Exercice inédit d’écriture créative 53

Exercice d'écriture très créative

Il faisait un temps super, ça m’a hyper motivé.
Je suis allé au supermarché faire le plein de super carburant et…

Poursuivez l’écriture de cet « hyper texte »

Sur ce blogue, on n’apprend pas à écrire un roman ou des nouvelles, on enflamme son imagination. Les exercices que j’invente, aiguillonnent l’esprit. Mon but est de conduire toute personne vers le créateur plus ou moins claquemuré en elle. L’enfant imaginatif avec lequel elle se réconcilie définitivement dès qu’elle se prête au jeu. Après quoi, elle décide de mener le projet d’écriture qui lui convient.

17 Responses

  1. Françoise - Gare du Nord dit :

    Il faisait un temps super, ça m’a hyper motivé. Je suis allé au supermarché faire le plein de supercarburant et en arrivant au Super-U, le parking était déjà archi plein. En raison de la méga crise financière qui sévit, les pompes à essence à l’enseigne d’une multinationale étaient prises d’assaut.
    Du genre hyperactif, je décidai d’entrer dans le magasin où, en une micro-seconde, je fus assailli par un brouhaha ultrasonore à l’égal d’un supersonique.
    Dans le hall d’entrée, une ancienne superstar du microsillon, démissionnaire en raison d’un cancer du mégacôlon et de la concurrence du multimédia, vantait sur un stand les mérites d’une marque de micro-informatique.
    Je me heurtais ensuite à un attroupement causé par une démonstratrice à la poitrine hypertrophiée et ultra-court vêtue qui superposait dans une bassine les chaussettes sales d’une archiduchesse, la soutane crasseuse d’un archidiacre, le short boueux d’un super champion, la combinaison de Superman. Toute cette accumulation juste pour démontrer les performances de la lessive Super Croix.

    Une multitude de gens s’égayaient aux quatre coins du magasin entassant dans des méga-caddies micro-ordinateurs ultra-modernes, lait de toilette hypoallergénique pour peaux ultra-sensibles, haricots verts extra-fins, nourriture macrobiotique, couches-bébé avec protection maximale, bonbons multicolores… dans un fond sonore hyper puissant d’où émergeaient des annonces pour telle ou telle maxi promotion.

    Quitte à paraître un extra terrestre, j’étais un tout petit peu écœuré par tous ces superlatifs associés à ce qui n’est après tout que du superflu. Minimisant les mérites de la grande distribution, je suis reparti dans ma Fiat Micro avec un simple berlingot de Mini-Mir …. mais qui fait le maximum.

  2. Clémence dit :

    Il faisait un temps super, ça m’a hyper motivé. Je suis allée au super marché faire le plein de super carburant et…

    Et… je suis rentrée chez moi. Voiture au garage. Provisions rangées, semaine assurée. Je troquai ma tenue sport contre un Casual, blaser, chemise blanche, jean’s, escarpins…direction le centre ville ! Je me sentais hyper bien !

    La première entrée du Parc m’ouvrait ses bras. Je me faufilai sous la voûte des hêtres. Les marches rustiques me conduisirent sous le tilleul centenaire.

    Allais-je m’installer à la terrasse ? Tentant dans ce décor carte-postale un peu désuète . Un café, mon carnet et mon stylo…des idées se bousculaient dans ma tête.
    Allais-je continuer ? Traverser les jardins fleuris, les magnolias, les jets d’eau….

    – Clem’ !!!!
    Je faillis trébucher de surprise. Cela faisait si longtemps qu’on ne m’avait plus appelée ainsi !
    – Martine !
    – Clem’, c’est super ! Il faut que je te dise… Oh, ton jean’s, la classe ! Figure-toi que j’ai vu le même …
    – Mmmm, comment vas-tu ?
    – Oh, tu sais, mon ex…… Mais je te jure, j’ai vu Angélina, oui… avec le même  en couverture de …
    – Tu as divorcé ? Je suis désolée…
    – Le salaud, tu sais, il me trompait, mais si tu voyais sa blondasse…
    – Comment les enfants ont réagi ?
    – Euh…ils ont bien été obligés, mais elle ! Elle… siliconée, botoxée, mais boudinée, même si…
    – Comment avez-vous géré leur garde ? Quel âge ont-ils ?
    – Pas sûr qu’il les réclame. Tu devrais voir ce qu’il met sur Facebook…je te jure, il ne se prive de rien. D’ailleurs, il a passé ses dernières vacances à Saint Bath’. Non, mais tu te rends compte ! Avec moi, c’était à peine Paris-Plage…
    – Où habites-tu maintenant ? Maison, appart’, ville ou campagne…
    – Appart’ en ville, pas le choix, mais pas trop mal… Mais si tu voyais où il crèche avec sa…Tu vois , comme Castle dans les Hamptons…Pas à moi que ça arriverait …
    – Ton boulot, ta carrière, ça suit comme tu veux?
    – Oui, pas à me plaindre de ce côté. Et tu sais, le nouveau boss, il ressemble à Richard…Tiens toi bien, Richard Gere . Super !!! Toujours impec’ et il a des yeux… et une voix….
    – Ne t’emballe pas trop…
    – Ce mec, une vraie publicité ambulante, à tomber. Mais, au fait, tu sais qui a laissé tomber…
    – Prends d’abord un peu de temps pour toi… réfléchis à…
    – Tout vu… pas envie de finir ratatinée ! Et, oh, j’ai trouvé une crème de soin ! Hyper géniale… ça floute comme pas deux…Tu as vu les tendances pour l’automne ? Les maquillages , une palette super méga…

    Discrètement, je regardai ma montre. Je n’avais pas envie de me laisser phagocyter par cette déferlante de « liens hypertextes »… mais si j’étais heureuse de revoir une « ancienne ». je lui demandai :
    – Au fait, que voulais-tu me dire ?
    – Euh… rien… Ah si, que c’était super de te revoir et de bavarder comme avant ….

    (Presque minuit….Perdue au fond du gouffre de mes pensées , je me demandais, après re-lecture si mon texte était rempli d’hyper liens ou d’apartés…
    Seul le silence de la nuit me répondit: « Te tracasse pas, c’est pas hyper grave!)

  3. Halima BELGHITI dit :

    Il faisait un temps super, ça m’a hyper motivé.
    Je suis allé au super marché faire le plein de super carburant et j’étais mega contente parce que j’allais en profiter pour faire des giga courses pour tout le mois. Surtout que le super marché se trouve dans une super galerie hyper bien
    achalandée avec des boutiques ultra mode. Cela tombe hyper bien, je vais pouvoir me faire méga plaisir en m’achetant des super fringues, super sympas et hypra tendance. Je vais commencer par des chaussures super confortables parce que j’ai hyper mal aux pieds. Puis j’ai aussi envie d’un sac à main ultra léger parce qu’à force de le remplir, c’est toujours hyper lourd. Je vais finalement essayer le super jean super bien coupé que j’ai remarqué l’autre jour, surtout qu’ils font de super promotions dans ce magasin en ce moment, ce qui est giga top. J’ai ultra envie, pour finir, de cette super jolie petite chemise blanche qui irait hyper méga bien avec mon nouveau jean. Et puis je file super vite, avant de craquer ultra facilmement pour une autre bricole. Faut dire que ces centres commerciaux sont méga bien étudiés pour super tenter le chaland dès qu’il y pose le pied. Heureusement que je ne viens pas hyper souvent dans ce coin, sinon mon banquier serait ultra furieux.

    Halima BELGHITI

  4. Gwenaëlle dit :

    Il faisait un temps super, ça m’a hyper motivée. Je suis allée au super marché faire le plein de super carburant, m’acheter un sandwich xxl et une bouteille d’aquavit.  Direction Super  Besse dans ma super 5 supersonique .. J’rigole, elle est archi pourrie ! mais elle marche super bien et j’la trouve méga kitch, toute rouge avec son Superman collée sur son flan ! cadeau des parents pour ma licence sup de co ! Super cool, non ? Survoltée à l’idée des descentes tout schüss qui m’attendent. J’ai une pêche d’enfer, moi ce matin ! Super Nanny, fois dix ! J’vais les mater les pistes noires. Allez je file, Supertramp à fond les manettes ! 

    © Gwenaëlle Joly

  5. Soize dit :

    Il faisait un temps super, ça m’a hyper motivé.
    Je suis allé au super marché faire le plein de super carburant, je suis entré dans le centre commercial, et c’est là que je l’ai vu, entre les Duralex et les slips kangourou. Il portait un costume bleu électrique de deux tailles en dessous. Les manches lui arrivaient péniblement au-dessus des poignets. A tout instant, on eût dit que ses énormes cuisses boudinées allaient faire exploser les coutures de son pantalon. Il avait pris du ventre. Une bedaine de buveur de bière qui débordait de sa chemise mal fermée. Il ne savait toujours pas faire les nœuds de cravate. Autrefois il portait des tee-shirts. Moulants. C’était le bon temps.
    Il était plus bouffi aussi. La bière encore. Son visage s’était épaissi et semblait vouloir engloutir ses beaux yeux bleus. Il n’avait pas dû faire couper ses cheveux récemment. La mèche en bataille jouait les rebelles sur son front malgré la brillantine. Ou à cause de.
    Ça faisait combien ? 10 ? 15 ans ? Peut-être plus. La dernière fois qu’on s’était croisés c’est quand il avait décidé de raccrocher. « Je ne peux plus vivre à 100 à l’heure. J’ai besoin de choses simples. J’ai envie de devenir super normal, » il disait.
    En tête de gondole, il vantait les mérites d’antivols invulnérables. Un texte appris par cœur prononcé sans passion : « Mesdames et messieurs, dormez sur vos deux oreilles. Plus sûr qu’un molosse, plus fiable qu’un colosse, notre antivol Krypton sera le gardien de vos nuits. »
    Les super-héros ne sont plus ce qu’ils étaient.
    Je suis sorti en courant du magasin et je me suis jeté dans la première cabine téléphonique pour pleurer.

  6. Hazem dit :

    Merci Pascal, j’ai cru à une confusion, j’en suis confus. La crêpe et la mer m’ont ôté une grande partie du oute, mais il demeure. Personnelement, des moments d’observation de l’humanité et de sa joie, à défaut de la partager avec une femme culbuté au coin d’une rue (ce qui n’est pas forcément aisé), est un moment vraiment ressourçant. J’aurai bien fini par une idylle, mais impossible de trouver un dialogue réaliste y menant, question d’état d’esprit (des protogonistes ? 😉 sûrement ! J’irai bien manger un crêpe aujourd’hui !
    Bonne journée.
    Georges

  7. virginie dit :

    Et ma super 5 cala devant le Méga CGR. A la vue de l’affiche de leur héros, les enfants exaltaient « On va voir Super Man, c’est méga trop cool! » Je les invitais promptement à cheminer avec Super Mario sur leur Super Nintendo. J’étais hyper-tendue. L’hypertension me menaçait. Les hyper promotions de Hyper U me passaient sous le nez. Sans doute étaient-elle trop superficielles, me rassurais-je. Ma Super 5 excellait dans l’art d’anéantir une superbe journée que j’avais prévu de partager avec mes super copines. Les enfants aperçurent la pub extra large du palais de la bouffe hypercalorique : ils espéraient un menu Giant XXL ! A quelques mètres de là, l’extraordinaire emmerdeuse de belle-mère grimée en Super-Nanny s’obstinait à prouver aux gendarmes qu’elle avait bien son super-lourd. Elle espérait conduire le 3,5 t qu’elle avait chargé d’hormones destinées à diminuer son hyperthyroïdie. Son hypersensibilité s’hypertrophiait, laissant échapper des signes d’hyper-activité. Arriva, sa sérénissime pouffe d’amie, toujours hyper-branchée, qui réprimait, par superposition d’hyperboles, les gendarmes à la vitesse des ultra-sons. Une supercherie ? Moi, j’avais des extras à assurer le soir même. Je loua une mini, puis enfila ma mini-jupe…

  8. Il faisait un temps super, ça m’a hyper motivée. Je suis allée au supermarché faire le plein de super carburant. Ensuite je suis rentrée à SuperU que je préfère à ma supérette de quartier, et aux hypermarchés trop vastes pour moi
    J’y ai rencontré une vielle amie, une super-copine devrais-je dire.
    Nous avons commencé à papoter, elle de son fils, un enfant hyper actif. Cet après midi elle l’emmène voir une super production au cinéma en l’occurrence superman.
    Moi, j’ai aussi parlé de mon fils, un enfant hyper motivé par les études mais qui tout à l’heure séchait sur un problème d’hyperboles.
    Ensuite elle m’a raconté que son mari s’intéressait aux étoiles et autres supernovas ce qui leur avait occasionné des dépenses superflues.
    Et moi de renchérir avec mes parents, entre mon père qui a de l’hypertension et ma mère des hyperacousies, j’en ai eu les larmes au yeux, elle m’a dit « en ce moment tu es vraiment hypersensible! »
    Elle a donc enchaîné avec des blas blas plus superficiels, les deux pulls superposables qu’elle venait de s’acheter…le temps superbe qu’il avait fait ce dimanche…….
    un avion supersonique est passé couvrant sa voix….
    Madame Dupont nous a regardé d’un air supérieur….
    Nous nous sommes séparées nous donnant rendez-vous vendredi 13, « tu n’es pas superstitieuse au moins ?» a-t-elle retorqué.

  9. George Kassabgi dit :

    Merci Pascal. Je connais, partiellement, l’oeuvre de Ayn Rand. Ce que je voulais dire avec « donner à l’espoir une continuité vers la folie (ou presque) » c’est que j’ai souvent observé que ceux qui subissent un revers… se redressent et retombent dans un autre cycle « super positif suivi de négatif — sans avoir mis en valeur l’expérience précedente. Est-ce naturel ? Est-ce une forme de folie ? Peut-être vaut-il mieux en rire…

  10. George Kassabgi dit :

    Peut-on vraiment parler de positif ou négatif ? Au départ il y a une situation qui se distingue par une vue irréelle des choses de ce monde. Puis, le coup arrive. Le cas type, c’est montrer que le renversement et l’écroulement ne tardent pas à faire partie de la scène. J’ai imaginé un autre dénouement : donner à l’espoir irréel une continuité vers la folie (ou presque).

    • Pascal Perrat dit :

      Ce n’est pas faux.
      Au fait, je suis en train de lire un roman : La Grève , Atlas Shrugged, en Anglais, écrit par Ayn Rand.
      J’imagine que vous l’avez lu.
      Je trouve que cet extraordinaire roman des années 50, nous parle d’aujourd’hui…
      Mais je n’en suis qu’à la 400e page

  11. George Kassabgi dit :

    Il faisait un temps super, ça m’a hyper motivé.

    Dans l’euphorie, on ne se pose pas de questions. Pourquoi douter ? On est capable, sans faiblesse, assuré de réussite, en avant toute. Le corps fonctionne parfaitement, sans contrainte aucune, irrésistible. L’esprit ou l’âme… on s’en fout. Tout est évident. J’arrive donc à mon entrevue, ponctuel et rayonnant. Dans le salon d’attente, je ne vois que sourires et expressions de bienvenue. Comme prévu ! Tout est en place pour ma réussite. On m’introduit chez Monsieur le Directeur. Il me pose une question. Voilà, il va s’épater. Ce sera merveilleux. Je présente mon dossier. Il l’ouvre et commence à lire. La lumière se fera. Tout est là dans le meilleur des mondes.

    Il posa une question après seulement quelques lignes. Et il se leva pour s’occuper d’autre chose.

    Je suis allé faire le plein de super carburant… incorrigible, indomptable, j’irai à la recherche du paradis ailleurs, à vitesse ultra-sonique.

  12. Jean de Marque (alias Jean Marc Durand) dit :

    Il faisait un temps super, ça m’a hyper motivé.
    Je suis allé au super marché faire le plein de super carburant.

    C’était un merveilleux jour d’ultra soldes qui allait me permettre de jouer bientôt à l’ Hypère Noël. J’avais repéré des megas jouets pour mon hyperactif de neveu. Afin de favoriser l’hypersensibilité ulta créatrice de ma nièce, j’avais pensé lui offrir un coffret tridimensionnel d’enfilage de perles multi colorés. Pour mon hypertendu de frère un plateau de petits fûts de bière spécial Noël, avec deux verres « collector », ça suffira! Quant à ma superconne de belle soeur j’allais lui offrir un truc colossal, le genre de gag excellent…..que la personne elle se doute surtout pas qu’on se fout de sa tronche. J’hésitais entre une mega planche à repasser hyper pliable pour désencombrer leur caravane ou la suprême des dernières machines à destroyer la poudre de café en jus de chausettes mirobolant.

    Moi pour Noël, je ne veux rien, je suis bien au dessus de toutes ses niaiseries.

    Toutes ces megas corvées, ça m’a bouffé l’excellente partie de tennis que j’avais promis à mon adorable secrétaire.

    Je suis sorti hyper trop tard de ce super embouteillage commercial.

    Le soleil était déjà bien bas sur l’horizon, complètement tarte…limite hypotrophié!

  13. Hazem dit :

    Il faisait un temps super, ça m’a hyper motivé.
    Je suis allé au super marché faire le plein de super carburant.
    Cap vers l’imprévisible, le sensationnel ! Vers l’ouest, mais l’ouest prodigieux ! Comme les chercheurs d’or, ma voiture en guise de charriot fantastique, parer pour l’Ouest lointain, je suis John Wayne l’intrépide et je chevauche vers ma destinée fabuleuse.
    Contact, quart de tour. Clignotant, engagement, accident… Merde !
    Le fut un choc somme toute banal, mais la réaction de l’époustouflante demoiselle fut d’une rare extravagance. Pendant qu’elle maugréait, que je pensais à mille raisons de ne pas la laisser en plan et de repartir vers mon voyage qui s’annonçait pourtant étourdissant. Il en fut une qui m’occupa tout l’esprit, elle est canon, incroyablement canon.
    «Mademoiselle ? Allons prendre un café.
    Mais vous vous foutez de moi ?
    Non du tout.
    Bon allez je prends un constat, vous êtes un abruti ma parole !
    Un abruti, mais un abruti exceptionnel, si rare et dantesque que de toute votre vie, vous n’auriez pas rencontré un homme tel que moi si je n’avais pas été inattentif une seconde.
    Un putain d’abruti, oui en effet, épatant ! Inimaginable ! Vous vous croyez où ?
    En face de vos merveilleux yeux.
    Signez ce constat et faites vous examiner.
    Je vous laisse mon numéro en cas de problème.
    Avec plaisir, dit-elle avec un large sourire. Excellente journée Monsieur.
    Très bonne journée à vous aussi Mademoiselle. (pétasse sans coeur)
    Pardon ?
    Désolé pour le pare-chocs.
    Connard.
    Vous de même connasse.»
    Je l’avais bien cherché !
    Aile avant gauche foutue, plus de phare et de clignotant. Joly Jumper, désolé mon brave destrier ! Tu ne feras pas partie de l’aventure. Je te laisse à la gare. Un billet pour Quimper, lire dans un train par un temps merveilleux, arriver à temps pour déjeuner une crêpe succulente et respirer l’étourdissante odeur de l’océan, tel est mon programme. Je verrai le sublime couché du soleil et les sables s’accommoder des changements de couleur. Les gens se promenant sur la plage, leurs bonheurs. Je m’imprégnerai de l’admirable joie qui accompagne une journée ensoleillée et la conserverai précieusement, sublime, phénoménale au creux de mes pensées.

    Ça n’a rien d’extraordinaire, mais ça l’est, car d’ordinaire, je ne l’aurai pas fait.

    ⓒ Hazem A.A.H. 2011

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Répondez à ce calcul pour prouver que vous n'êtes pas un robot * Temps limite dépassé

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.