L’Inquisition du facilement lire

Un livre m’a marqué à vie quand j’étais enfant, avant mes 10 ans : Les aventures de Tom Sawyer, de Mark Twain.
Je viens de le relire et j’ai compris pourquoi les aventures de Tom Sawyer sont toujours vivantes dans ma mémoire.
Tom est un mauvais élève, un petit filou malin et malicieux, il fait à chaque fois preuve de débrouille et d’imagination. Petit, je me suis reconnu en lui.
Avec le temps, ma mémoire a beaucoup déformé et enjolivé cette histoire. En la redécouvrant, je ne l’ai pas toujours reconnue, je croyais me souvenir qu’elle se déroulait dans une île, que Tom construisait une cabane avec son copain Hucklebrerry, qu’ils vivaient libres et aventureux, etc. Je ne retrouvais pas les mots que je devais chercher à comprendre. Tirer au clair.

Puis, j’ai découvert un petit encart sur la page de garde où il est écrit :  » Afin de rendre ce texte plus accessible aux jeunes lecteurs, nous en proposons une version abrégée. Ce n’est ni une adaptation ni un résumé, les coupures ont été effectuées de manière à laisser intacts le ton de l’ouvrage et le style de l’auteur. »
Je comprends mieux maintenant. NOUS SOMMES DANS L’INQUISITION DU FACILEMENT LIRE.

Il ne faut surtout pas qu’un enfant qui commence à lire, interroge ses parents sur le sens d’un mot. Il faut que tout soit très, très facilement lisible, que nul ne perdre de temps à comprendre un terme inconnu. Choisir conséquemment, le mot le plus simple, (drôle plutôt que ludique, par exemple). Alors, on coupe, on tronçonne pour éviter tout effort de lecture.
Le texte doit être écrit pour le plus grand monde, ne contenir que des mots dont le sens surgit directement, sans analyse intellectuelle.
Viendra bientôt le temps où les auteurs seront assignés à résidence pour écrire sous surveillance.

PETIT JEU D’ÉTÉ

De nombreux mots, faux amis, se sont glissés dans ce texte
Essayez de les corriger
sans vous servir d’un correcteur

C’est la presse, soulevant un nouveau lièvre, qui a mis l’affaire à jour. Et, cette fois, les accusations ont l’air sérieuses !
Le contrat de nettoiement des toits mousseux aurait été attribué dans un délai très rapide sans que soit respectée la stricte observation de la règle des appels d’offres.
Le gérant de la société a été mis en examen, son alibi s’est avéré faux.
Rénuméré en liquide, ce comparse, apparemment illettré, ne saurait ni lire ni écrire !
Les politiciens ont-ils, en définitif, franchi une fois de plus la ligne jaune ?

Je suis hors-n’homme. Un neuroatypique à dominance dyslexique. 
De facétieux neurones font des croche-pieds aux mots dans mon cerveau.
Mon orthographe trébuche souvent quand j’écris.
Peut-être avez-vous remarqué une faute. Merci de me la signaler : blog.entre2lettres(at)gmail.com

2 Responses

  1. FANNY DUMOND dit :

    Bonjour cher Pascal. Je remarque depuis quelque temps que les écrivains sont sous surveillance (censure, cancel-culture, autodafé de certains livres, pourtant prix Nobel). Quant aux lectures pour enfants, c’est à croire qu’ils sont plus idiots que nous l’étions ; plus de passé-simple et encore moins de subjonctif. Petit jeu, sans tricher et à mon avis : ont l’air sérieux, nettoyage, rapidement, observance, alibi est faux, rémunéré, en définitive. Bonne journée à vous et à bientôt !

  2. Valérie Terrien dit :

    Triste ce nivellement par le bas…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Répondez à ce calcul pour prouver que vous n'êtes pas un robot * Temps limite dépassé