540e exercice d’écriture créative créé par Pascal Perrat

Exercice d'écriture créative

Racontez une histoire d’amour impossible entre deux trucs, deux machins ou deux bidules


Chaque exercice créé par Pascal Perrat est un clin d’oeil à notre imagination, l’occasion d’une irrésistible relation textuelle

Pour recevoir un commentaire privé

44 réponses

  1. Mary Poppins dit :

    Sidonie MACHIN habitait dans un gentil quartier où les maisons avaient des volets de toutes les couleurs. Elle menait une existence très tranquille. Les jours se suivaient les uns après les autres sans que rien de bien important ne se passe. Une petite vie bien rangée, bien organisée, comme ses armoires, ses placards et ses tiroirs.
    Plusieurs fois par mois, elle allait rendre visite à l’un de ses amis qui habitait un peu à l’écart du village. Il s’appelait Gaston BIDULE et était très grand. Et quand je dis grand, je veux dire extrêmement grand. Oui, figurez-vous que, malgré le nom qu’il portait, Gaston BIDULE était un géant.
    Un géant tout ce qu’il y a de plus vrai, haut comme une maison à deux étages, avec des pieds tellement énormes qu’il devait faire attention pour ne pas tout renverser sur son passage. Un véritable géant, comme on en voit très peu de nos jours.
    A force de discuter des sujets qui les passionnaient et de se faire des confidences autour d’une tasse de thé, ils étaient devenus très proches. Si bien qu’un beau jour, ils se rendirent compte qu’ils étaient amoureux l’un de l’autre.
    Gaston BIDULE ne se posait pas trop de questions. Il savait que l’amour est quelque chose qui ne se commande pas et qu’il vous tombe dessus par hasard. Il se disait « on verra bien » et pensait que la vie se chargerait bien de leur trouver une solution. L’essentiel était de s’aimer.
    Sidonie MACHIN, par contre, se posait dix mille questions sur cette éventuelle romance, à tel point qu’elle en perdait l’appétit et le sommeil.
    Non, une petite dame normale avec des placards et des tiroirs bien rangés, ne peut pas être amoureuse d’un géant. Non, non et non, c’est impensable, ça défie trop les lois de la morale et du reste.
    Un géant !!! Vous imaginez un peu ce qu’allaient dire les habitants de son quartier aux volets de toutes les couleurs. Elle les entendait déjà chuchoter dans son dos. Et la boulangère et le marchand de journaux, ils n’allaient pas comprendre. Peut-être même qu’ils ne lui adresseraient plus jamais la parole. Pour sûr, sa réputation de « petite dame sans histoire » allait en prendre un sacré coup.
    Sans parler de tous les problèmes matériels qui se poseraient forcément. Comment expliquer à monsieur le curé que, le jour J, Gaston BIDULE ne parviendrait jamais à rentrer dans l’église et qu’on serait obligés de célébrer le mariage à l’extérieur. « Grands dieux ! Comme tout ça allait être compliqué ! »
    Sidonie MACHIN en arriva donc à la conclusion que cet amour, différent des autres, était totalement impossible et écrivit une lettre d’explication à Gaston BIDULE. Puis elle continua sa petite vie bien rangée, bien organisée, en étant persuadée que le bonheur n’était pas fait pour elle.

    • Merci Mary Poppins pour ce petit conte adorable qui propose à Sidonie Machin, cette petite femme sans histoire, très contrôlante, ritualisant le quotidien, une grande Histoire. Hélas, celle-ci est trop ample pour elle, elle fait désordre dans son petit village et dans ses habitudes ; il n’y a pas de tiroir assez vaste pour accueillir l’inconnu.
      Un petit conte qui n’a pas besoin de se hisser sur ses pieds pour être grand.

  2. Maite P dit :

    Bidule naquit un jour de printemps au sein d’un amas de laine mouvant. Cette chose, parfois affolée mais toujours rassemblée, c’était sa famille. Elle avait une grande famille. Ce tas était composé d’une multitude de brebis. Elles étaient au moins cent. Bidule se sentait bien avec toutes ses mamans. Elle était toute blanche comme les autres, elle était grande comme les autres mais elle était différente tout de même. Elle ne bêlait pas mais aboyait et avait de ces dents ! Énormes ! 
    Très vite, elle comprit que ses super-pouvoirs lui conféraient un devoir : « elle serait investie d’une mission, celle de protéger sa grande famille des Trucs très menaçants qui traînent dans la montagne et qui menacent sa douce famille”. 

    Truc, quant à lui, naquit aussi un jour de printemps mais pour sa part se fut au milieu d’un petit amas mouvant gris et marron. Ses frères et sœurs étaient comme lui, ils avaient de grandes dents, ils hurlaient et ils adoraient chasser. Ce qu’ils préféraient chasser, c’était les brebis.

    Alors, vous comprenez qu’au vu de leurs portraits respectifs une histoire d’amour entre ses deux protagonistes était totalement impossible. Et pourtant… 

    Lorsqu’un jour d’hiver Truc s’élança sur le troupeau, il fut arrêté net par une énorme masse blanche. Mais au lieu de le mordre, Bidule se mit à lui faire les yeux doux. Truc hypnotisé instantanément par les charmes de la belle, la suivit, oubliant totalement la tâche qui l’avait menée sur ces lieux. Gentiment, elle l’éloigna de sa famille et dit alors à Truc : « Si tu m’aimes, tu ne dois jamais retourner dans ta famille ». Truc n’y retourna plus et se mit à roder autour de la bergerie dans l’espoir de revoir Bidule. A chaque fois, que le troupeau sortait, Truc essayait de l’approcher mais Bidule lui disait que c’était dangereux, qu’il fallait qu’il fasse attention. Mais un jour, alors que Truc désespérait d’impatience, Bidule vient le voir et lui dit alors : « si tu m’aimes, tu dois rester toujours à mes côtés ». Truc resta mais l’humain de Bidule s’aperçut alors de sa présence. Ce dernier prit de colère tenta de le chasser. Bidule dit alors à Truc : « si tu m’aimes, tu ne dois jamais me quitter » Truc, résolu et éprit, ne la quitta plus. Ce qui amplifia la colère de l’humain. Ce dernier armé d’un fusil, tira et tua le loup. Bidule dit alors en le regardant : « Tu étais puissant loup et maintenant tu ne nuiras plus ».

    C’est ainsi, que jamais au grand jamais il n’y eut aucune attaque de loup du vivant de Bidule.

  3. pakitapom dit :

    Racontez une histoire d’amour impossible entre deux trucs, deux machins ou deux bidules.

    Du plus loin qu’elle se souvienne, elle n’arrivait pas à se rappeler sa main, douce sur sa peau d’adolescente amoureuse, caresse faisant naître le frisson du désir . Ce temps là avait -il jamais existé ? L’avait il jamais vraiment aimé , ce bûcheron mal dégrossi, taillé à grands coups de serpe qu’ était son mari

    Depuis des mois, des années, elle frissonnait à chaque fois qu’elle l’entendait passer pesamment le pas de la porte . Qu’importait qu’elle ait bien ou mal fait, chaque soir, la lourde poigne , crispée sur le gourdin, s’abattait sur son dos. La main qui frappe, qui cogne, qui gifle, qui bastonne . L’homme qui violente, qui martèle , qui pilonne .

    Depuis des années, elle avait tout accepté . N’étant pas du pays, elle n’avait nulle part ou aller, alors, malgré les coups, elle était restée , bleus de l’âme et du corps, bouche cousue sur sa douleur, larmes rentrées sur son malheur.

    Quand des enfants leur étaient venus, elle avait espéré .. en vain .
    Pour protéger ses fillettes, pour leur éviter les coups, guettant dans son œil fou la soudaine facture , le moment où la bête tout a coup prendrait le dessus et la main deviendrait gourdin, elle venait au devant de lui , le dos déjà courbé, offerte à sa violence , pour épargner leur enfance

    Même lorsqu’il s’absentait, le bâton régnait en maître, contre le mur, à côté de l’entrée .Comment l’ignorer . Sa seule vue la faisait trembler. Elle aurait pu le prendre, s’en débarrasser ou même le brûler mais elle n’osait même pas s’en approcher, le toucher comme si tout à coup il allait prendre vie et se mettre lui aussi à la frapper .

    Les fillettes grandissaient , ombres silencieuses que chaque printemps rendait, malgré elles, un peu plus lumineuses . Elle, vieillissait, mains tremblantes et cœur meurtri sous ses plaies , n’espérant rien d’autre que de les voir grandir encore plus vite et partir …Quand l’aînée eut dix ans, quelque chose dans la maison changea. Buisson d’épines jusqu’au cœur ,le bûcheron demeurait, mais sa rage de frapper semblait tout à coup l’avoir déserté. Alors, naïve, elle se prit à espérer jusqu’au jour où elle le surprit, sortant de la chambre des enfants . La stupeur qu’il lut dans se yeux lui valut une raclée comme peut être il ne lui en avait jamais donnée. Mais cela n’était pas assez. Elle n’osait imaginer …Comment accepter la trop criante vérité . Il fallut qu’elle voit, quelques semaines plus tard sa cadette sortir de leur chambre où il faisait la sieste, tête basse, corps nié, souillé, visage barbouillé de larmes, pour qu’enfin sa rage jaillisse au bout de ses doigts . Frénétiques, ses mains ont attrapé le pesant gourdin, tant redouté. Tout son corps se révoltant soudain , la tirait à son tour dans la pièce où, repu, il ronflait .

    Les coups ont résonné si fort et si longtemps que les fillettes , terrorisées , de l’autre côté de la cloison , se sot mises à hurler . C’est à ce moment là seulement que ses mains ont lâché le gourdin , inutile a présent .

    On l’a condamnée bien sûr. Puis, après quelques années passées en cellule, on l’a graciée. Ombre grise , abandonnée, presque effacée, sans nulle par ailleurs où aller, elle est revenue là où ils avaient vécu. Les filles avaient grandi, élevées en foyer d’accueil. Elles étaient parties,.
    Oublier tenter de construire un semblant de vie sur un bien triste passé .…

    Essayer de survivre . pardonner, oublier
    Dans la remise où son bûcheron de mari travaillait parfois, elle a trouvé l’ébauche d’un gourdin.
    Combien de ces bouts de bois mal équarris avait il usé sur sa colonne à jamais meurtrie ?
    En le voyant, tout son corps s’est mis à trembler. Ses doigts se sont crispés, poings fermés et, comme pour se protéger , elle a croisé les bras, très fort serrés contre sa poitrine , tellement fort qu’elle en a eut un instant le souffle coupé. Jamais, jamais plus le toucher !

    Le temps a passé ; Les filles sont revenues parfois et la vieillesse s’est installée .
    Assise dans sa cuisine, les yeux perdus dans le vague , elle respire doucement tout en caressant de ses pauvres mains perclues de rhumatismes, une canne, sur ses genoux posée , pour l’aider a marcher . Mais cette canne, n’est ce pas plutôt ce gourdin trouvé dans la remise , tellement souvent et si longtemps caressé depuis qu’il en a perdu toute sa violence et ses aspérités.
    Si l’on ne peut oublier peut être peut on pardonner pour simplement trouver enfin la paix

  4. Avoires dit :

    Racontez une histoire d’amour impossible entre deux trucs, deux machins ou deux bidules.

    Si l’on excepte le chat et la souris, la mante religieuse et la cigale, le loup et l’agneau, le brin d’herbe et la tondeuse, la carpe et le lapin, la roulette et la molaire, tous des trucs impossibles, sans oublier Israël et la Palestine… ce truc infernal, des histoires d’amour impossible entre bazars, bitoniaux (bitoniau dont l’anagramme est, au passage, inabouti), bidules et fourbis, il y en a à la pelle .
    Pour ma part, je n’en retiendrai qu’une, elle me plaît bien, c’est celle du verre Duralex et la carafe en cristal de Bohême. Voici leur histoire d’amour.
    C’était une salle à manger qui avait dû connaître des heures plus opulentes… Sur une table recouverte d’une toile cirée à carreaux était posée une assiette en porcelaine ébréchée. Devant elle, un verre en Duralex faisait de l’œil à la carafe en cristal de Bohême qui se demandait comment elle en était arrivée là. Elle en était rouge de honte puisqu’elle contenait en ses flancs un Croze-Hermitage. La belle couleur la flattait. Duralex fit le premiers pas. Il s’enhardit du haut de sa petitesse.
    « Bonjour Carafe, que vous êtes jolie ! Que vous me semblez belle … »
    Dépitée, elle haussa le col
    « C’est à moi que vous vous adressez ? Ne m’appelez pas Carafe. Mon nom est Mademoiselle de Bohême, répondit-elle agacée, faisant vibrer le breuvage dans son corps cristallin.
    « Pardon Mademoiselle, je veux juste faire connaissance. Ne vous fâchez pas ! Je vous admire… »
    Rougissant encore, mais cette fois de plaisir, elle s’aventura :
    « Oh !… fit-elle, le bouchon frémissant. Et vous, comment vous appelle-t-on ?
    – Moi, c’est Duralex. Je suis petit mais très costaud.
    – Ah ! Monsieur Duralex…
    – Non, pas Monsieur, Duralex tout court. C’est plus simple.»
    La fine carafe, se sentant déplacée sur la nappe en toile cirée et désespérée à l’idée de devoir se pencher su le verre épais pour que son breuvage le remplisse eut comme un étourdissement.
    La porte s’ouvrit, Antoine entra et s’installa devant l’assiette, le verre et la carafe. Il s’empara d’elle, la saisit par le col, lui retira le bouchon et l’inclina sur Duralex. Celui-ci, au comble du bonheur se mit à rougir de plaisir lui aussi. Son rêve se réalisait.
    Antoine porta le verre épais à ses lèvres, avala par lampées délicates le Croze-Hermitage. Cela lui ouvrit l’appétit. Il rapprocha le verre et la carafe, les contempla, les flatta l’un et l’autre et leur dit, un sourire dans la voix :
    « Ce vin est délicieux, heureusement qu’il m’en reste encore quelques bouteilles. Je vais donc pouvoir vous associer encore tous les deux : toi ma jolie carafe, seule rescapée du service de grand-mère Marie et toi le verre sympa et robuste, tu ne te tiens pas si mal que ça. »
    Mlle de Bohême et Duralex se regardèrent furtivement avec une certaine connivence.
    Antoine, devenu stoïque après ses déboires financiers, se resservit du vin et déclara : «  Ce vin est vraiment délicieux ! »

  5. Françoise - Gare du Nord dit :

    Un petit bidule, un petit machin
    S’aimaient d’amour tendre
    Mais comment s’y prendre
    Si l’un est toujours chagrin
    Un petit machin, un petit bidule
    S’aimaient d’amour tendre
    Mais comment s’y prendre
    Si l’autre a oublié sa pilule

    Un petit truc, une petite machine
    S’aimaient d’amour tendre
    Mais comment s’y prendre
    Si l’un est prisonnier en Chine
    Une petite machine, un petit truc
    S’aimaient d’amour tendre
    Mais comment s’y prendre
    Si l’autre est dans les geôles turques

    Un petit engin, un petit bitonio
    S’aimaient d’amour tendre
    Mais comment s’y prendre
    Si l’un d’eux est sous chimio
    Un petit bitonio, un petit engin
    S’aimaient d’amour tendre
    Mais comment s’y prendre
    Et si l’autre est un peu zinzin

  6. Urso dit :

    Racontez une histoire d’amour impossible entre deux trucs, deux machins ou deux bidules

    Nous les bidules, machins et trucs, on dirait que nous sommes les damnés de la terre.
    Pas de voix au chapitre.
    Et pourtant on vit, on paye nos impôts et on s’aime.
    Alors revendiquons la liberté d’aimer.

    Oh la la que c’est bien. Tu prépares un discours pour te présenter à la prochaine élection présidentielle.

    Non je chauffe un peu mon stylo pour démarrer un roman sur nous deux.
    Sur le fait qu’au début personne n’a crû à notre amour et que maintenant après vingt ans de mariage nous sommes heureux.
    Toi un machin, moi une machine, qu’on traitait au début de tous les noms.

    – Mais chérie pour quelle raison dis-tu cela. Tu le sais bien que notre amour est impossible.
    – Oui. Mais ça fait vingt ans que nous sommes ensemble.
    – Bon vingt ans et pas toujours d’enfant.
    – Le principal, c’est qu’on s’aime.
    – Oh oh jamais nous avons fait l’amour comme peuvent le faire madame et monsieur les propriétaires de ce beau château, dans lequel nous logeons.
    – Ce que tu peux être pessimiste.
    Chéri, nous pouvons le dire aux lectrices et lecteurs de cette histoire. Nous deux on s’aime beaucoup.
    – Il faut préciser une chose : il s’agit d’un amour impossible.
    – Oh chéri ce que tu peux être têtu.
    Et dire que lorsque je t’ai connu, tu répétais déjà cette rengaine.
    – Quoi quoi fit l’autre.
    Bon je n’en peux plus. Je vais dire toute la vérité.
    Vous savez notre amour relève vraiment de l’impossible. Également je dois le reconnaître : il tient, il est dur comme de la pierre.
    – D’où sors-tu cette expression ?
    – Je viens de l’inventer.
    – Bon mes amis. Je vais vous le chuchoter.
    Tendez donc l’oreille !
    Attention mesdames et messieurs. Le spectacle va commencer.
    Moi je suis un gros éléphant. Elle, qu’on voit juste à mes côtés, c’est c’est, une fourmi. Toute menue et petite.
    Vous voyez l’écart. La différence de poids. De taille. De milieu.
    Tout nous oppose ! Tout !
    Et pourtant. Je le reconnais. On s’aime.
    Oui, chérie on s’aime. Pas d’un amour impossible comme j’aime à le dire.
    Mais d’un vrai et véritable amour.
    On s’aime. Youpi youpi.
    – Ouah continua la fourmi. Tu te déchaines. Tu délires même.
    – Ouais on s’aime à la folie, à la folie.
    Allez les amis. Passez moi une guitare électrique pour que je chante notre amour. Notre grand amour. Et que je casse tout. Ma guitare et le reste.

    Un autre détail les amis, poursuivit l’éléphant. Un peu excité par ce qu’il déclarait.
    Moi et ma belle fourmi, nous sommes en, en … porcelaine. C’est bien vrai.
    Et comme déjà dit. Nous vivons dans ce beau château. Depuis des années. En plein milieu d’une salle manger. Ah ah. Toujours très claire et ensoleillée. Toute la journée.
    Ohé ohé, elle est belle la vie. Ouais elle est très belle ! Alors vivons la à fond. Et aimons nous très fort …

  7. Jean-Christophe KNAUB dit :

    Condensé d’un contre-le-mur:

    ⁃ Y’a un truc qui va pas
    ⁃ Comment ça, un truc?
    ⁃ Ben, un truc entre nous
    ⁃ C’est toi le truc bidule machin chouette
    ⁃ Chouette, c’est ça! Ce serait chouette si ça marchait entre nous. Mais ce n’est pas le cas
    ⁃ Tu me retires le bidule de la bouche
    ⁃ Monsieur Machin, ce qui ne va pas, c’est que tu parles trop
    ⁃ Comme une machine à débiter des…
    ⁃ Ouais, c’est un peu vrai, d’autant plus vrai si ça vient de toi
    ⁃ Mais qu’est-ce qu’il te prend? Toi qui d’habitude tournes autour du pot, là j’ai droit à mes quatre vérités
    ⁃ La vérité n’est pas toujours bonne à dire, mais le fait est que notre amour est impossible
    ⁃ Impôt-cible? Tu trouves vraiment que je gagnes trop?
    ⁃ Et moi pas assez… l’amour se monnaye maintenant entre nous
    ⁃ À propos d’argent, j’ai quelques dettes et j’aurai une requête à te faire
    ⁃ Je sais où tu veux en venir
    ⁃ Oui, j’aimerais choisir moi-même la date de ma petite mort
    ⁃ Il y a un malentendu: il s’agit d’une date de l’amour à choisir, avant expiration de toutes munitions affectives
    ⁃ Arrête de me parler d’amour. Je me marie bientôt et j’ai raison
    ⁃ Mais non! Toutes les églises sont fermées et les mairies vont te rire au nez
    ⁃ À t’entendre, seul l’amour reste un bidule encore possible
    ⁃ Le notre est impossible mais pourquoi ?

    En choeur:
    ⁃ On ne le sait pas !!

  8. Truc, Machin, Bidule en étaient venus jusqu’à maudire leur propre existence. Pour peu encore qu’ils puissent prétendre en avoir une. Car là résidait le problème.
    Nos trois amis se savaient être un élément de langage, sans doute le plus pauvre et le plus sot, parmi les nantis de notre riche vocabulaire. Ils étaient juste utiles pour désigner la chose dont le nom vous échappait, à moins qu’on en ignorât tout, pour vraiment la nommer.
    D’une certaine manière, ils étaient comme « le couteau suisse du langage ».
    Pour cette raison même, ils n’étaient jamais invités au cœur d’un écrit, d’un exposé ou d’une conférence, qui étaient le fruit d’une pensée organisée.
    Ils naissaient de manière spontanée, dans le langage familier.
    Truc — lorsqu’il était évoqué — se plaignait d’une certaine désinvolture, alors que Machin se disait parfois associé à une forme de dédain. Bidule, lui, faisait le malin, prétendant avoir une origine, une filiation dans le patois picard. Ce qui amusait les deux autres, car il n’y a pas de quoi se vanter d’être un « bidoule » ou un « berdoule », quand on sait que cela signifie « boue », en bon français.
    À quoi d’ailleurs servirait un égo s’il doit se diluer, sans cesse, dans la chose — jamais la même — qu’il est censé désigner ? Sa nature multiforme, fugace, est par conséquent fictive.
    Nos trois amis se sentaient donc seuls, et chacun, dans sa spécificité, n’aurait pu trouver son semblable.
    Au lieu de cela, quand un truc rencontrait un truc, un machin un machin, et un bidule un bidule, chacun voyait en l’autre, par effet miroir, son douloureux destin. Car qui ne se connaît pas soi-même ne peut connaître l’autre, et qui ne s’aime pas soi-même ne peut aimer l’autre.

    • Françoise - Gare du Nord dit :

      J’aime beaucoup votre expression Béatrice « le couteau suisse du langage ». Et les nuances que vous apportez à ces 3 mots si galvaudés à qui vous rendez, d’une certaine façon, hommage
      Votre conclusion est pleine de sagesse

  9. iris79 dit :

    Racontez une histoire d’amour impossible entre deux trucs, deux machins ou deux bidules
    Les beaux jours étaient enfin revenus. Le printemps s’était officiellement installé et les bidules restés trop longtemps derrière la porte sentirent enfin le frémissement qu’ils attendaient tant !
    Il faut dire que depuis quelque temps, pas mal de gens tournaient autour de la boutique, déçus en disant « ah zut ils sont fermés, bon ben tant pis, on reviendra plus tard », « vous savez quand est-ce qu’ils rouvrent ? » « Ah je les vois derrière les tongs ! J’ai trop envie de me les acheter pour l’été ». Les bidules (bandeaux en tissu pour les cheveux en vente dans les boutiques de bord de mer) accrochés à leur présentoir avaient triste mine suspendus dans la pénombre du magasin et avaient hâte eux aussi de se retrouver en terrasse ! Ils attendaient impatiemment d’être caressés, effleurés, essayés par les passantes. Mais bizarrement le gérant du magasin chaque année mettaient de part et d’autre de la porte d’entrée deux tours de bidules et deux tours de bracelets de sorte qu’ils se faisaient face sans jamais pouvoir échanger entre eux. Le bidule bariolé avait repéré depuis l’année dernière le bidule rouge vif d’une beauté insolente. Mais jamais il ne put au cours de leur première saison en commun dans ce magasin communiquer d’une quelconque façon, ni pendant la haute saison et encore moins tout au long de l’hiver où tout le monde était convié à l’hibernation. Le bidule rouge qui avait bien repéré le bidule bariolé l’été dernier espérait lui aussi secrètement un sincère rapprochement.
    Aussi quand le vendeur, en ce début de saison, sortit du même côté de la porte les deux tours de bidules laissant les bracelets entre eux de l’autre côté, ils n’en revinrent pas eux-mêmes et pour un peu auraient demandé aux pinces voisines de les pincer pour être surs qu’ils n’étaient pas en train de rêver.
    Les jours passèrent et ils priaient chaque soir pour que chaque lendemain, le vendeur du magasin dispose exactement comme la veille les tours de marchandises qui, tels des friandises attiraient de plus en plus les touristes. Le bidule rouge n’en finissait pas de regarder le bidule bariolé. Plus les jours passaient et plus il devint une évidence qu’ils étaient faits l’un pour l’autre et qu’ils ne pour-raient plus être séparés. Mais comment se rapprocher davantage ?
    Le bidule rouge virait presque cramoisi quand il regardait le bidule bariolé. Ce qui lui fit peur parce que pour un peu les passants auraient pu croire à un abus d’exposition au soleil ayant fait virer sa couleur originelle ! Le bidule bariolé comprit sans rosir ce qui était en train de se passer et priait lui aussi tant et tant pour rejoindre ce bidule éclatant.
    Et puis par un jour de chaleur intense où le soleil écrasait tout le reste, une main aux senteurs de monoï attrapa le bidule bariolé. Après avoir hésité faisant virevolter sa main autour des voisins du bidule rouge elle marqua un temps d’arrêt au-dessus de lui et finit par le prendre. C’est ainsi qu’il se retrouvèrent enfin ensemble dans le panier en osier, réunis à jamais, filant vers leur nouveau destin commun.

  10. Michel-denis Robert dit :

    Le problème, c’est qu’il ne comprenait pas le système. S’il y a de l’amour, tout devrait être possible. Or, ces deux bidules qui ne s’entendaient pas, il devait bien y avoir un truc. Il chercha longtemps. Un bidule devrait avoir un minimum d’intelligence. Quand il y en a deux, les intelligences, théoriquement, devraient s’additionner. Un bidule doit forcément s’accorder avec un autre bidule, sinon on ne pourrait pas dire qui se ressemble s’assemble. Il me semble que c’est logique. C’est peut-être que dans le langage du bidule, l’amour n’existe pas. Les bidules n’aimeraient donc pas l’amour. Mais qu’est-ce qu’ils sont bêtes ces bidules ! Ils évolueront bien un jour. Normalement, ils devraient trouver le truc pour se rapprocher.

    Alors, les machins, surtout les vieux, n’en parlons pas ! Ils ont toujours le truc pour vous foutre la loose. Ils ne sont jamais contents. Y a peut-être qu’avec un autre machin, et encore ! il faudrait qu’il soit vieux pour s’accorder, et encore ! tu chercherais à leurs faire plaisir, ils trouveraient qu’il y a toujours un truc qui ne va pas. Ils te diraient mais qu’est-ce que c’est que ce machin ! Ils oseraient même te dire il est pas tout neuf ton machin. Et alors, les neufs machins, ça ne se fait pas. Il faut qu’il soient vieux pour que ça marche.

    Par contre, ça doit être difficile de trouver des trucs qui s’aiment. Si ! peut-être des trucs-muches. Deux trucs-muches s’aimaient d’un amour tendre, c’est possible. C’est plus plausible que deux trucs qui s’aimaient d’un amour tendre.

    Enfin, pour aimer, je crois qu’il faut toujours trouver le truc.

  11. LURON'OURS dit :

    LA CHAMAILLE
    Ce matin on vide le tiroir de la table de nuit. Ça m’a empêché de dormir. Une agitation, une révolte. Il fallait séparer les émeutiers. Boutons-les dehors, montre arrêter, bijoux cassés et même un dentier hilare. Rien qui vaille la peine. La cause du délit, sur un lit de poussière à décourager des psoques, qui comme chacun sait ce sont des poux de livres, un bâton de rouge à lèvres et un briquet tous deux amoureux, issus d’un sac à main, d’une poche dans l’attente d’un nouvel usage. Ça me faisait mal au cœur de voir qu’ils ne s’entendaient plus et aux oreilles de les entendre se chamailler. Je les collai sur un plateau aimenté au milieu d’autres trucs. je les déplace, les oppose. Je recompose un tableau entre un peigne à poux et un ticket de métro. Moi je trouve ça chouette !
    Ce machin est onusien.🐻

  12. Soledad Granger dit :

    Machin truc bidule chouette

    Chantait : « Hello, Goodbye », des Beatles

    Sans plus se préoccuper

    De ce drôle de truc

    Dont elle s’était énamourée

    Qui se voulait Rubik’s cube

    Putain d’migraine
    Elle le savait pourtant
    Qu’les casse-têtes
    C’était pas son truc

    Et il lui avait bien fait
    Comprendre
    Qu’les casse-pieds
    Sans cervelle,
    C’était pas le sien

    Machin truc bidule chouette
    Se dit « on s’est pas fait de cadeaux »,

    Mieux eut valu jouer au Mikado

    Patience
    Le souffle suspendu
    Le geste léger

    Dans l’aléatoire
    D’un faisceau
    De baguettes fines
    Qui tombent
    Les unes sur les autres
    Et s’enchevêtrent

    Tout à son rêve de Mikado
    Elle en oublia le casse-tête

    Qui d’ailleurs
    Filait le parfait amour
    Avec une à qui
    « On ne la faisait pas »
    Et qui lisait en lui
    Comme dans un livre ouvert.

  13. Maguelonne dit :

    _Coucou Bidule, tu n’as pas l’air dans ton assiette ?
    _Je suis triste, triste, triste.
    _Pourquoi, pourquoi, pourquoi ?
    _Ne te moque pas. Je suis vraiment malheureux. Je suis tombé en amour pour un bouchon de champagne qui ne me regarde même pas.
    _Manquait plus que ça ! Mais Bidule tu n’es rien, tu n’existes pas. Il n’y a qu’ici, à la cave qu’on sait que tu t’appelle Bidule.
    _Oui je suis Bidule et je fais partie de la première phase de fermentation du champagne. Sans première phase, pas de deuxième phase, sans Bidule, pas de champagne.
    _Oui mais tout le monde l’ignore et ton foutu bouchon se la joue noble parce qu’il est en liège, parce qu’il fait partie de la dernière fermentation. Faire péter le bouchon et déguster les bulles, c’est la finalité du champagne. Il te snobe royalement.
    _Il y a bien les amours du roi et de sa bergère, et de la reine et de son palefrenier. Alors pourquoi pas Bouchon et Bidule. Je rêve de me fondre en lui, de ne faire qu’un, de
    _ Calme, calme. Quand bien même tu te fondrais en lui, tu ne serais que la quatrième roue du carrosse. Ton bouchon est déjà en trio avec Capsule et Muselet. Ils ne te laisseraient aucune place.
    _Je suis déçu, déçu, déçu.

  14. Corinne JAHIN dit :

    Comme chaque matin une singulière jeune fille venait prendre son « petit crème » à la terrasse du café « Aux bons amis ».Son occupation favorite était de guetter les passants pour les attirer avec ses sempiternelles pitreries langagières et gestuelles et peut-être trouver l’âme sœur. L’établissement la tolérait car elle ramenait une clientèle. Les gens s’esclaffaient et décidaient de faire une pose à la terrasse en consommant. C’était tout bénéfice pour le patron.’
    Un matin, alors qu’elle venait de s’installer pour savourer son breuvage quotidien, elle vit rentrer un beau jeune homme ayant fière allure bien qu’un peu guindé.

    Elle l’observa du coin de l’oeil pour ne pas avoir l’air d’être intéressée et de passer pour une allumeuse.

    Lui s’assied, non loin d’elle, héla le barman, commanda un schweppes aux agrumes et se plongea dans son magazine « Autorétro ».
    Ayant plus d’un tour dans son sac et très audacieuse dans l’improvisation, elle décida d’attirer l’attention sur elle en sortant deux balles en mousse pour jongler. N’était-ce pas son intérêt premier de jongler avec la vie ?

    Les deux petites balles lancées volaient à une vitesse vertigineuse et entrèrent dans le champ de vision de son voisin.
    Un peu interloqué à la vue de ce spectacle ,il se replongea dans son magazine quand une des balles fit un gros « plouf « dans son verre , éclaboussant son polo et son pantalon.

    Elle feignit de prendre une mine si consternée, que le jeune homme s’approcha d’elle en lui adressant la parole.
    – Ce n’est rien Mademoiselle, je ne vous en veux pas. Il y a des choses plus graves dans la vie . Puis, ce n’est pas banal de s’amuser comme vous le faîtes sur une terrasse, vous êtes insouciante et pas stressée du tout.

    Une larme perla sur son visage, il s’en aperçut et lui tendit un mouchoir.
    – Séchez donc vos larmes et parlez-moi un peu de vous !

    Elle était aux anges et lui décocha une oeillade à la Chimène qu’il en fut tout ému.

    Et si nous allions nous promener dans le parc d’en face ? Lui proposa-t-elle .

    Eh bien d’accord, cela va me faire du bien car je dois avouer que j’ai bien du mal à me déstresser et je sens que votre compagnie va m’aider à résoudre mes problèmes.
    Quels problèmes ? Questionna -t-elle

    Mon côté sérieux me colle tant à la peau !

    Elle fit une telle grimace qu’il recula.
    Comment çà ?
    Je suis né Sérieux !
    Mais non, les bébés ne peuvent être sérieux et elle se mit à imiter leurs vagissements en marchant à cloche-pied .
    Vous ne comprenez donc pas ? Mon nom est SERIEUX et un célèbre psychanalyste du nom de LACAN explique que le nom de famille n’est pas sans incidence sur le développement de la personnalité. J’ai même choisi la plus sombre des professions : croque-mort !

    Elle lui fit un pied de nez et lui raconte son histoire à elle.
    – Bien moi, je m’appelle bien CARABISTOUILLE çà ne me fait rien. J’ai terminé mes études à l’Ecole du Cirque et je me destine à une brillante carrière ,

    Il était médusé car elle était tout le contraire de lui. Il était tout en retenue toujours sur sa réserve et elle était si extravertie…un vrai petit pitre ambulant !

    Elle lui prit la main et ils marchèrent puis se redonnèrent rendez-vous le lendemain.
    Et là, la chute fut brutale…
    Alors qu’elle l’attendait toujours assise à le même place, avec le même air désinvolte qui la caractérise, il vint s’asseoir à côté d’elle avec une mine de six pieds de long !

    Il lui tendit le mouchoir sur lequel elle avait essuyé ses larmes !
    Bonjour, aujourd’hui je n’en ai pas besoin ! Lui dit-elle en affichant son plus beau sourire
    Sentez-le bon sang ! Dit-il sur un ton consterné
    Elle lui opposa un refus.
    Vous m’avez bien trompé hier, avec vos larmes de crocodile,  vous êtes efforcée de pleurer en portant à vos yeux un oignon ! Vous n’étiez pas sincère, vous m’avez pris pour un nigaud et moi qui croyait que nous aurions pu allez loin ensemble.

    Comme elle ne s’attendait pas à ce que son geste fût dévoilé, elle lui porta le coup fatal en lui assénant :
    Sérieux ? Vous êtes sérieux alors que vous êtes un nécrophage ! Au moins moi je fais rire, je suis amusante et l’on aime bien ma compagnie.
    Je vous retourne le compliment, je n’ai que faire d’une

    anthropophage !

    Et il lui déclama une poésie de Gérard de Nerval :

    Où sont nos amoureuses ?
    Elles sont au tombeau :
    Elles sont plus heureuses
    Dans un séjour plus beau !

    C’est un truc de ouf ! Pensa-t-elle.

    Ainsi les deux tourtereaux d’un jour ne convoleront pas en justes noces car à cet amour impossible nul n’est tenu !

  15. Nadine de Bernardy dit :

    Dans la boutique de l’antiquaire,les objets sont précieux,rares et sacrés.
    Je voisine avec un calice en vermeil du 17ème siècle et quelques bibles richement enluminées.
    Ce matin est livré un colis enveloppé de feutre,il semble lourd et fragile.
    – Bonjour monsieur c’est pour l’harmonicorde.
    – Ah,parfait messieurs.Veuillez le poser là,oui à côté du christ en croix. Attention il est fragile,il vient de loin et il est plus que centenaire.
    Je suis un antiphonaire ayant appartenu à un cardinal assez célèbre,à la réputation sulfureuse ,dont je tais le nom par respect pour ses descendants . Je n’attend plus grand chose de la vie .
    Mais dès que l’on ôte les protections je crois défaillir.
    Un instrument,mi harmonium mi piano,merveilleusement proportionné,fait du bois le plus précieux.
    Le coup de foudre! Je n’ai jamais rien vu d’aussi beau de toute mon existence.
    Une classe,un galbe ! Pas une égratignure,un défaut,la perfection même.
    L’antiquaire joue quelques notes pour tester la sonorité.
    J’atteins l’extase.
    Des sons graves, lents.Sur les aigües,une limpidité légère comme un matin de printemps.
    Je me pâme à demi,passe le reste de la journée à dévorer des yeux l’objet de mon amour.
    Le soir,dans la boutique vide éclairée par un réverbère,je me risque.
    Il a l’air hautain ou peut être mal à l’aise dans ce nouvel environnement.
    – Psst,monsieur!
    Oui,par là.Non, plus à gauche. Sur l’étagère, à côté du calice.Oui voilà,je suis l’antiphonaire
    – Le quoi ?
    – Le livre relié en peau de chagrin.Je vous trouve magnifique.D’où venez vous ?
    – Peu importe,répond il,malgracieux,je ne suis que de passage,je pars en Italie après demain
    – Mais ne peut on point faire connaissance?
    – De quoi voudriez vous parler,je vous dis que je vais partir sans trop tarder.
    Bonne nuit monsieur le livre au nom imprononçable, raille-t-il.
    Anéanti,je me replie sur moi même ,accusant cette cruelle déception avec des larmes intérieures .
    Je ne souhaite plus qu’une chose dorénavant, qu’un acheteur m’emmène rapidement loin de là,afin de tenter d’oublier cette rencontre .

  16. Laurence Noyer dit :

    Un drôle de Keutru

    Bidule et Machine avaient le béguin l’un pour l’autre
    Mais Bidule commençait à en avoir sa claque
    Y voulait se tirer, aller s’ graisser les bottes
    Machine lui demanda : pourquoi que tu t’arraches?
    Tu n’me kif’ plus, frérot ? t’en as rien à cirer ?
    Tu l’aimes plus not’ gourbit ? l’est plus assez stylé ?
    Mais si tu t’casses, ça risque d’être chaud pour ta face
    Qu’est ç’t’as besoin d’aller t’frotter là où ça craint ?

    Ce topo de ouf a trop choqué le coeur
    De notre imprudent voyageur ;
    « Yolo frangine, qu’est c’tu m’prends la teté
    J’me casse juste trois jours! Arrête de psychoter
    Ma gow, t’es qu’une boloss ! Arrête de m’calculer ! »
    Et Bidule s’est tiré, ça craignait trop, faut pas charrier !

    Mais bientôt y s’est mis à flipper à cause du temps pourave
    Des meufs et d’la défonce, des chelous, des cassos
    Québlo à s’enjailler, à faire la teuf dans une autr’zone
    A la ramasse et tout destroille y s’est r’trouvé en dep
    Il était au bout de sa life, sans dec ! en pleine béchamel

    Vénère d’être un relou, il avait trop la haine
    L’était trop dégouté, il a lâché l’affaire
    Les voyages c’est pas d’la balle, c’est pas son truc
    Et l’est r’tourné s’maquer chez Machine
    Parce qu’y préférait être cool en écoutant de la zicmu
    Sans sortir de sa piole OKLM sur son canap
    Wesh bien ou bien ?

    Moralité
    Amants, heureux amants , voulez-vous voyager?
    Soyez-vous l’un à l’autre un monde toujours beau*
    (*la Fontaine, les deux Geonpis)

  17. Catherine M.S dit :

    Rue des soupirs, au numéro un
    Il y a un drôle de machin
    Que la Petite Chose du numéro douze
    Trouve bien à son goût
    Il a beau avoir des allures de voyou
    Quand, torse nu, il tond sa pelouse
    Elle ne peut s’empêcher de lui faire coucou
    Au grand dam de son épouse
    Réputée très jalouse …

    Alors notre Petite Chose pour se consoler
    File en direction du marché
    Là, elle sait qu’elle va rencontrer
    Le truc qui la fait craquer
    Casquette vissée sur la tête
    Grand tablier immaculé
    Sourire figé
    Paluches accueillantes
    Dégaine de saltimbanque
    Tout chez lui l’enchante
    Mais une ribambelle de petits trucs
    S’agitent sans cesse autour de lui
    – Papa, papa, t’as bientôt fini ?
    On rentre quand à la maison ?
    Petite Chose en a le tournis
    Elle va perdre la raison …

    Il ne lui reste plus que son ami bidule
    Fidèle épaule sur qui s’épancher
    Éternel rêveur encagé dans sa bulle
    Qui n’a encore jamais vu
    Les yeux énamourés
    De Petite Chose un peu perdue
    Mais qui sait
    Un jour, la bulle peut éclater …

  18. Dominique PORHIEL dit :

    J’adore quand il s’approche de moi !
    Enfin, je devrais dire « quand il s’approchait » de moi.
    Parce que lui et tous ceux qu’ils l’ont précédé, je n’ai guère eu le temps de les laisser m’approcher vraiment ; vous savez : me frôler, me caresser, se lover contre moi … un peu comme un chat vient se frotter à vous, s’étirant le long de votre jambe, s’enroulant autour de votre cheville … comme cela doit être agréable !
    Je l’imagine très bien !
    J’en rêve même !
    Sentir sa fraîcheur …
    Voir la vapeur d’eau s’échapper ou plutôt s’enfuir car tout cela ne peut durer que quelques instants, une minute, non même pas, une nanoseconde …
    Dès que j’ouvre la bouche, pfffft !
    Plus rien ; juste quelques gouttes d’eau devant ma porte qu’en bonne ménagère Adèle efface vite fait avec un de ses chiffons magiques, ceux qui ne laissent pas de traces.
    Hélas ! Même pas de traces de mes amoureux … rien !
    « Mes « ! Parce que oui, j’en ai usé quelques uns ; des cubes, les plus fréquents ; des trèfles, la semaine dernière … tout un carré ! et hier des cœurs ! ça c’était vraiment le bouquet ! Une vraie provocation, parce que j’y ai cru … jusqu’au bout, jusqu’à la petite mare devant moi !
    Ah je suis bien malheureux !
    Si encore Adèle arrêtait de m’allumer pour tout pour rien : une quiche, un gâteau, un poulet, des sablés !
    Comme je suis serviable, je me laisse faire. Même, je déploie au maximum ma chaleur et mon rayonnement.
    Je suis peut être un peu « maso » comme on dit maintenant.
    Mais – espoir – j’ai entendu dire qu’il se faisait maintenant une autre sorte de glaçons ! Des froids, ben oui ; c’est quand même leur job ! mais des qui ne fondent pas !
    Je vous en dirai plus la semaine prochaine.

    Signé : le four

  19. Nouchka dit :

    Au dessus de la penderie de l’entrée, les sacs de Madame sont alignés. Certains ne servent pratiquement jamais mais gardent leur place, sur l’étagère.
    C’est le cas d’un petit attaché case de cuir rouge qui, en dépit de son âge, a fort belle allure. Ses angles arrondis, la poignée gainée du même cuir, les ferrures dorées et le rabat surpiqué, indiquant l’avant de l’objet, sont soignés et d’une grande élégance. L’attaché case n’est pas sorti du placard depuis qu’il y a été entreposé une douzaine d’années plus tôt, à la suite de l’emménagement dans cet appartement.
    Régulièrement, la porte coulissante de la penderie s’ouvre laissant voir cette partie de l’appartement où arrivent et repartent les occupants des lieux et leurs invités.

    La belle mallette attend, recherche le passage du petit sac à dos gris qu’utilise Madame au quotidien. En effet, ce sac représente un style opposé au sien et, de ce fait, attire par son côté dégingandé, toujours prêt à courir l’aventure, sans souci de se salir, souvent grimpé sur le dos de Madame mais parfois aussi, accroché à son épaule gauche. Il a un charme fou ce sac avec ses deux grandes glissières, les poches latérales, les courroies bicolores de corde tressée et de cuir. Quand il est secoué pour prendre place sur Madame, il fait un petit clin d’œil en direction de l’étagère et la mallette jurerait que cela lui est adressé.
    De son côté, effectivement, le petit sac à dos a repéré le bel attaché case, toujours digne entre ses congénères avachis. Il espère qu’un jour, il sera entreposé à ses côtés. Il pourrait ainsi caresser le cuir lisse et tiède, ouvrir les ferrures dorées, découvrir l’intérieur blond et les secrets du compartiment de rangement. Il se sent si ordinaire si banal devant cette beauté naturelle d’une majesté discrète. Peut-être pourrait-il l’intéresser en lui racontant les sorties qu’il effectue. Lui évoquer la ville, les boutiques, la végétation, la lumière, les couleurs. Elle, qui est toujours dans l’ombre du placard, trouverait plaisir à connaître l’existence, au-delà de cette porte coulissante.

    Un jour, Madame décide d’effectuer des rangements et changements dans son quotidien. Elle vide l’étagère et ouvre tous les sacs entreposés là, afin de s’assurer de l’absence de tout contenu. Ce jour-là le petit sac gris voit pour la première fois les dessous et dedans de la mallette. Elle est superbe. Vraiment superbe maintenant qu’elle est posée à la lumière. Son intérieur est grainé de cette teinte jaune paille qui fait ressortir le compartiment ourlé de cuir rouge. Pourquoi, grand Dieu Madame, n’utilise-elle pas un article d’une telle beauté ?
    Et bien, les modes changent, les temps passent et Madame, maintenant en retraite, n’a plus besoin de ce porte-document. Aussi, se décide-t-elle à le descendre à la cave en attendant de s’en débarrasser.
    Le petit sac à dos en est offusqué et décide de se rendre inutilisable en coinçant ses glissières rendant l’ouverture de ses poches impossibles, en cassant l’une des bretelles rendant le transport difficile et finit par tomber sur le sol de la poissonnerie, se salissant et envoyant des relents de poissons sur les vêtements de Madame.
    Du jour au lendemain, Madame abandonne son sac à dos préféré et le remise ponctuellement à la cave. La belle mallette croit revivre en le voyant s’installer à ses côtés. Malheureusement, le charme et l’espoir qu’ils ne s’emmêlent les lanières et poignées est de courte durée car les effluves de poisson déplaisent autant à l’attaché case qu’elles avaient indisposé Madame.

  20. Odile JARRIER dit :

    Une souris, petite souris grise, aimait un dictionnaire, un bon vieux dico, et le retrouvait tous les soirs, dans le grenier
    Elle restait pendant de longues heures, dans le silence des nuits,
    parcourant les pages, s’attardant sur les A de amour, ami,
    Il appréciait ces visites , seul sous les combles , il se languissait tellement,
    Elle se gavait de mots, elle le dévorait , le croquait avec délices
    Il partageait avec Bonheur, Complicité ,
    Elle découvrait de nouveaux Horizons
    Il vivait avec ivresse ces folles soirées,
    Elle goûtait, dégustait avec gourmandise,
    Il se laissait aller, mais, quand arrivèrent près de Volupté, Vertige, il réalisa que son coeur était en lambeaux, en mille morceaux.
    Elle partit en trottinant, comblée
    C’était une belle histoire se dit-elle ……

    • Françoise - Gare du Nord dit :

      J’aime beaucoup cette histoire de souris qui dévore els mots du dictionnaire un peu trop courte à mon goût
      Qu’aurait-t-elle fait des Bidules, Truc et Machine? Je reste un peu sur ma faim

  21. Kyoto dit :

    Truc A. rencontra Truc B.
    Ils firent des tas de trucs ensemble.
    Pas longtemps.
    Un truc s’immisça entre eux :
    Truc A. était turc.
    Truc B. raciste.
    Ils se séparèrent.
    Depuis les Trucs muchent.

    Bidule A Plumes chantait bipbip.
    Bidule A Poils s’ennuyait.
    Ils se rencontrèrent
    Une nuit de pleine lune.
    Ils auraient pu s’aimer.
    Le premier se tut, subjugué.
    Le second ayant le bide creux,
    Croqua le Bidule à Plumes.

    Machinchose fit machine arrière.
    Machintruc fit machine avant.
    Ils se tamponnèrent.
    Machintruc fit machine arrière.
    Machinchose fit machine avant.
    D’un commun accord
    Ils recommencèrent.
    Et finirent par se détruire.

    Ame sœur !
    Ame Sir !
    Hameçons-nous
    Dans le lit
    Des rivières asséchées.

  22. Souris bleue 🐀 dit :

    🐀 LES NOCES DES TRUCS ET DES MACHINS

    Questions qu’on se pose couramment dans l’  »avant »
    d’amour, à boire et en chantant

    Un goupillon bien gaulé poilu à souhait, amoureux d’une bouteille lorgnait avec avidité le cul de la ‘fillette’ de vin déjà bien vidé…

    Et de chanter
    Ah ah ah dit l’goupillon
    Ah ah ah dit la bouteille
    Qui c’est que j’enfile ce soir dit l’goupillon…qui c’est qui m’récure ce soir dit le flacon ?

    Un escalier ‘colimaçonnait’ pour mieux voir celle qui le grimpait

    Et de chanter
    Ah ah ah ! Dit l’escalier
    Ah ah ah dit la souris
    Qui c’est qui me monte ce soir dit l’escalier… C’est moi, répond la souris bien essoufflée.

    Une spirale amoureuse du 42e feuillet

    Tu me fais tourner la tête…
    Ma spirale à moi c’est toi
    Tourne bien vite les pages que je sente enfin tes doigts.

    A la noce des trucs et des machins,
    Aphone d’avoir tant chanté
    J’espère que vous n’avez pas perdu l’ouïe au monde de l’absurdi … 🐀

    • Françoise - Gare du Nord dit :

      J’aime beaucoup le goupillon bien poilu qui lorgnait le cul d’une fillette, l’escalier qui ‘colimaçonnait’ et la spirale amoureuse du 42e feuillet

  23. Antonio dit :

    Lui, c’était ni truc, ni bidule, ni machin-chose, on l’appelait le Bitonio. Il était fait pour rester célibataire, de toute façon. Depuis tout petit, tout le monde se demandait bien ce qu’on pourrait bien faire de lui, à quoi il pourrait bien servir. Alors, aimer !

    Elle, c’était une sacrée machine, bien huilée, des finitions haut de gamme, elle démarrait au quart de tour pour celui qui savait la chauffer, la faire rugir avec un tour de clef sur mesure. L’autre Zinzin qui rêvait de l’envoyer au septième ciel, de lui décrocher la lune. Ils étaient nombreux à lui tourner autour, des trucs, des machins, encore boutonneux, qui se la pétaient, sifflaient et montaient en température chaque fois qu’ils la branchaient après qu’elle les avait allumés, tous ces voyeurs rougissants, à la vue de son tableau de bord.

    Et le Bitonio, dans tout ça, vous allez me dire ?

    Lui, elle ne l’avait même pas calculé. Tout le monde se demandait ce qu’il faisait là, une erreur de conception, un machin pas fini, ou pas commencé. Pourtant, il était là, discret, par terre.

    « À quoi ça sert ? »

    La curiosité, l’intuition, l’audace, le culot, ils étaient tous fascinés. Ils se regardèrent un instant et d’une seule main, d’un même élan, le portèrent jusqu’à la machine, cherchant sa place. Car il devait y en avoir une. Il effleura toutes les ouvertures, la belle lui ouvrit même son cœur, se laissa démonter et remonter, mais rien n’y faisait, rien ne collait entre eux. Tous les autres bidules, machins-chouettes étaient verts de jalousie.

    « Bon sang, à quoi ça peut bien servir ? »

    À rien. C’était juste sa nature. De n’être utile à rien, pas même à quelqu’un, d’être là juste à attiser la curiosité, à faire pester, à faire le jeu du « Schmilblic » comme on ne dit plus de nos jours.

  24. Fanny Dumond dit :

    Deux bidules s’aimaient d’amour tendre, dans la clandestinité.

    Leur amitié avait début sur les bancs de l’école primaire. Ils étaient inséparables. On les voyait toujours ensemble, à se rendre l’un chez l’autre, à se contacter sans cesse. Peu à peu, leurs liens s’étaient renforcés et leur parents s’inquiétaient de cette attirance. Pour tromper l’ennemi, chacun d’eux sortait avec des trucs et des machins. Leurs parents rassurés avaient poussé un «ouf» de soulagement mais, lorsque l’adolescence eut cédé le pas à l’âge adulte, il fut évident pour leurs amis que ces deux-là cachaient bien leur jeu. Quand ils firent leur coming out, la famille de l’un le bannit, tandis que celle de l’autre accepta la situation.

    Malgré la désapprobation, voire le rejet de certains trucmuches, ils sont mariés depuis quelques années et poursuivent leur chemin, main dans la main.

    • Françoise - Gare du Nord dit :

      J’aime bien les alibis « les trucs et des machins », deux mots qui dans votre histoire sont moins péjoratifs ou dérisoires qu’il n’y paraît

  25. camomille dit :

    – Je t’aime « Machine » !
    – Moi non plus « Bidule»
    – Où vas-tu « Machine » ?
    – Je vais et je viens « Bidule »

    – Ah ! Mais je t’aime « Machine »
    – Déjà dit « Bidule »
    – Mais je t’aime « Machine » !
    – Pas possible « Bidule »

    – Mais pourquoi « Machine » ?
    – Parce que j’aime « Truc » « Bidule »
    – Ah ! Mais moi aussi je l’aime… « Machine »
    – T’aime « Truc » toi aussi « Bidule » ?

    – J’aime « Truc » et je t’aime « Machine » !
    – « Truc » il aime que moi « Bidule »
    – Mais moi je vous aime tous les deux « Machine »
    – Tu me donnes mal à la tête « Bidule ».

    « Truc » refusant les avances généreuses de « Bidule », cette histoire d’amour compliquée ne trouva pas d’issue.
    Ainsi va la vie !

    • Françoise - Gare du Nord dit :

      Compliquée votre histoire d’amour Camomille. Elle nous donne le tournis. Et, en effet, c’est difficile d’en espérer une issue, heureuse ou malheureuse autant pour Bidule que Machine un peu comme un pelote de laine emmêlée. Inextricable comme les histoires d’amour à 3

  26. Jean Marc Durand dit :

    Il était une fois deux trucs. L’un plutôt bien machiné. Et l’autre plutôt porté sur la chose. C’était du temp du covid 22 et l’Etat tirait toujours plus la langue de bois. Une foire du trône avait donc été organisé à Versailles. On y bradait moultes sièges car il n’était plus séant de payer des gens à épousseter les fauteuils de la vielle Histoire alors que la récente peinait à recruter des brancardiers, des panseurs et autres disciples d’Esculape.

    La vente aux enchères débuta à 14h précises, ce dont, je me doute, les lecteurs n’ont que faire.

    Mais pas les acheteurs, agglutinés dans leurs 10 m2 de précaution habituels, eux, oui!

    L’autre avait en vue une causeuse pour entamer une causette avec l’un. Mais l’ignorante chauffeuse avait des vues plutôt sur l’un des bancs de la chapelle Royale. Banc qui, à priori n’incite pas les quidames et messieurs à s’aventurer dans d’extraordinaires galipettes.

    L’un, après de multiples tentatives de rapprochement, l’incitant même à accepter un strapontin se rabattit sur un crapaud. « Là, je pourrais y faire sereinement la tête à la flèche de mon amour inatteignable, à mon amour impocible ».

    L’autre, sereinement méprisante, après le banc, se fendit de l’achat d’une bergère. Comme cela, tranquille, pour elle, rien que pour garder les blancs moutons de sa solitude.

    On prétend pourtant que l’un alla planter son fauteuil au cœur du pré salé, à espérer de la belle.

    Mais un cheval de grande marée l’emporta.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Répondez à ce calcul pour prouver que vous n'êtes pas un robot * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

RSS L'écriture créative

Catégories

Mon but : vous conduire vers le créateur inné qui est en vous

 


Sur ce blog on n’apprend pas à écrire un roman, des nouvelles ou des poèmes, on rétablit des liens rompus avec son imagination. On renoue avec sa créativité innée.
Les exercices inédits que j’invente, aiguillonnent l’esprit. Mon but est de conduire toutes les personnes vers le créateur plus ou moins claquemuré en elle.
L’enfant imaginatif avec lequel elles se réconcilient définitivement dès qu’elles se prêtent au jeu.

Après quoi, elles décident de mener le projet d’écriture qui leur convient.

 

Soutenir nos actions bénévoles

Quelques € peuvent faire des heureux

Devenir membre bienfaiteur

LA CRÉATIVITÉ EST ANCRÉE DANS

illustration de Bernard Leblanc

devenir Éveilleur d’idées®

NOS GÈNES 

Nous sommes tous capables d’actions créatrices. Cette créativité innée est pour une grande part le propre de l’homme.

L’objectif de l’exercice d’écriture créative que j’imagine chaque semaine consiste à prouver que tout le monde est capable d’écrire avec originalité et plaisir.
À révéler que chaque personne détient le pouvoir de créer, avec simplement du papier et un crayon. 

Grâce à vos dons

Grâce à vos dons nous menons régulièrement des actions bénévoles : 
–  actions pour la langue française
–  aide aux dyslexiques
– ateliers d’écriture à La Maison Rose à Bordeaux en soutien aux personnes frappées par le cancer.
– conseils aux auteurs débutants
– conférences.

On ne prétend pas former de nouveaux auteurs

Entre2lettres n’est pas une école d’écriture

Le concept Éveilleur d’idées ® ne prétend pas former de nouveaux auteurs. Ce n’est pas une école d’écriture de ceci ou de cela. Ou, comme aux États-Unis, un cours de « creative writing » institutionnalisé.

Les propositions d’écriture créative imaginées par Pascal Perrat n’apprennent pas à écrire un roman ou des nouvelles, ils enflamment l’imagination et marquent les esprits. C’est une grande cour de récréation hors les murs de toute école.

Les exercices d’écriture créative qu’il imagine et propose, frappent l’imagination des personnes qui écrivent.
Son but est de les conduire vers le créateur qui est en elles. L’enfant imaginatif avec lequel elles se réconcilient définitivement dès qu’elles se prêtent au jeu »

Après quoi, elles décident de mener le projet d’écriture qui leur convient.