Mettre son cerveau au vert

L'écriture créative
Pascal Perrat

Écriture et nature

créativité littéraire


Les patients se rétablissent plus vite lorsque la fenêtre de leur chambre donne sur la nature.
Marcher dans la bonne terre améliore notre réponse au stress.
Le jardinage réduit les symptômes psychologiques.
La thérapie par l’horticulture soigne certaines maladies mentales.
Sachant qu’on à calculé que les écrivains passent plus de temps enfermés que la plupart des détenus en prison.
Profitez vite du droit d’aller où bon vous semble et mettre votre cerveau au vert.
Oubliez pour un temps stylos et claviers, courrez voir la feuille en hiver.
Vous aurez peut-être un coup de coeur.

Je suis hors-n’homme. Un neuroatypique à dominance dyslexique. 
De facétieux neurones font des croche-pieds aux mots dans mon cerveau.
Mon orthographe trébuche souvent quand j’écris.
Peut-être avez-vous remarqué une faute. Merci de me la signaler : blog.entre2lettres(at)gmail.com

9 Responses

  1. Françoise Maddens dit :

    Sachant qu’on a calculé que les écrivains passent plus de temps enfermés que la plupart des détenus en prison.

    Profitez vite du droit
    dU DROIT DE QUOI ? Je n’ai jamais été détenu et je n’ai jamais écrit la moindre ligne que ce soit avec une plume sur une feuille ou sur un ordinateur.
    De temps à autre je rêve que je suis :

    un Bohémien en voyage
    ou

    un saltimbanque se promenant le long des jardins

    ou

    un vieux lisant des romans d’amour

    ou

    un gentlemn cambrioleur
    ou

    un Maître d’hotêl chez Maxims (mais Proust n’y viendra plus jamais)

    Mais chaque matin mon téléphone sonne à 6H30. A 7H30 je quitte mon domicile (où le soir personne ne m’attendra)
    A 8H30 je prends mon poste d’agent d’accueil et j’essaie d’être aimable toute la journée en pensant qu’un jour viendra j’en suis sûr ou je pourrai m’évader dans la nature et partir sur la grande route.

  2. Laurence Noyer dit :

    Retour de promenade
    Le ciel déploie ses mots bleus
    Lettre nature offre sa calligraphie
    Des « wahou ! » saluent les troncs cuivrés
    Le soleil pointille à travers branches
    Sur une terre en attente
    Retour de promenade

  3. Leclercq dit :

    Merci Pascal.
    Le vert, le bronze, les branches, les troncs d’arbre à encercler de nos bras (eux on peut)
    Et une fin d’année morose.

  4. oholibama dit :

    Hello
    Si vous le pouvez tant mieux…
    prenez soin de vous
    à plus et beaucoup de bonnes choses..

  5. Jean Marc Durand dit :

    Bonnes fêtes , quand même, avec les moyens du bord, à toutes et tous!

  6. Sylvianne dit :

    D accord avec toi Antonio ! Et grosses bises d hiver

  7. Antonio dit :

    Tu as raison, Pascal, à ne prendre que la plume d’escampette, on en oublie que le corps et nos sens ont aussi besoin d’ailleurs, de respirer un autre air, de fouler la terre, un pied après l’autre, écrasant les feuilles mortes de l’hiver, au diable vos vers qui en sortent, la poésie de la marche a ses propres rimes, une deux, une deux… et nous émerveille de ses tableaux et personnages qui nous racontent de drôles d’histoires.

    La nature est plus qu’un livre ouvert, c’est une ressource d’inspiration indispensable.

    Tu as raison, Pascal, je ferme mon clavier et les volets de mon imagination et je me tire ailleurs.

    Bonne fin d’année à tous (je n’ose parler de fêtes), et profitez de chaque instant de liberté au présent !

  8. Françoise Duret dit :

    Merci Pascal ! Merveilleuse idée qui démêle les nœuds aux neurones ! Un effet de la circulation du sang dans les artères et de l’irrigation du cerveau, sans doute. Il me semble que vous aviez autrefois publié un billet en ce sens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Répondez à ce calcul pour prouver que vous n'êtes pas un robot * Temps limite dépassé