La mémoire de l’air

bevenisteDans les années quatre-vingts, Jacques Benveniste, virologue reconnu et chercheur à l’Inserm, publia ses recherches sur la mémoire de l’eau. Il subit immédiatement la risée des instances scientifiques et pharmaceutiques.
Pas question de laisser ce farfelu s’engager hors des sentiers battus. L’homéopathie, passe encore, mais là, c’en était trop !
Jacques Benveniste décéda en 2004, marginalisé et ridiculisé comme un charlatan.

L’affaire s’arrêta là et on ignore encore s’il avait tort ou raison. Je pense que l’intuition de Jacques Benveniste était indémontrable, mais juste. Pour moi la mémoire de l’air ne fait aucun doute, pourquoi pas celle de l’eau ?

Qu’est-ce qui me fait croire à la mémoire de l’air ? Le bon sens populaire, simplement. En effet, ne dit-on pas, très souvent, qu’une idée est dans l’air du temps ? 
Et elle l’est vraiment !  Chaque fois qu’une personne développe une nouvelle idée celle-ci est déjà dans l’air du temps. Telle une phéromone, elle se transmet aux autres individus de la planète. Les plus créatifs la perçoivent intuitivement, les autres la découvrent des années plus tard.

Toute création naît d’une recréation à partir de l’existant. Quelques exemples :

Freud ne fut pas le génial et unique inventeur de la psychanalyse, quand il formula le concept de l’inconscient, d’autres dans le monde exploitaient cette même idée. 
Quand Pablo Picasso et Georges Braque créèrent le mouvement cubiste cette idée était déjà dans l’air que respiraient Brancusi, les Delaunay, Duchamps, Léger et d’autres encore.
Bien plus éloignés de nous, tous les grands courants monothéistes sont nés dans un même espace-temps. L’idée d’un Dieu unique, créateur et tout-puissant, était dans l’air du temps à différents endroits de la terre. 
Ceci pour vous dire que lorsque vous trouvez une idée originale, ne la laissez pas « prendre la fille de l’air » exploitez-la le plus tôt possible, car d’autres sont déjà sur le coup !

Je suis dyslexique. De facétieux neurones font des croche-pieds aux mots dans mon cerveau. Mon orthographe trébuche souvent quand j’écris. Peut-être avez-vous remarqué une faute. Merci de me la signaler : blog.entre2lettres(at)gmail.com

7 Responses

  1. Grumpy dit :

    Un prêté pour un rendu :

    Quand l’enfant naît : première respiration.

    Quand l’homme meurt : dernier souffle.

  2. Tarrep dit :

    Le mot invention signifiait à l’origine découverte. Toutes les formes que l’homme croit imaginer font partie de la nature. Le seul créateur c’est Dieu

  3. Dameleine dit :

    Ils nous pompent l’air avec leur mémoire de l’air. Ils en parlent d’un air entendu, se donnent de grands airs, mais ce n’est que des parole en l’air. Ils ne manquent pas d’air à prétendre qu’il y a quelque chose dans l’air, alors que c’est juste une idée dans l’air du temps pour avoir l’air à la mode.

    Face à leur air sérieux, je prends mon air méfiant. Soudain il y a de l’orage dans l’air et je voudrais tout foutre en l’air. Mais si je suis trop tête en l’air, je fonce comme un courant d’air et je me retrouve les quatre fers en l’air, de quoi j’ai l’air ? Après il faut que j’aille changer d’air, prendre un bol d’air à l’air libre.
    Alors cette fois je me dégonfle et l’air de rien, je joue les filles de l’air. J’ai l’air fin !

    Car sous mon air de ne pas y croire, je sais bien que la mémoire de l’air c’est pas une idée en l’air. Et si je prends cet air dubitatif , c’est juste pour me donner l’occasion de brasser de l’air.

    © Dameleine décembre 2016

  4. Saheb dit :

    Bonjour Pascal
    Vos posts , vos choix d’exvercices sont un bol d’air frais et revigorant qui me parvient jusqu’ici ,
    Dans ma région de Kabylie
    Bonne journée
    Fazia

  5. De Greef Pierre dit :

    Un peu d’air frais nous fait le plus grand bien
    En cette journée à l’air pollué.
    Ai-je l’air content ou suis-je trop tête en l’air ?
    Pascal et sa mémoire de l’air
    Çà n’a l’air de rien et pourtant…
    car même si c’est plus simple que la droite d’Euler,
    cet air là me va comme du vent.
    Un vent qui m’apporte… un petit air de musique…
    Oui c’est fantastique quand on a vingt ans (musique de …?)
    J’ ai dépassé trois fois ce chiffre
    Alors, sans en avoir l’air, je file tout en douceur
    prendre l’air en chantant.
    Hommage à Pascal et belle fin d’année à toi ! Amicalement Pierre.

  6. soize d dit :

    Comme dirait un récent prix Nobel de littérature : « The answer, my friend, is blowing in the wind… »

  7. Antonio dit :

    C’est exactement ce que je me dis souvent.
    « Ne pense pas trop fort, on pourrait te piquer l’idée ». 🙂

    Encore cette semaine je me faisais la réflexion d’une idée, un bon mot que j’avais intégré dans mon histoire. Une image à la portée de tout esprit créatif. Et si quelqu’un l’exploitait dans les semaines et mois à venir, alors que mon ouvrage n’aura même pas vu le jour, pourrais-je encore le conserver dans mon histoire ? Peut-être, mais il aura alors l’effet d’un cliché ou d’une redite. Quelle injustice !
    D’ailleurs il m’est arrivé d’avoir une « super » idée pour me rendre compte qu’elle existait depuis bien longtemps, faute de lecture. La déception était aussi grande que la découverte. Pourtant il s’agissait bien pour moi d’une création de mon esprit.

    D’où la question: N’avons nous pas le droit de respirer le même air que nos contemporains … si ‘inspiration est la même, l’expiration, elle, en passant par notre for intérieur, sera toujours unique, non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Répondez à ce calcul pour prouver que vous n'êtes pas un robot * Temps limite dépassé