Ces livres sur lesquels il nous arrive de mentir

Nous lisons de moins en moins, paraît-il.
Mais chacun a tout de même des « connaissances littéraires » sur nombre de livres célèbres.
Même sans les avoir lus !

Mentir sur ce point est considéré comme un faute vénielle pour la plupart de personnes qui ne lisent pas ou peu…

Un site anglais BookRiot a demandé à ses visiteurs
quels sont les livres sur lesquels ils osent donner leur avis sans jamais les avoir ouverts.

Trois grands livres arrivent en tête : Orgueils et Préjugés de Jane Austen, Ulysse de James Joyce et Moby Dick de Herman Melville.

« 1984 » de George Orrwel est bien classé (6e position),
il est vrai que le monde entier se réfère à Big Brother, à la moindre occasion.

Notamment les journalistes.

J’ignore si une telle expérience a été menée en France, mais j’ai ma petite idée.

Chez nous, je pense « Qu’à la recherche du temps perdu » de Proust,
Don Quichotte de Cervantes ou Voyage au bout de la nuit de Céline, sont des livres sur lesquels on baratine assez souvent.

Sans compter la bible ou le Coran !

Seriez-vous d’accord pour nous citer les livres sur lesquels il vous arrive de broder un peu ?

Comme ça, pour jouer, comme les anglais. 😉

Livres pas lusPetit clin d’oeil pour les vacances :  Un livre facile et distrayant à lire, dont on peut parler après l’avoir lu.

13 Responses

  1. Sylvie H. dit :

    A Sylvie : non, mon commentaire était juste un sourire. La coïncidence était trop drôle pour que je la laisse passer sans sourciller. Et comme beaucoup d’entre vous, j’avoue aussi dire du mal de certains auteurs un peu trop commerciaux sans les avoir lu. C’est ce que je faisais avec les dernières productions d’Amélie Nothomb. Jusqu’à ce que je m’y replonge : La nostalgie heureuse a été une bonne surprise. Il y a vraiment des phrases et des notations… heureuses.

  2. Pascal Perrat dit :

    A Valérie
    J’aime votre franchise. Nous faisons tous un peu comme vous, de temps en temps, bien sûr…

  3. Pascal Perrat dit :

    Caroline
    Un titre est choisi pour que le livre se vende.

  4. Pascal Perrat dit :

    A Janine Père.
    Concernant Proust, il a bien été refusé par Gallimard mais édité par une petite maison d’édition, j’ai oublié son nom

  5. Valérie dit :

    Quand on parle devant moi d’un livre que je n’ai pas lu, souvent, je mens en silence. J’écoute sans avouer mon forfait et je fonce l’acheter si ce que j’ai entendu m’a intéressée. En revanche, il m’est arrivé de broder sur les livres que j’ai lus oui, mais il y a tellement longtemps que j’en ai oublié la substance. Je parle des classiques lus sous la contrainte et que je me suis empressée d’oublier. A relire dans un contexte plaisir ?

  6. Caroline dit :

    « Comment parler des livres que l’on a pas lus » est la meilleure chose que j’ai lue en 2012, c’est hilarant, mais dommage que le titre soit aussi racoleur. Le contenu illustre plutôt POURQUOI parler des livres que l’on a pas lus. Sinon, comme Sabine, je dis souvent du mal de livres non lus (Musso, Levy, Fifty Shades…) et sans même prendre la peine de découvrir le début (je sais, c’est mal). Puis je me compare à la Dame aux camélias dès que j’ai un rhume.

  7. Sylvie dit :

    Désolée, ce n’était absolument pas mon intention de viser personnellement qui que ce soit.

  8. Sylvie Hamel dit :

    Ouille! Sylvie, je me sens directement visée : Je viens de relire (pour la xième fois et avec toujours autant de délices) Candide et le refrain du philosophe Pangloss. « Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes », ironise à travers les déceptions de Candide ce perfide Voltaire. Une pierre dans le jardin de l’optimisme béat. Rabelais, pendant l’été que je passe toujours sur ses terres du Chinonais est un voisin de pallier, de terroir et d’appellation mûrement contrôlée. Quand à Proust en recherche, ses émois, ses attentes, ses atermoiements me sont infiniment proches. Sa sensibilité pour décortiquer les êtres autant que les sociétés est magnifique. Pourquoi avez-vous justement choisi ceux-là? Il me reste encore Duras, Pinget et quelques autres. Les avez-vous oubliés?

  9. Patricia Guedj dit :

    Je n’ai rien lu mais je te fais confiance

  10. Janine Père dit :

    Je fais partie d’un cercle de lecture dans lequel nous proposons de temps en temps de relire des classiques. Ce mois-ci, l’animateur a suggéré « Un amour de Swann ». Je n’ai pas osé dire que je ne l’avais jamais lu et me plonge avec délices dans les salons et commérages de Madame Verdurin. Une lecture idéale pour paresser à l’ombre des platanes… On dirait que c’est écrit d’hier. Quand on pense que le manuscrit de la Recherche fut refusé par les éditeurs et que Proust l’a parait-il publié à compte d’auteur. IOu bien, est ce une légende qui circule pour consoler les écrivains refusés ???

  11. durand dit :

    Le livre sur lequel j’ai le plus brodé sans l’avoir (totalement) lu est évidemment

    la Bible.

    En fait j’avais prévu d’en lire une page tous les soirs dès que j’en trouverai un

    exemplaire sur la table de nuit d’une chambre d’hôtel in USA.

    Mais à 62 ans, vers l’ouest, je n’ai jamais dépassé la pointe du Raz.

    Certains collectionnent les bibles. Moi j’ai choisi les bibelots.

  12. Sylvie dit :

    On entend souvent parler du « meilleur des mondes possibles » (Candide de Voltaire), mais sait-on seulement ce qui s’y passe ?
    On fait souvent référence à Pantagruel ou Gargantua (Rabelais) sans avoir jamais lu une ligne de vieux françois.
    On prétend avoir, comme Proust, sa propre madeleine sans jamais avoir trempé dans la Recherche. C’est pourtant délicieux.

  13. Sabine dit :

    Comment donner un avis sur un livre qu’on n’a pas lu?
    Conversation entre mon beauf’ et moi:
    Moi: Je ne comprends pas cet engouement pour le Da vinci code, j’ai arrêté à la page 89 tellement je m’ennuyais.
    Mon beauf’: Tu aurais dû continuer, c’est super.

    Donc j’ai ressorti le livre, puisque tout le monde en fait l’apologie. Je l’ai repris à la page 1, et me suis arrêtée à la page 159, tellement je m’ennuyais.
    Une histoire de plus sur les templiers, un début de livre qui n’en finit pas de bébuter. J’avais l’impression de regarder une banale série américaine.Vraiment je n’ai pas aimé. Et pourtant je ne l’ai pas lu!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Répondez à ce calcul pour prouver que vous n'êtes pas un robot * Temps limite dépassé

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.