    Je m’assieds ou je m’assois ?

    Ô ! S’EXCLAME-T-IL EN DECOUVRANT LE COMPTE RENDU DE SON RIM
    Irma s’affirme
    Firmin se mire
    L’émir s’arme
    Miro trime

    J’AI UNE VOYELLE DE MON MIR QUI BAT DE L’L
    A moi l’émoi pour le hit du huit
    Neuf sous la nef
    le bruit brut
    d’une foule folle
    L’envie s’envoie
    pour l’autopsie de l’utopie
    Je me rassieds ou je me rassois ?

    Bref : mettons pleins d’ELLES aux voyelles
    mdr

  7. Clémence dit :

    Un alphabet reçoit le résultat de son IRM : Ô ! s’exclame-t-il en découvrant le compte rendu, j’ai une voyelle qui bat de L et…

    Un α bée devant un serpentin de lettres : « Hier, aime…Demain, tu rêveras aux accents circonflexes. »
    – Qu’une de mes voyelles batte de l’aile et je bats la breloque !soupira-t-il.
    – Non, mais, tu t’entends gémir? On dirait un Grognard de Napoléon qui n’en fit pas de battre la compagne et la semelle !

    L’α regarda autour de lui, interloqué.
    – Qui parle ? murmura-t-il, alors que son cœur battait la chamade…
    – Ta Muse, ton égérie, ta source….
    – Ça existe vraiment ? Tu existes vraiment ?
    – Oui, c’est moi qui t’aide à te battre contre les moulins à vent…
    – Mais à battre les buissons, cela ne m’aide pas à battre la monnaie. Que du contraire, le soir, je me couche, battu comme plâtre…
    – Mon ami, mon cher ami, encore une fois, tu bats les records à battre ainsi ta coulpe ! Regarde autour de toi, bats la mesure avec les beautés du monde, bats à plat de couture le beurre, l’eau, le briquet et le vent…
    – Muse, tu m’amuses, cela ne veut rien dire du tout. On dirait que tu as pris un coup dans l’aile de ton imagination. Tiens, je rebattrais bien le carton, manière de réécrire l’histoire ! Qu’en penses-tu, ma Muse ?

    Un grand silence se fit tout à coup. L’α se demanda s’il avait rêvé. Il revint à la charge.
    – Il faut battre le fer tant qu’il est chaud, ma Muse, je n’en ai pas encore fini avec toi…

    Le silence se fit plus dense. Aurait-elle battu en brèche ? Tant va la Muse à l’eau…
    – Muse… es-tu là ? Muse, ne m’abandonne pas ! Que serais-je sans toi ? Quelques lettres errantes par monts et par vaux…
    – Écris ! Écris ! encore et toujours…Ne te laisse pas abattre par un IRM qui te parle d’un hier…Aime et écris, écris et aime…
    – Tiens, tu me fais rire, ma Muse. Tu me fais penser à Eugène. Eugène Labiche…
    – Je te vois venir, mais dis toujours…
    – Il a dit : « Dès que le cœur d’un homme cesse de battre, on donne son nom à une artère. »
    – Et tu imagines que toi, petit bout de rien dans l’univers, tu es digne d’une artère ?
    – Certes non, mais il faut que je fasse mon exercice d’écriture 284 !
    – Et que vas-tu écrire ?
    – Moi ? Rien ! Je cite Cocteau. Écoute comme c’est beau…«  Écrire , c’est se battre avec de l’encre pour se faire entendre »
    – Me voilà rassurée, tu es loin de battre la breloque…

    © Clémence

  8. Sylvie dit :

    Extrait du journal d’un alphabet

    Ah, voilà le résultat de mon IRM. Ô ! j’ai une voyelle qui bat de l’L, des poches d’O dans les consonnes, le F qui s’affaisse, le D disproportionné, le K décalcifié. Aïe, aïe, aïe !

    L’année dernière, on m’a déjà diagnostiqué aux rayons X un S trop sollicité, un I mal irrigué, un U trop cambré. Heureusement que j’ai une prothèse au P et une barre de T artificielle. Sans quoi je ne pourrais pas marcher.

    Récemment, j’ai eu une accentoïte aiguë et une dépression circonflexe : rien de grave, des épidémies passagères. Pour soulager mes articulations, le docteur ès lettres m’a prescrit des injections d’apostrophes. C’est efficace. À côté de ce que j’ai subi il y a deux ans, ce n’est rien.

    Je souffrais alors d’essoufflements, d’appréhensions et d’hallucinations : les doubles consonnes, m’avait-on dit. Après un électro-lettrogramme en clinique spécialisée, il s’est avéré que je venais de faire un accident voyello-consonnaire ou AVC. J’avais la boucle supérieure du B bouchée. Il fallait m’opérer. Je fus alors le premier alphabet au monde à subir une greffe de l’E dans l’O pour éviter une calcification du C et laisser passer l’R. Aujourd’hui, j’ai un cœur tout neuf et malgré mon âge avancé, je rêve encore du grand A.

    ©Sylvie Wojcik

  9. Nadine de Bernardy dit :

    Un alphabet reçoit le résultat de son Ichnographie du Robert à Macrostiche. Ah ben merde! y manquait plus que ça, s’écrie notre héro, un pur plébéien.J’ai une voyelle qui bat de l’aile.Cette fois-ci, c’est mon i grec qui fait des siennes.Qu’est ce que c’est encore que cette histoire? A la dernière ichnographie c’était le double v qui se pliait en quatre .C’est toujours les lettres étrangères qui se font remarquer comme qui dirait.
    J’en ai marre de payer 57 euros à chaque fois pour qu’on m’annonce de mauvaises nouvelles.Chez le Robert, ils sont toujours à l’affût d’une faiblesse.Bientôt ce sera quoi? Mes consonnes qui vont se barrer l’une après l’autre? D’ailleurs, en y réfléchissant bien, j’ai trouvé que certaines avaient tendance à prendre le large ces derniers temps même si elles revenaient d’elles – même au bout d’un jour ou deux
    Comment je peux écrire tam ouille moi en attendant, s’il me manque une lettre,ou ono atopée? C’est vrai ça.
    Elles doivent sans doute croire que c’est elles qui commandent.
    Mais j’ai pas dit mon dernier maux.Pour leur en mettre plein la vue, je m’en vais apprendre l’alphabet en braille et on verra bien si y en a encore un qui trouve à redire quelque chose à ça chez ce Robert.

  10. Laurence Noyer dit :

    Un alphabet reçoit le résultat de son IRM : Ô ! s’exclame-t-il en découvrant le compte rendu, j’ai une voyelle qui bat de L et…
    Inventez la suite

    n lphbt rçt l rsltt d sn RM : ! s’xclm-t-l n dcvrnt l cmpt rnd, j’ n vll q bt d L t…

    • Laurence Noyer dit :

      U- a—a-e- -e-oi- -e –é-u—a- -e –o- I– : Ô ! -’e—a-e—i- e- -é-ou—a– -e –o—e –e–u, -’ai u-e –oye–e -ui –a- -e – e-…

  11. Monsieur Abel Alphabet… En prenant l’enveloppe dans la boite à lettres il vérifie machinalement le nom et l’adresse. S bien son nom ? IS ! Un drôle de nom ? Oui, on lui a ré et re réPT cent fois, mais on ne choisit pas son patronyme, n’est-ce pas ?
    Il y AV longtemps qu’il attendait les résultats de son IRM. Depuis IR surtout, il en a AC de poiroter et R dans sa maison sans but. Il n’M pas l’ID de ce diagnostic. Il n’en espère rien de bon, il voudrait que tout soit OK, pour lui OT un doute. É C sans se AT qu’il tire sur l’enveloppe pour la déchirer. Sans coupe papier pour l’ÉD, le papier refuse de CD et il doit tenter un second SÉ. Il prend enfin connaissance D commentaires médicaux.
    D la première lecture il se rend compte que quelque chose bat de l’L. Son K est sérieux. Une tumeur apparaît dans son poumon gauche. «  ÉB !! Vla o’t chose ! » Se dit-il. MU, il commence par OC les épaules sans CC de lire, puis sent la N MRG.
    « CE qui disent n’importe quoi !»proteste-t-il.  « Je sais que la vie est FMR mais je ne suis pas si AG, C pas demain qu’on fêtera mon DC et qu’il y aura une pierre tombale à mon FIJ ! Ci-J, c’est pas pour tout de suite !»
    Mais il a beau dire, la nouvelle l’a mis KO. Très AJT, il sort s’ HET une bouteille de whisky et la boit Q sec. Quand il parvient enfin à MRG, pour QV l’alcool absorbé il se prépare un T. ÉBT il se répète :
    « Pauvre LN ! CL qui va être surprise ! En FÉ je lui AV promis que cet ÉT on irait voir la tour FL… Je l’M tant, même si C pas une DS… Et j’en suis MÉ… Dire qu’on prévoyait une croisière l’année prochaine sur la mer ÉG… Comment pourra-t-elle FAC ces années passées ensemble où elle s’est si bien OQP de moi et de nos deux gosses… L’NÉ est sorti d’affaires, il est AB et a fait son choix de vie, drôle de choix pour le fils d’un AT…mais le second, TO, c’est un BB en age de TT sa mère… Bien sûr je m’offrirai une clinique UP où je serai bien soigné ! J’ai U tant de mal à me IC à une bonne place dans mon entreprise…mais tout de même… C’est comme une H qui me tombe sur la tête… »
    Effondré dans un fauteuil il rumine ses ID noires. Puis se redresse d’un coup et se met à UÉ la gent médicale AI :
    « En voilà AC, je ne vais pas m’ABC à les croire sur parole, JV de ce pas!! Leur papelard, il vaut pas un P ! Il s’AJ probablement d’une erreur ! Et G pas dit mon dernier mot ! Je ne V pas BC les bras ! »
    Mais il a beau dire, l’émotion l’a HEV, il est HS. Il se sent complètement KC et finit par se glisser un thermomètre sous l’SL pour prendre sa température. Il finit par s’endormir et rêve… rêve qu’il est dans un pré, en ÉT, en compagnie d’un Génie LÉ, en train de cueillir des RL, et que la vie est b’L.

  12. Nathalie dit :

    Un alphabet reçoit le résultat de son IRM :
    Ô ! s’exclame-t-il en découvrant le compte rendu, j’ai une voyelle qui bat de L et… probablement 2…. Les I et U sont KO, HS,…. Terrifiées par la réforme de 1990 qui s’applique à partir de 2016…. C’est sûr, pourquoi tant de hâte ? Elles risquent d’être décapitées de leur ^. Comment les mots vont-ils résonner sur notre langue ? Heureusement les 24 autres lettres de l’alphabet sont toutes en règle. L’abécédé est sauf.

  13. ISABELLE PIERRET dit :

    Consultation de voyelles

    Un alphabet reçoit le résultat de son IRM. Ô, s’exclame-t-il, en découvrant le compte-rendu, j’ai une voyelle qui bat de L.
    Asseyez-vous, je vous en prie, nous allons trouver ensemble une solution ;
    – s’il s’agit du A, consolidons-le avec un H en double attelle, je lui fixerai en varus ou en valgus afin de lui redonner toute sa vitalité ; et si ça n’est pas le cas, il sera encore temps d’y ajouter un point d’exclamation :
    – ah !
    – vous semblez soulagé,
    – ha ! ha ! et cela vous fait rire !!!
    – je me réserve le point d’interrogation, si elle s’avère dubitative,
    – ah ?
    – oui, cela peut aider à se questionner…
    Pour le cas du E, je peux sortir l’artillerie du U et du H, avec point de suspension, cela contribuera à dissiper son trouble 
    – euh…
    – vous savez, la réflexion a du bon
    Quant au I, je propose de le dupliquer, de l’intercaler entre 2 H, le lui fixer 3 points d’exclamation, cela lui permettra de se gondoler à loisir
    – hi !!! hi !!!
    – oui, oui, le rire est bon pour la santé !
    les problèmes du O sont plus embêtants, car l’accent circonflexe devient denrée rare et un « H-antérieur » pourrait l’effrayer
    – ho !
    – oui, c’est ce que je crains, je vais lui suggérer un « H-postérieur », que je complèterais par un smiley
    – oh ! 🙂
    – le bonheur assuré… et s’il refuse je peux le compléter par un é,
    – ohé ! oui, il se fera des amis
    – reste la question du U : à hue et à dia, j’attelle les chevaux
    – je crains qu’il ne s’emberlificote avec le euh…
    – alors reste le cas Y, caché près de son X, qui nous fait les garçons, c’est important, non ? Que diable c’est embêtant, les affections des voyelles….
    Si plusieurs atteintes concomitantes aggravent le tableau, alors je préconise les MOTS, en sirop, en capsules, en gélules,en comprimé : amours, délices et orgues, merveilles, beauté et bye-bye

  14. Catherine M.S dit :

    Visite médicale peu banale

    Un alphabet reçoit le résultat de son IRM 
    Ô s’exclame-t-il en découvrant le compte-rendu :

    G une voyelle qui bat de l’L
    Un D qui a mal au pied
    Un X qui siffle A l’oreille
    Quand il chante un R d’opéra
    Un V beaucoup trop pointu
    Qui pique le U juste à côté
    Quant au W c’est un K celui-là
    Il pleure sans arrêt quand on le prive de son C
    Une espèce de mélancolie qui lui pourrit la vie
    HI HI HI ricane le J sans pitié
    Qui adore lui piquer son PQ
    Rien que pour le faire bisquer !

    Halte-là, dit le médecin plein de N
    Je n’M pas beaucoup ça
    Ayez pitié SVP des consonnes mal aimées
    Qui viennent parfois de l’étranger
    Comme ce I grec ou ce Z également du Pirée
    Et puis, je vous en prie, cessez ce charivari
    Autour de lettres épuisées
    Comme les E et les S trop souvent sollicitées
    Qui n’en peuvent mais …

    Le médecin veut rassurer l’alphaB
    Voyons, tout n’est pas si mauvais
    Ne soyez pas embêT
    Seul le F peut encore vous titiller
    Mais on va tout faire pour vous en débarrasser
    Vite, une gomme, s’il vous plaît !

  15. ourcqs dit :

    Un alphabet reçoit le résultat de son IRM : Ô ! s’exclame-t-il en découvrant le compte rendu, j’ai une voyelle qui bat de L et…
    A tension maximale
    mes poumons manquent d’R, suis très SSoufflé
    mes IlIaques complètement laqués me bloquent,
    ma dernière crise de foiE explique ce retour en foi contemplative,
    Ce n’est plus un jeU, votre je devient surdimensionné , conclue le praticien.
    La lipogrammite glisse lentement vers l’anagrammite, les intestins sinisent, sans doute à cause de tous vos voyages, les reins mutent en petits riens,
    le cerveau va évacuer,
    Pas de dramatisation, le petit homme Gris évolue vers l’homme qui rit !!!

  16. Christophe Le Sauter dit :

    PANIQUE
    Un alphabet reçoit le résultat de son IRM : Ô ! S’exclame-t-il en découvrant le compte rendu, j’ai une voyelle qui bat le L. Je ne peux plus écrire avion, qui prend deux L, comme chacun sait. Si le L est battu par une voyelle, l’avion ne pourra même pas décoller.
    Juste au moment où le gouverneur doit absolument s’exiler après le coup d’État. Quand on pense, que l’avenir de la nation, dépends juste, d’un résultat d’IRM. Car enfin, si personne ne l’avait signalé, vous n’allez pas me dire qu’ils n’auraient pas tenu le coup, les L. Nous avons affaire à des professionnels qui savent se surpasser, quand il le faut vraiment, ne l’oublions pas.
    Bon il faut mettre en place le plan B. C’est quoi déjà le plan B ? Ah oui, c’est le plan ORSEC. Le plan ORSEC me parait un peu démesuré quand même. Non décidément, il faut prévoir autre chose et tout de suite, le temps presse. En parlant de presse pourvu que les journalistes ne soient pas au courant, que l’on puisse avoir les mains libres.
    Bien, récapitulons. Pas d’avion disponible. Sauf si l’on prend un hydravion qui à ses deux L en double. A ce moment-là chaque L sera renforcé par l’autre et lycée de Versailles. Dommage que l’on n’est pas de lac à proximité.
    IL y a, sinon l’option, de mettre le gouverneur sur une moto. Qu’ainsi, caché par le casque il passera sans danger la frontière. Ah oui, mais non, la dernière fois il avait vomi, et le nettoyage du casque (intégrale bien sûr) avait pris beaucoup d’efforts, surtout que sa cagoule qui avait retenu les plus gros morceaux de la choucroute, avait laissé passer tout le liquide et qu’il avait fortement imprégné, non seulement le casque, mais la combinaison. Jusque dans les bottes m’a-t-on dit. Que voulez-vous il avait bu trop de bière, surtout mélangée au schnaps, ce n’est pas terrible.
    Bien reprenons, un bateau n’irait pas assez vite, et de toute façon pas d’accès à la mer.
    Il faut oublier la voiture, qui sera contrôlée quoiqu’il advienne. Aucune chance.
    Et s’il s’enfuyait à pied, voilà une bonne idée. Un déguisement de paysan et l’affaire est faite. Bon bien sûr il a deux cents kilomètres, rien que pour accéder à la route la plus directe, mais il est sportif, parait-il.
    Hein ! Quoi ! Que dites-vous ?
    L’alphabet a reçu un mauvais compte rendu. Alors on est sauvés. Son IRM est impeccable.
    Le gouverneur va pouvoir prendre l’avion alors ?
    Quoi non ! Ah oui c’est vrai il a le mal de l’R.

    • Christophe Le Sauter dit :

      Que veut dire en attente de modération?

      • Perrat Pascal dit :

        Quand un texte est en attente de modération cela veut dire qu’il doit être approuvé par l’administrateur du blog (moi) pour être visible. Seuls les abonnés peuvent publier directement.
        Si un abonné change d’adresse e-mail il est automatiquement vu comme un inconnu en attente de modération.

  17. Antonio dit :

    Un alphabet reçoit le résultat de son IRM :
    « Ô ! s’exclame-t-il en découvrant le compte rendu, j’ai une voyelle qui bat de L et une autre qui prend l’O !

    – Han ! A l’O quoi ! s’écrie son amie analphabète. C’est grave ? Ajoute-t-elle avec l’accent, circonspecte.
    – Si c’est grave ??? Mais sans voyelles, y a pas de mot pour décrire comment j’suis perdu…
    – Comme si t’es une fille et que t’as pas de shampoing ?
    – Hein ? … J’en reste bouche bée. C’est juste… Des fois… Effectivement… J’ai… A chier quoi ! … J’y peux quoi ? … Carrément ! … Elle aime… mais moi j’ai la haine… Fous moi la paix avec ton shampoing… J’ai pas de cul… De quoi j’ai…
    – Tu sais quoi ? l’autre jour, je regarde dans la glace et je vois quoi ? mon cul qui s’affaisse… Je te dis pas d’quoi j’avais l’air !
    – Mais là c’est pas toi consonne ! … j’ai plus de voyelles j’te dis !
    – Aïe !
    – l’IRM s’est prononcé et il est clair. J’suis foudroyé. Les maux sont là… Et les miens n’ont plus qu’à fermer boutique, imprononçables !
    – Oyoyo ! …
    – J’suis plus bon qu’à parler en sms.
    – Oui…
    – Ben voyons, je perd mes voyelles, mes cordes vocales, mes lettres de résonance, c’est tout ce que ça te fait, toi…
    – Tant que je te comprends, c’est pas comme si tu perdais tes cheveux. »

  18. Christine Macé dit :

    Un alphabet reçoit le résultat de son IRM :
    Ô ! s’exclame-t-il en découvrant le compte rendu,
    G une voyelle qui bat de L ! C’est le pompon !
    J retourne demain pour un complément d’examen, mais le médecin n’a pas caché son inquiétude : « Vous êtes le premier K de ce genre ». J’ai juste dit :
    « A… » puis demandé « S que c’est mortel, docteur?» A l’intérieur, j’avais la N. Ce qu’il venait de m’asséner, c’était un coup de H, pas moins. J’ai ouvert la B vitrée, j’avais soudain besoin d’R.
    Il m’a demandé si je voulais boire quelque chose, un café ou un T. Puis Il a continué « Je V vous donner le rendez-vous… É ensuite nous aviserons. » Y avait rien d’autre à faire : I aller et attendre la suite.
    Le lendemain, j’ai passé un scanner. Moi qui n’M pas être enfermé, j’étais pas à la noce. Ça fait toujours un Ffet bizarre ce caisson. Il ne faut plus bouger, parfois plus respirer, pas un P de travers. J’étais tendu et j’avais mal partout : à la tête, au cœur et même au Q. Il faisait tellement froid là-dedans. Quand je me suis relevé, j’avais plus beaucoup d’illusions. J’ai ramassé les quelques lettres qu’il me restait encore : U, W, X et Z, les inclassables comme moi, et on est rentré à la maison. Pas la joie.

    Bon week-end (tout de même !), Christine

  19. Durand dit :

    Un alphabet reçoit son IRM: Ô! s’exclame-t-il en découvrant le compte rendu, j’ai une voyelle qui bat de L et un T qui consonne trop.

    J’ai trop A faire. Fermer les B, s’il vous plaît, courant d’air des mots.

    J’en ai A C D E. Ou alors une homme lettre, aux fines Zerbes!

    Il parait qu’en fin de texte, ça chute trop. Le R double V.

    Et pourquoi dans abandonner, tant de N ?

    Surtout ne pas CD à l’A G E, l’assemblée générale des écrivains!

    Un drôle d’é F é, cette débandade, ce délestage des lettres.

    Bientôt plus qu’un rez de chaussée de signes méconnaissables!

    Tout ça pour un I grec ??

    Ou la proximité douteuse du P et du Q ??

    Rien ne sert de râler…AAARGH

    G toujours à portée de musique une H pour couper court à la mauvaise mélodie.

    Et sans AB.

    La mort prendra ses S!

    Ci J un drôle de K!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Répondez à ce calcul pour prouver que vous n'êtes pas un robot *