47 réponses

  1. Luc des Vosges dit :

    Lettre de démission de la présidente de la ligue contre les mois en R

    Chers et chères camarades de la ligue que je préside depuis maintenant douze ans, je suis au regret, je devrais plutôt dire au bonheur, de vous annoncer que je démissionne de mon poste de présidente de la ligue contre les mois en R. Je vais vous en exposer les raisons. Comme vous le verrez, elles démontrent un changement radical de philosophie de vie. Mais ne vous méprenez pas, malgré cette évolution radicale, les amitiés fortes que je me suis forgées au cours de plus d’une décennie j’espère bien les conserver. Il ne tiendra qu’à vous de m’accepter avec ma nouvelle philosophie de vie. Si les idées et les convictions sont des choses importantes, les amitiés doivent être les plus fortes et l’ouverture d’esprit et la tolérance doivent nous guider dans la relation aux autres.
    Comme nous le savons tous, notre ligue contre les mois en R a pour vocation de faire disparaître le R des mois qui en comportent un, janvier, février, mars, avril, septembre, octobre, novembre et décembre. En effet, cela nous permettrait de faire appliquer la réglementation de l’interdiction de ramasser les oursins toute l’année, cette instruction l’autorisant uniquement durant les mois en R.
    Jusqu’à présent, animée d’une conviction profonde que cette autorisation de pêche devait être abolie je militais fortement dans ce sens. Effectivement, il m’apparaissait comme une évidence que la consommation de ces animaux facilement attrapables, malgré leurs piquants, relevait d’un luxe que notre civilisation ne pouvait plus se permettre. Notre action s’inscrit directement dans la tradition écologique anti-pêche et anti-chasse, en considérant les pêcheurs et les chasseurs comme des barbares qui se réjouissent de la mort des animaux qu’ils traquent.
    Mais voilà, les hasards de la vie et de l’Amour, avec un grand A, vous font parfois changer radialement d’opinion et changer votre approche de la vie.
    Au cours des dernières vacances, voulant dans une démarche écologique laisser une trace carbone minime je me suis embarquée sur un petit voilier de 10 mètres avec un navigateur qui cherchait un compagnon de voyage, femme ou homme. Qu’il s’agisse d’une femme ne l’a pas dérangé, mais son optique n’était absolument pas de se trouver une compagne de couche, mais une personne qui partage sa communion avec la mer.
    La vie nous embarque sur des chemins insoupçonnés que nous n’oserions jamais imaginer. Ce voyage en voilier était prévu d’une durée modérée de trois semaines. Je dois reconnaître que c’est avec une certaine appréhension que je m’embarquais seule avec un homme dans un espace restreint pour une vingtaine de jours. André est un être très bien éduqué, chaleureux tout en étant empli de retenue. Ces qualités furent très appréciées d’autant plus dans notre situation de promiscuité. Très vite j’ai réalisé qu’il ne tenterait pas de me séduire, je voyais bien qu’il y mettait un point d’honneur. J’ai assez l’habitude des hommes pour savoir qu’avec ma silhouette avantageuse, je dirais même ravageuse, je ne les laisse jamais indifférents, bien au contraire. Mais à l’inverse, quant à moi, au premier coup d’œil j’ai été conquise. Je fis, tout au long de notre périple, mon possible pour ne pas laisser déborder mon émotion. Très gentleman, il fit comme s’il ne décelait en rien mon trouble et mon attirance.
    J’ai eu le loisir de découvrir un individu qui était aux antipodes de nos convictions à la ligue. Lorsque le premier septembre arriva, nous naviguions depuis 10 jours et nous avons mouillé devant Sartène. Oui j’ai oublié de vous préciser que notre circuit consistait en un tour de la Corse au départ d’Hyères. Donc, ce premier jour d’un mois en R il me fit découvrir la pêche aux oursins à proximité de l’endroit où notre embarcation était au mouillage. Par 4 ou 5 mètres de fond nous allâmes au ramassage de ces étranges animaux, équipés d’une fourchette. Il y en avait des grappes énormes dans les posidonies et très rapidement notre filet en contint deux douzaines. Il me dit que cela suffisait car, en toute chose il faut de la modération, et qu’avec une douzaine chacun nous avions de quoi nous faire plaisir sans trop prélever.
    Un fois à bord, je découvris la technique pour les ouvrir. Ils étaient bien pleins, cinq branches de corail couleur orangée, teinte qui de l’un à l’autre variait du clair au sombre. A l’aide d’une cuiller à soupe il récoltait cette belle substance. A chaque fois elle était remplie à déborder, et à tour de rôle une pour moi et une pour lui. La veille nous avions acheté un remarquable vin blanc de Sartène, au bouquet puissant qui s’accordait à merveille au goût iodé prononcé de ce fruit de mer. Ce fut un moment de bonheur intense, avec un côté érotique prononcé. En maillot de bain adossés au bastingage chaque fois qu’il approchait la cuiller de mes lèvres, une envie furieuse de l’embrasser me subjuguait en sentant son corps athlétique et bronzé se rapprocher. Je le soupçonnais de prendre un malin plaisir à faire comme s’il ne voyait rien. Et, après chaque bouchée généreuse, une petite gorgée de vin blanc de Sartène, bien frais dans cette chaleur qui montait, ne faisait qu’apporter à mon trouble et mon envie. Je ne pouvais m’empêcher de penser que j’étais présidente d’une association qui cherchait à interdire ce type de plaisir. Paradoxalement, je n’en ressentais pas de culpabilité, cependant le moment n’était pas le meilleur pour aborder ce sujet avec André.
    Au cours des dix jours suivants, il m’emmena à terre à la rencontre de ses amis corses d’un petit village. Il me fit découvrir la passion des pêcheurs de truites fario et je constatai qu’outre la pêche en elle-même, les adhérents d’une association de pêche que l’on appelle AAPPMA (Association de Pêche et de Protection des Milieux Aquatiques) passaient une bonne partie de leur temps à entretenir par des travaux multiples les rivières pour lutter contre les agressions humaines et climatiques afin de préserver la survie de la faune halieutique. Il ne fit jamais aucune remarque désobligeante contre les écologistes qui veulent leur enlever leur liberté de pêcher. Cependant, je ne pus que constater que ces pêcheurs que nous considérons comme des assassins sont de vrais écologistes de terrain. Il me parla des travaux pénibles qu’ils effectuent. En particulier, il prit le temps de me décrire les différentes phases pour reconstituer les frayères que le développement humain détruit inexorablement en cherchant à endiguer les rivières.
    Nous fûmes invités à une battue aux sangliers, là encore je ne pouvais que constater que les chasseurs n’étaient pas tous des soudards qui tirent à tort et à travers, mais qu’ils participent à la régulation de populations animales qui génèrent de grosses déprédations. Bien évidemment, certaines chasses sont des pratiques cruelles auxquelles je ne peux adhérer, mais là encore ma vision sur les chasseurs a été sinon modifiée tout du moins interpelée.
    Une fois retrouvée notre solitude du voilier, nous continuâmes à parler d’écologie. Timidement j’abordai le sujet des associations écologistes opposées à la pêche et la chasse. Il sourit, je lui dis alors en pensant à ses copains pêcheurs corses qu’ils avaient une approche vraiment écologique et qu’ils devaient représenter une exception dans ce monde. Il me démentit, et m’affirma que toutes les AAPPMA de France menaient la même politique. Lui, originaire des Vosges, son association était encore plus active et il me brossa avec passion par le détail toutes les actions déjà menées depuis le début de l’année au profit des rivières de son village, au nombre de trois et de leurs multiples minuscules affluents. Ces derniers, que l’on appelle des gouttes, représentent un élément naturel fragile absolument indispensable à la reproduction naturelle de la truite fario. Mon regard sur le pêcheur changea et mon amour pour cet homme grandit.
    La fin du voyage arrivait trop vite. Allions-nous repartir chacun de notre côté, lui dans les Vosges et moi à Paris. Lorsque nous débarquâmes, que faire, que lui dire. Nous nous regardions depuis une bonne minute juste avant la séparation, debout sur le quai du port. Je lui vis un regard espiègle. Après cette minute à se manger des yeux sans une parole, il rompit le silence. Alors, il me dit : « je mets un point d’honneur à n’avoir que des compagnons d’équipage en mer mais, une fois à terre tout est différent ». Il marqua une pause, me couvrit d’un regard plein de tendresse. Il passa du vouvoiement au tutoiement et me déclara : si cela te tente je te propose une nuit dans le plus bel hôtel de Hyères ». Je restais coi. Les pensées bouillonnèrent dans ma tête, un coup de massue, l’effet d’une bouteille de blanc de Sartène ne m’aurait pas plus fait perdre l’équilibre. Le désir de tenir dans mes bras dans le magnifique décor d’une chambre de luxe ce corps superbe que j’avais admiré durant trois semaines, sans pouvoir le caresser, me donnait la chair de poule. Il constata tout mon émoi et rit franchement à gorge déployée. Devant mon mutisme dû à la stupéfaction, il reprit la parole et dit :« pas de précipitation, tu me plais vraiment et je te connais déjà car, j’avais pris mes renseignements. Tu vois que les opposés peuvent s’attirer très fort. Laissons le temps au temps et n’hésite pas à me faire signe car, comme je te l’ai dit je pense que nous pourrions faire un beau couple pour la vie ». Et sans autre commentaire, il me fit une bise sur chaque joue puis, il monta dans sa voiture, démarra et disparut en agitant la main par la fenêtre en mettant le cap sur les Vosges. Il me fallut quelques secondes pour me décider à bouger. Mais de toute évidence je réalisais sans aucun doute que ma vie allait être bouleversée de fond en combles.
    Voilà chers adhérents à notre ligue, je vous ai tout dit. Malgré cette expérience extraordinaire et magnifiquement heureuse, je reste de tous les combats écologiques mais plus contre les pêcheurs et les chasseurs. Voilà, en toute honnêteté je ne puis que vous présenter ma démission, mais vous resterez pour toujours mes compagnons d’une belle aventure. Une page se tourne et il faut savoir la tourner avec honneur. Mon combat pour la défense de la nature reste aussi déterminé qu’auparavant.
    Avec toute mon amitié à chacun d’entre vous et, la vôtre me reste indispensable Amandine

  2. Anne LE SAUX dit :

    Mes cher-e-s adhérents-e-s,

    La ligue contre les mois en R a été mon combat depuis plus de 20 ans. Vous m’avez élue à la présidence dès l’origine et avez renouvelé mon mandat jusqu’à aujourd’hui. Je tiens à vous remercier de votre confiance et de votre soutien à mes côtés. Sans vous, nos actions auraient été invisibles.

    En cette fin 2021, les calendriers pour l’année suivante s’affichent un peu partout. Hier, j’ai eu la visite du facteur ; aujourd’hui, les pompiers. Et je m’attends à la visite prochaine des éboueurs. Et le constat est sans appel : rien ne change. Les mois en R sont à la parade et me narguent, le sourire en coin et l’air triomphant.

    Je suis découragée…

    Je sais que vos motivations pour adhérer à notre Ligue sont diverses. Les allergiques aux huitres côtoient ceux qui en ont assez de se faire pomper l’R. Les écologistes qui militent pour se débarrasser d’un R de plus en plus pollué, vicié, saturé de particules nocives s’entendent à merveille avec ceux qui souhaitent changer d’R. Les adolescents qui ont hâte de vieillir (plus que quatre mois dans l’année, quelle aubaine !) font cause commune avec ceux qui ne veulent que des mois chauds, ensoleillés incluant de longues périodes de vacances (et dont je fais partie).

    Bref, nous sommes un modèle de tolérance, d’inclusion et d’ouverture.

    Ces derniers jours, je me suis surprise à envisager un compromis : ne supprimons pas les mois en R mais éradiquons le R des mois existants. Militons pour Févrie, Mas, Avil, Septembe, Octobe, Novembe et Décembe. L’année garderait son intégrité, les calendriers pourraient continuer à illustrer les saisons et le monde continuerait à tourner comme avant.

    C’est avec horreur que j’ai réalisé que j’étais en train de renier nos fondamentaux, notre raison d’exister et que j’étais sur le point de vous trahir. Je ne me sens plus digne de défendre vos intérêts. Aussi, j’ai décidé de vous présenter ma démission de présidente et aussi de membre.

    Je souhaite pleine réussite à celles et ceux qui prendront la relève.

    Meilleur souvenir à toutes et tous.

    Angélique

  3. françoise dit :

    Madame la Présidente de la ligue contre les mois en R,
    à Monsieur le Président de la république,
    Je me vois obligée de vous présenter ma démission.
    Quelques jours plus tard, elle reçut du Président le document suivant :
    Madame,
    Votre lettre a retenu toute mon attention mais je ne peux donner suite à votre requête :
    Je vous rappelle que ce calendrier est usité dans une grande partie du monde, ainsi que l’origine des noms de mois du calendrier grégorien (le nôtre) :
    Dans le calendrier romain, les quatre premiers mois de l’année, Martius, Aprilis, Maïus, Junius, portent les noms des dieux de la mythologie romaine. Les autres mois portent le rang qu’ils occupent sur le calendrier : Quintilis (cinquième), Sextilis (sixième), September (septième), October (huitième), November (Neuvième), December (dixième). Les mois de Januarius et de Februarius sont ajoutés ultérieurement.
    Après la reforme du calendrier romain par Jules César, Januarius et Februarius furent placés avant Martius qui devenait le troisième mois de l’année. Et suite à la mort de César, Marc-Antoine donna au mois Quintilis le nom Julius,. Puis en 8 avant J.C, le Sénat donna à Sextilis le nom de l’empereur Auguste : Augustus.
    C’est ainsi que les mois de l’année sont : janvier, février, mars, avril, mai, juin, juillet, août, septembre, octobre, novembre et décembre.
    Vous comprendrez aisément j’en suis sûr que je ne peux modifier notre calendrier pour une méchante histoire de « R »
    Je vous demanderai de bien vouloir revenir sur votre démission pour que vous collaborateur(e)s ne se retrouvent pas dans l’embarras.
    Je vous prie d’agréer, Madame, l’expression de ma très haute considération
    Le Président de la République

  4. Michel-denis Robert dit :

    Chers Amis,

    Lors de notre précédent congrès, je vous en ai touché deux mots, ma possible successeure sera ma petite soeur qui m’aida à créer notre mouvement, devenu depuis lors international. Pendant toutes ces années où nous avons travaillé ensemble, nous avons beaucoup voyagé et nous avons même exporté l’idée en lui gardant beaucoup de son originalité, sachant qu’elle évolue de mois en mois.

    Qui originalité dit origine. Et comme vous le savez déjà, la création de la ligue est venue de cette phrase tirée d’un jeu d’enfants : « On a l’air de ce qu’on est ! »

    Si on a l’air de ce qu’on est, c’est surtout les mois d’été, ce qui donna les mois des thés puis les mois des T, jusqu’au mois de Septembre et celui d’Octobre. Seulement, quand nous avons réfléchi au mois de Septembre et à celui d’Octobre, il y eut un hic à cause de Septembre-Noir et celui de la révolution d’Octobre. Et donc, avec les mois en R nous avons eu l’air de quoi ?

    C’est après, en Novembre que nous avons mis les T de côté, que nous avons milité contre les mois en R à cause du froid. En Novembre, c’est le bre… qui nous fit froid dans le dos. Brrrrrr… Nous avons mis le temps pour mettre le temps au centre de nos préoccupations. La ligue s’est donc logiquement créée de cette façon. Alors, pour le mois de Décembre, dans l’élan, ce fut facile d’aller dans le même sens, d’autant qu’en Décembre, la température descend tout le temps.

    C’est à partir de Janvier qu’il y eut de nouveau un hic. Il fallut tout recommencer. Jeanjean que j’enviais de ne jamais avoir froid, comme je ne tremblais plus auprès de lui et comme il me laissa tomber en Janvier, je me suis mise à détester le mois de Janvier. C’est en Février que je rencontrai un autre Jeanjean. Il était orfèvre. En allant dans son magasin, il m’offrit une fève et il me dit riez. Je n’ai pas compris, je l’ai quitté. Ma détestation pour les mois en R se confirmait.

    En Mars, tout se remet en marche. C’est l’exception. Je n’ai jamais pu militer contre ce mois trop guerrier, ça ne marchait pas. Et puis c’est en Avril, avec une anagramme de Valéry, mon nouveau copain que je retrouvai le fil conducteur, d’où le proverbe et une nouvelle vie qui commençait.

    En Mai, j’oubliais les mois en R puisque j’avais une vie mouvementée et donc, je prenais l’air en toute liberté jusque pendant les jumeaux Juin et Juillet. Et c’est donc en ce mois d’Août que je remets ma démission. Car la ligue, bien que passionnante à faire vivre me prend beaucoup d’énergie et j’ai envie de profiter du grand air.

    C’est pourquoi nous allons procéder au vote.

  5. Anne-Marie dit :

    Chers Congénères,
    Lutter contre les mois en R
    C’est une idée solaire,
    Une idée visionnaire
    Mais trop contraire
    A la présente ère,
    Où notre pauvre terre
    A du mal à trouver de l’air,
    Où chacun se terre
    A défaut de se taire.
    Mes chers confrères,
    Dans cette atmosphère,
    Planétaire,
    Cette promesse en l’air
    Est devenue délétère.
    Sortons vite de cette affaire
    Avant d’essuyer d’autres revers !
    Ariane POKER

  6. Urso dit :

    Rédigez la lettre de démission de la Présidente de la ligue contre les mois en R

    Chers collègues, chers amis,

    « Je pars. Le vol de nuit s’en va. Destination Bahia … ».
    Je m’en vais les amis. Cet été j’ai rencontré un bel homme. Jeune et musclé, et aussi plein d’esprit, avec qui je vais refaire ma vie. Il habite dans le Cher.
    Je démissionne donc de mes fonctions de présidente de la ligue contre les mois en r.
    Ah ce qu’ils vont être heureux ceux-là. Ayant peut-être déjà appris mon départ, ils doivent se frotter les mains moites ces satanés mois en r, sans foi ni loi.
    Ils vont aussi certainement se servir des mets bien assaisonnés.

    Ah ce que j’ai bataillé ferme, ce que plutôt tous ensemble nous avons bataillé pour qu’ils disparaissent des radars, de la circulation. Mais les bougres ils sont toujours là, bien présents. Bien ancrés, paraissant indéboulonnables.
    Les amis, le combat doit continuer. À terme on les vaincra ces mois en r. Ils seront éradiqués à jamais. Envolés comme de la mauvaise fumée.

    Moi partie, je serai très vite remplacée. N’ayez crainte ! Celui ou celle qui me remplacera c’est certain continuera le combat. Afin de vaincre une fois pour toute ces mois en r. Sans piété et sans relâche.
    Gardons espoir mes amis, un jour ou l’autre on réussira à les faire tomber de leur piédestal.

    Quant à moi, après cette démission ma vie va changer, même être bouleversée. Je vais quitter mon mari assez mature pour un homme tout beau tout jeune. J’irai vivre avec lui dans sa belle ville de Sancerre.
    Ah ah comme vous le voyez je reste dans le domaine des r.
    C’est un scoop. Je vais être la présidente de la ligue pour la défense et le rayonnement du vin Sancerre. Avec cette sonorité « Sancerre », ça me permettra de penser de temps en temps au bon vieux temps … les mois en r.
    Surtout surtout ah ah aux « rivaux » ou compatriotes, frères, de ces fameux mois en r … les mois sans r (Sancerre) …

    – Sans chemise et sans pantalon, je pique une tête dans la mer, à la recherche d’un ver de terre qui vient de perdre sa grand-mère, mangée par un chauve dromadaire –
    Désolé les amis, je ne peux pas m’empêcher de mettre par écrit ce qui tout à coup me passe par la tête.

    Bon revenons à nos moutons. Comme je le disais je m’en vais, à Sancerre avec mon amoureux, très fière, refaire ma vie.
    Ah ah, Sancerre, ce n’est pas la galère, ce n’est pas l’enfer, c’est au contraire … Oh oh mes amis je ne trouve pas le mot en r qu’il faut pour que ça rime.

    Glou glou hi hi j’ai déjà la tête qui tourne avec un tout petit verre de Sancerre. Elle tourne la tête, elle tourne . Il y a de la rumba dans l’air. Eh pépère.
    Ah qu’il est bon de boire du Sancerre dans le Cher, tout au fond de mon rocking-chair. Fendant l’air. Comme un coléoptère fonçant vers Jupiter.
    Pépère, eh les mois en r, poussez-vous un peu, j’arrive. J’arrive avec mon vieux tacot poussif, teuf-teuf – moi le gros dromadaire, avec sa bosse qui a poussé de travers.

    Au revoir les amis. Au revoir. Merci pour tout. Portez-vous bien : Je vous écrirai. Promis. Pour savoir comment vous allez et comment vont nos mois en r.
    Et surtout vous parler du bon vin Sancerre, qui a mis sa culotte bordeaux à l’envers …

  7. Françoise - Gare du Nord dit :

    Monsieur le Président

    Je viens par cette présente vous présenter ma démission de l’association « Tous unis contre les mois en R »

    Bénévole depuis 1988 et entrée au bureau en 2000, j’ai toujours œuvré avec conviction et sans relâche pour un double objectif :

    Lutter contre l’hégémonie des mois en R, cet impérialisme insupportable qui les conduit à abuser des lettres, qui dictent quand manger des fruits de mer, eux qui pourtant sont bien ingrats

    – Janvier : et le sourire retrouvé de la gardienne
    – Février et ses poêles à crêpes qui accrochent
    – Mars et sa déclaration de revenus
    – Avril et ses espoirs de printemps toujours déçus
    – Septembre et les livres scolaires à couvrir
    – Octobre et son avis d’imposition
    – Novembre le mois des chrysanthèmes
    – Décembre et les cadeaux inutiles qu’il faut faire semblant de trouver judicieux

    Nous avons tenté de retirer cette lettre au mois de Février mais nous avons dû renoncer car la suppression du premier R à Février aurait généré une confusion avec le févier « L’Arbre du Christ ». Ce qui provoqua beaucoup d’émoi chez les Catholiques et une manifestation, organisée par la Conférence des évêques de France, de plus d’un million de personnes dans les rues de Paris

    Le second objectif, était de promouvoir les mois sans R – 25% seulement du contingent – alors que ces mois-là ont tant à offrir, ce qui suscite beaucoup de jalousie : les beaux jours, les congés payés, la nature à son apogée, les parties de pétanque, les apéritifs prolongés rosé bien frais-cacahuètes aux terrasses des cafés pour regarder les jupes des filles raccourcir

    – Mai : le mois des ponts
    -Juin : les barbecues dans le jardin,
    – Juillet : 65% du chiffre d’affaires de la Pyrotechnie – Secteur Feux d’artifice
    – Août : le stationnement gratuit dans de nombreuses rues de Paris

    Ma décision est motivée par le fait, qu’en raison de nouvelles coupes budgétaires, l’association ne dispose plus aujourd’hui des moyens que j’estime nécessaires pour assumer efficacement ses missions et dans ces conditions j’ai décidé de mettre fin à ma participation

    De plus, je viens d’apprendre que Juillet avait obtenu l’autorisation de se faire renommer Juiller

    Je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l’assurance de mes salutations distinguées.

    Madame Marie-Bernadette CHIRAC

    • Pascal Perrat dit :

      « Nous avons tenté de retirer cette lettre au mois de Février mais nous avons dû renoncer car la suppression du premier R à Février aurait généré une confusion avec le févier « L’Arbre du Christ » BIEN VU !

  8. Sylvie Hamel dit :

    Lorsque j’ai accepté cette mission, je n’ai pensé qu’à septembre. Il était proche, nous avions déjà passé la mi-août et le temps des prunes.
    Septembre, quelle splendeur ! R comme rares couleurs, comme ravissement et rêveries. Et puis octobre est arrivé, avec ses nez bouchés. Sans air. Avec ses retours à l’école, enfermés, ses embouteillages en ville, ses murs de maisons qui rétrécissent le chemin et se laissent vite grignoter par la nuit. De l’air ! De l’air ! Et j’ai compris la duperie : les mois avec R sont ceux où en en manque.
    Merci pour cet essai. Il fut bref. Je souffle.

    • Perrat dit :

      « Et puis octobre est arrivé, avec ses nez bouchés. Sans air. Avec ses retours à l’école, enfermés, ses embouteillages en ville, ses murs de maisons qui rétrécissent le chemin et se laissent vite grignoter par la nuit. » Belle synthèse de cette saison qui devance peut-être des frimas Covidiens

  9. Françoise Rousseaux dit :

    Line San-Hair

    Présidente de la Ligue contre les mois en R

    à tous les membres actifs du bureau administratif de la Ligue

    Chers collègues,

    C’est la mort dans l’âme que je vous écris,mais, après avoir longuement réfléchi, je dois vous faire part d’une annonce concernant ma fonction de présidente de notre chère ligue : je démissionne de ce poste et ceci à partir du 1er Janvier 2022.
    Avant de vous expliquer ce qui motive une si douloureuse décision, je me dois de vous rappeler toutes les actions qu’ensemble, nous avons mené contre les mois en R ( maudits soient-ils !).
    Pour éviter de m’égarer dans de trop pesants discours, je vais juste énumérer les mois concernés et, pour chacun d’eux, préciser lesdites actions.
    Commençons par Janvier, premier mois de l’année : long, voire interminable, il n’a rien qui soit à son avantage . Pour le contrer, terminer les chocolats de Noël au coin de la cheminée en lisant le dernier prix Goncourt qu’on nous a offert ( comme tous les ans!) ; s’il ne nous plaît pas, nous pouvons toujours l’échanger.
    Février : souvent le plus froid des mois, mais heureusement le plus court . Partons sous les Tropiques au plus vite !
    Mars : prudemment, nous nous risquons dehors entre 2 giboulées ; attention au faux printemps !
    Avril : « Ne te découvre pas d’un fil ». Tout est dit ! Cette fois, au lieu des Tropiques, nous pouvons envisager le sud de l’Espagne ou la Grèce.
    Mai : Ah enfin, plus de R !
    Juin /Juillet/Août : Plénitude estivale ; nous sommes complètement pour !
    Septembre : et voilà, ça recommence, la rentrée et tout le reste ! Nous repartons en vacances !
    Octobre : une belle lumière, de belles couleurs…mais attention, l’hiver arrive sournoisement ; préparons-nous !
    Novembre/Décembre : grisaille/froid/humidité. Nous classons nos photos d’été et préparons de nouveaux voyages..

    Voici donc la liste des actions entreprises par la Ligue depuis sa création, mais, hélas, tout ce beau programme a été chamboulé par le dérèglement climatique. Noël au balcon, Pâques aux tisons, Novembre en Août et Août en Novembre, rien ne va plus ! Comment à présent mener à bien la tâche que nous nous étions fixée ? Pour ma part, je ne parviens pas à trouver de solution pérenne pour assurer l’avenir de notre ligue ; c’est pour cette raison que ,finalement, j’ai décidé de démissionner.

    En espérant que quelqu’un reprenne le flambeau pendant qu’il en est encore temps, veuillez agréer, chers collègues, mes salutations les plus sincères,

    Line San-Hair

  10. Michele B.Beguin dit :

    Bonjour à tous,
    je vous ai écrit cette lettre, que vous pourrez lire, annonça Noëlle en tendant une enveloppe craft à Baptiste, le trésorier..
    Je vous annonce ma démission, mon départ. J’ai vraiment envie et besoin de changer d’air. dit-elle, tout en regardant son équipe regroupée l’écoutant d’un air médusé
    Comme vous le savez, je me bats depuis plus de 20 ans dans cette ligue contre les mois en R.
    J’ai essayé de les comprendre, de plonger à chaque instant dans leur univers météorologique.
    Cela a été difficile pour moi qui déteste, le froid, la neige, la pluie, le vent glacial.
    J’ai découvert chez eux, au delà de ces rejets, des moments de joie, de bonne humeur, de chaleur, autour d’une tasse de chocolat chaud, de contes près de la cheminée, de couettes en duvet d’oie, de bons plats mijotés.
    Mais pas suffisant pour que je cherche à les accepter.
    J’ai réfléchi à une solution définitive, qui nous permettrait de vivre sans cesse au chaud, sous le soleil, dit-elle en riant devant les grands yeux étonnés et ravis de l’assemblée.
    J’ai réussi à aller jusqu’au bout de ce projet, et réussi à le réaliser et surtout, à le faire accepter par le comité.
    D’où ma démission !! Son regard court lentement sur chacun
    quelle solution? Quel résultat ? j’entends ces questions qui roulent dans vos têtes !

    Voilà, J’ai vendu ces mois en R à la ligue des poissonniers et surtout crustacés qui pourront vendre toute l’année.
    En échange, j’ai ajouté des jours aux mois restants.
    Donc à partir de MAI vous aurez 90 jours par mois sur 4 mois, et vous pourrez rester sous le soleil !
    Noëlle était heureuse en entendant les cris de joie et les applaudissements.
    elle s’apprêtait à quitter la salle mais se retourna pour ajouter
    Je vous ai laissé mon tel et ma nouvelle adresse.
    Ne m’appelez plus Noëlle, j’en ai froid dans le dos ! Désormais mon prénom sera JUILLETTE

  11. Phanie dit :

    ALZHEIMER
    “Très Cher(e)s Membres et Ami(e)s,
    Si je vous écris aujourd’hui, c’est déjà pour vous dire que je suis fière d’avoir été la fondatrice de notre ligue contre les mois en R créée il y a 50 ans déjà !
    Je suis fière de vous avoir eus à mes côtés depuis le début pour certains.
    Nous nous sommes battus et à force d’acharnement, nous avons gagné notre combat puisque les mois en R ne font plus partie du calendrier, et ce depuis longtemps déjà.
    Nous avons ainsi gagné beaucoup de temps.
    C’est pourquoi j’estime notre action terminée aujourd’hui ; notre ligue n’a plus lieu d’être.
    En conséquence, je vous informe de ma démission et donc de la dissolution de la ligue contre les mois en R.
    Aujourd’hui je fête mes 100 ans et même si j’ai l’esprit toujours aussi vif, mes membres ne me suivent plus.
    Même écrire me devient pénible…
    Je vous remercie tous pour votre implication et votre détermination. Je ne garderai que les bons souvenirs, j’ai déjà oublié les mauvais.
    Très Cher(e)s Membres et Ami(e)s, si je dois retenir quelque chose de notre lutte, c’est qu’il faut aller jusqu’au bout de ses convictions et que l’union fait la force !
    Bonne route à vous.”
    La vieille dame referme l’enveloppe et la tend d’une main tremblante à sa petite-fille qui est venue la voir, comme tous les jours de la semaine.
    Elle a déjà oublié ce qu’elle vient d’écrire….
    Dans un dernier moment de lucidité, elle sait que sa petite-fille ne postera jamais cette lettre, qu’elle la conservera comme toutes les autres, objets de ses délires, qu’elle lira un jour peut-être ou pas…
    Jamais elle ne le saura…

  12. Kyoto dit :

    Mesdames,

    Je, soussignée, Garrigue Barrera, vous notifie avec cette missive ma démission de mes fonctions de cheffe de la ligue anti-moi(s) sans « R », ligue en activité en mai, juin, juillet et août, soient les magnifiques mois de la belle saison estivale.

    Cette décision découle de l’échec calamiteux de nos combats : aucun dialogue possible avec les médias. Hégémonie lobbyiste. Tous haïssaient cette magnifique association et nous snobaient.

    Dommage ! Hommage quand-même aux mois de l’année non-aimés :

    Janvier est trop frrrroid. Février trop courrrrt. Mars frrrrissonne. Avril pince sans rirrrre.
    Septembre brrrruine. Octobre brrrrouillasse. Novembre trrrremble et laisse la place à décembre qui sombrrrre avec l’année.

    Vous voyez, ‘ega’dez autou’ de vous : l’ai’ de ‘ien, nous sommes envahis pa’ cette consonne incong’ue. J’espè’e que vous respecte’ez ma volonté.

    Au ‘evoi’ pour ne pas di’ adieu.

    Grrrrrrr !!!!

    • Perrat dit :

      anvier est trop frrrroid. Février trop courrrrt. Mars frrrrissonne. Avril pince sans rirrrre.
      Septembre brrrruine. Octobre brrrrouillasse. Novembre trrrremble et laisse la place à décembre qui sombrrrre avec l’année.
      VIVEMENT LE PRINTEMPS éternel !

  13. Fanny Dumond dit :

    Monsieur le Président de la République,

    Par la présente, j’ai le regret de vous donner ma démission de mon poste de Présidente de la ligue contre les mois en R.

    En effet, j’en ai marre de perdre tous mes week-ends à manifester, à crier en brandissant des banderoles, à faire des sittings devant le Parlement et que vous restiez toujours fermé comme une huitre. C’est pourtant pas bien compliqué de rebaptiser huit mois de l’année. Il me semble que vous disposez d’assez de cols blancs dans vos ministères pour les atteler à un brainstorming.

    Un certain Georges Perrec est bien parvenu à écrire tout un roman sans la voyelle E. Certains militent pour les chaussettes dépareillées, les pissenlits, aussi nous trouvons légitime notre combat pour sauver les huitres, assassinées à coup de vinaigre ou de citron et qui n’ont rien demandé à personne. Ça suffisait largement qu’Henri de Monfreid les pêche dans la mer Rouge pour faire son trafic de perles. 

    Je vous avertis que notre lutte n’est pas terminée et que, dès demain, avant les fêtes de fin d’années, je lancerai une alerte sur les réseaux sociaux pour appeler au boycott de ces pauvres bêtes. En plus, vous pourrez me remercier de désengorger les hôpitaux débordés en cette période de l’année pour des mains estropiées ou des gastros. 

    Je vous adresse, quand même, mes sincères salutations !

    Mme Cancale

    P. S. : je ne mets pas de timbre, car il me semble que c’est gratuit pour vous écrire. 

    • Pascal Perrat dit :

      vous me rappelez mon enfance, quand je lisais les aventures de Henri Monfreid dans la mer Rouge. Je m’y voyais déjà…  Moi qui voyage plus dans ma tête que sur notre planète.

      • PATRICIA dit :

        Nul besoin de prendre un billet dans une agence de voyages ! Je suis ravie de vous avoir fait voyager dans votre tête et de vous avoir permis de retrouver vos beaux souvenirs d’enfance, cher Pascal ! À bientôt ! Fanny

  14. Maguelonne dit :

    Chers amies et amis,

    Il y a dix ans j’ai accepté ce poste de Directrice de la Ligue contre les mois en R. Vous m’avez chaudement félicité, ravis de pourvoir une charge dont personne ne voulait.
    Je vous ai promis monts et merveilles. J’étais sincère mais je dois vous l’avouer, j’avais une idée derrière la tête.
    Je fais partie d’une famille qui fait du gras rien qu’en regardant les vitrines des bouchers, pâtissiers…J’espérais que de nouvelles responsabilités m’aiderait à tenir mes dernières résolutions : perdre du gras ! J’étais motivée à fond mais fut fort déçue :
    -Janvier : on fait le bilan, on prend de bonnes résolutions et on sait tout de suite qu’on ne les tiendra pas. Donc déprime, donc empiffrement
    -Février : les crêpes, nutella, crème de marron….Saint Valentin. Peut être qu’à deux ou trois c’est bien mais seule entraîne déprime, donc empiffrement.
    -Mars : foutu mois où le printemps toujours promis n’arrive jamais. Donc déprime donc empiffrement
    -Avril : drôle de poisson ! J’aime pas le poisson donc déprime donc empiffrement.
    -Septembre : c’est reparti, on prend les mêmes et on recommence. Donc déprime donc empiffrement.
    -Octobre : j’ai beau reculer l’aiguille de l’horloge, ça ne fonctionne pas. Vous connaissez la suite.
    -Novembre: la fête des Morts et Halloween avec citrouille ma cousine. Donc déprime donc empiffrement.
    -Décembre : plus rien dans le porte monnaie et les huîtres sont indigestes. Donc déprime et empiffrement.
    Résultat : dix kilos chaque année.
    Donc je vous colle ma démission sincère et distinguée. Et de ce pas je vais créer la Ligue des Lutteuses de Sumo. Ce sera une première mondiale. Les mentalités évoluant, moi je fonce.
    Et le premier avril prochain je pars au Japon avec mes nouvelles copines.
    Messieurs dames, LE GRAS C’EST LA VIE. VIVE LE GRAS !

  15. Nouchka dit :

    Mesdames, Messieurs les Huitres et les Moules,

    Comme je l’avais annoncé précédemment, j’ai pris la décision de démissionner ce jour, de la Présidence de la Ligue Contre les Mois en R ainsi que de mon adhésion à l’association.
    En effet, les raisons de mon départ tiennent à plusieurs facteurs :
    La LCMR accepte l’évolution des techniques de notre époque qui permet le transport et la conservation de nos adhérents mais chipote sur la prise en compte des périodes de reproduction dans l’ostréiculture et la mytiliculture.
    Or, certains d’entre nous, conservateurs à l’excès voudraient, non seulement voir la Ligue se diviser en trois départements : les mois en « IER et ARS », ceux en « BRE » et les autres 4 autres mois ; et voudraient, par ailleurs, créer une internationale de notre structure.
    Comme vous le savez, je considère la géographie comme un facteur essentiel à prendre en compte, étant donné les différences climatiques et culturelles entre les mers.
    Nos adhérents Ostreoidea et Mytilidae sont conscients de l’importance de leur rôle comme sentinelles écologiques. Ils alertent sur la sédimentation, la pollution marine, l’érosion du littoral et agissent comme organisme filtreur contribuant à épurer l’eau en fixant les métaux dans leur coquille, en diminuant la turbidité de l’eau et en améliorant l’offre en plancton.
    Le rapport de force entre les humains pollueurs et nos adhérents, agents essentiels de l’écosystème est favorable à nos familles. Ne nous laissons pas détourner de nos valeurs et restons déterminés à préserver notre patrimoine marin.
    J’émets le vœu que vous réfléchissiez à l’importance de notre avenir dans ce contexte difficile et saurez vous battre sans vous diviser et, sans moi, pour un monde pur et plus heureux.
    Chers adhérents Huitres et Moules, soyez vigilants, soyez persévérants et le monde de demain vous remerciera de votre contribution.
    Avec mes très reconnaissantes salutations,

    Perna Ostrea

    • Pascal Perrat dit :

       » La Ligue se divise en trois départements : les mois en « IER et ARS », ceux en « BRE » et les autres 4 autres mois ; et voudraient, par ailleurs, créer une internationale de notre structure. » « ADMINISTRADITIONNELLEMENT » BIEN ÉCRIT

  16. Dominique PORHIEL dit :

    Mes chers Ramis,
    Voilà maintenant R ans que je me Ronsacre à la Réfense de notre Rause.
    Je vous l’avoue Rinsèrement, je suis Ratiguée, Rincée, Ridée – oui, ça vous l’aviez déjà vu !
    Donc, après tant de Ruttes, tant de Ramifestations, tant de Rlogans, tant de Ralicots déployés au travers des Rues … et Ralgré tous vos Routiens et vos Ressages d’encouragement, et bien justement, je n’ai plus le Rourage de Rontinuer à mener ce Rombat qui nous tient Rourtant tant à cœur !
    Nos rélus, au lieu de nous infliger les Rheures d’hiver et les Rheures d’été auraient mieux fait de s’attaquer au seul Rléau que nous Rombattons.
    Parce que, Ruand même, Avril ça pouvait passer : Ronquilles et Rouceur du temps !
    Mais les autres Bre : que de la Risère !
    La Rentrée, puis les Rhataignes, puis les Rysanthèmes et pour Rouronner le tout : Roël !
    Rertes, on peut Ranger des Ruitres mais c’est bien Rince comme Ronsolation !
    Me voici donc Robligée de raccrocher les Rants.
    J’aurai Rassé avec vous des Rheures Rerveilleuses.
    Mon Rombat ne s’arrête pas Rà, Ronsolez-vous ! Mais je vais me Retirer du Revant de la Rcène.

    • Pascal Perrat dit :

      « Parce que, Ruand même, Avril ça pouvait passer : Ronquilles et Rouceur du temps !
      Mais les autres Bre : que de la Risère !
      La Rentrée, puis les Rhataignes, puis les Rysanthèmes et pour Rouronner le tout : Roël !
      Rertes, on peut Ranger des Ruitres mais c’est bien Rince comme Ronsolation !
      CHAPEAU POUR CES AMUSANTES DESTRUCTURATIONS DE MOTS

  17. iris79 dit :

    Rédigez la lettre de démission de la Présidente de la ligue contre les mois en R
    Aimée SAISON
    Impasse des oiseaux
    Tel :1256789122
    Objet : démission de mon poste
    J’ai l’honneur de vous présenter ma démission du poste de présidente de la ligue contre les mois en R que j’occupe depuis le 2 mai 1978 au service de votre entreprise « une vie sans heuRts »
    Mon contrat de travail au regard de la convention collective m’octroie un délai de préavis de 2 mois et par conséquent, mon départ prendra effet le 1er mai de cette année.
    Je vous remercie de bien vouloir préparer tous les documents indispensables à la démission, à savoir un certificat de travail, une attestation Pôle emploi, et un reçu pour solde de tout compte que je viendrai récupérer le dernier jour de travail.
    Je ne peux évoquer ici l’étendu des critères qui me poussent à prendre une telle décision. Toutefois voici quelques éléments ayant entrainé ma démission :
    – manque cruel de reconnaissance de mon action quotidienne pour mener à bien ma tâche.
    -dysfonctionnement total des repères qui permettaient de distinguer précisément les mois sans R des autres. (Lobbys des ostréiculteurs entre autres…).
    -perturbations climatiques qui déplacent considérablement les indicateurs des mois sans R sur ceux qui les suivent et les précèdent. (Septembre devient plus clément et agréable que juillet, ce que je trouve tout à fait inadmissible !)
    -dysfonctionnement des perceptions du temps qui réduisent considérablement au cours des mois sans R (Le mois de novembre, froid, pluvieux et sombre est sans fin alors que les journées de mai passent à vitesse grand V !)
    Je reste bien entendu à votre entière disposition pour un entretien ou toute information complémentaire.
    Veuillez agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués.
    Mme Aimée Saison

    • Pascal Perrat dit :

      Perturbations climatiques qui déplacent considérablement les indicateurs des mois sans R sur ceux qui les suivent et les précèdent. (septembre devient plus clément et agréable que juillet, ce que je trouve tout à fait inadmissible !
      -dysfonctionnement des perceptions du temps qui réduisent considérablement au cours des mois sans R (Le mois de novembre, froid, pluvieux et sombre est sans fin alors que les journées de mai passent à vitesse grand V ! C’EST UN PEU VRAI !

  18. Coriandre dit :

    Cher(e)s adhérent(s) et sympathisant(e)s de la Ligue,
    C’est un moment solennel car je vous présente ma démission de la Ligue auprès de laquelle j’ai œuvré pendant toutes ces années.
    A présent, rien ne va plus , l’R (l’air) n’est plus très pur car force est de constater que les mois en R me sont devenus plombant si bien que j’ai décidé de prendre l’R ailleurs.
    Rien d’étonnant à cela ! Pour ceux et celles qui me connaissent un peu, j’ai l’R d’être calme mais en réalité je cache une nature bouillonnante et énRgique . Au fil du temps une al’ R’ gie aux mois en R notamment ceux qui annoncent l’automne et l’hiver m’a gagnée et je dois bien l’avouer cela me Rrisse un peu.
    Certains diront que mes propos ne sont pas justes car Septembre, Novembre, Décembre peuvent grâce à leur terminaison, faire rêver à un certain joyau translucide et aromatique comme l’ambre, mais ceux-là sont des poètes dont le génie créatif les conduit à faire un périple sur les rives de la Baltique pour un voyage bienfaisant, question de prendre l’R (l’air) !
    Mais pour moi, ces mois en R évoquent l’Rmétisme, le manque de perspective.
    Rrrer (Errer) sans horizon et dans le froid, ce n’est plus de mon âge !
    J’entends déjà les ardents défenseurs des mois en R prendre leurs grands R (airs) en me disant que j’ai une vision très pessimiste de l’année car il y a Avril !
    A ceux-là, je leur répondrais, vous avez raison, Avril est annonciateur d’un trimestre plus prometteur mais arrivée au crépuscule de ma vie, je ne désire pas fiche en l’R le reste de mon existence au point de m’inscrire dans une démarche Rratique (erratique) dont la conséquence serait ma perte.
    Me Comprenez-vous ?
    C’est avec émotion que je vous salue tous et toutes qui m’avez accompagnée dans ma mission, je pense qu’une R nouvelle est née. C’est désormais sans moi et avec des mois en R que vous saurez embellir, que la Ligue va continuer son action.
    Bien à vous.

    • Perrat dit :

      Mais pour moi, ces mois en R évoquent l’Rmétisme, le manque de perspective.
      Rrrer (Errer) sans horizon et dans le froid, ce n’est plus de mon âge ! Cela dit, votre imagination fait preuve d’une belle jeunesse

  19. LURON'OURS🐻 dit :

    🐻TROP VÉNÈRE
    Moi, présidente pour la défense des mois en r, coiffée de ma chapka, présente ma démission sans rémission de la saucisson. Oc, Nov, Dec, je gèle ! Janvier février mars, je me pèle ! Avril, je t’aimais bien… Les sans r n’ont l’air de rien, qu’est-ce qu’ils fricotent ? Mais juin juillet août septembre au sécateur ça annonce les vendanges de l’amour. Layette en vue ! Et des monceaux de couches, des tonnes de talc. Mes filles, mes brus, qui avaient déjà langé, bavent devant tous ses nouveaux nez. Baptisés de noms sans r qui ne sont plus ceux des aïeux comme les Hercule les Euphrosine issus du calendrier républicain, mais des bien-nés de leur imaginaire. Pourquoi pas des noms de fromages ? Chester, Nectaire, Brie, Tome, Langres, Carré, on en mangerait de ces délicieux bambins. La crèche s’appellerait  » au bonheur des ogres ». Je rigole…🐻

    • Pascal Perrat dit :

      « Pourquoi pas des noms de fromages ? Chester, Nectaire, Brie, Tome, Langres, Carré, on en mangerait de ces délicieux bambins. La crèche s’appellerait  » au bonheur des ogres ».  Merci croque-mitaine

  20. Antonio dit :

    Chers membres du conseil d’administration,

    Je vous présente ma démission en tant que présidente de notre ligue contre les mois en R et autres injustices à l’égard de notre parc à fruits de mer.

    Je jette l’éponge. Et vous savez bien pourquoi.

    Je n’ai pas aimé le climat délétère au dernier concours estival d’Oléron des plus gros mangeurs d’huîtres qui s’est déroulé du 2 au 16 août.

    De grâce, je ne veux plus jamais vivre ça !

    Les sanctions contre les lourdauds qui ont proféré ces obscénités inexcusables à l’encontre de l’invitée d’honneur de notre festival ne peuvent être suffisantes pour éradiquer ce panier de crabes qui déshonore notre association.

    Ces espèces de bulot ont tout de même osé comparer notre marraine à, je les cite, « une huître laiteuse qu’ils ouvriraient bien pour une petite dégustation ». Sous-entendu, de force.

    Comment peut-on faire plus gras ? C’est juste inadmissible.

    Je me retire donc de notre ligue et vous invite à la dissoudre afin de rétablir, entre avril et septembre, un temps de pause nécessaire à la reproduction des neurones chez certaines espèces « balourdes ».

  21. Nadine de Bernardy dit :

    Madame,monsieur,chers administrés

    c’est avec une grande tristesse et un peu ulcérée que je vous adresse, par cette missive, ma démission du poste de présidente de la Ligue contre les mois en R,ceci malgré les avis contraires de mon entourage professionnel et amical.
    En effet,je ne me sens plus légitime dans cette fonction que j’assumais depuis 22 ans avec sérieux et rigueur, après mon élection haut la main,quand fut fondée cette ligue qui nous tient à coeur,madame,monsieur et vous ,chers administrés.
    Notre groupe a milité avec ferveur pour que ces maudits mois disparaissent,mais nous nous sommes heurtés aux habitudes de la majorité et au lobby des écaillers qui,disaient-ils,auraient vu leur chiffre d’affaire diminuer dangereusement.
    Les années se succédèrent,ponctuées de manifestations,pétitions,refus d’acheter les calendriers,sittings devant l’Académie française,en vain.Malgré notre nombre qui grossissait,nos revendications restaient lettre morte.
    Le gouvernement y demeurait sourd,sauf dans les années 80 où nous crûmes avoir une possibilité avec le ministre de la culture,un certain Lang,mais le malheureux subi de telles pressions qu’il préféra se réfugier dans un projet apparemment prometteur,une fête de la musique qui n’aboutit à rien de passionnant au regard de nos revendications.
    Je m’égare un peu dans les détails, mais 22 ans au service de la Ligue marquent.Ils vont donc s’achever le 31 mai prochain sans que j’ai pu mener ma mission à bien, à mon profond regret.
    Je souhaite à mon successeur plus de bonheur dans sa mission et vais aller migrer dans un pays où l’on ne rencontre pas ce genre de problème.
    Avec toute ma sympathie,madame,monsieur,chers administrés

    Marie Bérengère Bèrbère

  22. Durand JEAN MARC dit :

    « Ete ou ne pas ête » W Shakespeae

    Ches amis, ches collègues !

    Je laisse tombe, j’abandonne. Apès tente années de lutte achanée conte les mois en !, je ne peux que céde à ce qui essemble top à une gigantesque conspiation.

    Toute ma vie, j’ai lutté pou que dispaaissent les mois de (( Ranvier, Révie, Ras, Ravil, Reptembe, Roctobe, Rovembe et Récembe )), tous ces mois fileux, emboubés du soi au matin dans les bouillards figoifiants.

    J’ai tout tenté, afin que de l’année ne vivent que les mois d’été, les mois ensoleillés, ceux qui vous chatouillent l’indolence, étendus sur les sables tièdes de nos songes lancinants. Le peuple dans sa globalité avait voté cette magnifique maquette de vie.

    Et puis, allez savoi pouquoi, on ne saua jamais , quelle sombe académie du lettage, pétendant tout évolutionné dans son pogramme électoal a oulé tout un chacun dans la faine de son ignoance.

    Les ! en début de mot, ont été camouflé au milieu ou en bout de mot, un peu comme si ils pensaient que le peuple d’ilettés ne paviendait pas à lie les mois en entie. Heueusement que nous étions là pour veille et alete les masses endomies sur leus épuisement outiniers.

    Malgré tout, le peuple a cédé. Potemkine n’était plus que du cinéma. Et moi j’ai développé une telle allegie au ! que je deviens incapable de édiger popement le moinde discous. Mon docteu a évoqué mon isque du cance généalisé des lettes. Le T isque bientôt de me deveni intedit.

    C’est pou cela que je vais vous quitte avec, faute de continue la lutte, ien que des lames dans mes yeux.

    Affectueusement vôte !

    Annabelle de Cadx

  23. Laurence Noyer dit :

    Rédaction d’une lettre démissionnaire
    De la Présidente d’une ligue
    Refusant les mois en R

    Rejetées des mois en R
    Je n’ai dès le mois d’Avril
    Rien à fournir à l’écaillère

    Récoltante ostréicole en zone balnéaire
    Je suis en Mai
    Régulièrement harcelé par ma banquière

    Revendiquant les bonnes affaires
    J’aimerais en Juin
    Réveillonner avec mes congénères

    Rejetée des saisons caniculaires
    J’ai en Juillet
    Relancé l’huitre perlière

    Résultats extraordinaires
    J’ai au mois d’Aout
    Récupérer tout mon chiffre d’affaire

  24. camomille dit :

    Chers amis, Adieu !
    Je rends mon tablier,
    Le verdict est tombé :
    « Les huîtres sont reconnues comestibles tous les mois de l’année ».
    Nous ne pouvons que nous en réjouir mais notre lutte n’a plus de raison d’être.
    Les mois en R sont neutralisés et les mois sans R sont réhabilités.
    Justice est rendue mes amis.
    Je démissionne donc de mon poste et vous remercie vivement pour votre engagement.
    J’en profite pour vous informer de mon prochain combat :
    « LES FRUITS SANS NOYAUX»
    Par contre, je ne sais pas encore si je lutterai « pour » ou « contre », l’essentiel étant de contester n’est-ce pas ?
    Qui m’aime me suive…..

  25. Isabelle dit :

    Mesdames, Messieurs ( et les autres soyons inclusifs …)
    C est avec un grande émotion, que par la présente, je vous fais part de ma démission de mon poste de présidente. Après tant d années de loyaux services, j avoue la mort dans l âme que le coeur n y est plus. Le « r » glorieux de mes jeunes années résonne désormais en mon sein des tristes carillons du « renoncement » et de la « résignation ». Désormais chers amis, je renâcle, rechigne, récrimine. Comment avancer alors je vous le demande, depuis les lignes arrières, vers les jolis mois de mai, vers ces printemps ces étés lumineux aux voyelles chantantes? Mon assonance m assomme, me condamne. Je ne suis plus qu’un « bre » d automne-hiver, une om-bre de moi-même. A l instar des huîtres qui jusque là sauvaient l affaire, il n y a plus de saisons mes chers amis.
    Cette lettre vous paraîtra à n en pas douter, bien som-bre ( voilà que cela recommence). Je vous livre tout de go mon désarroi mais voilà je prends ma retraite. J aspire désormais à l éternel été. Peut-être regretterais-je bien vite les frimas et brouillards, giboulées et gelées blanches? Car enfin la joie est dans l alternance. Mais pour l heure je suis saisie de « brrrrrrr », j en tremble, j en frisonne, je n en puis plus.
    Je vous laisse, je m en vais voguer vers des terres plus australes ou le « r » est plus clément. Qu il adoucisse ma fin de carrière. Ah la nostalgie est dure en affaires ( voyez comme le r y est tenace). De l air! De l air! (Il ne renonce jamais …)
    Je vous livre ma dernière bataille en vous embRassant tendRement.
    ÉteRnellement votRe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS L'écriture créative

  • Après 40 ans notre imagination trottine en charentaises
    Entre2lettres le blogue de Pascal Perrat À moins d'y prendre garde, après 40 ans notre imagination commence à pantoufler. L’article Après 40 ans notre imagination trottine en charentaises est apparu en premier sur L'écriture créative.

Catégories

Mon but : vous conduire vers le créateur inné qui est en vous

 


Sur ce blog on n’apprend pas à écrire un roman, des nouvelles ou des poèmes, on rétablit des liens rompus avec son imagination. On renoue avec sa créativité innée.
Les exercices inédits que j’invente, aiguillonnent l’esprit. Mon but est de conduire toutes les personnes vers le créateur plus ou moins claquemuré en elle.
L’enfant imaginatif avec lequel elles se réconcilient définitivement dès qu’elles se prêtent au jeu.

Après quoi, elles décident de mener le projet d’écriture qui leur convient.

 

Soutenir nos actions bénévoles

Quelques € peuvent faire des heureux

Devenir membre bienfaiteur

LA CRÉATIVITÉ EST ANCRÉE DANS

illustration de Bernard Leblanc

devenir Éveilleur d’idées®

NOS GÈNES 

Nous sommes tous capables d’actions créatrices. Cette créativité innée est pour une grande part le propre de l’homme.

L’objectif de l’exercice d’écriture créative que j’imagine chaque semaine consiste à prouver que tout le monde est capable d’écrire avec originalité et plaisir.
À révéler que chaque personne détient le pouvoir de créer, avec simplement du papier et un crayon. 

Grâce à vos dons

Grâce à vos dons nous menons régulièrement des actions bénévoles : 
–  actions pour la langue française
–  aide aux dyslexiques
– ateliers d’écriture à La Maison Rose à Bordeaux en soutien aux personnes frappées par le cancer.
– conseils aux auteurs débutants
– conférences.

On ne prétend pas former de nouveaux auteurs

Entre2lettres n’est pas une école d’écriture

Le concept Éveilleur d’idées ® ne prétend pas former de nouveaux auteurs. Ce n’est pas une école d’écriture de ceci ou de cela. Ou, comme aux États-Unis, un cours de « creative writing » institutionnalisé.

Les propositions d’écriture créative imaginées par Pascal Perrat n’apprennent pas à écrire un roman ou des nouvelles, ils enflamment l’imagination et marquent les esprits. C’est une grande cour de récréation hors les murs de toute école.

Les exercices d’écriture créative qu’il imagine et propose, frappent l’imagination des personnes qui écrivent.
Son but est de les conduire vers le créateur qui est en elles. L’enfant imaginatif avec lequel elles se réconcilient définitivement dès qu’elles se prêtent au jeu »

Après quoi, elles décident de mener le projet d’écriture qui leur convient.