Conseils des anciens aux jeunes écrivains

Laurence N, m’a sympathiquement envoyé un lien concernant un article du NouvelObs sur la rentrée littéraire : « 6 conseils aux jeunes écrivains » Le magazine a demandé à des écrivains de la rentrée d’y ajouter les leurs.

conseils-aux-jeunes-ecrivainsL’occasion, pour moi, dans ce billet, de réagir aux conseils prodigués.

3 conseils de Jean Hatzfeld
« Si la première page vous inhibe et si l’entrée dans l’univers de votre roman vous impressionne, plutôt que la dramatiser, la sacraliser, la triturer dans tous les sens jusqu’à parfois renoncer d’épuisement ou de découragement, débutez par la deuxième. Personne ne vous reprochera de la remplacer par un brouillon ou un résumé provisoire, puisqu’on n’en saura rien. Il viendra toujours en cours de route un soir heureux où les mots glisseront naturellement à la pointe du stylo. »

UN BON CONSEIL : vous pouvez même, si nécessaire, mettre votre impuissance passagère au service de votre écriture.
Par exemple : vous vous trouvez sans idée face à la feuille blanche, et bien, décrivez cette impuissance avec le maximum de détails et d’émotions.
En écrivant votre infécondité vous mettrez votre esprit en action et ce qui était un handicap deviendra un remède.
Votre difficulté à écrire les premières lignes disparaîtra sans que vous vous en rendiez compte.

« Ne manipulez pas vos personnages. Ne les utilisez pas pour exprimer vos idées. Par exemple, ne pas construire un dialogue entre deux personnes pour développer vos réflexions sur un sujet de l’histoire qui vous tient à cœur. » 

FAUX ! N’hésitez pas à faire dialoguer vos personnages quand ils vous permettent d’exprimer une idée en quelques échanges ; alors qu’il vous faudrait peut-être un paragraphe pour la développer.

« Enfin, c’est essentiel, ne tentez pas de séduire ou d’emballer des lecteurs. Oubliez-les. Un universitaire, un journaliste, un poète souvent, écrivent pour leurs lecteurs, mais pas un romancier. S’il pense à ses lecteurs un seul instant, à ce qui pourrait leur plaire ou les intéresser, le romancier sacrifie ses personnages et leur histoire pour une aléatoire réussite. »

AU CONTRAIRE : séduisez et emballez vos lecteurs avec une intrigue attractive, des comparaisons et des formules originales. Pensez à vos lecteurs, soyez bon conteur. Pas question que votre livre leur tombe des mains !

1 conseil de Marie Darrieussecq
« Si l’écriture n’est pas votre vie, laissez tomber »  

SANS AUCUN DOUTE : je suis tout à fait de cet avis.

1 conseil de Dominique Noguez
« Le style : sobre, voire sec. Pas d’adjectifs, pas d’adverbes, pas de métaphores, pas d’hyperboles, pas de périphrases, pas de points-virgules, pas de points d’exclamation. »

PAS D’ACCORD ! : un style fluide, d’accord, mais avec du tempo. Pas sec, sauf si c’est un rapport de police. Des adjectifs, bien sûr, quand ils servent véritablement votre pensée, des adverbes aussi quand ils vous font économiser des mots ou des lourdeurs de phrases. Un point d’exclamation pour accompagner une interjection : « Oh la la ! », si l’intonation ironique de la phrase l’emporte sur l’interrogation, on termine avec un point d’exclamation : « T’as vu ce mec comme il se la joue ! »
Un point-virgule, évidemment, quand dans une phrase, les parties dont une au moins est déjà subdivisée par la virgule, ou pour séparer des propositions de même nature qui ont une certaine étendue.  Pas d’hyperboles, pas de périphrases, oui, mais une métaphore créative et bien filée, si besoin. Et des comparaisons qui enchantent l’esprit.

Chantal Thomas
« Croire qu’écrire et parler relèvent d’une même langue. Confondre écrire avec discourir. »

OUI, BIEN SUR, c’est une erreur que je signale souvent.

1 conseil de Pierre Jourde
« Tu désires confier à des inconnus le soin de valider ce qui t’est le plus intime ? Tu réalises le malentendu… Et tout cela uniquement par le choix de mots et de tournures de phrases : tu dois savoir que tout le monde, au fond, s’en fout. »

TRÈS JUSTE : on ne peut dire mieux. Si vous souhaitez raconter votre vie il faut qu’elle soit extraordinaire, ou arrangez-pour pour qu’elle le soit…

1 conseil de Jean Rolin
« Au bout du chemin, le jeune écrivain devra prendre sur la droite afin de longer la mer : il est bien rare qu’à force de contempler celle-ci il ne vous vienne pas au moins une idée. Si c’est une idée stupide, ou inconvenante, le jeune écrivain l’écartera d’une main ferme. De l’autre, il se saisira d’un galet – ou de n’importe quel objet disponible sur la plage : coquillage, bout d’aussière ou canette de bière – et lui accordera pendant un certain temps toute son attention. »

NE JAMAIS S’EN PRIVER : Laissez courir vos pensées, à la plage comme ailleurs. Rêvez, contemplez, méditez. Laissez votre enfant créateur jouer dans son bac à sable. Ne l’en privez jamais.

MON DERNIER CONSEIL POUR AUJOURD’HUI :  Quand vous écrivez à votre table de travail, ne vous dites jamais : « Je suis en train d’écrire un livre », dites-vous plutôt :« Je suis en train d’écrire un brouillon ».
Sinon, vous « en ferez beaucoup trop ». Vous voudrez que ce soit parfait et ce sera mauvais…

7 Responses

  1. Pascal Perrat dit :

    Ce qui ne changera jamais, papier ou Internet, c’est de raconter une bonne histoire

  2. Sandrine DUHAZE dit :

    jeunes gens, surtout ne versez rien, c’est à l’éditions de vous envoyer des exemplaires afin que vous puissiez voir si tout est correct, si vous faites une commande, ne payez qu’à l’arrivée des livre, car beaucoup de maisons d’éditions, abusent et vous envoient des exemplaires non corrigés, j’en ai encore fait l’expérience dernièrement, et assurez-vous que le contrat est bien à compte d’éditeur, et sachez qu’un an après la signature du contrat, me premier versement doit vous être fait, voir propriété intellectuelle dans le code du travail.
    Bonne chance dans votre passion, mes amitiés à tous

  3. laurence noyer dit :

    J’adore celui de Sagan: « J’écris pour connaître la suite »

  4. Françoise -Gare du Nord dit :

    Pour faire écho à Sylvie sur le propos de Marie Darrieussecq : je sais bien que l’écriture est moins ma vie que la lecture. Et pourtant je n’ai pas envie de laisser tomber même si je suis fréquemment confrontée à la difficulté d’écrire. Mais il est vrai que je suis plus une écrivante qu’un écrivain.
    Tous ces conseils me paraissent justifiés

  5. Sylvie dit :

    C’est le conseil de Marie Darrieussecq que je trouve le plus pertinent.
    Ecrire, c’est à mon avis un don et un plaisir à la fois, comme le dessin ou la musique, ça vient naturellement et ce n’est pas une tare de ne pas être doué(e) pour ça. Je ne comprends pas pourquoi toutes ces règles pour avoir une première idée, pour s’obliger à écrire ?

  6. grimoirie dit :

    Je suis rarement les conseils, soit qu’ils me rappellent combien j’ai raison, soit qu’ils me confirment combien j’ai tort.
    Ceux présentés ici font une belle palette et les avis de Pascal, eux, sont pertinents !
    Tout de même, le conseil de Jean Rolin m’enchante plus que tout.

  7. danielle 78 dit :

    Merci des conseils. Sont-ils judicieux pour les nouveaux et néanmoins vieux écrivains ? Amitiés, danielle 78

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Répondez à ce calcul pour prouver que vous n'êtes pas un robot * Temps limite dépassé