Agissez en Argonaute

Il y a fort longtemps, selon la mythologie grecque, Jason et ses compagnons argonautes embarquèrent sur un bateau pour aller conquérir la Toison d’Or.

GalereMais le voyage s’avéra très long et difficile. Confronté à de nombreuses tempêtes leur navire connut beaucoup d’avaries. Plusieurs fois il faillit couler.

Pour ne pas faire naufrage, l’équipage remplaça une à une toutes les pièces du bateau. Si bien qu’ils naviguèrent toujours sur un bâtiment neuf, sans que ni sa forme ni son nom ne changent. Et c’est ainsi qu’ils parvinrent au but.

Si j’ai choisi cette légende c’est parce que, pour la plupart, nous avons commencé très jeunes à naviguer en écriture, mais nos essais ont pris l’eau puis sombré dans un tiroir, voire dans une corbeille à papiers.

Peut-être avez-vous conservé vos premiers textes, vos écrits de jeunesse, comme on a coutume de dire, relisez-les quand vous aurez un moment, pendant les vacances par exemple.

Tel le bateau des argonautes, il se peut qu’en réécrivant ou en modifiant certains passages vous puissiez amener l’une de vos premières œuvres à bon port.

C’est-à-dire chez un éditeur, traditionnel ou Internet…

À ce sujet, nos abonnés sont de plus en plus nombreux à confier leurs œuvres aux éditeurs officiant sur la toile.

Faites-nous part de votre expérience si vous avez opté pour ce type d’édition, car je commence à avoir quelques soupçons.

Il se pourrait que certains anciens margoulins de l’édition à compte d’auteur papier, se soient immiscés malhonnêtement dans ce circuit.

Les escroqueurs en tout genre prospèrent sur Internet, pourquoi pas ceux-là ?

5 Responses

  1. laurence noyer dit :

    En me promenant sur le site de Valérie j’ai cueilli un nouveau mot: SERENDIPITE
    il va fleurir ma journée.

  2. Valérie dit :

    Le billet qu’il fallait pour ouvrir les vieux tiroirs. Merci Pascal pour cette invitation, ce fut fort et intense. What’ else ?

  3. durand dit :

    Des escrocs, encore et toujours les mêmes avec de grandes dents dedans, des

    canines dehors, des qui n’attendent que de sucer la moelle de mes écrits, le

    boudin noir de mes pensées.

    Va de Retro Editonas!

    Sinon, extrait de mon Fictionnaire à moi personnel:

    Argotnaute: Explorateur de familiarités linguistiques, de cheveux d’or sur la langue.

    Cordialement!

    Jean de Marque

  4. Catherine LM dit :

    Merci pour ce rappel

  5. Sylvie H. dit :

    Quel billet réconfortant, cher Pascal !
    Tu m’invites à passer à l’action. Cela fait des lustres que je lorgne vers ces déchets antiques, presque sûre d’y retrouver au moins quelques éclats de verre bien brillants. Et voilà que tu m’y pousses, que tu nous y pousses. Car je suis certaine que nous sommes nombreux à avoir envie d’ouvrir à nouveau les tiroirs et cartons. Ce qui nous retient ? La peur d’y retrouver quelque chose de frais, quelque chose de vivant sans doute. Et qui nous ressemble comme un frère.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Répondez à ce calcul pour prouver que vous n'êtes pas un robot * Temps limite dépassé

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.