Soulignés dans le passé

Quand vous lisez un livre, quel que soit le genre, soulignez-vous des passages, des phrases ou des mots, en prévoyant de vous y reporter plus tard ?
Dans l’affirmative et si vous avez conservé vos livres, prenez le temps, quand l’occasion se présentera, de feuilleter les plus anciens et recherchez les passages que vous aviez soulignés à l’époque.
Vous serez peut-être étonné de trouver tel soulignement insignifiant aujourd’hui, mais très intéressant des années plus tôt. Peut-être avez-vous totalement changé de point de vue, d’opinion, de sentiment, d’avis, de croyance, etc. Retrouver ces vestiges nous éclaire sur notre état d’esprit, aujourd’hui.


Le 9e livre de Pascal Perrat

Si vous avez acheté ce livre numérique, téléchargez-le à nouveau il vient d’être mis à jour.

TOUT NOUVEAU EN BRETAGNE !
Un atelier d’écriture Éveilleur d’idées à Grand-Champs dans le Morbihan (Source le Télégramme)
Anne-Cécile Michelet, Membre de l’Académie des Eveilleurs d’idées anime l’atelier Terre d’écritures.

7 réponses

  1. Souris bleue dit :

    l n’est pas rare et sans doute pour mieux rentrer dans les phrases de surligner quelques mots plus évocateurs que d’autres ou plus douteux.
    Mais ce qui m’intéresse, grâce ou à cause du confinement, ce sont les livres que je prends à l’unique commerce de mon petit pays » l’épicerie-tabac-mercerie-cuisine-mondial colis+++ » et maintenant dépôt et de pain et de livres dans une guitoune où on dégote des merveilles même dédicacées de noms illustres ! Mais que sont-ils venus faire ici dont seule, la fleur de pissenlit est l’emblème et que même le virus contourne !
    J’ai retiré du tas un livre sur la psychologie !
    Ça peut toujours rendre service surtout quand on est doté d’un caractère de cochon-caniche.
    Je m’accroche aux rayures, je »crochonne » et gratte pour déterrer le mot caché, la melanosporum sous la tâche d’encre qui sent bon la surprise. Je commence l’enquête du POURQUOI et du COMMENT.
    Mais au fil des pages je me suis noyée, rattrapée in-extremis par les phrases surlignées reliées par des notifications dans la marge telles des bouées de sauvetage.
    Les en rouge : impératives, à ne pas contourner.
    En vert : conseils sanitaires ! Surtout ne pas éviter ou au contraire, présente des risques… Donc, je ne vais pas me meubler la commode avec ça, je ferme le tiroir tout de suite… Le rangement sera fait plus tard.
    Le bleu est plus insidieux, il est tendre, le ciel, la mer, que des étendues qui nous font voguer dans la pirogue de la pensée.
    Oui mais le jaune qui suit me laisse perplexe… Qui tient les rames ?
    Et si je n’étais pas sur le bon chemin…
    Écrit en ROUGE ET MAJUSCULES s’il vous plaît : MÉFIANCE….
    Et en vert : si vous avez compris c’est que ce n’est pas ça. !!!!
    Au secours, il y a
    Le POURQUOI du COMMENT qui me reprend.

    🐀 Souris bleue

  2. Leclercq dit :

    Jamais je ne souligne les mots, phrases d’un livre et je peste souvent sur ceux qui le font dans les livres empruntés en bibliothèque, car cela me « fixe » sur ces phrases et empêche mon imaginaire de fonctionner.
    Les mots, phrases, citations qui me plaisent je les note dans un cahier prévu à cet effet.
    J’aime trop les livres pour les abîmer.

  3. françoise dit :

    528/Une gomme faisait le dos rond, quel mot devrait-telle encore effacer aujourd’hui ? Hier déjà, à l’insu de son plein gré,elle avait dû effacer le mot le plus long de la langue française «anticonstitutionnellement »(25 lettres) parce que son coach l’avait remplacé par “intergouvernementalisations (27 lettres).
    Un mot nouveau ? Eh non sur google il y avait un mot de 32 lettres “cyclopentanoperhydrophénanthrène” ; alors elle dut effacer «  intergouvernementalisations »mais le mot scientifique précédent ne pouvait entrer en compétition alors elle dut l’effacer….
    Les compétiteurs eurent vraiment l’impression qu’elle le faisait avec entrain. Mais quelqu’un peut-il entrer dans la cervelle d’une gomme! En a-t-elle une d’ailleurs ?
    Alors qu’ils allaient se détendre en prenant un café l’un d’entre eux leur demanda s’ils connaissaient ces deux citations ?
    « On ne peut dicter un aphorisme à une machine à écrire. Cela prendrait trop de temps. »
     « Usez de l’aphorisme comme d’un dentifrice. »
    Ils sourirent et chacun une gomme dans la poche, alla reprendre sa place.

  4. Françoise - Gare du Nord dit :

    Jamais je ne souligne ni ne surligne ni n’apporte le moindre commentaire sur mes livres. Pas plus que je n’en écorne les pages. Par uhe sorte de respect scolaire ou enfantin

  5. MALLERET dit :

    Bonjour Pascal,

    Mes livres ressemblent souvent à des hérissons. Je les truffe de post-it ! Moi aussi je note dans un document de mon ordinateur les phrases que j’ai aimées et qui pourraient me servir en indiquant évidemment toujours la provenance.
    Depuis peu je liste les livres que je lis en les résumant et surtout en dévoilant la fin qui souvent me fait défaut longtemps après.

  6. ACHILLE dit :

    Par respect pour l’objet-livre, même si je sais que je ne m’en séparerai jamais, je ne souligne ni ne note. Mais je ne commence pas la lecture d’un livre sans un papier (d’un format qui fasse à peu près marque-page) et un stylo. Puis je note sur ce papier : telle page, tel paragraphe, telles lignes.
    Parallèlement, je note depuis des décennies sur des cahiers des phrases que je peux réutiliser comme citations dans la vie quotidienne ou dans mes écrits.
    Il m’est arrivé de retrouver un papier avec les références de pages et paragraphes, mais… sans avoir noté le titre du livre ni l’auteur ! Cela me procure un bel exercice de mémoire !

  7. Laurent B dit :

    Pour ce qui est de la lecture : toujours avec des soulignement et des commentaire, voir des contre-argumentations.
    C’est une façon de prendre possession de l’écrit, de se préparer un résumé … et qqs années après de matérialiser la manière dont la réflexion personnelle a évoluée => très intéressant
    Au plaisir d’un prochain commentaire
    Laurent
    Développement personnel et Bien-être
    @Laurent.Vies.Sereines

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Répondez à ce calcul pour prouver que vous n'êtes pas un robot * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

RSS L'écriture créative

Catégories

Mon but : vous conduire vers le créateur inné qui est en vous

 


Sur ce blog on n’apprend pas à écrire un roman, des nouvelles ou des poèmes, on rétablit des liens rompus avec son imagination. On renoue avec sa créativité innée.
Les exercices inédits que j’invente, aiguillonnent l’esprit. Mon but est de conduire toutes les personnes vers le créateur plus ou moins claquemuré en elle.
L’enfant imaginatif avec lequel elles se réconcilient définitivement dès qu’elles se prêtent au jeu.

Après quoi, elles décident de mener le projet d’écriture qui leur convient.

 

Soutenir nos actions bénévoles

Quelques € peuvent faire des heureux

Devenir membre bienfaiteur

LA CRÉATIVITÉ EST ANCRÉE DANS

illustration de Bernard Leblanc

devenir Éveilleur d’idées®

NOS GÈNES 

Nous sommes tous capables d’actions créatrices. Cette créativité innée est pour une grande part le propre de l’homme.

L’objectif de l’exercice d’écriture créative que j’imagine chaque semaine consiste à prouver que tout le monde est capable d’écrire avec originalité et plaisir.
À révéler que chaque personne détient le pouvoir de créer, avec simplement du papier et un crayon. 

Grâce à vos dons

Grâce à vos dons nous menons régulièrement des actions bénévoles : 
–  actions pour la langue française
–  aide aux dyslexiques
– ateliers d’écriture à La Maison Rose à Bordeaux en soutien aux personnes frappées par le cancer.
– conseils aux auteurs débutants
– conférences.

On ne prétend pas former de nouveaux auteurs

Entre2lettres n’est pas une école d’écriture

Le concept Éveilleur d’idées ® ne prétend pas former de nouveaux auteurs. Ce n’est pas une école d’écriture de ceci ou de cela. Ou, comme aux États-Unis, un cours de « creative writing » institutionnalisé.

Les propositions d’écriture créative imaginées par Pascal Perrat n’apprennent pas à écrire un roman ou des nouvelles, ils enflamment l’imagination et marquent les esprits. C’est une grande cour de récréation hors les murs de toute école.

Les exercices d’écriture créative qu’il imagine et propose, frappent l’imagination des personnes qui écrivent.
Son but est de les conduire vers le créateur qui est en elles. L’enfant imaginatif avec lequel elles se réconcilient définitivement dès qu’elles se prêtent au jeu »

Après quoi, elles décident de mener le projet d’écriture qui leur convient.