526e exercice d’écriture créative créé par Pascal Perrat

Exercice d'écriture créative

Bonjour, la tisane de Gentillette que vous m’avez conseillée m’a fait un bien fou. Trop, même, je suis complètement fauché. Pouvez-vous, malgré tout, m’expédiez de l’extrait de Guillerette, il paraît que…

Inventez la suite de cette lettre


Votre cerveau travaille beaucoup. Offrez-lui une une cure d’imagination avec ces exercices. C’est bon pour sa santé.

24 réponses

  1. Françoise - Gare du Nord dit :

    Bonjour, la tisane de Gentillette que vous m’avez conseillée m’a fait un bien fou. Trop, même, je suis complètement fauché pour avoir répondu aux nombreuses sollicitations.

    Pouvez-vous, malgré tout, m’expédier

    – de l’extrait de Guillerette, il paraît qu’elle fait des merveilles sur les tempéraments mollets, inévitables en ces temps si peu follets ;

    – un flacon de votre purgatif « La Grassouillette », indispensable après une année d’aiguillettes de canard, d’andouillettes à la moutarde, de tartines de rillettes, de gratins de coquillettes, d’œufs aux truffes et leurs mouillettes, de boulettes et de cassolettes, de côtelettes et de tartiflettes qui m’ont laissée toute rondelette ;

    – de l’huile essentielle de Débarbouillette pour prévenir les excès de galettes, de crépinettes, de tartelettes et de crêpes Suzette qui s’annoncent

    – de l’infusion « Douillette » pour m’aider à retrouver le sommeil

    – du sirop « Oreillette » pour guérir les otites et les acouphènes auxquels je suis sujette ;

    – des gélules de « Sellette » pour soigner ma constipation chronique ;

    – de la crème « Oeillette » pour retrouver mon teint de fleur de fillette ;

    – du sérum « Tringlette » pour dénouer l’aiguillette de mon mari 

    Je vous en remercie d’avance
    Très cordialement

    PS. Je viens d’écouter les vœux présidentiels. Pouvez-vous rajouter votre lotion létale « Poudre d’escampette » ?

  2. Maïté P dit :

    Sonia Re productrice de plantes médicinales / Nom de la ferme : « A chaque mot son remède »
    « La Gentillette »
    Composition : du mièvre, du mignard et du mignonnet. Bienfaits : elle soulage les excès de méchanceté.

    « La Guillerette »
    Composition : du vif, du gaillard et du badin. Bienfaits : elle a des effets régulateurs de morosité.

    « La Coquette »
    Composition : du gracieux, du pimpant et du charmant. Bienfaits : elle soigne de la négligence.

    « La Douillette »
    Composition : du dolent et du moelleux Bienfaits : elle équilibre les personnalités impitoyables.

    « La Simplette »
    Composition : du niais, du jobard et du nigaud. Bienfaits : elle force à l’humilité.

    « La Maigrelette »
    Composition : de la fluette et du frêle. Bienfaits : elle combat l’obésité.

    « La Discrète »
    Composition : du circonspect, du sobre et de la silencieuse. Bienfaits : elle calme les excessifs.

    « La Secrète »
    Composition : d’occulte et du mystère. Bienfaits : elle guérit les bavards.

    « La Complète »
    Composition : de l’absolu et du parfait. Bienfaits : elle apporte de l’énergie à celui qui désire approfondir les choses.

    « L’inquiète »
    Composition : du trouble et de l’épouvante. Bienfaits : elle met en alerte les insouciants.

    « La replète »
    Composition : de l’adipeux et du charnu. Bienfaits : elle ouvre l’appétit.

    « La désuète »
    Composition : du suranné et de l’obsolète. Bienfaits : elle permet retour aux sources.

    Tous les mots pourront être soignés grâce aux tisanes de Sonia.

  3. pakitapom dit :

    Bonjour,
    la tisane de Gentillette que vous m’avez conseillée m’a fait un bien fou. Trop, même, je suis complètement fauché. Pouvez-vous, malgré tout, m’expédiez de l’extrait de Guillerette, il paraît qu’ elle vous ragaillardit un bonhomme en un rien de temps. Remarquez au point où j’en suis , si vous aviez un tonneau de teinture mère de Guillerette, je crois que cela pourrait faire l’affaire … destination les Alysées, avec un paiement échelonné, si on pouvait …

    Le Fernand, c’était pas un battant, ni même un fringant, du genre à jamais aller de l’avant
    Alors, forcement, très rapidement, Marie Thérèse, sa femme, celle qui rit quand on la…Enfin y a longtemps qu’elle ne rit plus Marie Thérèse ou plutôt qu’elle rit jaune parce qu’il faut bien l’avouer le Fernand, y pas de quoi grimper aux rideaux !

    Un gratte papier besogneux, qui, déjà tout jeune, sentait le vieux, un renfermé qui n’aimait même pas danser… Alors Marie Thérèse , elle s’est vite lassée . Pourquoi elle l’avait épousé ? Sûrement parce que son père à elle , y cognait un peu trop dur quand il avait bu. Fernand , l’était différent, calme, posé, amoureux tremblant, attendrissant . Fernand , c’était la sécurité , un foyer , une forme de liberté… Et puis, vous savez bien, à dix huit ans, on croit encore qu’on peut changer les gens
    .
    Seulement le temps avait passé et rien n’avait changé. Elle l’imaginait rigolard, bavard. Il était taiseux, pantouflard à souhait alors qu’elle le rêvait aventureux . Une petite vie tranquille, un petit pavillon et du bœuf mironton aux petits oignons …un vrai bonheur partagé !

    Marie Thérèse, un jour, elle en a eu assez de pas rigoler, de pas s’éclater comme elle l‘avait espéré, alors elle l’a planté là le Fernand en lui crachant ses quatre vérités : pauvre type, minable, raté!
    La porte a claqué. Elle s’était barrée.

    Le temps s’est arrêté d’un coup et Fernand, il a plongé . Une dégringolade sans fin, la picole pour oublier, le chomdu bien obligé, les traites impayées…En pas six mois il s’est retrouvé sur le pavé . Une vraie galère qu’il avait même pas vu arriver .

    Un jour qu’il faisait la manche à coté d’un PMU, une jeune bobo qui venait de faire son loto, émue par son regard de chien battu, lui a tendu son ticket – humour de nantie-. « merci bien gentil  » à peine murmuré du bout de ses lèvres asséchées qui rêvaient plutôt de s’humecter grâce à de la menue monnaie. Le soir, un peu plus tard, soulevant sa maigre carcasse, il est rentré dans le bistrot pour essayer de négocier le ticket contre un ballon de blanc . Mais le patron, ronchon, n’a rien voulu savoir , « pas de troc chez moi, mais je peux toujours t’ valider ton loto des fois que tu gagnes ! » s’est il esclaffé. Et c’est là quand le ticket est passé dans la machine que toutes les loupiotes se sont mises a clignoter.. c’ était Noël avant l’heure. Ça tintinnabulait de tous les cotés, Fernand , le jack pot , il l’avait gagné…

    La vie a repris, « grande vie » parce que maintenant Fernand c’était un nanti ! Grand train avec les copains parce que là, pour le coup, il en avait plein et qui a réapparu ?… Marie Thérèse ? parce elle aime bien le pèse et le Fernand, malgré le temps, les évènements, toujours amoureux tremblant , il n’y a vu que du vent ..A grands coups de tisane de gentillette, elle te l’a enbobiné pour lui faire les liens de sa bourse délier . Il n’a pas rechigné , bien au contraire, à tout ce qu’elle voulait, il accédait, voiture, bijoux fourrures, voyages sous les a lysées où, pour lui, elle se transformait en vahiné.
    La Marie Thérèse, elle mettait le paquet. Quand même, elle était vraiment gonflée ! Fernand toutes ces aventures ça l’a émoustillé, il était devenu plus enjoué, badin, léger et dépensait sans compter tout au plaisir d’avec elle tout partager et valsaient les billets ! Si la gentillette rend généreux elle rend aussi philosophe et Fernand avait enfin décidé d’en profiter sans compter .  En mème temps que les billets, sa libido , enfin libérée, s’envolait et Marie Thérèse riait riait …riait …

    Finalement , mettez moi donc deux tonneaux de Guillerette s’il vous plaît, on ne sait jamais !

  4. Urso dit :

    Bonjour, la tisane de Gentillette que vous m’avez conseillée m’a fait un bien fou. Trop, même, je suis complètement fauché. Pouvez-vous, malgré tout, m’expédiez de l’extrait de Guillerette, il paraît que…

    Il paraît qu’assez régulièrement votre herboristerie en donne gracieusement aux habitants du village.
    Je ne sais pas si vous êtes la « patronne ».
    En tout cas c’est une belle initiative de votre part.
    Avec cette Guillerette le village est comme un havre de paix, vivant dans la joie et la bonne humeur.

    En fait c’est mon mari qui voudrait de la Guillerette.
    Je crois qu’il lui manque un grain. En ce moment, avec un copain, il cherche à réaliser une potion magique pour rajeunir.
    Or, toutes celles qu’il a faites jusqu’à présent elles n’ont donné aucun résultat.
    Ce matin, alors que nous étions encore couchés, il a crié Eurêka. Et il a ajouté :
    « Bien sûr, la Guillerette.
    Ah celle-là je l’ai complètement oubliée. Je vais vite la rajouter aux ingrédients de la potion. Et après houpi pour moi, ce sera la belle vie : d’un coup je vais rajeunir de 25 ans. Ha ha ha. »

    Donc la Guillerette c’est pour mon mari. Pour qu’il mette au point sa potion. Aussi, je vous remercie de m’en faire parvenir.
    Personnellement je n’y crois pas à son breuvage. Mais bon, si cette Guillerette peut lui faire plaisir.

    Ensuite, avec tout ça, je voudrais vous faire part de quelque chose de personnel.
    Ce secret c’est que la nuit, mon mari parle tout le temps. Et justement depuis plusieurs nuits il prononce constamment votre prénom, en évoquant votre grande beauté. En disant aussi des choses qu’il veut faire avec vous. Mais qu’ici je ne peux pas énoncer.
    Ah le vilain le vilain cochon !
    A son âge, c’est peu croyable, et en plus, avec une belle et jeune fille comme vous.
    Oh je peux le dire, je ne suis pas jalouse, mais toutes ces nuits, avec votre prénom cela devient fatiguant.

    Ah oui, il n’y a pas d’erreur. Il parle bien de vous. Il dit la jolie fille, la petite blondinette de l’herboristerie. Voilà dans quelle situation je suis. Mon mari, il pourrait être votre grand-père.
    Voilà chère mademoiselle, je suis désolée de toutes ces choses que je vous rapportent.

    Enfin vous savez quoi, ce matin faisant le marché avec mon mari, je le vois subitement acheter un bouquet de roses.
    Je lui demande : Chéri c’est pour qui ces fleurs, lui qui m’en offre jamais. Il me répond :
    « Je m’en vais de ce pas chez la fille de l’herboristerie. Que j’aime très fort.
    Aujourd’hui, avec ce beau bouquet de fleurs je vais lui déclarer ma flamme.
    Et je vais l’inviter pour le bal de la Saint-Sylvestre ».
    Moi de lui rétorquer – mon pauvre, tu as vraiment perdu la boule. Tu n’as plus l’âge. Tu pourrais être son grand-père.

    A l’heure où j’écris cette lettre, je ne sais pas si mon mari est venu vous voir. En tout cas ce que je peux dire, c’est qu’apparemment il vous aime très fort.
    Ah ce satané Jules. À son âge.

    Voilà je termine.

    Je vous adresse toutes mes salutations et vous remercie encore pour l’envoi de cette Guillerette.
    En vous souhaitant un bon réveillon de nouvel an.

  5. Cécile PASCAL dit :

    Bonjour,
    La tisane Gentillette que vous m’avez conseillé m’a fait un bien fou. Trop, même, je suis complètement fauché. Pourtant, vous m’aviez fort bien recommandé de ne pas en abuser ; mais même en en consommant que le soir au coucher, tous les matins en me réveillant, j’ai une folle envie de donner que ce soit en don pécunier, de matériel, de services ou de physiques. Si bien que ces derniers, comme ce sont des dons, je m’interdis de me les faire payer. Je donne, je donne, je donne et je ne peux même pas résister, tellement donner me fait du bien. Si bien que désormais je suis extrêmement limité dans me offrandes ; je suis vidée, je ne peux plus rien dépenser donc plus rien donner. De ce fait, je me sens accablé de tristesse. Pourriez-vous, s’il vous plaît, m’expédier de l’extrait de guillerette ; il paraît que son efficacité est prouvé par des illuminés d’autres mondes et qu’il provoque un effet boeuf sur l’humeur. J’ai très envie de l’essayer. J’attends votre coli avec impatience. Merci.

  6. Avoires dit :

    Monsieur l’Herboriste,

    Votre Gentillette, pirouette, cacahuète, est sensationnelle, il est vrai que sa composition avec tous les noms en latin, tsoin ,tsoin inspire confiance. Mais, j’ai tellement fait l’aumône ces derniers temps, que je n’ai plus rien sur mon compte en banque.
    Heureusement que vous aviez joint un prospectus sur toutes vos préparations : en fouillant au fond de mes poches, j’ai trouvé un billet de 5€ qui me permet de commander votre extrait de Guillerette, pouet pouet. J’en ai bien besoin car n’ayant plus un sou, je suis au fond du trou. Je suis devenu gentil mais fauché comme les blés.
    J’espère beaucoup en votre Guillerette. La gentillesse, ça va un temps, mais quand on n’a plus rien, elle ne sert à rien. Les gens me voient sourire aux anges et en conséquence ne songent pas à ma misère. Je suis gentil mais terriblement déprimé.
    Il paraît que cette tisane est extraordinaire pour retrouver la pêche. J’en ai lu la composition, toujours en latin re tsoin tsoin et il y en a, de la pêche ! Merci donc de me faire un envoi urgent en point relais, chez Tino. Je n’habite plus chez moi car j’ai laissé ma maison à des SDF.
    Ah ! Pourriez-vous ajouter à ma commande une pincée de votre préparation Gazonnette avec des trèfles à quatre feuilles …

    Job

  7. Maguelonne dit :

    Il y a deux mois j’ai reçu cette tisane de gentillette que vous m’aviez chaudement recommandé. Cela m’a fait un bien fou, mais vraiment fou.
    J’ai usé et abusé sans modération. Je ne me reconnais plus. Je suis devenue gentille, même quand on ne me demande rien, même avec les inconnus. J’aide à traverser ceux qui veulent rester sur leur trottoir, j’effraie les mères de familles et les mamies en voulant porter leurs sacs….Les gens de ma connaissance fuient lorsqu’ils me voient. Je donne tout ce que j’ai et même ce que je n’ai plus. Je suis fauchée comme les blés.
    -Et bien arrêtez la tisane, me direz vous. Je ne suis pas idiote. J’y ai pensé mais je ne pouvais pas. Aussi c’est avec soulagement que j’ai vu arriver la fin du sachet.
    -Ouf, tout va rentrer dans l’ordre me disais je. Et bien c’est pire. Je pense qu’il s’est créé un phénomène de compensation et ma vie est devenu un enfer.
    Je cours après tout le monde, j’enrobe, j’englue de ma gentillesse. Je me fais insulter, frapper à coups de canne, J’ai pris des claques ( entre nous, les claques de bodybuildés ça fait très mal). Et j’ai même fini en garde à vue. Lorsque les policiers n’ont plus pu me supporter ils m’ont jeté dehors avec pertes et fracas, juste avant la distribution de la soupe.
    Aussi vous devez m’envoyer, sans tarder une tisane de décrochette. Je pense qu’il m’en faut bien pour un an. Vous y joindrez de l’extrait de guillerette. Il paraît que ça aide à retrouver le tonus, la joie de vivre et le ollé-ollé pour lequel je n’ai plus de temps
    Et surtout n’oubliez pas d’indiquer la posologie !!
    Votre Guillemette
    PS : Si je ne reçois pas cette commande par retour de courrier, illico presto je débarque chez vous et je suis sûre que vous finirez par me confier les clés de votre boutique. Voyez, je suis tellement gentille que je vous avertis des méfaits de la gentillesse à outrance alors que ça n’est pas mon intérêt

  8. Françoise Rousseaux dit :

    Bonjour, la tisane de Gentillette que vous m’avez conseillée m’a fait un bien fou. Trop même, je suis complètement fauchée. Pouvez-vous malgré tout , m’expédier de l’extrait de Guillerette, il paraît que c’est tout aussi efficace.
    Or , j’en ai bien besoin ; ayant distribué de somptueux cadeaux à tout mon entourage, suite à l’ingestion répétée de votre tisane magique, j’ai vidé complètement ma tirelire. Me voici bien morose, car je ne peux plus payer mes entrées à la piscine, et encore moins le cinéma ou le restaurant. Mes amis y vont sans moi et (les ingrats!) ne pensent même pas à m’inviter ! Je passe mes journées à m’ennuyer seule et un peu de Guillerette me ferait sans doute le plus grand bien.
    Je m’en vais de ce pas chez une riche cousine pour lui emprunter quelques subsides..
    Préparez votre décoction ; je vous envoie un chèque dés que possible.

    Très cordialement,

    Marie Crédule

    PS : Non, ne préparez rien du tout ! Ma cousine m’a rappelé que piscines, cinémas et restaurants sont fermés, alors aucun regret ! Où avais-je la tête ? Est-ce un effet secondaire de votre tisane?
    Elle a refusé de me prêter de l’argent, en m’affirmant qu’elle n’était pas gentille et ne souhaitait nullement le devenir. ( Ça, je le crois sans peine!) .
    Désormais, plus de Gentillette ni autre breuvage magique. Je resterai moi-même et j’achèterai mes tisanes à la supérette du coin.
    Je vous salue, un peu moins cordialement que tout à l’heure.

  9. françoise dit :

     Bonjour, la tisane de Gentillette que vous m’avez conseillée m’a fait un bien fou. Trop même,et je suis complètement fauché. Pouvez-vous malgré tout m’en procurer un nouveau paquet au même coût car ce n’est pas pour moi mais pour une amie qui m’est très chère, aux revenus très, très modestes.
    Vous pourriez me le faire parvenir poste restante car je préfèrerais que mon épouse n’en sache rien d’autant plus que je lui ai fait entendre que son état ne justifiait en rien qu’elle en prenne. Bien sûr il va de soi qu’au moindre symptôme je lui en commanderais.
    J’aimerais d’ailleurs connaître la composition de cette tisane miracle mais un ami m’a dit que vous ne la communiquiez à personne ( je sais que c’est vous qui l’avez mise au point mais c’est un secret qui sera bien gardé). Peut-être pourriez-vous faire une exception, votre secret ne pourrait être mieux gardé.
    Je vous en serais infiniment reconnaissant et vous assure de ma parfaite discrétion
    Veuillez agréer mes sentiments les plus respectueux .
    Paul…

  10. LURON'OURS dit :

    🐻 UN BIENFAIT DE TROP : EXTRAITS.
    C’était une célèbre ville d’eau  » belle époque ‘ que Bonn’eau-Beau.
    Elle était sise auprès d’un massif montagneux ancien, bénéficiait d’un climat tempéré l’été. Dans un écrin de verdure, on flanait à loisir, en admirant les plus sportifs s’exercer au mini-golf, les mini-jupeuses fouler les cours de tennis. Derrière les frondaisons au fond du Parc, on pouvait se recueillir dans la chapelle, évoquer la mémoire d’un jeune prince disparu.
    Par temps de pluie, on conversait sous la galerie des sources, on se dirigeait vers les thermes de style colonial aux coupoles ornées de céramiques byzantines. On faisait des emplettes dans les échoppes avoisinantes. Les curistes échangeaient sur les soins, les bains et les bienfaits supposés des boues radioactives au relent d’oeufs pourris et de soufre. Quand ce n’était pas sous les mains affairées des masseurs, d’autant plus appréciés s’ils étaient aveugles. On leur laissait des privautés qui ajoutaient parfois des vertus contre la stérilité.
    Ici tout n’était que bienfait sauf quand la source fut stoppée. On proposa alors tisanes gentillettes, liqueurs guillerettes, bals et flonflons. Sous couvert d’hygiène les dames fleuraient la violette, les messieurs frisaient leurs moustaches en sirotant un cordial et les enfants se désaltéraient aux lithinés et à la grenadine.
    La station n’eut jamais autant de succès qu’ avec l’eau du château d’eau. De peur de ne pas revenir une prochaine saison, aucun des princes d’Orient ne communica sur ce cas.
    🐻 LURON’OURS

  11. Kyoto dit :

    Cher Client,

    Dans votre dernier envoi, vous me signalez que la tisane de Gentillette que je vous avais conseillée vous a fait un bien fou. J’en suis ravi pour vous. Même trop, écrivez-vous car vous êtes complètement fauché. J’en suis désolé pour vous.
    Cependant, vous désirez que je vous expédie de l’extrait de Guillerette, car selon vos dires, votre épouse vous le recommande grandement.

    J’ai le regret de vous annoncer que je suis en rupture de stock. Temporairement ! Et je satisferai votre demande dans les meilleurs délais.

    Etant donné que vous êtes un client fidèle, très fidèle même, je profite de cet échange pour vous parler de l’origine des noms des tisanes.

    Commençons par « Guillerette ». J’ai associé mon prénom, Guillaume, avec un des ingrédients utilisé, la Guimauve, connue pour ses vertus anti-inflammatoires. Vous comprenez aisément que, si la personne qui boit cette tisane n’a plus de douleurs, elle devient Guillerette.

    Quant à « Gentillette », c’était le surnom que l’Aïeul donnait à ma sœurette. Un ange ! Partie trop tôt. Alors, quand j’ai créé cette tisane à base de Gentiane, c’était ma façon de l’immortaliser. Mais, contrairement aux idées reçues, les consommateurs de cette tisane ne deviennent pas « gentillets ». Sinon, j’aurais fait fortune.

    Imaginez un instant le nom que j’aurais pu donner à la tisane à base de mauve. Mais oui. Mauviette ! Mais cela aurait été un mauvais choix. J’aurais fait faillite. Il a fallu que je ruse…

    Je profite de ces quelques mots pour vous faire part de l’arrivée, le 13 Janvier prochain, de mon livre sur l’origine des noms de mes tisanes, sous forme de nouvelles (dont celle de l’Aïeul !).

    J’ai la joie de vous annoncer que je joindrai avec votre commande de Guillerette mon livre dédicacé, le tout gracieusement, afin d’embellir cette nouvelle année.

    A très bientôt.

    Le Directeur et créateur des Tisanes Fleurettes.

    Guillaume Lamourette.

  12. Nadine de Bernardy dit :

    Bonjour

    la tisane la Gentillette que vous m’avez conseillée m’a fait un bien fou.Trop même,je suis complètement fauchée.Pouvez vous malgré tout m’expédier de l’extrait de Guillerette,il parait que vous faites des promos en cette période de soldes.
    Sachant que je ne pourrai vous régler que le mois prochain, oserai je vous demander d’ajouter un tube de gélules de Pipelette à 500mg,ainsi que des suppositoires de Coquette à l’huile d’argan en boîte de cent.
    Ce n’est pas pour moi,mais pour ma jeune soeur de 72 ans qui vit chez moi depuis le décès de son mari il y a trois mois.
    Elle se néglige totalement et ne parle quasiment plus,restant enfermée dans ma chambre d’amis avec son chien ,ses deux chats, plus un paire de canaris dont elle ne s’occupe pas.Ils passent leur temps vautrés sur mon dessus de lit en chenillette,y laissant leurs poils tandis que le volatile pépie à longueur de journée.
    Ma soeur,elle, grignote mes biscuits en silence,mettant des miettes partout quand elle ne dort pas avec la radio allumée.
    Au début je n’ai rien dis,aidée par la Gentillette et la compassion due à une veuve de fraîche date.Mais mon stock de tisane et ma patience se sont épuisés , je ne supporte plus sa conduite, d’autant plus qu’elle ne lève pas le petit doigt pour m’aider dans la maison.
    Alors, s’il vous plait, prenez en compte mon problème, car je voudrais que vous ajoutiez deux boîtes de Gentillette et une de Guillerette pour mon usage personnel afin de ne pas craquer avec la présence de cette soeur quasi muette, négligée et dépressive.
    J’ai moi même 75 ans,du diabète et des palpitations,je me vois mal continuer à la prendre en charge éternellement ainsi que ses animaux.
    Je m’emporte,je m’emporte,mais il faut se mettre à ma place aussi!
    Comme me dit mon fils:
     » Maman ,ta bonté te perdra »
    Avec mes meilleurs remerciements,je vous adresse de cordiales salutations et attend votre envoi avec impatience
    Votre dévouée
    J.Lapoisse

  13. Souris bleue 🐀 dit :

    🐀UNE HISTOIRE D’AMOUR
    Je me souviens bien de cette veille de premier de l’an. Cette année-là un vent Fripon et son cousin le Frivolant furent séduits, l’un par une Amourette qui passait par là, l’autre c’est une petite Bise qui le mit en émoi. Ils n’y mirent pas que le doigt et l’année suivante nous baptisions
    deux enfants, deux filles. Une s’appelait Gentillette et l’autre Guillerette.
    Deux fées.
    La plus douce, Gentillette était de nature sociable. On venait de loin lui raconter ses peines. Elle savait écouter, mais tous ces malheurs la plongeaient dans une tristesse infinie, et coulaient sur ses joues des larmes sucrées compatissantes.
    Ses pleurs faisaient miracle et on venait de loin pour les boire, s’en oindre pour panser ses plaies et chasser son chagrin.
    Guillerette pleurait aussi, mais de joie, vivifiantes, ses larmes aussi étaient précieuses, de rire, et de pleurer de rire, un vrai boute-en-train. Tout l’amusait, elle savait faire partager sa joie.
    Son plus beau succès fut à l’hôpital. Les enfants l’adoraient, la buvant des yeux et cueillaient sur ses joues une goutte de joie.
    Les anciens, qui en avaient vu d’autres, se méfiaient… Ils savaient eux, que le rire est proche des larmes mais pas des mêmes. Celles-là, ils les connaissaient bien, aussi l’attendaient-ils avec défiance armés de leur expérience.
    Guillerette arriva pendant le goûter, fit sa révérence et a chacun sut lui trouver quelque-chose de magnifique, réveiller un trésor enfoui au plus profond d’eux-mêmes et qu’avec le temps et pour être comme tout le monde, ils avaient gommé, oublié.
    Grâce à la fillette et sa joie de vivre communicative, ils s’étaient retrouvés, contents de ce qu’ils étaient.
    Tous voulurent l’embrasser, et chacun prit de ses doigts ou du bout des lèvres ses perles de gaîté dans un baiser.
    L’histoire ne s’arrêta pas là car elles eurent bientôt une autre cousine : Clairette.
    Une blonde fine, pétillante et mousseuse qui anima les fêtes et en fit pleurer plus d’un.
    Mais je ne vous en parlerai pas car sa renommée est mondiale et ses larmes sont à consommer avec modération !
    C’est  » dit ‘ !

    Bonnes fêtes à tous 💐
    🐀 Souris-bleue

  14. Catherine M.S dit :

    C’est dingue mais l’autre soir
    Sur Internet
    J’ai commandé une tisane Gentillette
    Comme ça, juste pour voir
    Et depuis que j’en use et j’en abuse
    Je ne me reconnais plus !
    Finis les bassesses et les coups tordus
    Faire la tête en continu
    C’est moi Esmeralda
    Des sourires, en veux-tu, en voilà
    Je protège la veuve, l’orphelin et le Bossu

    Seulement voilà …

    Un jour je me suis trompée
    Sur l’écran j’ai mal coché
    Dans le colis il y avait bien cent sachets
    Mais de tisane Pompette !
    Et depuis, je vous le dis
    Je prends la vie du bon côté
    Finis les tracas, ennuis et autres vilenies
    Du soir au matin je suis toute guillerette
    Et ma vie est drôlement chouette
    Une tasse ça va, deux tasses bonjour les dégâts ?
    Connais pas !

    J’me dis qu’en cette fin d’année 2020
    Mettre nos soucis aux oubliettes
    Au coin du feu sur la banquette
    C’est plutôt une bonne idée …
    Vous reprendrez bien une tasse
    Avant la prochaine tempête ?
    Pardon, vous avez dit perspicace ?
    Je crains que oui, hélas !

  15. Fanny Dumond dit :

    Bonjour ! La tisane de Gentillette que vous m’avez conseillée m’a fait un bien fou. Trop, même, je suis complètement fauché. Moi qui était un peu près de mes sous, comme tout Auvergnat qui se respecte, je n’avais plus d’oursins dans mes poches ; tant est si bien que je n’ai pas terminé la petite boîte. Je l’ai donnée à ma voisine, cette garce qui voulait me piquer mes sous. Mais j’ai toujours bon œil, faute d’avoir bon pied. Pouvez-vous, malgré tout, m’expédier de l’extrait de Guillerette, il paraît que je suis tout raplapla. Mes enfants, qui sont venus me rendre visite, pas plus tard qu’hier après-midi alors que je somnolais, ne me l’ont pas dit ouvertement, mais j’ai bien compris leurs insinuations quand ils m’ont demandé si mon fauteuil avait encore un fond. Quand j’ai expliqué à ma fille que je souffrais d’une sciatique, elle s’est marrée et m’a dit que c’était bien fait pour moi. Elle a lu, je ne sais où sur ses réseaux sans fil, qu’il fallait se bouger quand on a mal au dos. Elle est bien bonne celle-là ; je voudrais bien l’y voir ! Comme je suis un peu sourdingue, mais que rien ne m’échappe, je l’ai laissé causer. Je compte vraiment recevoir votre extrait rapidement pour lui en mettre plein la vue quand je gambaderais comme un lapin, la semaine prochaine. Pendant que j’y pense, rajoutez à ma commande trois grands sachets de Compassionnette pour les étrennes de cette jeunesse. Sur ce, je vais me faire mon petit tilleul du soir.

  16. Antonio dit :

    Bonjour, la tisane de Gentillette que vous m’avez conseillée m’a fait un bien fou. Trop, même, je suis complètement fauché. Pouvez-vous, malgré tout, m’expédier de l’extrait de Guillerette, il paraît que ça vaut le protoxyde d’azote sans les effets secondaires.

    Ce serait formidable, comme le mentionne le descriptif de cette infusion, qu’elle puisse donner la sensation d’ivresse dès la première tasse. Je prévois d’en faire un cocktail pour le réveillon, mélangé à de l’eau pétillante, des fruits frais, du sucre de canne et des épices comme le gingembre et la cannelle. Ce sera bien moins cher que le rhum et bien plus sain.

    Être ivre sans être saoul, quel bonheur au réveil.

    Autrement, je continue de vous prendre des infusions de Sylvianne, cette magnifique plante aux vertus stimulantes sans pareille qu’on peut cueillir au coin de l’Euille, en Gironde, je ne saurais vous dire combien on se sent reboosté à boire ses paroles, une fois infusées deux belles heures en terrasse.

    Bien entendu, vous me remettez de la Pascalette. Ce n’est pas pour moi, mais pour mon écriture, elle en a besoin pour se libérer du trac avant de monter sur la scène du café de la Page blanche.

    J’ai bien peur qu’elle en soit accro.

    • camomille dit :

      Ah! la Pascalette d’Antonio! Quelle excellente idée…
      Je vais voir si j’en trouve à l’herboristerie de Draguignan?
      Je vous souhaite à tous une bonne fin d’année, guillerette si vous le pouvez 😉

      • Antonio dit :

        Ah! Ma pauvre Camomille, vous avez le temps d’infuser avant d’en trouver de la vraie, hors de Béguey. La Pascalette est une herbe assez rare qui pousse au bord de l’Euille, comme vous savez, et qui vous tire les vers du nez quand vous la flairez en bonne inspiration depuis la cabane en haut de l’arbre. Autant chercher un trèfle à quatre feuilles, à quatre pattes dans l’herbe ! Heureusement on peut en commander le samedi matin, sans être sûr d’en trouver. Bonne imagination et belles joies en famille et entre amis, à convier bien sûr avec modération (c’est le nouveau mot d’ordre, par contre les verres de champagne ça peut être au-delà de six, puisqu’on dort sur place, couvre-feu oblige)

  17. Isa dit :

    Il me manquait la fin de la consigne alors j ai improvisé….mais ca peut marcher

    Bonjour, la tisane de Gentillette que vous m’avez conseillée m’a fait un bien fou. Trop, même, je suis complètement fauché. Pouvez-vous malgré tout m indiquer un autre breuvage histoire de récupérer un peu du poil de la bête?
    – ahhh… oui nos produits ont une redoutable efficacité, je vous avez prévenu….
    – Je vous vois venir vous… Responsable mais pas coupable. Vous ne confondriez pas un peu « gentillette » avec « lavette », non parce que je ne me reconnais plus Monsieur. Je suis passé de tigre rugissant à agneau entubé. Entrevoyez vous le delta, le grand écart? En avez vous la moindre idée ?
    – Euh… C est qui est certain c est que les effets sont réversibles….
    – Je suis sevré depuis huit jours et en effet, je commence à peine à entrevoir mon moi…
    – Ah … oui… je n ose pas imaginer quand vous le verrez tout à fait… Sinon nous avons « doucette » qui détend sans ramollir, « fleurs d empathie » qui augmente la conscience de l autre, ou encore « diplomaticum », qui comme son nom l indique, assouplit les conflits…
    – Vous vous foutez de moi? Vous voulez me fourguer encore une autre potion « d amadouage »? ….
    – Euh… il me semble que votre récupération soit déjà bien amorcée, je doute qu une accélération du processus soit totalement indiquée…
    – Dis donc l apothicaire de mes deux, je ta dessine la pilule ou je te donne de l élan?
    – ……. je vois, en tout dernier recours je vous conseillerais le « crisax »
    – Le quoi?
    – Le crisax, c est un intermédiaire, disons …. politique. Oui c est le mot, politique ….
    – Précise là, j ai l impatience qui me démange…
    – Et bien, la molécule est polyvalente. Disons, elle s adapte à votre humeur, elle temporise, elle négocie, un vrai parachute émotionnel. Vous devriez essayer. Disons c est ce qui se rapproche le mieux d « essence de compromis » mais sans les effets doucereux…
    – Ben voilà quand tu veux…
    Sur ce, il embarqua la fiole bien emballée.
    L herboriste transpirant sniffa un coup de « pistil de recup » en spray nasal direct qui fit redescendre la pression tout de go .

  18. iris79 dit :

    Bonjour, la tisane de Gentillette que vous m’avez conseillée m’a fait un bien fou. Trop, même, je suis complètement fauché. Pouvez-vous, malgré tout, m’expédiez de l’extrait de Guillerette, il paraît que les effets sont spectaculaires et en ce moment, on ne va pas se mentir, c’est peut-être la plante que tout le monde devrait avoir. Ne nous voilons pas la face, cela serait un sacré beau cadeau que chacun puisse en trouver un sachet au pied du sapin. Ras- le bol de boire des infusions de tristounette ! Dernièrement impossible de trouver autre chose dans les magasins et sur votre site. J’ai bien vu qu’il vous reste quelques boites de chafouinette, cyniquette, mensongette et sinistrette à prix cassés mais là soyons sérieux, que l’on en consomme pour des usages très ponctuels dans un but bien précis, pourquoi pas, les gens font bien ce qu’ils veulent (quoi qu’en passant vous reconnaitrez qu’il faut être un peu tordu pour avoir envie de se glisser dans des états d’âme pareils quand bien d’autres nous seraient profitables… Mais que voulez-vous, le monde est fou…). Donc si vous pouviez me faire parvenir un sachet de 500 g quand vous en aurez, j’en serais ravie, comblée et soulagée. Merci de m’envoyer un message d’alerte dès que vos stocks seront refaits.
    J’avais, l’année dernière, commandé l’une de vos nouveautés : enthousiasmette, mais je pense que les feuilles étaient de mauvaise qualité, elles n’ont point donné les effets escomptés…J’ai vu sur votre site que vous aviez changé de fournisseur et je vous en félicite. Je ne dois pas être la seule à vouloir me purifier de ces derniers mois et aller vers un renouveau. Aussi nous attendons beaucoup, nous autres consommateurs, de vos élixirs, de vos si jolies fleurs.

    Je rajouterai une dernière demande. Il semblerait que 5 lots soient encore disponibles. Je vais me laisser tenter par votre offre spéciale en promo, le fameux trio « espoirette-libertette-légèretette ». Croisons les doigts pour qu’il vous en reste…

    Merci par avance.

    Une fidèle cliente

  19. Laurence Noyer dit :

    Des fleurs toute l’année !

    Dans l’atelier de l’herboriste on trouve de tout
    DE LA GENTILLETTE ET DE LA GUILLERETTE
    De janvier à décembre on peut faire son marché
    Et se concocter chaque samedi des tisanes vitalisantes et stimulantes,
    Qui rendent très vite dépendant
    DE L’EPERONNE ET DE L’AIGUISE
    La récolte commence dès le mois de janvier
    Tout y est insolite ; les bouquets, les aromes, les fulgurances
    Les plantes viennent d’un jardin spécial
    Où sont cultivés de nouveaux plants, de nouvelles créations
    DE LA COCASSE ET DE LA LYRIC
    Collectés puis proposés tout au long de l’année
    Dans un emballage lumineux
    Pour soigner, libérer, expérimenter, imaginer
    Il y a foule devant la boutique chaque samedi
    Les plantes proposées sont douces ou amères
    DE L’EXQUIS ET DU CAUSTIC
    Il faut composer sa propre tisane
    Ajouter sa petite graine, parfois chercher dans ses racines
    Pour ne pas rendre la potion imbuvable
    C’est comme ça
    Chaque semaine
    DE L’INFUSE ET DU PROLIFERE
    L’herboriste propose à chacun son carré de terre à cultiver
    Et son carnet de recette
    Et si on se trompe dans la posologie, ce n’est pas bien grave
    On fera mieux samedi prochain

    Allez ! je mets l’eau à chauffer !

  20. camomille dit :

    Bonjour, la tisane de Gentillette que vous m’avez conseillée m’a fait un bien fou.
    Trop, même, je suis complètement fauché.
    Pouvez-vous, malgré tout, m’expédiez de l’extrait de Guillerette, il paraît que Madame en a fait boire à Monsieur et que l’effet est spectaculaire. Depuis, c’est le 14 juillet tous les soirs qu’elle m’a dit.
    Parait qu’elle voit des feux d’artifices de toutes les couleurs et que ça lui fait le plus grand bien et en plus, Monsieur ne ronchonne plus.
    Alors, ça m’a donné envie.
    Je travaille beaucoup chez Madame et Monsieur et je n’ai pas vraiment le temps de me distraire. Aussi, voir les feux d’artifices tous les soirs, moi, j’aimerais bien.
    J’en profite pour vous dire que votre tisane de Gentillette m’a bien plu, bien que Madame m’ait déconseillée de vous en recommander.
    Elle m’a dit que j’étais déjà bien gentille de nature et que c’était pas la peine d’en rajouter.
    J’avoue que je n’ai pas trop compris. Mais Madame, qui a de la culture, sait sûrement ce qu’elle dit.
    Alors, à la place, expédiez-moi votre extrait de Guillerette s’il vous plaît !
    Ah ! Voir les feux d’artifices du 14 juillet tous les soirs comme Madame ! J’en rêve !
    Au fait, pendant que j’y pense, hier Monsieur m’a dit que j’étais un peu trop naïve. J’ai compris que ce n’était pas un compliment.
    Alors, j’aimerais bien devenir moins naïve pour que Monsieur ne me le reproche plus.
    Auriez-vous une tisane pour ça ?
    Vous n’avez qu’à la joindre à l’extrait de guillerette.
    Et si vous pouviez m’expédier tout ça en urgence, ça me rendrait bien service.
    Je vous remercie.

    Guillaumette,
    chez Madame et Monsieur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Répondez à ce calcul pour prouver que vous n'êtes pas un robot * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

RSS L'écriture créative

Catégories

Mon but : vous conduire vers le créateur inné qui est en vous

 


Sur ce blog on n’apprend pas à écrire un roman, des nouvelles ou des poèmes, on rétablit des liens rompus avec son imagination. On renoue avec sa créativité innée.
Les exercices inédits que j’invente, aiguillonnent l’esprit. Mon but est de conduire toutes les personnes vers le créateur plus ou moins claquemuré en elle.
L’enfant imaginatif avec lequel elles se réconcilient définitivement dès qu’elles se prêtent au jeu.

Après quoi, elles décident de mener le projet d’écriture qui leur convient.

 

Soutenir nos actions bénévoles

Quelques € peuvent faire des heureux

Devenir membre bienfaiteur

LA CRÉATIVITÉ EST ANCRÉE DANS

illustration de Bernard Leblanc

devenir Éveilleur d’idées®

NOS GÈNES 

Nous sommes tous capables d’actions créatrices. Cette créativité innée est pour une grande part le propre de l’homme.

L’objectif de l’exercice d’écriture créative que j’imagine chaque semaine consiste à prouver que tout le monde est capable d’écrire avec originalité et plaisir.
À révéler que chaque personne détient le pouvoir de créer, avec simplement du papier et un crayon. 

Grâce à vos dons

Grâce à vos dons nous menons régulièrement des actions bénévoles : 
–  actions pour la langue française
–  aide aux dyslexiques
– ateliers d’écriture à La Maison Rose à Bordeaux en soutien aux personnes frappées par le cancer.
– conseils aux auteurs débutants
– conférences.

On ne prétend pas former de nouveaux auteurs

Entre2lettres n’est pas une école d’écriture

Le concept Éveilleur d’idées ® ne prétend pas former de nouveaux auteurs. Ce n’est pas une école d’écriture de ceci ou de cela. Ou, comme aux États-Unis, un cours de « creative writing » institutionnalisé.

Les propositions d’écriture créative imaginées par Pascal Perrat n’apprennent pas à écrire un roman ou des nouvelles, ils enflamment l’imagination et marquent les esprits. C’est une grande cour de récréation hors les murs de toute école.

Les exercices d’écriture créative qu’il imagine et propose, frappent l’imagination des personnes qui écrivent.
Son but est de les conduire vers le créateur qui est en elles. L’enfant imaginatif avec lequel elles se réconcilient définitivement dès qu’elles se prêtent au jeu »

Après quoi, elles décident de mener le projet d’écriture qui leur convient.